Extension Factory Builder
08/11/2012 à 09:15
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le président chinois Hu Jintao, le 8 novembre à Pékin. Le président chinois Hu Jintao, le 8 novembre à Pékin. © AFP

Le 8 novembre, lors de son discours à l’ouverture du 18e congrès du Parti communiste chinois (PCC), le président sortant, Hu Jintao, a mis en garde contre la corruption endémique qui ronge le pays. Selon lui, elle pourrait s'avérer "fatale" au régime et en a appelé à plus de démocratie en Chine.

Selon le président chinois sortant, Hu Jintao, la corruption qui gangrène la société chinoise pourrait provoquer « l'effondrement du parti et de l'État ». « Si nous échouons à traiter cette question correctement, elle pourra s'avérer fatale », a-t-il lancé lors de son discours à l’ouverture du 18e congrès du parti communiste chinois (PCC), devant les quelque 2000 délégués du PCC réunis au Palais du peuple à Pékin.

Ces déclarations s’inscrivent dans un contexte marqué cette année par plusieurs scandales politico-financiers impliquant des familles des plus hauts dirigeants chinois, dont un membre du Bureau politique, Bo Xilai, exclu du parti et en attente de jugement.

Afin de garantir qu'aucun dirigeant n'abuse de son pouvoir, Hu Jintao a déclaré vouloir s’« assurer que les dirigeants respectent la loi en pensée et en actions » et «  garantir que tout le monde est égal devant la loi », avant d’ajouter que « nulle organisation ou individu n'a le privilège de fouler aux pieds la constitution ».

Plus de démocratie

Le président chinois a aussi souligné l'importance de soutenir des réformes politiques, un domaine dans lequel son bilan est jugé des plus minces.

« La réforme de la structure politique est une part importante des réformes globales de la Chine. Nous devons continuer nos efforts, activement et prudemment, pour poursuivre la réforme de la structure politique et étendre la démocratie populaire », a déclaré le président chinois.

« Nous devons attacher plus d'importance à l'amélioration du système démocratique afin d'assurer que le peuple puisse avoir des élections et des décisions démocratiques », a-t-il ajouté.

(Avec AFP)

 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

International

Banque mondiale : Makhtar Diop reprend son poste de vice-président Afrique

Banque mondiale : Makhtar Diop reprend son poste de vice-président Afrique

 Écarté de son poste de vice-président Afrique de la Banque mondiale début octobre, l'économiste sénégalais, à qui l'on prêtait l'intention de briguer la pré[...]

Réfugiés africains pour audimat européen

Dans un camp de réfugiés du Darfour, la chaîne Arte tourne un documentaire bimédia "à jouer". Instrumentalisation de la détresse pour une courbe d’audience ? Ou[...]

Malick Ndiaye, le gourou à six cordes

À la tête du label ThinkZik ! depuis quinze ans, le mystérieux et exigeant producteur d'Imany et de Faada Freddy attend plus de la musique africaine.[...]

Art contemporain : rififi autour du prix Orisha

Décerné le 2 octobre à Paris au Béninois Kifouli Dossou, le premier prix Orisha pour l'art contemporain africain a suscité l'agacement de plusieurs artistes et commissaires.[...]

Algérie : des juges d'instruction français vont enquêter sur l'assassinat d'Hervé Gourdel

Des juges d'instruction français vont enquêter sur l'enlèvement et l'assassinat d'Hervé Gourdel, a-t-on appris vendredi de source judiciaire.[...]

Areva : Luc Oursel pas vraiment parti

En dépit du départ inattendu de Luc Oursel, pour des raisons thérapeutiques et son remplacement par son numéro deux Philippe Knoche le 22 octobre, l'organigramme d'Areva reste inchangé[...]

Ebola - Dr Eric Leroy : "L'épidémie continue d'évoluer dans le mauvais sens"

Le Dr Éric Leroy est l'un des plus grand spécialistes du virus Ebola. Selon lui, l'épidémie ne sera pas endiguée avant plusieurs mois. Interview.[...]

Brésil : Dilma Rousseff, surprise du chef

Les sondages la donnaient battue au second tour de la présidentielle par la socialiste Marina Silva. Ils se sont lourdement trompés. Avec 41,6 % des suffrages au premier, Dilma Rousseff est bien [...]

Un Michel peut en cacher un autre

Le nouveau Premier ministre se prénomme Charles et n'a que 38 ans. Mais il a de qui tenir. Louis, son père, est un vieux briscard de la politique locale. Et de la "Belgafrique".[...]

Terrorisme : le Maroc demande à la France de retirer son appel à la vigilance

Pour le ministre marocain de l'Intérieur, Mohamed Hassad, la présence du Maroc dans une liste de 40 pays dans lesquels la France appelle ses ressortissants à une vigilance renforcée "est[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers