Extension Factory Builder
08/11/2012 à 15:10
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Réunion des chefs d'état-major de la Cedeao sur le Mali, le 6 novembre 2012 à Bamako. Réunion des chefs d'état-major de la Cedeao sur le Mali, le 6 novembre 2012 à Bamako. © Habibou Kouyate/AFP

Le concept d'opérations de l'intervention militaire africaine au Nord-Mali doit être approuvé, dimanche 11 novembre, par les chefs d'État de la Cedeao. Parallèlement, le général Sékouba Konaté, émissaire de l'UA, est arrivé à Ouagadougou, jeudi 8 novembre, pour rencontrer le président burkinabè Blaise Compaoré pour faire le point sur les négociations avec Ansar Eddine.

Ce devrait être un aboutissement. Après un nombre incalculable de réunions de responsables de tous pays à tous les niveaux au sujet de la crise malienne, les chefs d’État de la Cedeao doivent enfin adopter un plan de reconquête du Nord-Mali, dimanche 11 novembre à Abuja. Dénommé pour l’instant « plan d’opérations », celui-ci a déjà été approuvé par les chefs d’état major de l’organisation ouest-africaine, mercredi 7 novembre, à Bamako.

Il devra ensuite être « transmis par l'entremise de l'Union africaine, avant le 15 novembre, au Conseil de sécurité des Nations unies, qui, le 12 octobre, avait voté une résolution donnant à la Cedeao 45 jours pour préciser ses plans de reconquête du Nord-Mali », indique un communiqué de l’organisation, dont les ministres des Affaires étrangères et de la Défense se réuniront vendredi dans la capitale nigériane pour finaliser les derniers détails de l'opération.

Sékouba Konaté rencontre Blaise Compaoré

Le général guinéen Sékouba Konaté, qui supervise pour l'Union africaine (UA) la préparation d'une intervention militaire au Mali, est arrivé jeudi 8 novembre à Ouagadougou pour rencontrer le président burkinabè Blaise Compaoré. Sont au programme « les questions liées à la juxtaposition de l'intervention militaire et du dialogue en cours », selon une source de la présidence.

Le Burkina Faso mène une médiation au nom de la Cedeao, et a engagé des discussions avec l'un des groupes islamistes armés du Nord du Mali, Ansar Eddine, allié aux jihadistes d'Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) et du Mouvement pour l'unicité du Jihad en Afrique de l'Ouest (Mujao).

Ansar Eddine a proclamé mardi, à Ouagadougou, son rejet du « terrorisme » et a appelé les autres groupes armés et Bamako au dialogue. Mais il a indiqué le lendemain qu’une intervention au Nord-Mali provoquerait « l’embrasement » de la région.

Mis au point par des experts internationaux, occidentaux et africains, le « concept d’opérations harmonisé » précise la composition de la future force d’intervention - qui devra être placé sous mandat de l'ONU - et le soutien logistique de pays occidentaux, le niveau de participation des pays de la Cedeao, le financement et les moyens militaires dont elle disposera.

"Conférence des donateurs"

La force devrait comprendre 4 000 hommes au lieu des 3 000 initialement prévus et des éléments « non africains » pourraient y participer, ajoute-t-on de source diplomatique. Mais le financement n’est pas encore acquis. Selon le communiqué de la Cedeao, les chefs d'état-major ouest-africains ont demandé à l’organisation ouest-africaine « en collaboration avec l'UA, de mettre sur pied un comité restreint de planificateurs pour peaufiner le concept harmonisé (d'intervention) et d'organiser » ensuite « une conférence de donateurs ».

Le « comité restreint » devra « identifier dès que possible les insuffisances et proposer les types et nombre d'unités à générer » de cette force qui, précise le communiqué, s'appellera Mission internationale de soutien au Mali sous conduite africaine (Misma). Saisi, le Conseil de sécurité de l'ONU devra se prononcer aux alentours du 26 novembre pour voter une éventuelle résolution donnant le feu vert définitif au déploiement de la force.

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Mali

Mali : IBK au Sénégal, les raisons d'une visite

Mali : IBK au Sénégal, les raisons d'une visite

Le président malien, Ibrahim Boubacar Keïta, a fait une visite d'État au Sénégal, du 13 au 16 avril. Retour sur les raisons de cette visite.[...]

Mali - France : le ton monte

Les rapports entre le Mali et la France sont exécrables depuis plusieurs mois. Plus récemment, l'"affaire" Tomi et, surtout, la situation à Kidal n'arrangent rien.[...]

Terrorisme - Iyad Ag Ghaly : arrête-moi si tu l'oses !

Recherché pour terrorisme par le monde entier, le chef touareg Iyad Ag Ghaly semble pourtant poursuivi avec bien peu d'ardeur. Et pour cause : il reste un acteur essentiel dans la région.[...]

Le jihadiste algérien Mokhtar Belmokhtar retiré en Libye ?

Selon le président malien, Ibrahim Boubacar Keïta (IBK), la présence en Libye de Mokhtar Belmokhtar serait une menace pour la paix. Le jihadiste algérien et ses hommes avaient occupé pendant[...]

Jean-Yves Le Drian : "IBK doit négocier, Samba-Panza aussi"

Mali, Centrafrique, Libye... Le ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian, reconduit à son poste le 2 avril, est sur tous les fronts africains. Entretien avec un Breton sans états[...]

Mali : un nouveau gouvernement pour relancer la réconciliation

Le président malien Ibrahim Boubacar Keïta a nommé les membres du gouvernement dirigé par le nouveau Premier ministre Moussa Mara, une équipe resserrée dont l'une des principales[...]

Journalistes de RFI assassinés au Mali : des juges français vont enquêter

Des juges d'instruction parisiens vont enquêter sur l'assassinat au Mali fin 2013 des deux journalistes de RFI Ghislaine Dupont et Claude Verlon, a-t-on appris vendredi de source judiciaire.[...]

Mali : le nouveau gouvernement formé, le ministre de la Réconciliation remplacé

Le nouveau Premier ministre du Mali, Moussa Mara, a formé son gouvernement, dans lequel ne figure plus le ministre sortant de la Réconciliation, remplacé par l'ex-chef de la diplomatie, selon un[...]

Amadou Alpha Sall : "Aucun pays n'est suffisamment éloigné pour être protégé d'Ebola"

Le virus Ebola continue de se propager en Afrique de l'Ouest. Parti de Guinée, il a notamment atteint le Liberia et des cas sont suspectés en Sierra Leone et au Mali. Interview du docteur Amadou Alpha Sall, directeur[...]

Mali : trois suspects en garde à vue pour l'attaque de la résidence de Konaré

L'enquête sur l'attaque contre la résidence de l'ancien président malien Alpha Oumar Konaré, à Bamako, s'oriente vers la piste des voleurs de câble électrique. Trois suspects ont[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers