Extension Factory Builder
09/11/2012 à 17:23
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le président algérien Abdelaziz Bouteflika. Le président algérien Abdelaziz Bouteflika. © AFP

Alors que les États-Unis et la Chine focalisent l’attention, les dirigeants du monde entier n’oublient plus de passer par Alger. Un intérêt certain que Jeune Afrique décrypte dans son n° 2705, en kiosques à partir du 11 novembre.

Même en se limitant aux deux dernières semaines et sans être exhaustif, le ballet des hôtes reçus à Alger, souvent à la fois par le président Abdelaziz Bouteflika, le nouveau Premier ministre, Abdelmalek Sellal, et le chef de la diplomatie, Mourad Medelci, est impressionant. En tout cas aussi intéressant que peu désintéressé. Ainsi, la dernière visite de travail à l’étranger de la secrétaire d’État américaine, Hillary Clinton, fut pour Alger, le 29 octobre, dix jours tout juste après l’ouverture, à Washington, du Dialogue stratégique entre l'Algérie et les États-Unis - lequel vise à renouveler et intensifier la coopération militaire, politique et économique entre les deux pays.

Énième préliminaire à la visite à alger de François Hollande, prévue les 19 et 20 décembre, le voyage « politique et affectif » du ministre français du Redressement productif, Arnaud Montebourg, le 4 novembre (après ceux de ses compatriotes des Affaires étrangères en juillet, de la Francophonie et du Commerce extérieur en septembre, de l’Intérieur en octobre), a donné l’occasion à la gauche française d'exprimer son souhait « d’alliance industrielle » avec l'Algérie. Mais aussi de balayer d’un geste le bras d’honneur adressé la semaine précédente aux moudjahidines par Gérard Longuet, sénateur UMP et ex-ministre français de la Défense.

Partenariats

Enfin, à la veille du passage de Christopher Ross, l’envoyé spécial de Ban Ki-Moon pour le Sahara occidental, c’était au tour de la toute britannique chef de la diplomatie européenne, Catherine Ashton, de venir s’entretenir, à l’instar de Clinton, de la situation régionale en général, de la crise malienne en particulier et, surtout, de l’évolution des réformes politiques… et des partenariats économiques. La vice-présidente de la Commission de Bruxelles laissant en gage - n’en déplaise à la crise de la dette européenne -, une enveloppe de 58 millions d’euros au gouvernement algérien : 21,5 millions pour la valorisation du patrimoine culturel algérien, 23,5 millions pour un programme « jeunesse-emploi » (premier projet pilote du genre de l’UE en Méditerranée) et 13 millions pour le soutien à la réforme des transports.

De quoi confirmer s’il en était besoin que, loin d’être isolé, Alger reste le passage obligé pour tous ceux qui s’intéressent à l’Afrique et au monde arabe.

Lire le dossier spécial de 32 pages, « Algérie : ce qui a changé, ce qui doit changer », dans le n° 2705 de Jeune Afrique, à paraître le 11 novembre.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Article suivant :
La semaine africaine en photos

Article pr�c�dent :
Nord-Mali : l'attaque des drones

Réagir à cet article

Algérie

Algérie : le procès de l'autoroute Est-Ouest reporté

Algérie : le procès de l'autoroute Est-Ouest reporté

Le tribunal criminel d'Alger a décidé, mercredi, de reporter le procès de l'affaire de l'autoroute Est-Ouest à une autre session. Explications.[...]

Robert Mugabe en visite d'État en Algérie

Le président du Zimbabwe, Robert Mugabe, est arrivé hier à Alger pour une visite d'État de trois jours, à l'invitation du président algérien, Abdelaziz Bouteflika.[...]

Algérie : Yacef Saadi et son compte en Suisse

 Héros de la guerre d'indépendance de l'Algérie, le sénateur Yacef Saadi est détenteur d'un compte bancaire ouvert en Suisse en avril 2006. "Jeune Afrique" présente en[...]

Mali : la résolution de la crise du Nord, thème officieux de la visite officielle d'IBK à Alger

Le président malien Ibrahim Boubacar Keïta a entamé dimanche un voyage officiel de trois jours en Algérie. Il sera particulièrement question du fragile processus de paix malien, dans lequel Alger[...]

Algérie : Cheikh Sidi Bémol Broc'n'roll

Derrière ce pseudonyme, Hocine Boukella, chanteur et guitariste kabyle qui défend des influences orientales et occidentales.[...]

Accords d'Évian : 53 ans après, les nostalgiques de l'Algérie française ne digèrent toujours pas

En France, la signature des accords d’Évian continue d’obséder les nostalgiques de l’ordre colonial. À leur tête, Robert Ménard, le maire d’extrême droite de[...]

Les Algériennes sceptiques devant la nouvelle loi contre le harcèlement de rue

Depuis le 5 mars, le harcèlement des femmes dans les lieux publics est illégal en Algérie. Pourtant, les victimes de ce phénomène doutent de l'application réelle de la nouvelle loi.[...]

L'Algérien Issad Rebrab nommé CEO africain de l'année

Issad Rebrab, fondateur du groupe Cévital, et le Kényan Chris Kirubi ont été nommés dirigeants africains de l'année au cours du Africa CEO Forum. Danone, Equity Bank, Helios et IHS ont[...]

France : à Béziers, Robert Ménard entretient la nostalgie de l'Algérie française

En rebaptisant une rue célébrant la signature des accords d’Évian (17 mars 1962) par le nom d’un ancien officier impliqué dans des affaires de torture en Algérie, le maire de[...]

Faire du ski en Afrique ? Oui, c'est possible !

Profiter de la poudreuse en Afrique, une envie originale mais qui peut facilement devenir réalité dans l'une des six stations de ski africaines.Tour d'horizon. [...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20121109150113 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20121109150113 from 172.16.0.100