Extension Factory Builder
09/11/2012 à 17:23
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le président algérien Abdelaziz Bouteflika. Le président algérien Abdelaziz Bouteflika. © AFP

Alors que les États-Unis et la Chine focalisent l’attention, les dirigeants du monde entier n’oublient plus de passer par Alger. Un intérêt certain que Jeune Afrique décrypte dans son n° 2705, en kiosques à partir du 11 novembre.

Même en se limitant aux deux dernières semaines et sans être exhaustif, le ballet des hôtes reçus à Alger, souvent à la fois par le président Abdelaziz Bouteflika, le nouveau Premier ministre, Abdelmalek Sellal, et le chef de la diplomatie, Mourad Medelci, est impressionant. En tout cas aussi intéressant que peu désintéressé. Ainsi, la dernière visite de travail à l’étranger de la secrétaire d’État américaine, Hillary Clinton, fut pour Alger, le 29 octobre, dix jours tout juste après l’ouverture, à Washington, du Dialogue stratégique entre l'Algérie et les États-Unis - lequel vise à renouveler et intensifier la coopération militaire, politique et économique entre les deux pays.

Énième préliminaire à la visite à alger de François Hollande, prévue les 19 et 20 décembre, le voyage « politique et affectif » du ministre français du Redressement productif, Arnaud Montebourg, le 4 novembre (après ceux de ses compatriotes des Affaires étrangères en juillet, de la Francophonie et du Commerce extérieur en septembre, de l’Intérieur en octobre), a donné l’occasion à la gauche française d'exprimer son souhait « d’alliance industrielle » avec l'Algérie. Mais aussi de balayer d’un geste le bras d’honneur adressé la semaine précédente aux moudjahidines par Gérard Longuet, sénateur UMP et ex-ministre français de la Défense.

Partenariats

Enfin, à la veille du passage de Christopher Ross, l’envoyé spécial de Ban Ki-Moon pour le Sahara occidental, c’était au tour de la toute britannique chef de la diplomatie européenne, Catherine Ashton, de venir s’entretenir, à l’instar de Clinton, de la situation régionale en général, de la crise malienne en particulier et, surtout, de l’évolution des réformes politiques… et des partenariats économiques. La vice-présidente de la Commission de Bruxelles laissant en gage - n’en déplaise à la crise de la dette européenne -, une enveloppe de 58 millions d’euros au gouvernement algérien : 21,5 millions pour la valorisation du patrimoine culturel algérien, 23,5 millions pour un programme « jeunesse-emploi » (premier projet pilote du genre de l’UE en Méditerranée) et 13 millions pour le soutien à la réforme des transports.

De quoi confirmer s’il en était besoin que, loin d’être isolé, Alger reste le passage obligé pour tous ceux qui s’intéressent à l’Afrique et au monde arabe.

Lire le dossier spécial de 32 pages, « Algérie : ce qui a changé, ce qui doit changer », dans le n° 2705 de Jeune Afrique, à paraître le 11 novembre.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Article suivant :
La semaine africaine en photos

Article précédent :
Nord-Mali : l'attaque des drones

Réagir à cet article

Algérie

Amara Benyounes : 'Bouteflika, la Constitution algérienne et nous'

Amara Benyounes : "Bouteflika, la Constitution algérienne et nous"

Leader de la troisième force politique du pays, le ministre du Commerce revient sur le processus de révision du texte fondamental. Et détaille les amendements proposés par son mouvement.[...]

Mali : deux diplomates algériens libérés plus de 2 ans après leur rapt

Deux diplomates algériens enlevés en avril 2012 par un groupe islamiste armé au Mali ont été libérés samedi, ont annoncé les autorités algériennes en confirmant[...]

Algérie - Maroc : la déchirure

Tranchées d’un côté, clôture de l’autre. Alors que le fossé entre les deux voisins ne cesse de se creuser, "Jeune Afrique" a enquêté, vingt ans après la[...]

Mali : IBK ne veut plus de la médiation du Burkinabè Compaoré

Le président malien Ibrahim Boubacar Keïta soupçonne Blaise Compaoré de vouloir réintroduire dans le jeu Iyad Ag Ghaly, le chef d'Ansar Eddine.[...]

Mort d'Ebossé : ce que l'Algérie doit faire pour en finir avec les "supportueurs"

Le décès d’Albert Ebossé (24 ans), l’attaquant camerounais de la JS Kabylie, atteint mortellement par un projectile lancé par un supporteur samedi à l’issue de la rencontre[...]

Algérie : ma fortune pour un yacht !

Dernière tendance algéroise : se procurer un bateau et s'échapper en mer le week-end. Médecins, avocats... Pour quelques dizaines de milliers d'euros, ils sont de plus en plus nombreux à[...]

Algérie - Cameroun : la dépouille d'Albert Ebossé transférée vendredi à Douala

Le corps du footballauer camerounais Albert Ebossé sera transféré vendredi à Douala, au Cameroun, où il devrait arriver dans l'après-midi. Le joueur est décédé[...]

L'Algérie prépare un programme d'investissements de 260 milliards de dollars

 L'Algérie prépare le lancement d'un nouveau programme d'investissements quinquennal. D'un montant de 260 milliards de dollars, ce plan, qui court jusqu'à 2019, vise à faire de l'Algérie une[...]

Wikipédia : Kagamé, Kabila, ADO, Sissi, Boutef... Qui détient la biographie la plus souvent modifiée ?

Les biographies Wikipédia des chefs d’État sont modifiées tous les mois, voire tous les jours. Non seulement pour ajouter de nouveaux éléments, mais aussi pour supprimer les paragraphes[...]

Algérie : Bouteflika met fin aux fonctions de Belkhadem

Une source proche de la présidence algérienne a annoncé mardi qu'Abdelaziz Bouteflika a mis fin aux fonctions de son conseiller spécial Abdelaziz Belkhadem, une personnalité de premier plan qui[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex