Extension Factory Builder
07/11/2012 à 09:24
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le roi du Maroc Mohammed VI, le 18 octobre 2012 à Amman, en Jordanie. Le roi du Maroc Mohammed VI, le 18 octobre 2012 à Amman, en Jordanie. © AFP

À l'occasion du 37e anniversaire de la "Marche verte", mardi 6 novembre, le souverain du Maroc Mohammed VI a répété l'attachement du royaume chérifien à son projet d'autonomie "audacieux" pour le Sahara occidental. Il aussi pointé du doigt la "violation flagrante des droits humains les plus élémentaires" des réfugiés sahraouis installés dans les camps de Tindouf (Algérie).

Rien de très neuf dans le discours royal sur le Sahara occidental. Mohammed VI a de nouveau défendu le projet marocain de large autonomie pour le Sahara occidental, jugeant que cette « initiative audacieuse » n'avait pas abouti jusque-là en raison de l'absence de « volonté sincère » de la part des « autres parties ».

Le souverain s'exprimait, mardi 6 novembre, à l'occasion du 37e anniversaire de la « Marche verte ». En 1975, à l'appel du roi Hassan II, environ 350 000 Marocains avaient marché sur le Sahara occidental, mettant fin à des années de colonisation espagnole.

Le Maroc, qui contrôle la région depuis, lui propose une large autonomie. Ce plan est rejetté par les indépendantistes du Polisario, soutenus par l'Algérie.

Le projet d'autonomie constitue « un tournant important dans le processus de règlement définitif de ce conflit régional artificiel dans la mesure » où il « accorde à toutes les populations de la région une grande latitude pour gérer leurs affaires locales, dans le respect de leurs spécificités culturelles », a fait valoir Mohammed VI dans son discours à la nation.

"Répression" et "désespoir" à Tindouf

Le souverain a en outre appelé la communauté internationale à se pencher sur la situation des réfugiés sahraouis installés dans les camps de Tindouf (sud-ouest de l'Algérie) sous le contrôle du Polisario. Selon lui, « la répression, la coercition, le désespoir et les privations » y sévissent, en « violation flagrante des droits humains les plus élémentaires ».

Le roi du Maroc a réitéré la demande de son pays d'un recensement par le Haut commissariat aux réfugiés (HCR) des réfugiés sahraouis établis à Tindouf. Rabat réclame ce recensement pour appuyer sa thèse selon laquelle leur nombre n'est pas aussi important que l'avance le Front Polisario, qui parle lui de quelque 170 000 personnes. Le Maroc considère en outre les réfugiés sahraouis de Tindouf comme des ressortissants marocains.

Le discours royal intervient dans la foulée de la visite de l'envoyé spécial du secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, pour le Sahara occidental, Christopher Ross. Désavoué en mai par Rabat, l'émissaire onusien s'est rendu au Maroc, puis au Sahara, où il n'était encore jamais allé depuis sa nomination en 2009.

Il doit remettre un rapport au Conseil de sécurité de l'ONU à la fin du mois, après être également passé par Alger et Paris, entre autes.

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Maroc

France : le Conseil constitutionnel valide la déchéance de nationalité d'un jihadiste franco-marocain

France : le Conseil constitutionnel valide la déchéance de nationalité d'un jihadiste franco-marocain

Le Conseil constitutionnel a validé vendredi la déchéance de la nationalité française d'un jihadiste franco-marocain condamné pour terrorisme. Une décision qui était tr&egr[...]

France-Maroc : Salaheddine Mezouar reporte sa visite à Paris

Prévue vendredi prochain, la visite en France du ministre marocain des Affaires étrangères, Salaheddine Mezouar, censée débloquer la crise diplomatique entre Paris et Rabat, a été[...]

Six ans de prison requis en France à l'encontre d'un "cyberjihadiste" marocain

Devant le tribunal correctionnel de Paris, le procureur a requis mardi six ans de prison et une interdiction définitive du territoire français à l'encontre de Fahd Jobrani, un "cyberjihadiste"[...]

Pour Carlos Ghosn, le "Nigeria est le Brésil de demain"

Pour Carlos Ghosn, le décollage du marché automobile nigérian n'est qu'une question de temps. Et l'alliance Renault-Nissan dont il est le patron se positionne déjà pour être[...]

Mezouar à Paris : réconciliation en vue entre le Maroc et la France ?

Le ministre marocain des Affaires étrangères, Salaheddine Mezouar, sera à Paris vendredi 23 janvier. Objectif : "Surmonter définitivement et durablement les obstacles qui entravent la[...]

Le Maroc répond à l'appel du large

Le littoral marocain, c'est 3 500 km de côtes cernées par le désert et les montagnes. Un espace stratégique pour le royaume, qui, en développant la pêche et le commerce[...]

Laurent Fabius ira à Rabat pour tenter de résoudre la crise diplomatique franco-marocaine

Laurent Fabius, le ministre français des Affaires étrangères, a déclaré jeudi qu'il se rendrait "prochainement" à Rabat. Objectif : tenter d'apaiser les relations[...]

Sahara occidental : les offensives diplomatiques du Polisario

Près de quarante ans après la Marche verte, les partisans de la RASD se replient sur le terrain militant en jouant à fond la carte des droits de l'homme. Mais le Maroc n'entend pas se laisser faire.[...]

Maroc : Touria El Glaoui, fondatrice de la foire 1:54

Les femmes puissantes sont de plus en plus nombreuses sur le continent. Voici notre sélection - forcément subjective - des 50 Africaines les plus influentes au monde.[...]

Maroc : Ghislane Guedira, la finance et les phosphates

Cette femme discrète est "une workaholic, passionnée d'ingénierie financière", disent ses collègues. Diplômée de l'ESCP Europe en 1992, Ghislane Guedira a[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20121107085355 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20121107085355 from 172.16.0.100