Extension Factory Builder
08/11/2012 à 11:47
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le Français arrêté au Mali n'a pas nié vouloir rejoindre les jihadistes contrôlant le Nord. Le Français arrêté au Mali n'a pas nié vouloir rejoindre les jihadistes contrôlant le Nord. © Kenzo Tribouillard/AFP

La justice française a ouvert, mercredi 7 novembre, une enquête préliminaire sur un Français arrêté au Mali alors qu'il tentait de rejoindre les groupes islamistes qui contrôlent le Nord. Une affaire qui confirme les craintes de voir Bamako confronté à un afflux de jihadistes venus d'Europe.

Mis à jour à 18h05.

Interpellé samedi 3 novembre à Sévaré (Mali Centre), un Français fait désormais l’objet depuis mercredi d’une enquête préliminaire ouverte par le parquet de Paris pour le chef d'association de malfaiteurs en vue d'une entreprise terroriste. La Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI) mène les investigations sur cette personne qui voyageait sous une fausse identité, et n’a pas nié au cours de sa garde à vue que son intention était de rallier Tombouctou pour y rejoindre les groupes islamistes qui contrôlent le Nord du Mali.

Dans la journée de jeudi, une source malienne a indiqué que l'homme avait été transféré à Bamako « sous bonne escorte », accompagné de « deux complices arabes » également arrêtés dans la région de Mopti (centre). « D’'autres arrestations sont en cours », a-t-on affirmé. 

Le suspect était arrivé jeudi à Bamako, en provenance de Lisbonne, sous le nom de Khalifa Dramé. Il pourrait s’agir, selon une source judiciaire française, de Ibrahim Aziz Ouattara, bien connu des services de police. Celui-ci, né en 1988 à Aubervilliers (Seine-Saint-Denis), avait été mis en examen en novembre 2010 dans le cadre d'une instruction ouverte sur des soupçons de projet d'attentat contre le recteur de la mosquée de Paris Dalil Boubakeur. Les enquêteurs français attendent de recevoir ses empreintes pour confirmer son identité.

Franco-Malien ?

L'information judiciaire ouverte en 2010 avait conduit à la mise en examen de neuf personnes. Les séjours de Ouattara au Yémen et au Pakistan pour y rallier des zones de combat ont particulièrement retenu l’attention des juges. Interpellé en Égypte à l'automne 2010 et renvoyé en France, il avait été placé en détention provisoire puis libéré en juillet 2011 et placé sous contrôle judiciaire.

S’il s’agit bien de Ouattara, la question de son avenir judiciaire se posera car ce dernier possède la double nationalité française et malienne. La présence de ce suspect au Mali confirme en tout cas les craintes des services de renseignement sur l’arrivée de jihadistes européens au Sahel.

Des sources proches des renseignements avaient récemment dit à l'AFP qu'elles redoutaient que les jihadistes français visent désormais la Syrie et le Sahel, plutôt que les zones afghanes et pakistanaises. Selon des sources sécuritaires maliennes, des dizaines de jeunes Européens, dont des Français, ou de jeunes Africains vivant en Europe, seraient de plus en plus tentés par le jihad dans le Nord du Mali.

"Rien de dramatique" pour Trévidic

Au début d’octobre, le juge antiterroriste français Marc Trévidic avait également fait état de « frémissements de départs » de jihadistes français vers le Mali, notamment « parce que la communauté malienne est importante en France ». Mais si « ce n'est pas très surprenant, cela n'a encore rien de dramatique », avait-il nuancé.

Deux Français, dont l'un connu de la DCRI, ont été repérés en août par les services secrets français dans une brigade d'Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) au Mali. Et dans une vidéo mise en ligne le 9 octobre par le site mauritanien d'informations Sahara Media, l'un d'eux avait mis en garde la France, les États-Unis et l'ONU contre une intervention militaire dans le nord du Mali.

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Mali

Moussa Mara : 'Il n'y aura pas de prime à l'impunité' au Mali

Moussa Mara : "Il n'y aura pas de prime à l'impunité" au Mali

Les priorités du Premier ministre malien, Moussa Mara ? La réforme territoriale, la reprise de l'aide du FMI et les négociations avec les groupes armés. Un domaine où il joue la carte de [...]

Mali : Casques bleus tchadiens excédés

Le 18 septembre, cinq Casques bleus tchadiens de la Minusma ont été tués au passage de leur véhicule sur un engin explosif dans les environs d'Aguelhok. C'est la troisième attaque[...]

Hajj : l'Afrique de l'Ouest dans les starting-blocks

Quelques semaines avant le début du hajj, l'Afrique de l'Ouest est parée pour ce grand pélerinage.[...]

Mali : grand nettoyage à Bamako

Pour revenir dans les bonnes grâces du FMI après plusieurs impairs difficilement justifiables, le Mali met les bouchées doubles pour sanctionner les fonctionnaires indélicats.[...]

Nouvelle ère pour Finagestion

 Rebaptisé Eranove, l'ex-Finagestion, holding de tête des compagnies d'électricité et d'eau en Côte d'Ivoire et au Sénégal ne veut plus être perçu comme un[...]

Terrorisme au Mali : identification de Meherig Djafar, le coup de pouce d'Interpol

La récente identification au Mali du jihadiste algérien Meherig Djafar démontre l'importance de la technologie dans la lutte contre le terrorisme.[...]

À Bamako, plusieurs milliers de manifestants disent non à la partition du Mali

Entre deux et trois milles personnes ont défilé jeudi à Bamako pour dénoncer toute velléité de partition du Mali.[...]

Christian Josz (FMI) : "Notre mission au Mali a été un grand succès"

Du 12 au 25 septembre, une mission du Fonds monétaire international a séjourné à Bamako pour faire la lumière sur un marché de 69 milliards de F CFA passé de gré à[...]

Mali - Ousmane Diarra : "Les jihadistes instrumentalisent la pureté de l'enfant"

Dans son troisième roman, La Route des clameurs, le conteur malien revient sur la terreur qui s'est abattue sur son pays. Et dissèque comment la folie s'est emparée des hommes.[...]

Suspense et morosité

L'enthousiasme qui avait saisi les acteurs économiques maliens après le sommet de Bruxelles, en mai 2013, au cours duquel une aide internationale de 4 milliards de dollars (3,25 milliards[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers