Extension Factory Builder
13/11/2012 à 09:08
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le président guinéen Alpha Condé, le 3 juillet 2012 à Paris. Le président guinéen Alpha Condé, le 3 juillet 2012 à Paris. © Kenzo Tribouillard/AFP

Dans un communiqué publié lundi, le président guinéen Alpha Condé a rendu homage à la directrice du Trésor, Aïssatou Boiro, assassinée vendredi 9 novembre à Conakry. Et affirmé qu'il poursuivrait son combat contre la corruption en Guinée.

Le président guinéen Alpha Condé s’est rendu dimanche soir au domicile de Aïssatou Boiro, la directrice du Trésor assassinée vendredi 9 novembre par des hommes armés en pleine rue, à Conakry. Il a présenté ses condoléances à la famille de la victime, se disant « choqué » par le drame, et affirmé que justice serait faite.

Dans un communiqué de la présidence, publié lundi, le chef de l'État a aussi indiqué que l’assassinat de Mme Boiro « ne détournera pas le gouvernement guinéen de sa campagne anti-corruption ». Il a rendu hommage au travail de la directrice du Trésor, qui « a lutté sans répit contre la corruption dans notre jeune démocratie. Elle a été emportée de la pire manière mais son travail ne sera pas vain. Nous continuerons le combat contre la corruption », a-t-il répété.

Détournements

Aïssatou Boiro a notamment été à l'origine du démantèlement d'un réseau qui avait tenté de détourner plus de 13 milliards de Francs guinéens (1,5 million d'euros) de la Banque centrale de la république de Guinée (BCRG), en mai dernier. Une personne est en fuite et au moins neuf autres ont été arrêtées dans cette affaire de corruption qui impliquait plusieurs cadres du Trésor public, du ministère des Finances et de la Banque centrale, indique-t-on de sources proches des milieux économiques et financiers à Conakry.

L'assassinat de Mme Boiro a provoqué une vive émotion en Guinée, où plusieurs responsables d'organisations de la société civile ont réagi. Une de leurs porte-parole, Fatou Baldé, a qualifié le crime de « tragédie (...) qu'aucune raison ne peut justifier ». Selon elle, les autorités portent « une lourde responsabilité » dans le niveau élevé d'insécurité actuel en Guinée.

Insécurité

Le responsable de l'Organisation guinéenne des droits de l'homme (OGDH), Thierno Maadjou Sow, s'est quant à lui dit « choqué et perturbé par cet acte criminel qu'il faudra punir à la hauteur de la forfaiture. Il faudra que l'État trouve les moyens de sécuriser les citoyens guinéens qui ont dans leur grande majorité perdu leur sommeil ».

Car en Guinée, même le président ne dort que d’un œil. C’est par chance qu’il est sorti indemne, en juillet 2011, d'une attaque à l'arme lourde de son domicile privé de Conakry. Une soixantaine de personnes au total, dont des militaires, ont été arrêtées après cette attaque et la plupart poursuivies pour « attentat contre la sûreté de l'État » et « tentative d'assassinat » du chef de l'État. Dix-sept des accusés ont été libérés en mars à la faveur d'un non-lieu. Deux sont décédés en détention, les autres demeurent en prison.

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Guinée

Gambie : Yahya Jammeh suspend les vols en provenance des pays touchés par Ebola

Gambie : Yahya Jammeh suspend les vols en provenance des pays touchés par Ebola

La Gambie a suspendu tous les vols en provenance de Guinée, du Liberia et de Sierra Leone pour prévenir toute contamination par le virus Ebola.[...]

La fièvre Ebola désormais "sous contrôle" en Guinée

Conakry a annoncé lundi que la fièvre hémorragique Ebola est désormais "sous contrôle". Une bonne nouvelle pour la Guinée, épicentre d'une épidémie qui a[...]

Guinée : Ebola fait "oublier" les autres maladies et les tensions sociales

En Guinée, la fièvre hémorragique due en partie au virus Ebola, qui a fait plus de 100 morts depuis janvier, a "fait oublier" d'autres maladies, qui continuent de beaucoup tuer, et les tensions[...]

Amadou Alpha Sall : "Aucun pays n'est suffisamment éloigné pour être protégé d'Ebola"

Le virus Ebola continue de se propager en Afrique de l'Ouest. Parti de Guinée, il a notamment atteint le Liberia et des cas sont suspectés en Sierra Leone et au Mali. Interview du docteur Amadou Alpha Sall, directeur[...]

Sommet UE-Afrique : un visiteur nommé Claude Guéant

Mais à quels dirigeant(s) africain(s) Claude Guéant a-t-il rendu visite à Bruxelles ? Une piste au moins se dessine.[...]

Guinée : Ebola... c'est si grave, docteur ?

Une épidémie "sans précédent" pour MSF, limitée pour l'OMS... Et, pour Conakry, un tapage médiatique qui nuit à son image.[...]

Guinée : l'aéroport de Conakry mobilisé contre la propagation d'Ebola

La mobilisation sanitaire s'est renforcée samedi à Conakry pour empêcher la propagation du virus Ebola hors de Guinée avec le déploiement d'équipes médicales à[...]

Ebola : des équipes françaises déployées en Guinée, à l'aéroport de Conakry

Des équipes médicales françaises ont été déployées à l'aéroport de Guinée Conakry "pour limiter au maximum" le risque d'une arrivée sur le [...]

Ebola : la France prend des mesures de sécurité à l'aéroport Roissy-Charles de Gaulle

Selon "Le Parisien", qui s'est procuré jeudi une note de la Direction générale de la santé, la France a décidé de renforcer ses mesures de sécurité pour l'accueil[...]

Guinée : Ebola, la fièvre remonte vers le Nord

Il est passé par ici, il repassera par là... Depuis les années 1970, ce virus mortel sème régulièrement la terreur, surtout en Afrique centrale. Pour la première fois, il[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers