Extension Factory Builder
08/11/2012 à 18:45
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Selon la Croix Rouge, la situation de crise au Nord pourrait affecter le Sud du Mali. Selon la Croix Rouge, la situation de crise au Nord pourrait affecter le Sud du Mali. © AFP

La situation humanitaire au Nord-Mali s’aggrave. Selon la Croix Rouge, 500 000 personnes seraient aujourd’hui incapables de subvenir seules à leurs besoins. En cause : les pénuries alimentaires, l’effondrement des structures politiques et l’insécurité dans la région.

C’est une aggravation qui ne surprendra personne. Déjà en proie à des difficultés d’ordre alimentaire, le Nord-Mali paye aujourd’hui le prix de la crise malienne. « Cette région reste de toute façon vulnérable pour ce qui concerne la sécurité alimentaire, mais combinée à l'insécurité dans le domaine politique et les plans d'intervention militaire, la situation devient particulièrement tragique et sensible », a déclaré à la presse Peter Maurer, président du Comité internationale de la Croix rouge (CICR), récemment en visite au Mali.

L’effondrement de l’État dans le Nord, occupé depuis mars par les mouvements islamistes, a grandement compliqué le lancement d’une opération d’aide humanitaire. Malgré l’insécurité, le CICR a toutefois mis en place neuf centres médicaux ruraux et gère la poursuite des soins à l’hôpital de Gao, seul établissement d’envergure encore opérationnel dans le Nord du pays.

Une contagion au Sud ?

Les besoins sont pourtant énormes. Le plan initial du CICR prévoyait ainsi de venir en aide à 160 000 personnes au cours de l’été. Le nombre de bénéficiaires a pourtant explosé : il est aujourd’hui de 420 000 et Peter Maurer assure que le nombre de Maliens nécessitant une aide tourne autour de 500 000.

« Apporter une aide au sud du Mali et aux habitants qui ont fui le nord du Mali pour se réfugier dans les pays voisins, le Burkina Faso, le Niger et la Mauritanie, est de loin plus facile », a-t-il expliqué. Cela pourrait pourtant avoir un effet pervers, la situation dans le sud du Mali étant déjà très difficile. La prise en charge de réfugiés venus du Nord risque ainsi de provoquer rapidement une détérioration au Sud.

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Mali

Mali : Moussa Mara, jeune premier...

Mali : Moussa Mara, jeune premier...

Nommé le 5 avril, le nouveau chef du gouvernement n'a que 39 ans.[...]

Mali : Gilbert Rodrigues Leal, questions sur une mort présumée

Entre la communication tardive des jihadistes et ce que savaient les autorités françaises depuis décembre 2013, plusieurs points d'interrogations entourent l'annonce de la mort de l'otage français[...]

Mali : le Mujao annonce la mort de l'otage français Gilberto Rodrigues Leal

Le Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest (Mujao) a annoncé mardi la mort du Français Gilberto Rodrigues Leal, enlevé en novembre 2012 dans l'ouest du Mali. [...]

Mali : les cinq humanitaires capturés en février ont été libérés par l'armée française

Les cinq humanitaires maliens, dont quatre employés du Comité international de la Croix-Rouge au Mali, capturés le 8 février ont été libérés jeudi par l'armée[...]

Carte interactive : voyagez en Afrique sans visa !

En vertu d'accords bilatéraux ou dans le cadre d'organisations sous-régionales, plusieurs pays africains ont supprimé l'obligation de visa d'entrée sur leur territoire. Grâce à une carte[...]

Mali : IBK au Sénégal, les raisons d'une visite

Le président malien, Ibrahim Boubacar Keïta, a fait une visite d'État au Sénégal, du 13 au 16 avril. Retour sur les raisons de cette visite.[...]

Mali - France : le ton monte

Les rapports entre le Mali et la France sont exécrables depuis plusieurs mois. Plus récemment, l'"affaire" Tomi et, surtout, la situation à Kidal n'arrangent rien.[...]

Terrorisme - Iyad Ag Ghaly : arrête-moi si tu l'oses !

Recherché pour terrorisme par le monde entier, le chef touareg Iyad Ag Ghaly semble pourtant poursuivi avec bien peu d'ardeur. Et pour cause : il reste un acteur essentiel dans la région.[...]

Le jihadiste algérien Mokhtar Belmokhtar retiré en Libye ?

Selon le président malien, Ibrahim Boubacar Keïta (IBK), la présence en Libye de Mokhtar Belmokhtar serait une menace pour la paix. Le jihadiste algérien et ses hommes avaient occupé pendant[...]

Jean-Yves Le Drian : "IBK doit négocier, Samba-Panza aussi"

Mali, Centrafrique, Libye... Le ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian, reconduit à son poste le 2 avril, est sur tous les fronts africains. Entretien avec un Breton sans états[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces