Extension Factory Builder
09/11/2012 à 12:41
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Kim Schmitz, alias Kim Dotcom, fondateur du défunt Megaupload. Kim Schmitz, alias Kim Dotcom, fondateur du défunt Megaupload. © Simon Watts/Reuters

Poursuivi par la justice américaine, le fondateur de l'ancienne plateforme de partage de fichiers Megaupload, Kim Dotcom, voulait faire renaître son site - rebaptisé "Mega" - sous une forme plus discrète en utilisant un nom de domaine ".ga", géré par le Gabon. Las, Libreville s'y est vivement opposé.

Le Gabon ne veut pas entendre parler de Kim Dotcom, le fondateur de Megaupload, et de son projet de faire renaître, le 19 janvier prochain, sa plateforme de téléchargement illégal avec une adresse Internet utilisant le nom de domaine « .ga », géré par le Gabon. « J'ai instruit mes services afin que le site soit immédiatement suspendu », a affirmé mardi 6 novembre, le ministre gabonais de la Communication et de l'Économie numérique, Blaise Louembé, soulignant vouloir « protéger les droits en matière de propriété intellectuelle » et « lutter efficacement contre la cybercriminalité ». Il n’y aura donc pas de me.ga.

Libreville a ainsi promptement réagi à l’annonce via Twitter du fantasque Kim Dotcom. Selon le ministre, le site me.ga devait permettre de rediriger les internautes, via le Gabon, vers un site hébergé en France et à partir duquel l'ensemble des données et des fichiers serait accessible en ligne. « Le nom de domaine me.ga a été attribué par Gabon télécom à une personne physique domiciliée en France, qui a accepté de procéder à la cession du site, soit directement soit indirectement » à Kim Schmitz, a-t-il ajouté. Or, pour le gouvernement, il n’était pas question de laisser le trafic de Megaupload passer par le Gabon sans aucun contrôle.

Dans le viseur de la justice

En cinq ans d’activités, Megaupload était parvenu à attirer chaque jour 50 millions d’internautes, réalisant ainsi 4 % de l’audience mondiale du Web.

Kim Schmitz, de son vrai nom, était déjà dans le viseur de la justice américaine, qui a fermé Megaupload le 20 janvier dernier. En cinq ans d’activités, son flux de copies piratées de films, de programmes télévisés diffusés sans droits et divers autres contenus était parvenu à attirer chaque jour 50 millions d’internautes, réalisant ainsi 4 % de l’audience mondiale du Web.

Poursuivi devant les tribunaux, Kim Dotcom ne veut pas s’exposer à de nouveaux ennuis judiciaires. Ainsi, tous les fichiers hébergés sur Mega, qui devra trouver une autre terre d’accueil que le Gabon, seront cryptés. Et seuls les utilisateurs possèderont la clé nécessaire pour les ouvrir. Comme celle-ci ne sera pas conservée par les administrateurs du site, le procédé devrait éviter à son concepteur d’être tenu responsable d’éventuelles infractions. En revanche, il espère bien relancer la machine à cash qui lui a déjà permis d’amasser 175 millions de dollars américains (135 millions d'euros), selon les enquêteurs américains.

________

Par Georges Dougueli

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Gabon

Philippe Troussier : 'Algérie, Maroc, Gabon ? Des défis intéressants'

Philippe Troussier : "Algérie, Maroc, Gabon ? Des défis intéressants"

Candidat nulle part mais cité un peu partout (Algérie, Maroc, Gabon), le Franco-Ivoirien Philippe Troussier (59 ans) se dit prêt à relever un nouveau défi en Afrique, un continent où sa c[...]

Carte interactive : voyagez en Afrique sans visa !

En vertu d'accords bilatéraux ou dans le cadre d'organisations sous-régionales, plusieurs pays africains ont supprimé l'obligation de visa d'entrée sur leur territoire. Grâce à une carte[...]

Gabon - France : un intermédiaire nommé Ali Bongo Ondimba

Le président du Gabon, Ali Bongo Ondimba, s'est entretenu avec son homologue français le 8 avril. Crise centrafricaine, relations commerciales, Rwanda... Retour sur les discussions qui se sont tenues.[...]

Côte d'Ivoire - Gabon : quand Ali Bongo prend conseil auprès de Ouattara

Le président gabonais Ali Bongo Ondimba était en visite à Abidjan, vendredi 11 avril. L'occasion de s'enquérir de la santé de son homologue ivoirien, Alassane Ouattara, et de s'entretenir avec[...]

Gabon : rencontre Hollande-Bongo, ou quand "l'affaire Total" s'invite à l'Élysée

Officiellement, le président français, François Hollande, et son homologue gabonais, Ali Bongo, ont discuté mardi à Paris de la crise centrafricaine et des relations entre leurs pays. Mais[...]

RDC, Gabon, Maroc, Togo : short-list des sélectionneurs potentiels

De nombreuses sélections africaines, dont celles de RDC, du Gabon, du Maroc et du Togo, cherchent un nouveau coach. Tour d’horizon des candidats les plus sérieux.[...]

Mali : une enquête française vise un "parrain" corse lié à l'Afrique

Le quotidien français "Le Monde" daté de vendredi fait état d'une enquête lancée par la justice française contre Michel Tomi, homme d'affaires corse à la tête d'un[...]

Gabon - France : Ali Bongo Ondimba à Paris du 7 au 9 avril

Le président gabonais Ali Bongo Ondimba se rend en France du 7 au 9 avril. Économie et crise centrafricaine sont au menu des discussions.[...]

Gabon : la présidentielle de 2016, c'est déjà demain

La page du scrutin local de décembre 2013 à peine tournée, commencent les grandes manoeuvres en vue de la présidentielle. Dissidences, alliances, jeu de chaises musicales dans les[...]

Joseph John-Nambo : "L'opposition gabonaise essaie d'exister comme elle le peut"

À deux ans de la présidentielle gabonaise, Joseph John-Nambo, le co-fondateur du courant des Souverainistes, branche radicale du mouvement de l’Union national (UN), tire à boulets rouges sur la politique[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces