Extension Factory Builder
14/11/2012 à 08:14
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
 Simone Gbagbo, le 4 février 2011 à Abidjan. Simone Gbagbo, le 4 février 2011 à Abidjan. © Sia Kambou/AFP

L'audition de Simone Gbagbo par la justice ivoirienne a commencé mardi 12 novembre à Odienné (Nord), et doit s'achever ce mercredi. Inculpée notamment de génocide, l'ancienne première dame doit s'expliquer sur son rôle pendant la crise postélectorale de 2010-2011.

Poursuivie pour génocide et crimes de sang, atteinte à la sûreté de l'État et infractions économiques, l’ancienne première dame Simone Gbagbo a commencé à être entendue par la justice ivoirienne, mardi 13 novembre, pour son rôle dans la crise postélectorale de 2010-2011. « L'audition a débuté cet après-midi à Odienné (Nord) et devrait se terminer demain (mercredi) », a indiqué hier une source judiciaire.

Depuis avril 2011 et la chute de son mari, Laurent Gbagbo, elle est maintenue en détention dans le cadre des enquêtes en cours sur les crimes commis durant la crise de 2010-2011. Avec elle et l’ex-président ivoirien, qui a été transféré à la CPI en novembre 2012, une vingtaine de personnalités pro-Gbagbo sont incarcérées dans plusieurs villes du Nord de la Côte d’Ivoire et accusées de crimes de sang ou de crimes économiques. Parmi elles, huit sont inculpées de génocide. Des dizaines de combattants de l'ancien régime sont eux aussi détenus partout dans le pays en attente de leur procès.

Gages de réconciliation

Depuis quelques semaines, le régime du président Alassane Ouattara souhaite accélérer la tenue des procès de plusieurs hauts responsables politiques pro-Gbagbo en détention, comme celui de Pascal Affi N'Guessan, l'ancien président du Front populaire ivoirien (FPI). L’idée est de relaxer ceux qui peuvent l’être de manière à donner des gages de réconciliation à une opposition décapitée, et de permettre à cette dernière de se structurer autour de quelques leaders « historiques ».

Abidjan aimerait ainsi favoriser le dialogue et l'apaisement dans un pays qui connaît depuis août un sérieux regain de tension, à la suite d'attaques armées contre les forces de sécurité et des sites sensibles. Les autorités ont imputé ces attaques à des pro-Gbagbo, ce que les tenants de l'ancien régime ont récusé.

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Côte d'Ivoire

Côte d'Ivoire - FPI : duel Affi-Gbagbo, qui soutient qui ?

Côte d'Ivoire - FPI : duel Affi-Gbagbo, qui soutient qui ?

Tous deux candidats à la présidence du Front populaire ivoirien (FPI), Pascal Affi N'Guessan et Laurent Gbagbo seront départagés lors du 4e congrès du parti, début décembre à[...]

Côte d'Ivoire : pourquoi Renard risque de quitter les Éléphants juste avant la CAN

Approché par Bastia (France, Ligue 1), Hervé Renard, le sélectionneur de la Côte d’Ivoire, n’est plus certain de rester à la tête des Éléphants. À cause, [...]

Côte d'Ivoire : le FPI valide la candidature de Laurent Gbagbo à la présidence du parti

Le comité de contrôle du Front populaire ivoirien (FPI) a validé mercredi la candidature de l'ancien président ivoirien Laurent Gbagbo à la présidence du parti, a appris "Jeune[...]

Armée ivoirienne : la grogne des grognards

D'anciens rebelles intégrés à l'armée, réclamant le paiement d'arriérés de solde, ont lancé un mouvement de protestation. Un message que le gouvernement a reçu[...]

Guillaume Soro : "Blaise Compaoré a évité le pire, et c'est le plus important"

L'ancien chef rebelle ivoirien a longtemps bénéficié des conseils et des largesses de son grand frère burkinabè. Aujourd'hui, Guillaume Soro réagit pour la première fois aux[...]

Côte d'Ivoire : une dizaine de pro-Gbagbo, dont 3 anciens ministres, mettent fin à leur exil au Ghana

Trois anciens ministres de Laurent Gbagbo, Hubert Oulaye, Odette Sauyet et Assoa Adou, ont regagné la Côte d'Ivoire lundi avec d'autres cadres de l'ancien régime, mettant fin à un exil de quatre ans au[...]

La Côte d'Ivoire veut lever 160 milliards de F CFA

L'État ivoirien a entamé la levée de 160 milliards de F CFA (243 millions d'euros) sur le marché de l'Uemoa. Une partie de ces ressources pourrait servir à apurer la solde des militaires[...]

Blaise Compaoré a quitté la Côte d'Ivoire pour le Maroc

L'ancien président burkinabè, Blaise Compaoré, qui a démissionné le 31 octobre avant de s'exiler en Côte d'Ivoire, a quitté Yamoussoukro pour le Maroc.[...]

CAN 2015 : Nigeria out, Côte d'Ivoire, RDC et Guinée in

Le Nigeria, tenant du titre, a été éliminé lors de la dernière journée des qualifications à la CAN 2015, le 19 novembre, au profit du Congo de Claude Le Roy. La RDC a[...]

Livre : le baroud d'honneur de Robert Dulas

Barbouze : un mot que Robert Dulas déteste, mais qui lui colle à la peau. Longtemps, ce pro du renseignement a traîné ses guêtres en Afrique. Aujourd'hui, c'est dans un livre qu'il[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces