Extension Factory Builder
13/11/2012 à 18:04
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Mohamed Ould Abdelaziz pourrait assister à la fête nationale de l’indépendance, le 28 novembre. Mohamed Ould Abdelaziz pourrait assister à la fête nationale de l’indépendance, le 28 novembre. © Farouk Batiche/AFP

Blessé par balles et transféré en France pour y subir des soins, Mohamed Ould Abdelaziz poursuit son rétablissement près de Paris, selon son entourage. Qui affirme que le président mauritanien devrait regagner son pays "prochainement".

Selon ses proches, le retour à Nouakchott de Mohamed Ould Abdelaziz n’est plus qu’une question de semaines. Le président mauritanien devrait, « si tout va bien », assister à la fête nationale de l’indépendance, le 28 novembre. En l’absence de communication officielle, son entourage se veut rassurant et balaie les rumeurs selon lesquelles, touché au pancréas, « Aziz », serait toujours hospitalisé et que, très diminué - on évoque une importante perte de poids -, il ne pourrait pas s’alimenter normalement.

« Tout cela n’est que spéculation, il va très bien, confie un proche. Il n’a plus que des rendez-vous médicaux de routine. » Toujours en convalescence en France, il se repose dans une résidence privée, située à 120 kilomètres de Paris. Là, il reçoit des personnalités françaises, mais ces rendez-vous ne sont pas officiels (le ministre de l’Intérieur Manuel Valls lui aurait discrètement rendu visite). Selon son entourage, il continue d’assurer ses fonctions. D’ailleurs, le président ivoirien Alassane Ouattara l’aurait très récemment joint par téléphone, afin de s’entretenir avec lui de la situation au Mali.

Apaisement

Pendant ce temps, en Mauritanie, les rumeurs vont bon train. Ils sont nombreux à douter de la thèse officielle de l’erreur, d’autant que El Hadj Ould H'moudi, le jeune lieutenant auteur des coups de feu qui ont blessé le président, a été envoyé en stage à l’étranger. Mais sur la scène politique, on joue l’apaisement.

Les leaders de la Coordination de l’opposition démocratique (COD) ont finalement accepté de se réunir afin de dialoguer, le 12 novembre, avec l’Union pour la république (UPR) sur l’initiative du parti présidentiel. Quant au président de l’Assemblée nationale Messaoud Ould Boulkheir, il a décidé de suspendre son projet de gouvernement national, qu’il a remis à la présidence deux jours avant « l’accident » d’Aziz, ainsi qu’à Saleh Ould Hanena, le président en exercice de la COD.

Lors de l’ouverture d’une nouvelle session parlementaire, le 12 novembre, Messaoud Ould Boulkheir a une nouvelle fois appelé à l’apaisement entre majorité et opposition. Mais la COD, dénonçant sans relâche le vide politique à la tête de la Mauritanie, exige toujours une enquête indépendante sur les circonstances de la fusillade, ainsi que la publication quotidienne d’un bulletin de santé de Mohamed Ould Abdelaziz.

________

Par Justine Spiegel (@JustineSpiegel)
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Mauritanie

Les femmes africaines peinent à percer le plafond de verre

Les femmes africaines peinent à percer le plafond de verre

Éducation, travail, indépendance... Malgré de timides avancées, le statut des femmes n'a que peu progressé en Afrique, selon les participantes du 5e forum social d’Essaouira, au Maroc, du 1[...]

Terrorisme, immigration... : les pays du G5 sahélien se mobilisent

Le G5 du Sahel, créé l'an dernier, compte parmi ses membres le Burkina Faso, le Mali, la Mauritanie, le Niger et le Tchad. Bernard Cazeneuve, le ministre français de l'Intérieur, était[...]

Mauritanie : au-delà des chants du désert

Appelées "flash", les clés USB et les mini-cartes mémoire sont les supports les plus utilisés pour stocker, diffuser et partager des sons en Mauritanie. Connectées à un[...]

Mauritanie : le président Aziz appelle à l'arrêt d'une grève dans une mine de fer

Le président mauritanien Mohamed Ould Abdel Aziz a appelé les travailleurs de la principale mine de fer de son pays, en grève depuis deux mois pour des augmentations de salaires, à "reprendre le[...]

Il s'appelait Lemrabott

Il était l'une des rares personnalités politiques mauritaniennes de ce dernier quart de siècle à faire l'unanimité autour de son nom, et son décès brutal, le 8 mars[...]

Kabila, Ouattara, Bouteflika, Biya... Quels sont les diplômes de vos présidents ?

Votre président a-t-il le baccalauréat ? Un master ? À-t-il étudié l’économie ou le droit ? En France ou en Chine ? Toutes les réponses avec notre jeu interactif.  [...]

César 2015 : le film franco-mauritanien "Timbuktu" triomphe avec sept prix

Le film franco-mauritanien "Timbuktu" d'Abderrahmane Sissako, chronique de la vie quotidienne dans le nord du Mali sous la coupe des jihadistes, a triomphé vendredi à la 40e cérémonie des[...]

Entre clandestinité et tabous, dix choses à savoir sur l'avortement au Maghreb

Au Maghreb, l'avortement clandestin est une réalité que connaissent de nombreuses femmes. Une pratique dangereuse qui brise de nombreuses vies. Pays par pays, "Jeune Afrique" fait le point sur la question.[...]

Mauritanie : Aziz n'est pas Charlie

Depuis son accession au pouvoir, en 2009, le président mauritanien Mohamed Ould Abdelaziz ne manque pas une occasion de se poser en défenseur zélé de l'islam. Non sans[...]

Mohamedou Ould Slahi : je vous écris de Guantánamo

On l'a pris, à tort, pour un gros bonnet d'Al-Qaïda. Kidnappé dans sa Mauritanie natale, puis remis aux Américains, Mohamedou Ould Slahi croupit depuis 2002 dans la sinistre base cubaine. Dans un[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers