Extension Factory Builder
09/11/2012 à 09:57
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Karim Wade en février 2012. Karim Wade en février 2012. © AFp

Karim Wade, fils et ancien ministre de l'ex-président sénégalais Abdoulaye Wade, est convoqué le 15 novembre par les gendarmes. Selon les déclarations d’un haut responsable de la justice, à Dakar, le 8 novembre, une enquête est en cours sur un possible enrichissement illicite.

« Karim Wade est convoqué le jeudi 15 novembre devant la section de recherches de la gendarmerie », a déclaré à la presse Alioune Ndao, procureur spécial de la Cour de répression de l'enrichissement illicite (Crei). Cette convocation de Karim Wade par la gendarmerie n’est pas une première pour le fils de l’ex-président du Sénégal, Abdoulaye Wade. Il avait déjà été convoqué à deux reprises en juillet.

Six autres anciens responsables sénégalais sont également dans le colimateur de la justice sénégalaise. Parmi eux, les dossiers de quatre ministres de l'ex-président Wade, Oumar Sarr, Abdoulaye Baldé, Madické Niang et Samuel Sarr, ont également « été transmis à la gendarmerie » pour enquête, a ajouté M. Ndao. En outre, Tahibou Ndiaye, ex-directeur du cadastre, rattaché au ministère de l'Économie et des finances, et Doudou Diagne, ex-directeur de l'Urbanisme, sont également concernés.

Liste non exhaustive

Selon le procureur spécial de la Crei, « cette liste est loin d'être exhaustive. Dans les prochains jours, d'autres personnes pourraient s'y ajouter. Nous avons reçu des informations (selon lesquelles) il y a eu des actes de prévarication de deniers publics. Nous sommes en train d'enquêter ».

« Les enquêtes ont commencé depuis plus d'un mois. Nous sommes à la recherche de milliards détournés et sortis du pays et que nous voulons faire revenir », a dit le procureur spécial. Selon des informations de la presse sénégalaise, non confirmées officiellement, l’enquête concernerait des sommes importantes placées à l'étranger par des responsables du pouvoir d'Abdoulaye Wade.

"Super ministre"

Ces investigations, qui concernent par ailleurs d’autres personnalités de l’ancien régime, font suite à la demande faite par Dakar, en juin, à la Banque mondiale (BM) pour l'aider à recouvrer les « biens publics spoliés de l'État et placés à l'étranger ». Sous le mandat de son père, Karim Wade était à la tête du ministère de la Coopération internationale, des Transports aériens, des Infrastructures et de l'Énergie. Doté de gros budgets, il avait été surnommé « super ministre » ou « ministre du ciel et de la terre ».

Ancien conseiller de son père, Karim Wade a également occupé plusieurs fonctions dont celle de responsable de l'Agence nationale de l'Organisation de la conférence islamique (Anoci), chargée de grands travaux avant le sommet de l'OCI, organisé en mars 2008 à Dakar.

La Crei a été créée en 1981 par l'ancien président Abdou Diouf. En sommeil depuis des années, elle a été réactivée après l'élection en mars de Macky Sall, qui a remporté le scrutin face à Abdoulaye Wade, au pouvoir depuis douze ans.

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Sénégal

Coupe du monde de basket-ball : que peuvent faire les Africains ?

Coupe du monde de basket-ball : que peuvent faire les Africains ?

À partir du 30 août, trois équipes africaines participent à la Coupe du monde de basket-ball, en Espagne. Si les Américains sont favoris, et que les Espagnols espèrent également re[...]

RDC - Affaire Chebeya : plainte contre Mwilambwe confirmée au Sénégal

À la suite de la plainte déposée par la FIDH et les familles des victimes dans l'affaire Chebeya début juin, la justice sénégalaise a ouvert mardi une information judicaire à[...]

Assane Dioma Ndiaye : "La CREI viole les principes élémentaires des droits de la défense"

Le président de la Ligue sénégalaise des droits humains voit dans le procès du fils de l'ancien président un "règlement de comptes" orchestré par le régime[...]

Sénégal : colère sur le campus de Dakar

La tension qui régnait depuis des mois à l'université de Dakar est montée d'un cran, le 14 août, avec la mort d'un étudiant lors d'une intervention musclée des forces de[...]

Sénégal : la CREI refuse de laisser partir Bibo Bourgi

La Cour de répression de l'enrichissement illicite (CREI) a refusé à l'homme d'affaires Bibo Bourgi, considéré comme le principal complice de Karim Wade, d'aller se faire soigner en France[...]

Sénégal : l'opposant Samuel Sarr arrêté pour offense au chef de l'État

L’opposant et ex-ministre sénégalais de l'Énergie Samuel Sarr, proche de l’ancien président Abdoulaye Wade, a été inculpé et emprisonné pour offense au chef de[...]

Architecture : pourquoi s'approprier l'héritage colonial est une bonne chose

L'héritage achitectural colonial a souvent été délaissé en Afrique. Mais la tendance commence à s'inverser.[...]

CPI : Botswana, Sénégal et Sierra Leone se disputent la présidence de l'Assemblée

L'Assemblée des États parties au statut de Rome doit être présidée par un État africain en 2015. Mais aucun des trois candidats en lice ne se désiste pour un autre.[...]

Tragédie de Thiaroye : réponse à Julien Fargettas

Armelle Mabon est maître de conférences en histoire contemporaine à l'Université de Bretagne-Sud. Elle apporte ici ses commentaires à la lettre ouverte de Julien Fargettas au président de [...]

Sénégal : poussée de fièvre politico-militaro-judiciaire

Affaires Karim Wade, Abdoulaye Baldé ou Aissata Tall Sall : le thermomètre politico-judiciaire sénégalais indique une température singulièrement élevée. Et voilà que[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex