Extension Factory Builder
12/11/2012 à 17:22
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Photo distribuée par Aqmi, montrant un camp d'entraînement au Mali en novembre 2010. Photo distribuée par Aqmi, montrant un camp d'entraînement au Mali en novembre 2010. © Mohamed Sifaoui/Sipa

Alors que la Cedeao n'attend plus qu'un feu vert de l'ONU pour déployer une force d'intervention et de reconquête au Nord-Mali, les jihadistes se préparent à se replier dans le désert. Jeune Afrique passe en revue leurs capacités militaires.

Même si quelques volontaires, notamment français, rallient les rangs des jihadistes, rien ne confirme vraiment l'arrivée massive de combattants en provenance de l’étranger au Mali. Bien au contraire, tandis que la coalition en gestation n'attend plus qu'un mandat de l'ONU pour signer son certificat de naissance, l'alliance entre les mouvements islamistes se fragmente.

Ainsi, le prudent « recul stratégique » d'Ansar Eddine, qui, le 6 novembre, dit rejeter le terrorisme, change-t-il radicalement la donne entre les groupes armés et les forces promises à intervenir dans le septentrion malien. Les observateurs attendent toutefois de voir cette déclaration confirmée par des actes, d'autant que pour l'heure, Ag Aharib, porte-parole de l'organisation, affirme que son organisation n'affrontera pas Aqmi.

Les manoeuvres de Iyad Ag Ghali

Quoi qu'il en soit, il suffit que son groupe reste à l'écart de probables affrontements pour mettre en difficulté Aqmi et le Mujao. À Tombouctou, les éléments d'Aqmi sont d'ailleurs face à un dilemme : se retirer de la ville, dans laquelle les Touaregs disposent de la supériorité numérique, ou s'en prendre directement à eux, ce qui transformerait les salafistes algériens en agresseurs et légitimerait ainsi une riposte d'Ansar Eddine contre Aqmi ! Fidèle à lui-même, Iyad Ag Ghali a su manœuvrer politiquement.

L'armement des jihadistes

- Fusils semi-automatiques : SKS (et copies chinoises Type 56), quelques fusils de précisions SVD Dragunov (Aqmi)

- Fusils d'assaut : Kalashnikov (dont des modèles chinois, roumains), quelques AK-103

- Fusils-mitrailleurs : RPD, RPK

- Mitrailleuses : SGM, PKM, quelques FN MAG

- Lance-roquettes-antichars : RPG-7

- Mortiers : quelques-uns de 60 et de 82 mm

- Véhicules légers armés :  4x4 avec DShK, ZPU-1 et 2 ou ZU-23/2 ainsi que LRM Type 63, au moins un 4x4 avec canon sans recul M40A1 et un 4x4 avec tourelle de BRDM-2 à Gao

- Chars légers : 6 PT-76 à Gao (capacité opérationnelle douteuse et peu ou pas de munitions)

- Véhicules blindés : quelques BRDM-2 et BTR-60PB, au moins 1 BTR-152 à Gao (capacité opérationnelle douteuse)

- Lance-roquettes-multiples : quelques BM-21 (capacité opérationnelle douteuse)

Enfin Aqmi dispose probablement de quelques missiles sol-air SA-7b et SA-14 et éventuellement de quelques SA-24 sans crosse de tir ni affût pour les tirer. Mais l'approvisionnement en munitions constitue aussi un des points faibles de tous les groupes qui occupent le Nord.

Mais quels sont les effectifs jihadistes que pourrait rencontrer une éventuelle intervention africaine armée ? L'ensemble des groupes fondamentalistes représente de 4 à 6 000 hommes, selon les sources. Composante principale, Ansar Eddine regroupe jusqu'à 4 000 hommes : transfuges du MNLA et déserteurs touaregs de l'armée malienne, recrues locales… Aqmi et le Mujao alignent quant à eux jusqu'à 2 000 hommes, dont environ 700 appartiennent aux « noyaux » de chaque organisation : les combattants les plus fanatiques et les mieux entraînés. Le reste se compose d'auxiliaires recrutés pour de l'argent, dont de nombreux adolescents, vaguement formés au maniement des armes légères.

Il importe de considérer que ces noyaux ne sont pas d'une solidité à toute épreuve : la défection de Bilal Hicham, qui dénonce les dérives du Mujao, ou encore, la situation confuse qui règne à propos de Mokhtar Belmokhtar et de sa place au sein d'Aqmi, l'illustrent parfaitement, tout comme l'arrestation d'un jihadiste français, Gilles Le Guen, par ses pairs d'Aqmi qui l'accusent d'espionnage, les déclarations fantasques d'Oumar Ould Hamaha qui appartient tantôt à un groupe, tantôt à un autre, avant de se réclamer « chargé de sécurité pour le jihad au Nord-Mali »...

Crainte des attentats

Toutefois, si le retournement de veste du mouvement d'Iyad Ag Ghali et cette fébrilité réduisent les capacités militaires des jihadistes, leur capacité de nuisance reste intacte. Les terroristes vont probablement revenir à leurs « fondamentaux » : en délaissant les villes et en s'évaporant dans le désert comme semble déjà s'y préparer le Mujao.

Sans un « plan de paix » efficace de la part de la communauté internationale, il leur suffira d'attendre que s'use toute la belle détermination de la coalition, en survivant grâce aux trafics, tout en « punissant », si possible, à coups d'attentats ceux qui seront déployés. Et aucun pays impliqué dans le processus de libération n'est à l'abri d'un attentat.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Mali

Mali : mort de la fillette, premier cas d'Ebola dans ce pays

Mali : mort de la fillette, premier cas d'Ebola dans ce pays

Le premier cas d'Ebola identifié au Mali, une fillette de deux ans récemment revenue de Guinée, est morte vendredi, a annoncé le gouvernement.[...]

Ebola : un premier cas au Mali fait craindre l'arrivée de l'épidémie

Le Mali connaît son premier cas d'Ebola. Il s'agit d'une fillette de deux ans venue de Guinée avec sa grand-mère. Elle a été placée en quarantaine à Kayes (Ouest), a[...]

Mali : les Casques bleus, cibles privilégiées des jihadistes

Rarement mission onusienne aura autant été prise pour cible. Dans le Nord, les soldats de la Minusma sont seuls et en première ligne. Mines, tirs de roquettes et attentats ont déjà fait[...]

La course pour la direction du bureau Afrique de l'OMS est lancée...

Qui, début novembre, succédera à l'Angolais Luís Gomes Sambo à la tête du bureau Afrique de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) ?[...]

Mali : ouverture du troisième round de négociations à Alger

Les pourparlers de paix entre le gouvernement malien et les groupes armés ont repris mardi à Alger. Le ministre malien des Affaires étrangères a appelé les différents mouvements à[...]

Mali : réouverture des négociations de paix à Alger

La reprise des pourparlers de paix entre le gouvernement malien et les groupes armés, samedi, à Alger s'inscrit dans un contexte sécuritaire particulièrement tendu dans le nord du pays.[...]

Mali : à Alger, la médiation face à deux plans de sortie de crise

Alors que la reprise des pourparlers de paix entre le gouvernement malien et les groupes armés a été reportée au 22 octobre à Alger, "Jeune Afrique" a pu se procurer en[...]

Mali : au moins 7 morts dans des combats entre le MNLA et le Gatia près de Gao

Au moins sept personnes ont été tuées lors d'affrontements jeudi après-midi, près de Gao, principale ville du nord du Mali, entre et le MNLA et le Gatia, deux groupes armés touaregs de[...]

Mali : discussions à Alger, combats vers Gao

Le MNLA et le Gatia, une milice progouvernementale, s’affrontent dans la région de Gao depuis jeudi matin. Des combats qui interviennent alors que devaient reprendre à Alger, la veille, des négociations[...]

Mali : Sultan Ould Bady et le Mujao, un jihadiste en rupture de ban

Le jihadiste Sultan Ould Bady serait en conflit avec le Mujao, au nom duquel il a pourtant récemment revendiqué plusieurs attaques contre les Casques bleus au nord du Mali.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers