Extension Factory Builder
13/11/2012 à 18:04
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Mohamed Ould Abdelaziz pourrait assister à la fête nationale de l’indépendance, le 28 novembre. Mohamed Ould Abdelaziz pourrait assister à la fête nationale de l’indépendance, le 28 novembre. © Farouk Batiche/AFP

Blessé par balles et transféré en France pour y subir des soins, Mohamed Ould Abdelaziz poursuit son rétablissement près de Paris, selon son entourage. Qui affirme que le président mauritanien devrait regagner son pays "prochainement".

Selon ses proches, le retour à Nouakchott de Mohamed Ould Abdelaziz n’est plus qu’une question de semaines. Le président mauritanien devrait, « si tout va bien », assister à la fête nationale de l’indépendance, le 28 novembre. En l’absence de communication officielle, son entourage se veut rassurant et balaie les rumeurs selon lesquelles, touché au pancréas, « Aziz », serait toujours hospitalisé et que, très diminué - on évoque une importante perte de poids -, il ne pourrait pas s’alimenter normalement.

« Tout cela n’est que spéculation, il va très bien, confie un proche. Il n’a plus que des rendez-vous médicaux de routine. » Toujours en convalescence en France, il se repose dans une résidence privée, située à 120 kilomètres de Paris. Là, il reçoit des personnalités françaises, mais ces rendez-vous ne sont pas officiels (le ministre de l’Intérieur Manuel Valls lui aurait discrètement rendu visite). Selon son entourage, il continue d’assurer ses fonctions. D’ailleurs, le président ivoirien Alassane Ouattara l’aurait très récemment joint par téléphone, afin de s’entretenir avec lui de la situation au Mali.

Apaisement

Pendant ce temps, en Mauritanie, les rumeurs vont bon train. Ils sont nombreux à douter de la thèse officielle de l’erreur, d’autant que El Hadj Ould H'moudi, le jeune lieutenant auteur des coups de feu qui ont blessé le président, a été envoyé en stage à l’étranger. Mais sur la scène politique, on joue l’apaisement.

Les leaders de la Coordination de l’opposition démocratique (COD) ont finalement accepté de se réunir afin de dialoguer, le 12 novembre, avec l’Union pour la république (UPR) sur l’initiative du parti présidentiel. Quant au président de l’Assemblée nationale Messaoud Ould Boulkheir, il a décidé de suspendre son projet de gouvernement national, qu’il a remis à la présidence deux jours avant « l’accident » d’Aziz, ainsi qu’à Saleh Ould Hanena, le président en exercice de la COD.

Lors de l’ouverture d’une nouvelle session parlementaire, le 12 novembre, Messaoud Ould Boulkheir a une nouvelle fois appelé à l’apaisement entre majorité et opposition. Mais la COD, dénonçant sans relâche le vide politique à la tête de la Mauritanie, exige toujours une enquête indépendante sur les circonstances de la fusillade, ainsi que la publication quotidienne d’un bulletin de santé de Mohamed Ould Abdelaziz.

________

Par Justine Spiegel (@JustineSpiegel)
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Mauritanie

Mauritanie : Dah Ould Abeid et 2 autres militants anti-esclavagistes condamnés à 2 ans de prison

Mauritanie : Dah Ould Abeid et 2 autres militants anti-esclavagistes condamnés à 2 ans de prison

Trois militants anti-esclavagistes de Mauritanie, dont l'ex-candidat à la présidentielle Biram Ould Dah Ould Abeid, ont été condamnés jeudi à deux ans de prison ferme.[...]

Mauritanie : Fatimata Mbaye, indestructible

Les femmes puissantes sont de plus en plus nombreuses sur le continent. Voici notre sélection - forcément subjective - des 50 Africaines les plus influentes au monde.[...]

Mohamed Talbi : "L'islam est né laïc"

L'auteur tunisien de "Ma religion c'est la liberté" n'en démord pas : le Coran est porteur de modernité et de rationalité, mais son message a été altéré par[...]

Décryptage : que signifie la condamnation à mort du jeune Mauritanien coupable d'apostasie ?

Le 24 décembre, un jeune Mauritanien a été condamné à mort pour apostasie, à Nouadhibou, dans le nord-ouest du pays, avant de faire appel deux jours plus tard. Cette décision[...]

Mauritanie : la défense fait appel de la condamnation à mort pour apostasie

Les avocats d'un jeune Mauritanien incarcéré depuis près d'un an pour un écrit considéré comme blasphématoire envers le prophète Mahomet et condamné à mort[...]

Mauritanie : un homme condamné à mort pour apostasie

Une organisation anti-esclavagiste de Mauritanie a appelé vendredi à gracier un jeune condamné à mort pour apostasie dans ce pays, regrettant "un procès expéditif mené sous[...]

Première condamnation à mort pour apostasie en Mauritanie

La première condamnation à mort pour apostasie de l'histoire de la Mauritanie depuis son indépendance en 1960 a été prononcée mercredi soir à Nouadhibou (Nord-Ouest) à[...]

Sahel : ces chefs jihadistes éliminés par les Français... et ceux qui courent toujours

Plusieurs chefs jihadistes de premier plan ont été tués par les forces françaises depuis le déclenchement de l'opération Serval au Mali, en janvier 2013. D'autres sont toujours en vie,[...]

Les pays du "G5 du Sahel" appellent l'ONU à intervenir en Libye

Les dirigeants des cinq pays du "G5 du Sahel" (Tchad, Niger, Burkina Faso, Mali, Mauritanie), réunis vendredi en sommet à Nouakchott, ont appelé l'ONU à mettre en place une force[...]

"Timbuktu" : Abel Jafri, un jihadiste amoureux

Fils d'un Algérien et d'une Tunisienne, le comédien Abel Jafri incarne un fondamentaliste complexe dans "Timbuktu", le film d'Abderrahmane Sissako remarqué lors du Festival de Cannes.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20121113175051 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20121113175051 from 172.16.0.100