Extension Factory Builder
09/11/2012 à 17:23
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le président algérien Abdelaziz Bouteflika. Le président algérien Abdelaziz Bouteflika. © AFP

Alors que les États-Unis et la Chine focalisent l’attention, les dirigeants du monde entier n’oublient plus de passer par Alger. Un intérêt certain que Jeune Afrique décrypte dans son n° 2705, en kiosques à partir du 11 novembre.

Même en se limitant aux deux dernières semaines et sans être exhaustif, le ballet des hôtes reçus à Alger, souvent à la fois par le président Abdelaziz Bouteflika, le nouveau Premier ministre, Abdelmalek Sellal, et le chef de la diplomatie, Mourad Medelci, est impressionant. En tout cas aussi intéressant que peu désintéressé. Ainsi, la dernière visite de travail à l’étranger de la secrétaire d’État américaine, Hillary Clinton, fut pour Alger, le 29 octobre, dix jours tout juste après l’ouverture, à Washington, du Dialogue stratégique entre l'Algérie et les États-Unis - lequel vise à renouveler et intensifier la coopération militaire, politique et économique entre les deux pays.

Énième préliminaire à la visite à alger de François Hollande, prévue les 19 et 20 décembre, le voyage « politique et affectif » du ministre français du Redressement productif, Arnaud Montebourg, le 4 novembre (après ceux de ses compatriotes des Affaires étrangères en juillet, de la Francophonie et du Commerce extérieur en septembre, de l’Intérieur en octobre), a donné l’occasion à la gauche française d'exprimer son souhait « d’alliance industrielle » avec l'Algérie. Mais aussi de balayer d’un geste le bras d’honneur adressé la semaine précédente aux moudjahidines par Gérard Longuet, sénateur UMP et ex-ministre français de la Défense.

Partenariats

Enfin, à la veille du passage de Christopher Ross, l’envoyé spécial de Ban Ki-Moon pour le Sahara occidental, c’était au tour de la toute britannique chef de la diplomatie européenne, Catherine Ashton, de venir s’entretenir, à l’instar de Clinton, de la situation régionale en général, de la crise malienne en particulier et, surtout, de l’évolution des réformes politiques… et des partenariats économiques. La vice-présidente de la Commission de Bruxelles laissant en gage - n’en déplaise à la crise de la dette européenne -, une enveloppe de 58 millions d’euros au gouvernement algérien : 21,5 millions pour la valorisation du patrimoine culturel algérien, 23,5 millions pour un programme « jeunesse-emploi » (premier projet pilote du genre de l’UE en Méditerranée) et 13 millions pour le soutien à la réforme des transports.

De quoi confirmer s’il en était besoin que, loin d’être isolé, Alger reste le passage obligé pour tous ceux qui s’intéressent à l’Afrique et au monde arabe.

Lire le dossier spécial de 32 pages, « Algérie : ce qui a changé, ce qui doit changer », dans le n° 2705 de Jeune Afrique, à paraître le 11 novembre.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Article suivant :
La semaine africaine en photos

Article précédent :
Nord-Mali : l'attaque des drones

Réagir à cet article

Algérie

IIe guerre mondiale : les victoires oubliées des 'indigènes'

IIe guerre mondiale : les victoires oubliées des "indigènes"

Avant le grand débarquement, la reconquête des Alliés est amorcée par la Corse et l'Italie. Des batailles aussi épiques que méconnues menées par les "indigènes&qu[...]

IIe guerre mondiale : les tirailleurs africains, ces héros de l'ombre

De Provence jusqu'en Alsace, des milliers de soldats venus des colonies sont morts pour libérer la France. Soixante-dix ans plus tard, Paris leur rend hommage. Une douzaine de chefs d'État africains devraient[...]

Youb Lalleg, tirailleur algérien : "La France m'a maltraité en retour"

L'Algérien Youb Lalleg, 95 ans, s'était engagé volontairement dans l'armée française en 1941. Malgré les injustices subies et la répression dont il a été[...]

Mali : les négociations de paix d'Alger reportées au 1er septembre

Après une première phase préparatoire en juillet, les pourparlers entre le gouvernement malien et les groupes armés vont reprendre le 1er septembre à Alger et non plus le 17 août comme[...]

Histoire : Alger, capitale de la résistance française

Alors qu'on célèbre, le 15 août, les 70 ans du débarquement de 1944 en Provence, auquel ont participé des milliers de combattants issus de l'empire colonial français, retour sur un[...]

Tirailleurs : le chagrin des indigènes

Tierno Monénembo est un écrivain guinéen, Prix Ahmadou-Kourouma 2012 pour Le Terroriste noir, sur Addi Bâ, héros méconnu de la Résistance..[...]

L'Algérie et le Maroc intensifient la lutte contre le trafic d'essence transfrontalier

Depuis le début de l'année, quelque 500 000 litres de carburant algérien destinés à l'exportation frauduleuse vers le Maroc ont été saisis par les gendarmes. La lutte s'intensifie[...]

Amor Hakkar, "La preuve" et le choix d'Ali

Accusé d'être le père d'un enfant conçu hors mariage, un Algérien hésite à avouer sa stérilité. Le considérera-t-on toujours comme un homme ?[...]

Le Maghreb des misogynes

Dignes descendantes des moudjahidate algériennes, nobles battantes du Maroc, filles de Bourguiba, vous pouvez être fières de vos élus ! Si, si. Je vais vous donner trois exemples qui vont vous[...]

Ramtane Lamamra : "L'Algérie est là pour régler les différends, pas pour les exacerber"

Catastrophe du vol AH 5017, négociations intermaliennes, relations avec le Maroc et la France, situation à Gaza, participation de l'armée nationale au défilé du 14 Juillet à[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers