Extension Factory Builder
15/11/2012 à 09:46
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Iyad Ag Ghali, leader du groupe islamiste Ansar Eddine. Iyad Ag Ghali, leader du groupe islamiste Ansar Eddine. © AFP

Ansar Eddine a fait mercredi 14 novembre d'importantes concessions, allant jusqu'à renoncer à imposer la charia dans tout le pays. Le mouvement islamiste tente ainsi de conjurer la menace d'une intervention armée africaine au Nord-Mali.

Menacé par la perspective d'une intervention militaire, le mouvement islamiste armé Ansar Eddine change de cap. « Nous renonçons à l'application de la charia sur toute l'étendue du territoire malien, sauf dans notre région de Kidal (nord-est) où la charia sera appliquée en tenant compte de nos réalités », a déclaré Hamada Ag Bibi, membre d'une délégation d'Ansar Eddine présente à Ouagadougou.

Le porte-parole de cette délégation, Mohamed Ag Aharib, a fait encore un autre geste, qui dépasse le simple rejet du « terrorisme » proclamé la semaine dernière par les siens. Si des « négociations » sont engagées avec les autorités maliennes, « on peut envisager les voies et les moyens par lesquels on peut se débarrasser du terrorisme, du trafic de drogue et des mouvements étrangers », a-t-il en effet affirmé.

Pour le groupe dirigé par Iyad Ag Ghali, essentiellement composé de Touaregs maliens comme lui, c'est un revirement spectaculaire, à la fois dans la doctrine et dans la stratégie. Ansar Eddine (Défenseurs de l'islam) occupe depuis avril le nord du Mali, une zone vouée aux trafics en tous genres, aux côtés des jihadistes étrangers d'Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) et de ceux du Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest (Mujao), une dissidence d'Aqmi. Les trois groupes y appliquent de façon très stricte la charia (amputations, lapidations...), commettant de nombreuses exactions sur les civils ainsi que des destructions de mausolées.

Ansar Eddine aurait demandé à Aqmi de quitter les villes du Nord.

Pour « débarrasser » la région du « terrorisme » et des « mouvements étrangers », Ansar Eddine aurait déjà, selon une source proche du dossier, « demandé à Aqmi de quitter les villes » du Nord où il est présent « et de regagner ses positions d'avant le début de la crise » en janvier.

« Aqmi et les étrangers » sont « les plus influents car ce sont eux qui contrôlent le trafic de la drogue », a affirmé le ministre des Affaires étrangères du Niger, Mohamed Bazoum, jugeant en revanche le Mujao en « crise » et en voie de « scission ».

Discussions Ansar Eddine - MNLA

Le Mouvement national de libération de l'Azawad (MNLA) a de son côté salué une « évolution positive et très encourageante » d'Ansar Eddine sur la charia, même s'il a souhaité qu'il renonce aussi à l'imposer à Kidal.

Le MNLA, rébellion touarègue dont certains éléments se revendiquent laïcs, est favorable à l'autodétermination mais a été évincé par les islamistes. Il va ouvrir « dans les prochains jours » des « discussions formelles » avec Ansar Eddine, a annoncé Mossa Ag Attaher, un haut responsable du MNLA à Paris. Selon lui, il faut que « les forces vives de l'Azawad (région du nord du Mali) parlent d'une même voix pour aller à des négociations politiques ».

Ce changement de donne survient alors que la menace d'une intervention militaire africaine se précise : des dirigeants de la Communauté économique des États d'Afrique de l'Ouest (Cedeao) et d'autres pays africains ont décidé dimanche à Abuja d'envoyer 3 300 militaires pour un an pour aider l'armée malienne à chasser les groupes islamistes du Nord.

Option militaire

Mardi, l'Union africaine a donné son aval à l'envoi de cette force. Le plan d'intervention militaire doit être transmis avant la fin novembre au Conseil de sécurité de l'ONU, pour qu'il donne son feu vert. Si l'option militaire se prépare activement, l'Afrique comme la communauté internationale continuent de pousser à une solution négociée. La présidente de la commission de l'UA, Nkosazana Dlamini-Zuma, et le président français François Hollande, ont appelé à Paris, mercredi, à la poursuite du dialogue politique afin de convaincre des « groupes armés» de se détacher des « terroristes ».

--> Lire "Mali : de quells forces disposent les jihadistes"

Le recours à la force n'est pas sûr, mais « il est certain que nous devons nous y préparer », a déclaré le général Carter Ham, commandant des forces armées américaines en Afrique (Africom), estimant entre « 800 et 1 200 hommes » le noyau dur des combattants islamistes occupant le Nord malien. Le Tchad, dont l'armée est rompue à la guerre en zone sahélienne, a fait savoir qu'il était prêt à participer à une force africaine. Quant à la Mauritanie, elle envisage, à l'instar de l'Algérie, de fermer ses frontières en cas d'intervention, afin d'éviter un repli des islamistes armés.

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Mali

Indépendance du Mali : que reste-t-il de Modibo Keïta, cent ans après sa naissance ?

Indépendance du Mali : que reste-t-il de Modibo Keïta, cent ans après sa naissance ?

Modibo Keïta, premier président de la République du Mali, aurait été centenaire le 4 juin 2015. Retour sur la vie de ce leader panafricain qui a marqué l'histoire de son pays et du continent[...]

Mali : 3 Casques bleus blessés dans l'explosion d'une mine, le chef de la Minusma indemne

Trois Casques bleus ont été blessés au Mali, jeudi, dans l'explosion d'une mine au passage de leur convoi dans lequel avait pris place le commandant en chef de la Minusma, le général danois[...]

Terrorisme : quand Hollande joue les cow-boys au Mali

Au Mali, le président français n'hésite plus à ordonner des assassinats ciblés contre les chefs jihadistes. Une "neutralisation" sans autre forme de procès.[...]

"O Ka" : Souleymane Cissé le justicier

À partir de l'expulsion de ses soeurs de sa maison natale, le réalisateur malien revient sur l'histoire de sa famille. Un film engagé, tourné vers l'avenir.[...]

Mali : un Casque bleu bangladais tué dans une attaque à Bamako

Selon des sources sécuritaires maliennes, un Casque bleu de la Minusma été tué et un autre grièvement blessé par des tirs d'assaillants non identifiés dans la nuit de lundi à[...]

Tomi, IBK, Bongo : des écoutes embarrassantes

Des chefs d’Etat étrangers, qui plus est des amis de la France, écoutés dans le cadre d’investigations judiciaires ? Voilà qui, d’un point de vue diplomatique, et même si[...]

Crise malienne : pourquoi Ménaka cristallise les tensions

Alors que la rébellion du Nord-Mali réclame toujours des amendements à l'accord d'Alger pour le signer, la situation sécuritaire se détériore depuis la reprise de la ville de[...]

Mali : l'armée accusée d'avoir exécuté neuf personnes à Tin Hama

Des combats entre les rebelles de la CMA et l'armée malienne ont eu lieu jeudi matin à Tin Hama, près d'Ansongo, dans le nord-est du Mali. Dans un communiqué, les rebelles accusent les soldats maliens[...]

Les femmes africaines peinent à percer le plafond de verre

Éducation, travail, indépendance... Malgré de timides avancées, le statut des femmes n'a que peu progressé en Afrique, selon les participantes du 5e forum social d’Essaouira, au Maroc, du[...]

Deux importants chefs jihadistes tués dans le nord du Mali par l'armée française

Le ministère français de la Défense a affirmé mercredi dans un communiqué avoir neutralisé deux importantes figures du jihadisme dans le nord du Mali : Abdelkrim al-Targui et Ibrahim Ag[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers