Extension Factory Builder
09/11/2012 à 13:12
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
L'Afrique arrive de dominique Zinkpe L'Afrique arrive de dominique Zinkpe © Nicolas Michel

Du 8 novembre 2012 au 13 janvier 2013 se tient à Cotonou, Ouidah, Abomey et Porto Novo, la seconde édition de la biennale "Regard Bénin". Immersion dans la capitale béninoise en pleine ébullition.

Comment parler d’art contemporain et le faire savoir à travers tout Cotonou ? Mieux que Facebook, mieux que l’antique « téléphone arabe », il existe le Zémidjan, populaire mototaxi de la capitale béninoise. Pour transmettre une information – certes, en la transformant parfois un peu – ils sont sans conteste les meilleurs. L’artiste béninois Meschac Gaba l’a bien compris. Alors, juste avant l’inauguration officielle de la seconde édition de la biennale « Regard Bénin », le plasticien a lancé à travers toute la ville une meute de Zémidjans aux plaques d’immatriculation bien particulières (voir la photo ci-dessous)… On pouvait en effet y lire des aphorismes du genre « Nœud cherche simplicité », « L’Afrique va bien », « Pour être suivi, il faut courir au milieu des autres », « Art is about imagining the world otherwise », « Art begins where nature stops » ou encore « L’artiste est celui qui nous ouvre les yeux ».

La meute de Zémidjans aux plaques d’immatriculation bien particulières.

Un supermarché, un symbole

Précédés par les forces de l’ordre comme un cortège présidentiel, accompagnés de coups de klaxons et de force gaz d’échappement, les zémidjans habillés de leur habituel t-shirt jaune ont suscité sur leur passage rires, amusement et, parfois incompréhension. Avec cette « performance » urbaine pleine d’humour, Meschac Gaba entendait annoncer la création imminente, fin 2012, de son Musée de l’art et de la vie active (MAVA), une bibliothèque rassemblant des ouvrages consacrés à l’art contemporain.

Quelques heures plus tard, dans la même ville, la création venait faire la nique à la consommation en prenant possession d’un ancien supermarché Kora désaffecté. C’est en effet entre un ancien étal de boucher et des caisses enregistreuses que l’équipe de la Biennale Regard Bénin (du 8 novembre 2012 au 13 janvier 2013 à Cotonou, Ouidah, Abomey et Porto Novo) avait choisi d’exposer les œuvres des artistes invités pour l’exposition internationale. Beaux symbole que cette course à travers la ville et ce lieu autrefois consacré au commerce : une manière de dire que l’art appartient à tous et qu’il est une richesse – voire une matière première – essentielle.

Venus de différents coins du monde, mais surtout d’Afrique, les plasticiens invités par le directeur artistique marocain Abdellah Karroum (secondé par Didier Houénoudé, Anne Szefer Karlsen, Oliver Marboeuf et Claire Tancons) étaient censés plancher sur le thème « Inventer le monde : l’artiste citoyen ». Il va sans dire qu’en bons rebelles, ils s’en sont très librement affranchis, explorant leurs propres angoisses et exprimant leurs propres réflexions. Le Béninois Aston s’est particulièrement fait remarquer – il a d’ailleurs reçu pour son travail les 2 millions de FCFA du Prix du président de la République – en offrant une interprétation très personnelle de la Solution finale. Produite par la Fondation Zinsou, l’œuvre gigantesque s’étale sur une immense table et figure l’Holocauste avec cette particularité : les Juifs sont représentés à l’aide de mégots de cigarette, les trains avec des boites de conserve découpées, les rails avec des allumettes, tandis que toutes sortes de rebuts en plastique servent à figurer les chambres à gaz, les fils de fer barbelés, etc. Cendrier géant singulièrement animé, l’œuvre en a laissé pantois plus d’un.

La "Solution finale" d'Aston.


"Carrefour des arts visuels"

Les deux autres prix attribués ont couronné le travail du photographe Nestor Da (Prix d’encouragement de l’Institut français, 1,3 millions de FCFA) et celui d’Emeka Okereke (Prix d’Institut français, 2 millions de FCFA). Des distinctions qui n’effacent en rien la qualité – forcément inégale – des autres œuvres exposées. Directeur exécutif de la biennale, le peintre et plasticien Dominique Zinkpé offrait notamment un magnifique (et très aérien) avion composé de centaines de statuettes de jumeaux pendues par des fils au plafond de l’ancien centre commercial (Afrique arrive). À juste titre, Zinkpé pouvait affirmer avoir contribué à faire pour quelques semaines du Bénin un « carrefour des arts visuels ». Et pas sans douleur puisque qu’avant d’aboutir, la Biennale a connu les difficultés des désaccords et des scissions. 

Peu importe aujourd’hui : le résultat tangible, c’est que les efforts entrepris en faveur de l’art, il y a maintenant quelques années, par la Fondation Zinsou, portent leurs fruits. Trop vaut mieux que pas assez, la Biennale essaime et se décentralise en dehors de Cotonou, les artistes montent leurs lieux d’exposition (Espace Tchif) ou de résidence (lieu Unik de Zinkpé à Abomey) et les associations d’artistes se multiplient. Reste à espérer que le public vienne en nombre…

___

Nicolas Michel, envoyé spécial à Cotonou.

- Seconde édition de la Bienale d'art contemporain « Regard Bénin », du 8 novembre 2012 au 13 janvier 2013 à Cotonou, Ouidah, Abomey et Porto Novo. En partenariat avec « Jeune Afrique » et l'Institut français.

Diaporama des oeuvres présentées pendant la Biennale d'art contemporain "Regards Bénin"
© Nicolas Michel/Jeune Afrique
Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Bénin

Bénin : l'opposition défile à Cotonou pour réclamer la tenue des élections municipales

Bénin : l'opposition défile à Cotonou pour réclamer la tenue des élections municipales

Plusieurs milliers de Béninois ont manifesté mercredi à Cotonou, à l’appel de la Plateforme des forces démocratiques (opposition), pour exiger du gouvernement l’organisation des &ea[...]

Art contemporain : rififi autour du prix Orisha

Décerné le 2 octobre à Paris au Béninois Kifouli Dossou, le premier prix Orisha pour l'art contemporain africain a suscité l'agacement de plusieurs artistes et commissaires.[...]

La course pour la direction du bureau Afrique de l'OMS est lancée...

Qui, début novembre, succédera à l'Angolais Luís Gomes Sambo à la tête du bureau Afrique de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) ?[...]

[Diaporama] : Dix chefs ou rois traditionnels puissants du Sud du Sahara

Sur le continent, il ne reste qu'une seule monarchie absolue contrôlant un État internationalement reconnu. Mais les chefferies et les royautés traditionnelles n'ont pas disparu pour autant, surtout en Afrique[...]

La force régionale contre Boko Haram sera opérationnelle en novembre

Les pays membres de la Commission du bassin du lac Tchad (CBLT) et le Bénin ont annoncé, le 7 octobre à Niamey, la mise en place début novembre de la force régionale chargée de lutter[...]

Mode : la Black Fashion Week en 5 coups de coeur

Quoique boudée par l’establishment de la mode, la Black Fashion Week offre un réel espace de visibilité aux stylistes africains. Voici les coups de cœur de "Jeune Afrique", à[...]

France : le Béninois Kifouli Dossou reçoit le premier prix Orisha pour l'art contemporain africain

Pour la première fois, le jeudi 2 octobre 2014, a été décerné à Paris (France) le prix Orisha pour l'art contemporain africain.[...]

Diaporama : les 15 leaders religieux africains les plus influents

Qu'ils soient animistes, chrétiens ou musulmans, les leaders religieux du continent possèdent souvent une influence considérable sur les plans politique et économique. Connaissez vous les plus[...]

Ebola : le virus s'arrête-il vraiment aux frontières ?

Pour éviter la pénétration du virus Ebola sur leur territoire, les pays encore épargnés renforcent la surveillance au niveau de leurs frontières. Est-ce suffisant pour empêcher la[...]

Art contemporain : bienvenue à Afrodisney !

Invités à travailler sur le personnage de Mickey Mouse, neuf artistes béninois se sont confrontés à l'indémodable rongeur. Entre critique du capitalisme sauvage et[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers