Extension Factory Builder
08/11/2012 à 11:47
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le Français arrêté au Mali n'a pas nié vouloir rejoindre les jihadistes contrôlant le Nord. Le Français arrêté au Mali n'a pas nié vouloir rejoindre les jihadistes contrôlant le Nord. © Kenzo Tribouillard/AFP

La justice française a ouvert, mercredi 7 novembre, une enquête préliminaire sur un Français arrêté au Mali alors qu'il tentait de rejoindre les groupes islamistes qui contrôlent le Nord. Une affaire qui confirme les craintes de voir Bamako confronté à un afflux de jihadistes venus d'Europe.

Mis à jour à 18h05.

Interpellé samedi 3 novembre à Sévaré (Mali Centre), un Français fait désormais l’objet depuis mercredi d’une enquête préliminaire ouverte par le parquet de Paris pour le chef d'association de malfaiteurs en vue d'une entreprise terroriste. La Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI) mène les investigations sur cette personne qui voyageait sous une fausse identité, et n’a pas nié au cours de sa garde à vue que son intention était de rallier Tombouctou pour y rejoindre les groupes islamistes qui contrôlent le Nord du Mali.

Dans la journée de jeudi, une source malienne a indiqué que l'homme avait été transféré à Bamako « sous bonne escorte », accompagné de « deux complices arabes » également arrêtés dans la région de Mopti (centre). « D’'autres arrestations sont en cours », a-t-on affirmé. 

Le suspect était arrivé jeudi à Bamako, en provenance de Lisbonne, sous le nom de Khalifa Dramé. Il pourrait s’agir, selon une source judiciaire française, de Ibrahim Aziz Ouattara, bien connu des services de police. Celui-ci, né en 1988 à Aubervilliers (Seine-Saint-Denis), avait été mis en examen en novembre 2010 dans le cadre d'une instruction ouverte sur des soupçons de projet d'attentat contre le recteur de la mosquée de Paris Dalil Boubakeur. Les enquêteurs français attendent de recevoir ses empreintes pour confirmer son identité.

Franco-Malien ?

L'information judiciaire ouverte en 2010 avait conduit à la mise en examen de neuf personnes. Les séjours de Ouattara au Yémen et au Pakistan pour y rallier des zones de combat ont particulièrement retenu l’attention des juges. Interpellé en Égypte à l'automne 2010 et renvoyé en France, il avait été placé en détention provisoire puis libéré en juillet 2011 et placé sous contrôle judiciaire.

S’il s’agit bien de Ouattara, la question de son avenir judiciaire se posera car ce dernier possède la double nationalité française et malienne. La présence de ce suspect au Mali confirme en tout cas les craintes des services de renseignement sur l’arrivée de jihadistes européens au Sahel.

Des sources proches des renseignements avaient récemment dit à l'AFP qu'elles redoutaient que les jihadistes français visent désormais la Syrie et le Sahel, plutôt que les zones afghanes et pakistanaises. Selon des sources sécuritaires maliennes, des dizaines de jeunes Européens, dont des Français, ou de jeunes Africains vivant en Europe, seraient de plus en plus tentés par le jihad dans le Nord du Mali.

"Rien de dramatique" pour Trévidic

Au début d’octobre, le juge antiterroriste français Marc Trévidic avait également fait état de « frémissements de départs » de jihadistes français vers le Mali, notamment « parce que la communauté malienne est importante en France ». Mais si « ce n'est pas très surprenant, cela n'a encore rien de dramatique », avait-il nuancé.

Deux Français, dont l'un connu de la DCRI, ont été repérés en août par les services secrets français dans une brigade d'Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) au Mali. Et dans une vidéo mise en ligne le 9 octobre par le site mauritanien d'informations Sahara Media, l'un d'eux avait mis en garde la France, les États-Unis et l'ONU contre une intervention militaire dans le nord du Mali.

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Mali

Tomi, IBK, Bongo : des écoutes embarrassantes

Tomi, IBK, Bongo : des écoutes embarrassantes

Des chefs d’Etat étrangers, qui plus est des amis de la France, écoutés dans le cadre d’investigations judiciaires ? Voilà qui, d’un point de vue diplomatique, et même si [...]

Crise malienne : pourquoi Ménaka cristallise les tensions

Alors que la rébellion du Nord-Mali réclame toujours des amendements à l'accord d'Alger pour le signer, la situation sécuritaire se détériore depuis la reprise de la ville de[...]

Mali : l'armée accusée d'avoir exécuté neuf personnes à Tin Hama

Des combats entre les rebelles de la CMA et l'armée malienne ont eu lieu jeudi matin à Tin Hama, près d'Ansongo, dans le nord-est du Mali. Dans un communiqué, les rebelles accusent les soldats maliens[...]

Les femmes africaines peinent à percer le plafond de verre

Éducation, travail, indépendance... Malgré de timides avancées, le statut des femmes n'a que peu progressé en Afrique, selon les participantes du 5e forum social d’Essaouira, au Maroc, du[...]

Deux importants chefs jihadistes tués dans le nord du Mali par l'armée française

Le ministère français de la Défense a affirmé mercredi dans un communiqué avoir neutralisé deux importantes figures du jihadisme dans le nord du Mali : Abdelkrim al-Targui et Ibrahim Ag[...]

Mali : le chef jihadiste Abdelkrim al-Targui tué par l'armée française

Abdelkrim al-Targui, l'un des principaux chefs d'Aqmi, a été tué dans la nuit de dimanche à lundi par l'armée française dans le nord-est du Mali. Plusieurs autres jihadistes ont[...]

Mali : un blessé dans une attaque contre la Minusma à Bamako

Un gardien d'une résidence de la Minusma à Bamako a été blessé par balle, mercredi, par un homme armé qui a réussi à prendre la fuite, abandonnant sur place deux grenades[...]

Le Mali parviendra-t-il à sceller son accord de paix ?

Officiellement signé le 15 mai à Bamako par le gouvernement, l'accord de paix n'est pas encore définitivement scellé au Mali. Les rebelles de la Coordination des mouvements de l'Azawad (CMA) souhaitent[...]

Mali : trois militaires maliens tués près de Tombouctou

Trois soldats maliens ont été tués lundi matin près de Tombouctou, lors d'une attaque menée par les rebelles de la Coordination des mouvements de l'Azawad. [...]

L'ONU accuse le Mali de manquer de reconnaissance pour ses "sacrifices"

Le chef des opérations de maintien de la paix de l'ONU, Hervé Ladsous, s'est insurgé samedi à Bamako contre un manque de reconnaissance des autorités maliennes envers la force internationale dans[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers