Extension Factory Builder
15/11/2012 à 09:46
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Iyad Ag Ghali, leader du groupe islamiste Ansar Eddine. Iyad Ag Ghali, leader du groupe islamiste Ansar Eddine. © AFP

Ansar Eddine a fait mercredi 14 novembre d'importantes concessions, allant jusqu'à renoncer à imposer la charia dans tout le pays. Le mouvement islamiste tente ainsi de conjurer la menace d'une intervention armée africaine au Nord-Mali.

Menacé par la perspective d'une intervention militaire, le mouvement islamiste armé Ansar Eddine change de cap. « Nous renonçons à l'application de la charia sur toute l'étendue du territoire malien, sauf dans notre région de Kidal (nord-est) où la charia sera appliquée en tenant compte de nos réalités », a déclaré Hamada Ag Bibi, membre d'une délégation d'Ansar Eddine présente à Ouagadougou.

Le porte-parole de cette délégation, Mohamed Ag Aharib, a fait encore un autre geste, qui dépasse le simple rejet du « terrorisme » proclamé la semaine dernière par les siens. Si des « négociations » sont engagées avec les autorités maliennes, « on peut envisager les voies et les moyens par lesquels on peut se débarrasser du terrorisme, du trafic de drogue et des mouvements étrangers », a-t-il en effet affirmé.

Pour le groupe dirigé par Iyad Ag Ghali, essentiellement composé de Touaregs maliens comme lui, c'est un revirement spectaculaire, à la fois dans la doctrine et dans la stratégie. Ansar Eddine (Défenseurs de l'islam) occupe depuis avril le nord du Mali, une zone vouée aux trafics en tous genres, aux côtés des jihadistes étrangers d'Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) et de ceux du Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest (Mujao), une dissidence d'Aqmi. Les trois groupes y appliquent de façon très stricte la charia (amputations, lapidations...), commettant de nombreuses exactions sur les civils ainsi que des destructions de mausolées.

Ansar Eddine aurait demandé à Aqmi de quitter les villes du Nord.

Pour « débarrasser » la région du « terrorisme » et des « mouvements étrangers », Ansar Eddine aurait déjà, selon une source proche du dossier, « demandé à Aqmi de quitter les villes » du Nord où il est présent « et de regagner ses positions d'avant le début de la crise » en janvier.

« Aqmi et les étrangers » sont « les plus influents car ce sont eux qui contrôlent le trafic de la drogue », a affirmé le ministre des Affaires étrangères du Niger, Mohamed Bazoum, jugeant en revanche le Mujao en « crise » et en voie de « scission ».

Discussions Ansar Eddine - MNLA

Le Mouvement national de libération de l'Azawad (MNLA) a de son côté salué une « évolution positive et très encourageante » d'Ansar Eddine sur la charia, même s'il a souhaité qu'il renonce aussi à l'imposer à Kidal.

Le MNLA, rébellion touarègue dont certains éléments se revendiquent laïcs, est favorable à l'autodétermination mais a été évincé par les islamistes. Il va ouvrir « dans les prochains jours » des « discussions formelles » avec Ansar Eddine, a annoncé Mossa Ag Attaher, un haut responsable du MNLA à Paris. Selon lui, il faut que « les forces vives de l'Azawad (région du nord du Mali) parlent d'une même voix pour aller à des négociations politiques ».

Ce changement de donne survient alors que la menace d'une intervention militaire africaine se précise : des dirigeants de la Communauté économique des États d'Afrique de l'Ouest (Cedeao) et d'autres pays africains ont décidé dimanche à Abuja d'envoyer 3 300 militaires pour un an pour aider l'armée malienne à chasser les groupes islamistes du Nord.

Option militaire

Mardi, l'Union africaine a donné son aval à l'envoi de cette force. Le plan d'intervention militaire doit être transmis avant la fin novembre au Conseil de sécurité de l'ONU, pour qu'il donne son feu vert. Si l'option militaire se prépare activement, l'Afrique comme la communauté internationale continuent de pousser à une solution négociée. La présidente de la commission de l'UA, Nkosazana Dlamini-Zuma, et le président français François Hollande, ont appelé à Paris, mercredi, à la poursuite du dialogue politique afin de convaincre des « groupes armés» de se détacher des « terroristes ».

--> Lire "Mali : de quells forces disposent les jihadistes"

Le recours à la force n'est pas sûr, mais « il est certain que nous devons nous y préparer », a déclaré le général Carter Ham, commandant des forces armées américaines en Afrique (Africom), estimant entre « 800 et 1 200 hommes » le noyau dur des combattants islamistes occupant le Nord malien. Le Tchad, dont l'armée est rompue à la guerre en zone sahélienne, a fait savoir qu'il était prêt à participer à une force africaine. Quant à la Mauritanie, elle envisage, à l'instar de l'Algérie, de fermer ses frontières en cas d'intervention, afin d'éviter un repli des islamistes armés.

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Mali

Mali : les cinq humanitaires capturés en février ont été libérés par l'armée française

Mali : les cinq humanitaires capturés en février ont été libérés par l'armée française

Les cinq humanitaires maliens, dont quatre employés du Comité international de la Croix-Rouge au Mali, capturés le 8 février ont été libérés jeudi par l'armée fran&cce[...]

Carte interactive : voyagez en Afrique sans visa !

En vertu d'accords bilatéraux ou dans le cadre d'organisations sous-régionales, plusieurs pays africains ont supprimé l'obligation de visa d'entrée sur leurs territoires. Grâce à une carte[...]

Mali : IBK au Sénégal, les raisons d'une visite

Le président malien, Ibrahim Boubacar Keïta, a fait une visite d'État au Sénégal, du 13 au 16 avril. Retour sur les raisons de cette visite.[...]

Mali - France : le ton monte

Les rapports entre le Mali et la France sont exécrables depuis plusieurs mois. Plus récemment, l'"affaire" Tomi et, surtout, la situation à Kidal n'arrangent rien.[...]

Terrorisme - Iyad Ag Ghaly : arrête-moi si tu l'oses !

Recherché pour terrorisme par le monde entier, le chef touareg Iyad Ag Ghaly semble pourtant poursuivi avec bien peu d'ardeur. Et pour cause : il reste un acteur essentiel dans la région.[...]

Le jihadiste algérien Mokhtar Belmokhtar retiré en Libye ?

Selon le président malien, Ibrahim Boubacar Keïta (IBK), la présence en Libye de Mokhtar Belmokhtar serait une menace pour la paix. Le jihadiste algérien et ses hommes avaient occupé pendant[...]

Jean-Yves Le Drian : "IBK doit négocier, Samba-Panza aussi"

Mali, Centrafrique, Libye... Le ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian, reconduit à son poste le 2 avril, est sur tous les fronts africains. Entretien avec un Breton sans états[...]

Mali : un nouveau gouvernement pour relancer la réconciliation

Le président malien Ibrahim Boubacar Keïta a nommé les membres du gouvernement dirigé par le nouveau Premier ministre Moussa Mara, une équipe resserrée dont l'une des principales[...]

Journalistes de RFI assassinés au Mali : des juges français vont enquêter

Des juges d'instruction parisiens vont enquêter sur l'assassinat au Mali fin 2013 des deux journalistes de RFI Ghislaine Dupont et Claude Verlon, a-t-on appris vendredi de source judiciaire.[...]

Mali : le nouveau gouvernement formé, le ministre de la Réconciliation remplacé

Le nouveau Premier ministre du Mali, Moussa Mara, a formé son gouvernement, dans lequel ne figure plus le ministre sortant de la Réconciliation, remplacé par l'ex-chef de la diplomatie, selon un[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers