Extension Factory Builder
13/11/2012 à 09:08
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le président guinéen Alpha Condé, le 3 juillet 2012 à Paris. Le président guinéen Alpha Condé, le 3 juillet 2012 à Paris. © Kenzo Tribouillard/AFP

Dans un communiqué publié lundi, le président guinéen Alpha Condé a rendu homage à la directrice du Trésor, Aïssatou Boiro, assassinée vendredi 9 novembre à Conakry. Et affirmé qu'il poursuivrait son combat contre la corruption en Guinée.

Le président guinéen Alpha Condé s’est rendu dimanche soir au domicile de Aïssatou Boiro, la directrice du Trésor assassinée vendredi 9 novembre par des hommes armés en pleine rue, à Conakry. Il a présenté ses condoléances à la famille de la victime, se disant « choqué » par le drame, et affirmé que justice serait faite.

Dans un communiqué de la présidence, publié lundi, le chef de l'État a aussi indiqué que l’assassinat de Mme Boiro « ne détournera pas le gouvernement guinéen de sa campagne anti-corruption ». Il a rendu hommage au travail de la directrice du Trésor, qui « a lutté sans répit contre la corruption dans notre jeune démocratie. Elle a été emportée de la pire manière mais son travail ne sera pas vain. Nous continuerons le combat contre la corruption », a-t-il répété.

Détournements

Aïssatou Boiro a notamment été à l'origine du démantèlement d'un réseau qui avait tenté de détourner plus de 13 milliards de Francs guinéens (1,5 million d'euros) de la Banque centrale de la république de Guinée (BCRG), en mai dernier. Une personne est en fuite et au moins neuf autres ont été arrêtées dans cette affaire de corruption qui impliquait plusieurs cadres du Trésor public, du ministère des Finances et de la Banque centrale, indique-t-on de sources proches des milieux économiques et financiers à Conakry.

L'assassinat de Mme Boiro a provoqué une vive émotion en Guinée, où plusieurs responsables d'organisations de la société civile ont réagi. Une de leurs porte-parole, Fatou Baldé, a qualifié le crime de « tragédie (...) qu'aucune raison ne peut justifier ». Selon elle, les autorités portent « une lourde responsabilité » dans le niveau élevé d'insécurité actuel en Guinée.

Insécurité

Le responsable de l'Organisation guinéenne des droits de l'homme (OGDH), Thierno Maadjou Sow, s'est quant à lui dit « choqué et perturbé par cet acte criminel qu'il faudra punir à la hauteur de la forfaiture. Il faudra que l'État trouve les moyens de sécuriser les citoyens guinéens qui ont dans leur grande majorité perdu leur sommeil ».

Car en Guinée, même le président ne dort que d’un œil. C’est par chance qu’il est sorti indemne, en juillet 2011, d'une attaque à l'arme lourde de son domicile privé de Conakry. Une soixantaine de personnes au total, dont des militaires, ont été arrêtées après cette attaque et la plupart poursuivies pour « attentat contre la sûreté de l'État » et « tentative d'assassinat » du chef de l'État. Dix-sept des accusés ont été libérés en mars à la faveur d'un non-lieu. Deux sont décédés en détention, les autres demeurent en prison.

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Guinée

Guinée - Koutoub Moustapha Sano : 'Jusqu'en juillet, l'Arabie était prête à accueillir nos pèlerins'

Guinée - Koutoub Moustapha Sano : "Jusqu'en juillet, l'Arabie était prête à accueillir nos pèlerins"

Conakry a accepté l'interdiction faite à ses ressortissants de se rendre à La Mecque. Et espère que les quotas seront augmentés l'an prochain.[...]

Satan is back

Même si l'on reproche aux journalistes - souvent à raison - de ne parler de l'Afrique subsaharienne que sous l'angle de ses échecs, lesquels masquent le foisonnement de ses réussites[...]

Ebola : le cap des 3 000 morts dépassé selon l'OMS

L'épidémie de fièvre hémorragique Ebola a franchi le cap des 3 000 morts, le virus ayant tué près de la moitié des quelque 6 500 personnes infectées, selon le dernier bilan[...]

Massacre du 28 septembre en Guinée : 5 ans après, "la justice n'a toujours pas été rendue"

Plusieurs organisations de droits de l'homme guinéennes et internationales ont dénoncé, samedi, l'absence de justice, à la veille du cinquième anniversaire du massacre du 28 septembre 2009, au[...]

Ebola : le FMI accorde une aide supplémentaire aux pays touchés

Le Fonds monétaire international (FMI) a approuvé vendredi une enveloppe supplémentaire de 130 millions de dollars en faveur des trois pays les plus frappés par Ebola (Guinée, Liberia, Sierra[...]

Afrique de l'Ouest : ce que vos dirigeants ont dit sur Ebola

Les dirigeants africains ont-ils pris suffisamment tôt la mesure du danger que représentait le virus Ebola ? Pour tenter de répondre à cette question, nous avons répertorié les[...]

Guinée : attaque meurtrière contre une équipe anti-Ebola, 27 suspects arrêtés

Une semaine après le meurtre de membres d'une équipe en campagne de sensibilisation sur Ebola dans le sud de la Guinée, 27 personnes ont été arrêtées, a annoncé mercredi le[...]

Ebola : chronique d'une panique

Tandis que le virus se propage, les États du monde entier se mobilisent pour enrayer l'épidémie. À chacun sa méthode : l'imagination aussi, c'est contagieux ![...]

Ebola : 20 000 cas en novembre si la situation reste identique

Dans une étude publiée par le "New England Journal of Medicine", l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a averti le 23 septembre que plus de 20 000 personnes seront infectées par le virus[...]

Ebola : le bilan s'alourdit à près de 2 800 morts en Afrique de l'Ouest

Selon un dernier bilan daté du 18 septembre et publié lundi par de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), l'épidémie d'Ebola a déjà fait 2 793 morts en Afrique de l'Ouest, sur 5[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers