Extension Factory Builder
08/11/2012 à 17:47
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
IBK : 'Je suis contre la guerre, mais je ne pense pas que l'on puisse faire autrement'. IBK : "Je suis contre la guerre, mais je ne pense pas que l'on puisse faire autrement". © DR

Une intervention africaine au Nord-Mali n'a jamais été aussi près de se réaliser. Comme de nombreux Maliens, l'ancien Premier-ministre Ibrahim Boubacar Keïta (IBK) la juge indispensable. En dernier recours, bien-sûr.

Pour Ibrahim Boubacar Keita, ex-Premier ministre et président du Rassemblement pour le Mali (RPM), une intervention militaire est inéluctable. « Y-a-t-il un autre moyen d'éviter la bunkerisation du Nord-Mali ? », s'interroge-t-il. « Je suis contre la guerre, mais je ne pense pas que l'on puisse faire autrement », confie-t-il à Jeune Afrique dans une interview vidéo ci-dessous.

De fait, à Gao, ville du nord malien sous la coupe du Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'ouest (Mujao), règne une certaine fébrilité. « Depuis deux, trois jours, on voit des jihadistes charger des voitures, raconte Moussa, un habitant de la ville. Ils ont pris beaucoup de carburant, des pneus de secours, des bagages. Ils ont tout attaché sur le toit des voitures et ils sortent de la ville ». Pour lui, pas de doute : les préparatifs de l'intervention militaire en cours à Bamako, la capitale, sont la cause de toute cette agitation. « Apparemment, ils mettent leurs réserves à l'abri », poursuit-il.

Voir l'interview vidéo d'Ibrahim Boubacar Keïta : 

Plan d'intervention

Car du 26 octobre au 6 novembre, chefs d'états-majors du Mali et de la sous-région, représentants de la Force en attente de l'Union africaine (FAA) et experts occidentaux se sont réunis à Bamako pour mettre au point leur offensive militaire. Les plans seront soumis aux chefs d'États de la Communauté économique des États d'Afrique de l'ouest (Cedeao) au sommet extraordinaire d'Abuja, le 11 novembre. Après validation, cette proposition sera transmise au Conseil de sécurité des Nations unies, qui a donné jusqu'au 26 novembre à la Cedeao pour préciser les termes d'une intervention au nord du Mali.

Bamako attend toujours l’union sacrée

Pendant ce temps à Bamako, la capitale malienne, si l'on est très attentif aux déclaration des groupes armés, l'on reste plus préoccupé par le débat politique interne. Sensée permettre aux Maliens de recoller les morceaux, la concertation nationale se tiendra-t-elle un jour ? Le 3 novembre, le Front pour la sauvegarde de la démocratie et de la République (FDR, anti-putsch du 21 mars), a annoncé qu'il n'y participerait pas. MGB

Peu de choses ont filtré des rencontres, si ce n'est que l'on parle du déploiement de 4 000 hommes (au lieu de 3 000 précédemment) qui sécuriseront les villes reconquises par l'armée malienne. De son côté, l'état-major malien pense mobiliser entre 6 000 et 8 000 hommes, militaires et para-militaires.

Des préparatifs qui ont sûrement pesé dans les discussions en cours à Ouagadougou (Burkina Faso) entre le médiateur ouest-africain de la crise malienne, le président Blaise Compaoré, et les jihadistes d'Ansar Dine, du Touareg Iyad Ag Ghali. Leur porte-parole, Mohamed Ahariba fait savoir que son groupe rejetait « toute forme d'extrémisme et de terrorisme ». Mais peut-on pour autant dire qu'ils ont renié la pratique rigoriste de la charia – qui est d’abord celle de leurs alliés d'Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) ?

________

Par Malika Groga-Bada

 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Mali

Mali : deux diplomates algériens libérés plus de 2 ans après leur rapt

Mali : deux diplomates algériens libérés plus de 2 ans après leur rapt

Deux diplomates algériens enlevés en avril 2012 par un groupe islamiste armé au Mali ont été libérés samedi, ont annoncé les autorités algériennes en confirmant[...]

Mali : IBK ne veut plus de la médiation du Burkinabè Compaoré

Le président malien Ibrahim Boubacar Keïta soupçonne Blaise Compaoré de vouloir réintroduire dans le jeu Iyad Ag Ghaly, le chef d'Ansar Eddine.[...]

France - Libye : Sarkozy, Kadhafi et la piste malienne

Comme l'a révélé J.A. en exclusivité, les juges qui enquêtent sur le financement de la campagne de l'ex-président français en 2007 ont adressé une demande d'entraide[...]

Mali : les groupes armés du Nord veulent faire front commun face au gouvernement

Les six principaux groupes armés du Nord du Mali ont signé jeudi à Ouagadougou une déclaration commune censée mettre fin à leurs divisions. Ils entendent ainsi présenter un front[...]

Mali : les groupes armés du nord peaufinent leurs revendications à Ouagadougou

Les principaux mouvements armés du Nord du Mali sont réunis depuis mardi à Ouagadougou. Objectif : harmoniser leur plateforme de revendications avant un second round de négociations décisif avec[...]

Éthiopie : Hiroute Guebre Sellassie, une diplomate tout-terrain pour le Sahel

De Nouakchott à Niamey, le nouvel envoyé spécial de l'ONU se démène pour mobiliser chefs d'État et partenaires internationaux. Son nom ? Hiroute Guebre Sellassie.[...]

Mali : le Prytanée militaire de Kati, école d'excellence de l'armée

Sanogo, Dacko, Fané... Tous sortent du même moule : le Prytanée militaire de Kati. Un établissement d'excellence hérité de l'époque coloniale où l'on apprend[...]

Mali - Moctar Mariko : "Les libérations d'auteurs présumés de violences nous atterrent"

La libération, le 15 août dernier, de l'ancien juge islamique de Tombouctou - notamment responsable d'avoir fait pratiquer des amputations -, a suscité les protestations de l'Association malienne des droits de[...]

Affaire Kadhafi - Sarkozy : les propos de Bany Kanté contredits par Dupuydauby

Soupçonné d'être impliqué dans le financement présumé de la campagne électorale de Nicolas Sarkozy par Mouammar Kadhafi en 2007, Cheick Amadou Bany Kanté a démenti[...]

Affaire Kadhafi - Sarkozy : le Malien Bany Kanté nie avoir joué un rôle de "porteur de valise"

Soupçonné par la justice française d'être impliqué dans le financement présumé de la campagne électorale de Nicolas Sarkozy par Mouammar Kadhafi en 2007, le Malien Cheick[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex