Extension Factory Builder
09/11/2012 à 15:57
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Des salafistes rassemblés sur la place Tahrir du Caire, le 9 novembre 2012. Des salafistes rassemblés sur la place Tahrir du Caire, le 9 novembre 2012. © AFP

Des milliers de salafistes égyptiens se sont rassemblés sur la Place Tahrir du Caire, vendredi 9 novembre. Objectif : réclamer l'application de la charia dans la Constitution en cours d'élaboration.

Les salafistes tentent-ils de faire un casse historique en « braquant » le Printemps arabe ? À cette question, les Tunisiens, Libyens et Égyptiens laïcs et modérés répondent de plus en plus souvent par l’affirmative. Et ce n’est pas la présence, vendredi, de plusieurs milliers de radicaux sur la Place Tahrir du Caire, symbole de la révolution égyptienne, qui devrait les rassurer.

La manifestation, baptisée « vendredi de l'application de la charia » en Égypte a été lancée par plusieurs groupes fondamentalistes comme le Front salafiste et la Gamaa Islamiya. Comme son nom l’indique, elle a pour objectif de faire inscrire la « loi islamique » dans la future Constitution, qui fait l'objet de vifs débats au sein de la commission chargée de la rédiger.

« Le Coran est au-dessus de la Constitution », « Application de la charia », proclamaient des pancartes. « Pain, liberté, charia islamique », disait une autre, reprenant justement l'un des principaux slogans due la révolution mais en substituant « justice sociale » par « charia »…

Source de la législation

« Le peuple veut l'application de la loi de Dieu ! » scandaient les manifestants, qui souhaitent que la nouvelle Constitution aille plus loin que l’ancienne, suspendue par les militaires après la chute de Hosni Moubarak et qui reconnaissait les « principes de la charia islamique » comme étant la source principale de la législation.

Les fondamentalistes veulent notamment que le mot « principes » soit remplacé par celui de « préceptes », voire par « charia » tout court, ce que rejettent évidemment les milieux libéraux et laïques. Les Frères musulmans, dont est issu le président Mohamed Morsi, et le principal parti salafiste, Al-Nour, ont annoncé qu'ils ne participeraient pas à la manifestation.

Le nouveau patriarche copte d'Égypte Tawadros II a affirmé qu'il rejetterait la Constitution si celle-ci imposait un État religieux.

Le processus d'élaboration de la Constitution est en cours depuis plusieurs mois mais l'incertitude règne sur sa pérennité, en raison de recours en justice portant sur la composition de la commission constituante, dominée par les islamistes. La justice administrative, saisie de demandes de dissolution de la commission constituante, a renvoyé le dossier devant la haute cour constitutionnelle.

Le nouveau patriarche copte d'Égypte Tawadros II, dont la communauté représente de 6 à 10% des 83 millions d'Égyptiens et s'inquiète de la montée en puissance des islamistes, a quant à lui affirmé qu'il rejetterait la Constitution si celle-ci imposait un État religieux.

(Avec AFP)
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Egypte

Gaza : vers un accord a minima entre Israël et les Palestiniens ?

Gaza : vers un accord a minima entre Israël et les Palestiniens ?

Israéliens et Palestiniens se sont mis d'accord lundi soir sur la prolongation de vingt-quatre heures du cessez-le-feu en vigueur à Gaza. Cette décision adoptée in extremis, peu avant l'expiration de la[...]

Égypte : trois morts dans des heurts en marge de manifestations pro-Morsi

Trois personnes ont péri vendredi en Égypte dans des heurts en marge de manifestations des partisans du président déchu Mohamed Morsi, a affirmé un responsable de la sécurité, au[...]

Égypte : trois morts dans la répression de la commémoration des massacres de 2013

Au moins trois personnes ont été tuées jeudi au Caire en marge de manifestations des partisans du président déchu Mohamed Morsi qui ont peiné à mobiliser à l'occasion du[...]

Fatma, survivante de Rabaa : "Il y avait du sang partout"

Il y a un an, les autorités égyptiennes dispersaient dans le sang deux sit-ins en soutien à Mohamed Morsi, sur les places Nahda et Rabaa. Une répression d’une rare violence que HRW a[...]

Sissi et le massacre de Rabaa al-Adawiya, le Tian'anmen égyptien

Selon l’ONG de défense des droits de l’homme Human Rights Watch, la tuerie de Rabaa al-Adawiya, perpétrée il y a tout juste un an contre des partisans des Frères musulmans, est[...]

Gaza : prolongation de la trêve pendant cinq jours

Après de nouveaux raids aériens sur Gaza en riposte à des tirs de roquettes, l'Égypte a annoncé mercredi soir la prolongation pour une durée de cinq jours de la trêve entre[...]

Égypte : un an après, Sissi veut tourner la page des massacres d'août 2013

Le 14 août 2013, une répression terrible s’est abattue sur les partisans du président islamiste déchu Mohamed Morsi. Un an après, le maréchal au pouvoir, Abdel Fattah al-Sissi, veut[...]

Répression des Frères musulmans : deux dirigeants de HRW interdits de séjour en Égypte

L'ONG Human Rights Watch (HRW) a annoncé lundi que deux de ses directeurs ont été interdits d'entrer en Égypte où ils devaient présenter un rapport sur la sanglante répression[...]

DP World en pleine tourmente sur le continent

Alors qu'il aligne les bonnes performances à travers le monde, en Afrique, le troisième opérateur portuaire mondial collectionne les ennuis et les scandales. Le dernier en date, à Djibouti,[...]

L'Égypte finit d'éradiquer les Frères musulmans de la scène politique

L'Égypte a achevé samedi d'éradiquer les Frères musulmans de la scène politique en prononçant la dissolution de leur branche politique plus d'un an après que l'armée a[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers