Extension Factory Builder
15/11/2012 à 12:23
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Augustin Matata Ponyo, le 14 novembre 2012 à Paris. Augustin Matata Ponyo, le 14 novembre 2012 à Paris. © Pierre Verdy/AFP

À l'occasion de sa visite en France, du 14 au 16 novembre, le Premier ministre congolais Augustin Matata Ponyo tente de rassurer les investisseurs potentiels, notamment en minimisant les tensions entre Kinshasa et Paris. Pendant ce temps, la crise continue au Nord-Kivu, et les crispations ethniques s'intensifient dans la région du Masisi.

Rassurer, notamment les investisseurs. C’est l’objectif principal de la visite en France de Augustin Matata Ponyo, qui a vanté « les potentialités énormes », de son pays, citant les secteurs des mines, des hydrocarbures, de l'agriculture, des infrastructures, des télécommunications et de l'industrie. Mais le Premier ministre congolais a d’abord cherché à minimiser les tensions existantes entre Paris et Kinshasa.

« Contrairement à ce que d'aucuns peuvent croire, les relations entre la France et la RDC n'étaient pas tendues » lors du sommet de la Francophonie de Kinshasa, a-t-il affirmé. « Il ne faut pas se fier aux apparences. Ce sommet a été l'occasion pour les responsables d'observer qu'il y a eu beaucoup de progrès. Il reste encore beaucoup à faire, c'est ce à quoi nous nous attelons ».

Conflits ethniques au Masisi

Une route de Rumangabo, le 18 octobre 2012.

© Junior D.Kannah /AFP

À l’Ouest de Goma, capitale du Nord-Kivu, s’étend le Masisi. Délaissé par les forces loyalistes congolaises, parties se battre plus au Nord contre le M23, ce territoire est de plus en plus la proie des conflits ethniques, a annoncé dans un communiqué, mercredi 15 novembre, le service Jésuite des réfugiés (JRS), qui soutient cinq camps de réfugiés dans la région.

« Prises au milieu du feu entrecroisé de groupes rebelles opposés », au moins 18 civils ont été tués depuis août, affirme dans le JRS qui appelle les forces de maintien de la paix des Nations (Monusco) et l'armée congolaise à intervenir. Car dans le Masisi, explique un jésuite, « la population se sent abandonnée par les forces de la Monusco qui n'a pas réussi son mandat ».

Selon les religieux, plusieurs groupes armés représentant notamment les communautés hunde et hutue s'opposent violemment. « La situation se détériore tous les jours », explique Danilo Gianese, responsable de la communication du JRS, qui refuse de préciser les raisons des exactions. À la fin de septembre, plusieurs villages hunde ont été incendiés par des membres de la milice hutue Nyatura. Le 3 novembre, plusieurs femmes au champ ont été tuées à quelques km de Masisi et le 11 novembre un hutu a été tué à Ngote par une milice appelée Forces de défense du Congo, selon le JRS.

François Hollande avait notamment conditionné sa participation au sommet de Kinshasa à des avancées en matière de démocratie et de justice, dénonçant des « réalités inacceptables » en RDC. Le procès des assassins présumés du militant des droits de l'homme Floribert Chebeya est notamment suivi de très près par Paris.

Réforme de la Ceni

« Il faut laisser la justice faire son travail », a déclaré Matata Ponyo, pour qui la procédure engagée ira « jusqu'à son terme. (…) La justice congolaise a donné, à tous, de manière exceptionnelle la possibilité de suivre ce procès, de manière publique, télévisée », relève-t-il.

À propos de la démocratie, le Premier ministre a rappelé que le Parlement congolais débattait actuellement d'un projet visant à restructurer la commission nationale électorale indépendante (Ceni). « Les députés de la majorité présidentielle et ceux de l'opposition sont en train d'y travailler et nous avons la ferme conviction que nous aboutirons à un projet commun ».

Mais le sujet chaud du moment c’est évidemment la guerre dans l’est de la RDC, au Nord-Kivu (voir encadré ci-contre), confronté depuis six mois à la rébellion du M23. Matata Ponyo a appelé la France à défendre aux Nations unies la voix de son pays, notamment pour que des responsables rwandais, accusés par l’ONU de soutien au M23, soient sanctionnés. Comme l’a été le leader de la rébellion, le colonel Sultani Makenga, qui a été placé mardi sur la liste noire des États-Unis.

Sanctions contre des responsables rwandais

« Nous souhaitons que la France en tant que membre permanent du Conseil de sécurité porte haut et fort la volonté de la RDC que tous ceux qui sont impliqués dans ce rapport soient sanctionnées », a souligné Matata Ponyo, précisant avoir discuté de cette question mercredi à l'Elysée avec le conseiller diplomatique de François Hollande, Paul-Jean Ortiz.

Matata Ponyo doit également rencontrer plusieurs membres du gouvernement français, dont le ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius (jeudi) et le Premier ministre Jean-Marc Ayrault (vendredi), ainsi que des opérateurs économiques.

L'interview vidéo de Matata Ponyo par Jeune Afrique, le 15 novembre à Paris :

(Avec AFP)
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

RD Congo

RDC : accusé de 'trafic d'armes', le général Gabriel Amisi 'blanchi'

RDC : accusé de "trafic d'armes", le général Gabriel Amisi "blanchi"

Le Conseil supérieur de la défense a annoncé jeudi avoir "blanchi" le général Gabriel Amisi, ex-chef d'état-major des forces terrestres de l'armée congolaise. L'officier &[...]

Football : le Belge d'origine congolaise Romelu Lukaku à Everton pour cinq ans

Malgré une prestation en demi-teinte avec les Diables rouges lors de la phase finale de la Coupe du monde 2014 au Brésil, l'attaquant belge d'origine congolaise Romelu Lukaku devrait signer pour cinq ans à[...]

Wikipédia : le classement des chefs d'État africains les plus populaires

Créé en 2001, Wikipédia s'est imposée depuis comme l'encyclopédie numérique la plus consultée au monde. Participative, elle rassemble des informations collectées par les[...]

RDC : Tshisekedi, Kamerhe et Fayulu appellent au rassemblement le 4 août contre la révision constitutionnelle

Dans une lettre commune publiée mardi, l'UDPS d'Étienne Tshisekedi, l'UNC de Vital Kamerhe et l'Ecide de Martin Fayulu appellent les Congolais à se réunir le 4 août sur une grande place de[...]

RD Congo : le directeur général de la Gécamines révoqué pour "manquements graves"

 Ahmed Kalej Nkand a été démis de son poste d’administrateur directeur général de la Gécamines, en RD Congo, en raison "de manquements graves dans l’exercice de ses[...]

Lambert Mende à Kisangani pour rassurer sur l'arrivée des FDLR

Lambert Mende, ministre de la Communication de RDC et porte-parole du gouvernement, est à Kisangani depuis matin. Objectif : calmer les inquiétudes de la population du chef-lieu de la Province orientale qui [...]

RDC : les miliciens Enyele ont-ils attaqué le camp militaire Tshatshi ?

Quelques jours après l'attaque contre le camp militaire Tshatshi, le 22 juillet à Kinshasa, l'identité des assaillants et leurs motivations commencent à se préciser. Selon plusieurs sources[...]

Oreilles meurtries

Je vous ai parlé, il n'y a pas longtemps, de cet immeuble de vingt-deux niveaux situé sur le boulevard du 30-Juin, la plus grande artère du centre-ville de Kinshasa. Je vous ai dit que j'étais[...]

Mali - RDC : Nkulu Kalumba, un long chemin vers la liberté

À l'occasion de la Journée mondiale des réfugiés, le 20 juin, "Jeune Afrique" et le HCR au Mali ont organisé un concours de journalisme. C'est l'article d'une jeune étudiante[...]

RDC : retour au calme à Kinshasa après l'attaque du camp militaire Tshatshi

Les autorités congolaises ont affirmé mardi avoir déjoué l'attaque d'un groupe d'inconnus armés contre le camp militaire Tshatshi, à Kinshasa. Le calme était de retour en fin[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers