Extension Factory Builder
13/11/2012 à 09:32
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Laurent Fabius devant le CGN à Tripoli le 12 novembre. Laurent Fabius devant le CGN à Tripoli le 12 novembre. © AFP

Dans un discours tenu le lundi 12 novembre devant le Congrès général national libyen (CGN), le ministre français des Affaires étrangères, Laurent Fabius, a affirmé que la France était prête à aider la Libye pour relever le défi de la sécurité.

En déplacement en Libye, Laurent Fabius est le premier responsable politique à s’être exprimé devant le CGN, élu le 7 juillet. « Nous serons (...) à vos côtés pour relever le défi de la sécurité », a-t-il déclaré lors de son discours, le 12 novembre.

« Je souhaite que notre coopération en matière de sécurité et de défense soit renforcée, pour vous aider à bâtir l’armée et la police dont la Libye a besoin. Si vous en exprimez le souhait, la France demandera à l'Union européenne qu'une aide vous soit apportée dans ce domaine primordial », a-t-il précisé.

En un an, depuis la chute de l'ex-guide Mouammar Kadhafi en octobre 2011, les autorités de transition parviennent difficilement à maintenir un niveau de sécurité homogène sur l’ensemble du territoire. Elles sont à la fois confrontées à des dizaines de milices armées incontrôlables qui font la loi dans le pays, et au déclenchement de conflits armées entre tribus ou régions rivales.

Surveillance des frontières

Dans son discours, le ministre français a également proposé l’aide de la France pour la surveillance des frontières, la Libye étant un pays de destination et de transit pour des centaines de milliers de migrants essentiellement africains.

« Le contrôle des frontières est d'autant plus pressant qu'au Sahel, la situation est instable et peut avoir des conséquences sur votre territoire et dans l'ensemble de la région. La France vous y aidera si vous le souhaitez », a-t-il dit devant les 200 membres du CGN.

« Le développement économique et la reconstruction impliquent que vous puissiez efficacement contrôler vos frontières terrestres et maritimes. Sinon, la Libye risquerait d'être un espace livré au désordre et au terrorisme. Les Libyens n'en veulent pas, nous non plus », a lancé le ministre, avant de conclure : « Vous le savez comme moi, il n'y a pas de démocratie sans sécurité. Il n'y a pas de sécurité sans rétablissement de l'autorité de l'État. Vous êtes les représentants du peuple, et à ce titre, vous incarnez et devez incarner l'autorité légitime. Vous aurez tout notre soutien pour que cette autorité soit effective ».

Accompagné d'Arnaud Montebourg, ministre du Redressement productif, M. Fabius s'est également entretenu avec le président du CGN, Mohamed al-Megaryef, et le nouveau Premier ministre, Ali Zidan. Le gouvernement de ce dernier devrait prêter serment mercredi 14 novembre.

Laurent Fabius s’est ensuite envolé pour rejoindre le Caire où il participe, le 13 novembre, à une réunion ministérielle de la Ligue arabe et de l'Union européenne (UE).

(Avec AFP)

 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Maghreb & Moyen-Orient

Armée tunisienne : la grande désillusion

Armée tunisienne : la grande désillusion

Incapable de venir à bout des maquis jihadistes, minée par des querelles au sommet, gangrenée par la politique, la grande muette a beaucoup perdu de sa superbe. Enquête exclusive sur une institut[...]

France - Djibouti : Le Drian rencontre Ismaïl Omar Guelleh... en Jordanie

Attendu à Djibouti pour sa première visite dans ce pays - "une date avait été retenue en avril, mais apparemment elle ne convenait pas au calendrier du président Ismaïl Omar[...]

Égypte : Mohamed Morsi, sans l'auréole du martyr

Alors que le régime du maréchal Sissi éradique les Frères musulmans à tour de bras, le président déchu écope de vingt ans de prison. Une condamnation à mort[...]

Iran - Ali Ahani : "Nous nous sommes toujours défendu et n'avons jamais attaqué quiconque"

Conflit israélo-palestinien, Daesh, conflit au Yémen... L'ambassadeur d'Iran en France, Ali Ahani, répond aux questions de Jeune Afrique. Entretien.[...]

Ciments du Maroc consolide ses positions

Dans un marché local toujours en berne, la filiale d'Italcementi se bat pour rester numéro deux. Et permettre au groupe italien de poser ses premiers jalons au sud du Sahara.[...]

Nabil Dirar (AS Monaco) : "Je ne regrette pas d'avoir choisi le Maroc"

À 29 ans, le milieu de terrain marocain est l'un des cadres de de l’AS Monaco, plus que jamais en lice pour disputer la prochaine Ligue des Champions après sa victoire à Lens (3-0) dimanche. Nabil[...]

Maroc : la polémique darija divise le royaume

Faut-il ou non introduire l'arabe dialectal dans les cursus scolaires ? La question divise le royaume. Éléments de réponse.[...]

Algérie : l'entraîneur du NAHD limogé après une altercation avec Anelka

L'entraîneur de l'équipe algérienne du NA Hussein Dey, Ighil Meziane, a été limogé après une "altercation" avec l'ancien international français Nicolas Anelka,[...]

Tunisie : 98 migrants perdus en mer arrivés au port de Zarzis

Trois bateaux de pêche ont amené samedi au port de Zarzis (Sud tunisien) 98 migrants africains en perdition en Méditerranée après avoir tenté de rallier illégalement l'île[...]

Moi, Fathy le Fou, maître du "trait pourri"

Mon pays, l’Algérie, a été pionnier dans la zone minée de la caricature politique en Afrique du Nord. J’ai fait partie de ses éclaireurs, envoyé à l’ombre avec[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20121113091725 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20121113091725 from 172.16.0.100