Extension Factory Builder
13/11/2012 à 18:04
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Mohamed Ould Abdelaziz pourrait assister à la fête nationale de l’indépendance, le 28 novembre. Mohamed Ould Abdelaziz pourrait assister à la fête nationale de l’indépendance, le 28 novembre. © Farouk Batiche/AFP

Blessé par balles et transféré en France pour y subir des soins, Mohamed Ould Abdelaziz poursuit son rétablissement près de Paris, selon son entourage. Qui affirme que le président mauritanien devrait regagner son pays "prochainement".

Selon ses proches, le retour à Nouakchott de Mohamed Ould Abdelaziz n’est plus qu’une question de semaines. Le président mauritanien devrait, « si tout va bien », assister à la fête nationale de l’indépendance, le 28 novembre. En l’absence de communication officielle, son entourage se veut rassurant et balaie les rumeurs selon lesquelles, touché au pancréas, « Aziz », serait toujours hospitalisé et que, très diminué - on évoque une importante perte de poids -, il ne pourrait pas s’alimenter normalement.

« Tout cela n’est que spéculation, il va très bien, confie un proche. Il n’a plus que des rendez-vous médicaux de routine. » Toujours en convalescence en France, il se repose dans une résidence privée, située à 120 kilomètres de Paris. Là, il reçoit des personnalités françaises, mais ces rendez-vous ne sont pas officiels (le ministre de l’Intérieur Manuel Valls lui aurait discrètement rendu visite). Selon son entourage, il continue d’assurer ses fonctions. D’ailleurs, le président ivoirien Alassane Ouattara l’aurait très récemment joint par téléphone, afin de s’entretenir avec lui de la situation au Mali.

Apaisement

Pendant ce temps, en Mauritanie, les rumeurs vont bon train. Ils sont nombreux à douter de la thèse officielle de l’erreur, d’autant que El Hadj Ould H'moudi, le jeune lieutenant auteur des coups de feu qui ont blessé le président, a été envoyé en stage à l’étranger. Mais sur la scène politique, on joue l’apaisement.

Les leaders de la Coordination de l’opposition démocratique (COD) ont finalement accepté de se réunir afin de dialoguer, le 12 novembre, avec l’Union pour la république (UPR) sur l’initiative du parti présidentiel. Quant au président de l’Assemblée nationale Messaoud Ould Boulkheir, il a décidé de suspendre son projet de gouvernement national, qu’il a remis à la présidence deux jours avant « l’accident » d’Aziz, ainsi qu’à Saleh Ould Hanena, le président en exercice de la COD.

Lors de l’ouverture d’une nouvelle session parlementaire, le 12 novembre, Messaoud Ould Boulkheir a une nouvelle fois appelé à l’apaisement entre majorité et opposition. Mais la COD, dénonçant sans relâche le vide politique à la tête de la Mauritanie, exige toujours une enquête indépendante sur les circonstances de la fusillade, ainsi que la publication quotidienne d’un bulletin de santé de Mohamed Ould Abdelaziz.

________

Par Justine Spiegel (@JustineSpiegel)
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Mauritanie

'Timbuktu' : Abel Jafri, un jihadiste amoureux

"Timbuktu" : Abel Jafri, un jihadiste amoureux

Fils d'un Algérien et d'une Tunisienne, le comédien Abel Jafri incarne un fondamentaliste complexe dans "Timbuktu", le film d'Abderrahmane Sissako remarqué lors du Festival de Cannes.[...]

Karim Miské, talent sans frontières

Tantôt à Nouakchott, tantôt à Paris. Une caméra dans une main, un stylo dans l'autre. L'écrivain et documentariste franco-mauritanien Karim Miské explore depuis vingt-cinq ans[...]

Traversées mauritanides : les mots pour le lire

Mi-décembre se tiendra la 5e édition du festival Traversées mauritanides à Nouakchott et à Nouadhibou. Une plongée au coeur des lettres francophones et arabophones.[...]

Mauritanie : Nouakchott croule sous les déchets

Depuis le mois de mai, le ramassage des ordures laisse à désirer à Nouakchott, devenu une véritable décharge à ciel ouvert. Face à ce désastre, des habitants se[...]

Mauritanie : entre les Flam le torchon brûle

Un an après le retour au pays de leurs leaders, les militants de la cause négro-mauritanienne des Forces de libération africaines de Mauritanie (Flam) s'entre-déchirent. Faut-il intégrer[...]

Mauritanie : roulez jeunesse !

Kane Limam Monza est auteur-interprète et fondateur du festival Assalamalekoum. Être jeune, en voilà une chance pour nous autres. Forts, fiers et dynamiques... Telle devrait être la donne.[...]

Mauritanie : Mohamed Ould Abdelaziz droit dans ses bottes

Mohamed Ould Abdelaziz ne s'en laisse pas conter, délègue peu et décide tout seul. Portrait d'un omniprésident Mauritanien qui semble décidé à faire de la lutte contre la[...]

Mauritanie - Ely Ould Mohamed Vall : "L'insécurité est flagrante, le pays est en ébullition"

Le cousin et néanmoins grand rival du chef de l'État ne trouve rien de positif dans l'action du gouvernement. Et ne se prive pas de le faire savoir.[...]

Mauritanie : le front du refus se dégarnit

Les principaux adversaires du régime ont boycotté le dernier scrutin présidentiel. Atteints par la limite d'âge, ils ne pourront se présenter en 2019. Et, pour le moment, aucun dauphin ne[...]

Gouvernement mauritanien : comment faire du neuf avec du vieux

Pas de jeunes, peu de femmes ou de nouveaux visages... Le gouvernement Hademine ressemble à s'y méprendre au précédent. À quelques exceptions près.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers