Extension Factory Builder
12/11/2012 à 09:27
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Abdel Jelil, d'origine bretonne, a révélé l'existence d'un groupe de jihadistes français. Abdel Jelil, d'origine bretonne, a révélé l'existence d'un groupe de jihadistes français. © Capture d'écran

Exclusif. On vient seulement de l'apprendre, mais un candidat français au jihad avait été arrêté, le 7 août, à Niamey. Cédric Labo Ngoyi Bungenda, Franco-Congolais de 27 ans, tentait de passer par le Niger pour rejoindre le Mali afin d'y combattre aux côtés d’Aqmi. Une interpellation qui confirme la crainte des services de renseignement quant à l’existence d’un réseau, certes très restreint, de jihadistes français.

Ce n'est pas un mais deux aspirants jihadistes français qui ont été arrêtés alors qu'ils s'apprêtaient à rejoindre Tombouctou et les combattants d'Aqmi au Mali. Avant le Franco-Malien Ibrahim Ouattara, stoppé le 4 novembre, c’est un Franco-Congolais de 27 ans qui avait vu son périple prendre fin à Niamey, le 7 août.

Arrivé au Niger quelques semaines plus tôt, en provenance d’Asnières, en région parisienne, l’homme n’a commis qu’une bévue mineure en tentant d’acquérir un faux permis de conduire dans la capitale. Mais la police nigérienne a flairé une affaire plus importante, analysant son téléphone et son ordinateur portable, qui ont aussitôt trahi le candidat au jihad.

La peur d’une seconde affaire Merah

Interrogé par les autorités, le Franco-Congolais (RDC), animateur scolaire en France, a alors avoué qu’il cherchait à se rendre à Tombouctou afin de combattre aux côtés d’Aqmi. L’homme a par conséquent été expulsé vers la France où les services de renseignement espèrent l’interroger et exploiter les informations obtenues afin de contrer une éventuelle menace terroriste.

Les autorités françaises sont en alerte depuis qu’un Français d’origine bretonne, résidant à Tombouctou, a posté une vidéo dans laquelle il se dit lié à Aqmi. Abdel Jelil, de son vrai nom Gilles Le Guen, y prédit qu'une intervention au Mali aurait des conséquences désastreuses. Une menace directe d’Aqmi qui a réveillé les craintes dans l’Hexagone, où l’affaire Merah a laissé des traces profondes. Depuis, Le Guen a été arrêté par Aqmi, qui le soupçonne d'espionnage au service de la France...

En lire davantage sur ce sujet dans le
numéro 2705 de Jeune Afrique, en kiosques du 11 au 17 novembre.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Article suivant :
France - Afrique : amour vache

Article pr�c�dent :
Côte d'Ivoire : Gbagbo à tout prix

Réagir à cet article

Niger

Niger : libération des 90 opposants arrêtés après un rassemblement interdit

Niger : libération des 90 opposants arrêtés après un rassemblement interdit

Quatre-vingt dix manifestants arrêtés dimanche à Niamey lors d'un rassemblement politique interdit par les autorités ont été remis en liberté, a-t-on appris vendredi auprès [...]

Boko Haram : Shekau menace Déby, Biya et Issoufou

Dans une mise en scène vidéo dont il est coutumier, Abubakar Shekau, le chef de Boko Haram, a défié les pays voisins du Nigeria de l'attaquer, au moment où ceux-ci se sont réunis[...]

Mgr Judes Bicaba, évêque burkinabè : "Après un incendie, les braises ne s'éteignent pas tout de suite"

Monseigneur Judes Bicaba préside depuis 2005 le diocèse de Dégoudou dans le nord du Burkina Faso. Il revient pour Jeune Afrique sur les évènements des 16 au 18 janvier au Niger, où 45[...]

Sécurité : à Niamey, la communauté internationale s'est réunie contre Boko Haram

Une vingtaine de pays et d'organisations régionales et internationales se sont réunies ce mardi à Niamey pour tenter de mettre sur pied une force multinationale efficace contre l'avancée du groupe[...]

Niger : deuil national de trois jours après les manifestations meurtrières anti-"Charlie Hebdo"

Un deuil national de trois jours a été décrété par le gouvernement nigérien à compter de ce lundi en mémoire des dix personnes tuées lors des manifestations des 16[...]

Niger : 45 églises incendiées dans les émeutes anti-"Charlie Hebdo" à Niamey

Selon la police nationale nigérienne, quarante-cinq églises ont été incendiées samedi, à Niamey, durant les manifestations contre la caricature de Mahomet publiée en une de[...]

Niger : pourquoi les manifestations anti-"Charlie Hebdo" ont été si violentes

Les violentes émeutes contre la une de "Charlie Hebdo" ont fait dix morts au Niger. À la colère contre l'hebdomadaire français, villipendé par des islamistes pour avoir[...]

Niger : tirs de gaz lacrymogènes à Niamey pour disperser une manifestation interdite de l'opposition

La police nigérienne a tiré des gaz lacrymogènes dimanche pour disperser un petit groupe de manifestants de l'opposition réunis à Niamey malgré l'interdiction de leur marche par les[...]

Niger : 5 morts lors des émeutes à Niamey contre les caricatures de "Charlie Hebdo"

Cinq personnes sont mortes samedi à Niamey dans des manifestations contre la publication par l'hebdomadaire français "Charlie Hebdo" d'une caricature de Mahomet qui ont dégénéré[...]

Manifs anti-Charlie au Niger : au moins 7 églises incendiées à Niamey

Au moins sept églises ont été incendiées samedi à Niamey par des manifestants hostiles à la caricature de Mahomet publiée dans l'hebdomadaire français "Charlie[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20121109175345 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20121109175345 from 172.16.0.100