Extension Factory Builder
15/11/2012 à 12:23
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Augustin Matata Ponyo, le 14 novembre 2012 à Paris. Augustin Matata Ponyo, le 14 novembre 2012 à Paris. © Pierre Verdy/AFP

À l'occasion de sa visite en France, du 14 au 16 novembre, le Premier ministre congolais Augustin Matata Ponyo tente de rassurer les investisseurs potentiels, notamment en minimisant les tensions entre Kinshasa et Paris. Pendant ce temps, la crise continue au Nord-Kivu, et les crispations ethniques s'intensifient dans la région du Masisi.

Rassurer, notamment les investisseurs. C’est l’objectif principal de la visite en France de Augustin Matata Ponyo, qui a vanté « les potentialités énormes », de son pays, citant les secteurs des mines, des hydrocarbures, de l'agriculture, des infrastructures, des télécommunications et de l'industrie. Mais le Premier ministre congolais a d’abord cherché à minimiser les tensions existantes entre Paris et Kinshasa.

« Contrairement à ce que d'aucuns peuvent croire, les relations entre la France et la RDC n'étaient pas tendues » lors du sommet de la Francophonie de Kinshasa, a-t-il affirmé. « Il ne faut pas se fier aux apparences. Ce sommet a été l'occasion pour les responsables d'observer qu'il y a eu beaucoup de progrès. Il reste encore beaucoup à faire, c'est ce à quoi nous nous attelons ».

Conflits ethniques au Masisi

Une route de Rumangabo, le 18 octobre 2012.

© Junior D.Kannah /AFP

À l’Ouest de Goma, capitale du Nord-Kivu, s’étend le Masisi. Délaissé par les forces loyalistes congolaises, parties se battre plus au Nord contre le M23, ce territoire est de plus en plus la proie des conflits ethniques, a annoncé dans un communiqué, mercredi 15 novembre, le service Jésuite des réfugiés (JRS), qui soutient cinq camps de réfugiés dans la région.

« Prises au milieu du feu entrecroisé de groupes rebelles opposés », au moins 18 civils ont été tués depuis août, affirme dans le JRS qui appelle les forces de maintien de la paix des Nations (Monusco) et l'armée congolaise à intervenir. Car dans le Masisi, explique un jésuite, « la population se sent abandonnée par les forces de la Monusco qui n'a pas réussi son mandat ».

Selon les religieux, plusieurs groupes armés représentant notamment les communautés hunde et hutue s'opposent violemment. « La situation se détériore tous les jours », explique Danilo Gianese, responsable de la communication du JRS, qui refuse de préciser les raisons des exactions. À la fin de septembre, plusieurs villages hunde ont été incendiés par des membres de la milice hutue Nyatura. Le 3 novembre, plusieurs femmes au champ ont été tuées à quelques km de Masisi et le 11 novembre un hutu a été tué à Ngote par une milice appelée Forces de défense du Congo, selon le JRS.

François Hollande avait notamment conditionné sa participation au sommet de Kinshasa à des avancées en matière de démocratie et de justice, dénonçant des « réalités inacceptables » en RDC. Le procès des assassins présumés du militant des droits de l'homme Floribert Chebeya est notamment suivi de très près par Paris.

Réforme de la Ceni

« Il faut laisser la justice faire son travail », a déclaré Matata Ponyo, pour qui la procédure engagée ira « jusqu'à son terme. (…) La justice congolaise a donné, à tous, de manière exceptionnelle la possibilité de suivre ce procès, de manière publique, télévisée », relève-t-il.

À propos de la démocratie, le Premier ministre a rappelé que le Parlement congolais débattait actuellement d'un projet visant à restructurer la commission nationale électorale indépendante (Ceni). « Les députés de la majorité présidentielle et ceux de l'opposition sont en train d'y travailler et nous avons la ferme conviction que nous aboutirons à un projet commun ».

Mais le sujet chaud du moment c’est évidemment la guerre dans l’est de la RDC, au Nord-Kivu (voir encadré ci-contre), confronté depuis six mois à la rébellion du M23. Matata Ponyo a appelé la France à défendre aux Nations unies la voix de son pays, notamment pour que des responsables rwandais, accusés par l’ONU de soutien au M23, soient sanctionnés. Comme l’a été le leader de la rébellion, le colonel Sultani Makenga, qui a été placé mardi sur la liste noire des États-Unis.

Sanctions contre des responsables rwandais

« Nous souhaitons que la France en tant que membre permanent du Conseil de sécurité porte haut et fort la volonté de la RDC que tous ceux qui sont impliqués dans ce rapport soient sanctionnées », a souligné Matata Ponyo, précisant avoir discuté de cette question mercredi à l'Elysée avec le conseiller diplomatique de François Hollande, Paul-Jean Ortiz.

Matata Ponyo doit également rencontrer plusieurs membres du gouvernement français, dont le ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius (jeudi) et le Premier ministre Jean-Marc Ayrault (vendredi), ainsi que des opérateurs économiques.

L'interview vidéo de Matata Ponyo par Jeune Afrique, le 15 novembre à Paris :

(Avec AFP)
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

RD Congo

Référendum

En brumeuse Écosse le 18 septembre, mais surtout, en ce qui nous concerne, au Burkina, dans les deux Congo, au Rwanda et au Burundi, cinq pays où pourraient être organisées dès 2015 u[...]

RDC : qui était le général Lucien Bahuma, chef de l'armée au Nord-Kivu ?

L'armée congolaise connaît un coup dur avec la mort du général Lucien Bahuma, chef d'état-major de la région troublée du Nord-Kivu, qui a joué un rôle clef dans les[...]

RDC : mort du chef de l'armée au Nord-Kivu après un malaise

Le général Lucien Bahuma, chef de l'armée congolaise pour la région troublée du Nord-Kivu, est mort dans la nuit de samedi à dimanche en Afrique du Sud après avoir fait un malaise[...]

Italie : le père de Cécile Kyenge a-t-il (vraiment) ensorcelé Roberto Calderoli ?

Connu notamment pour ses insultes racistes, Roberto Calderoli a affirmé mardi que le père de Cécile Kyenge l'avait ensorcelé. Et le sénateur italien dit détenir des preuves de ses[...]

RDC : Joseph Kabila cherche des alliés

Les concertations nationales de septembre et octobre 2013 en RDC entre Joseph Kabila et une partie de l'opposition n'auraient-elles servi à rien ? C'est bien possible. Explications.[...]

RDC : le journaliste Magloire Paluku toujours inquiet pour sa sécurité

Réchappé d'une tentative d'assassinat le 10 août, Magloire Paluku, directeur de Radio Kivu 1 et correspondant de RFI swahili à Goma, assure aujourd'hui lui-même sa[...]

RDC : l'isolement de la région touchée par Ebola limite la progression de l'épidémie

L’enclavement de la zone touchée par l’épidémie de fièvre hémorragique due au virus Ebola en République démocratique du Congo limite considérablement sa[...]

RDC - Affaire Chebeya : plainte contre Mwilambwe confirmée au Sénégal

À la suite de la plainte déposée par la FIDH et les familles des victimes dans l'affaire Chebeya début juin, la justice sénégalaise a ouvert mardi une information judicaire à[...]

RDC 

Kin-Kiey Mulumba : "La majorité des Congolais souhaitent voir Kabila continuer"

Au cœur du débat sur l'éventuelle modification de la Constitution en RDC, Kin-Kiey Mulumba, ministre congolais en charge des Nouvelles technologies, lance "Kabila désir". Une structure qui[...]

RDC : l'épidémie d'Ebola n'a "aucun lien avec celle qui sévit en Afrique de l'Ouest"

"Les résultats sont sortis positifs. Le virus Ebola est confirmé en RDC", a déclaré le ministre congolais (RDC) de la Santé, Félix Kabange Numbi.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex