Extension Factory Builder
06/11/2012 à 13:39
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Les véhicules de l'armée malienne ne disposaient que de mitailleuses de faible calibre. Les véhicules de l'armée malienne ne disposaient que de mitailleuses de faible calibre. © Issouf Sanogo/AFP

Alors que les chefs d'état-major de la Cedeao se réunissent à Bamako pour finaliser le "concept d'opération" pour une intervention au Nord-Mali, l'armée malienne continue de se renforcer. Petite revue des derniers équipements reçus ou commandés.

Après la déroute du début de l’année, le Mali doit reconstituer ses forces, ce qui passe notamment par de nombreuses commandes d'armes. Aux véhicules qu'alignait encore Bamako en avril 2012 se sont ajoutés 142 véhicules tout terrain. Les techniciens des Ateliers militaires de Markala en ont modifié plusieurs, de manière à les équiper de mitrailleuses lourdes DShK de 12,7 mm ou ZPU de 14,5 mm, comme celles montées sur les 4x4 des rebelles.

Car auparavant, les 4X4 de l’armée n'emportaient que des mitrailleuses SGM de 7,62 mm, d'une portée bien inférieure à ce dont disposait l'adversaire. Ce qui, dans le désert, constituait un terrible désavantage. L'achat de pièces de rechange a en outre permis la remise en état de 16 blindés BRDM-2 auxquels s'additionneront bientôt les 19 BTR-60PB jusqu'alors bloqués à Conakry.

L'Algérie sollicitée

Qu’est-ce qu’un concept d’opérations ?

L’ONU a donné quarante-cinq jours à la Cedeao pour préparer la guerre. Un délai qui n’est pas de trop pour planifier une opération militaire stratégique, en cinq phases : initialisation, orientation, élaboration du concept puis du plan, développement de celui-ci, puis validation et mise à jour dudit plan. La première phase inclut la directive initiale, en l'occurrence, la restauration de l'intégrité territoriale malienne. La deuxième phase étudie ce qui est à faire, en déterminant le cadre de la troisième phase, à savoir, le concept d'opérations désigné sous l'acronyme de Conops (Concept of Operations) par l'Otan. Sont alors élaborés les modes d'action, selon l'objectif à atteindre (End State ou État Final Recherché) en définissant notamment les cibles à frapper (Targeting), les règles d'engagement, l'organisation de la chaîne de commandement, le tout en considérant les capacités des belligérants. A partir du Conops est établi le plan et la cinquième phase consiste à vérifier sa validité.

Ces blindés renforcent ceux du même modèle rescapés de la déroute. L'Algérie a par ailleurs été sollicitée pour l'obtention de matériel de transmissions, afin de moderniser a minima les vieux chars T-55, ainsi que pour des munitions qui font cruellement défaut. Le problème se pose aussi avec les chars légers PT-76, dont les obus se révèlent en majorité défectueux.

En plus des armes lourdes, un rapport mentionne la commande par Bamako de 3 000 fusils d'assaut AK-47, en provenance d'un pays d'Amérique du Sud, sitôt le certificat d'importation délivré par la Cedeao, tandis qu'il est indiqué que la Chine a offert pour presque 2,5 millions d'euros d'équipement entre avril et juillet 2012.

À la fin de septembre, les registres de l'ONU précisent l'acquisition, auprès de la Bulgarie, fournisseur privilégié du Mali, de nombreuses armes légères : 1 000 AKM, 150 mitrailleuses, 50 mitrailleuses lourdes de 14,5 mm plus 15 canons sans-recul SPG-9 de 73 mm, efficaces non seulement contre les véhicules blindés, les bâtiments et les retranchements. Enfin, l'agence fédérale d'exportation d'armements russe, la Rosoboronexport, confirme depuis peu avoir été approchée par Bamako...

L'armée de l'air n'est pas en reste : 4 moteurs d’hélicoptères d’assaut Mi-24 ont ainsi été reçus, vraisemblablement de Bulgarie, ainsi qu'une équipe d'assistance technique, le 18 juillet, afin de permettre la réparation des 2 Mi-24 défectueux. Quant à la livraison de deux avions d'attaque Sukhoy Su-25 ex-ukrainiens, discrètement annoncée au cours de l'été, elle ne semble désormais plus à l'ordre du jour, faute de paiement. Ils auraient finalement été rachetés par la RDC.

Le moral des soldats

Mais sans un redressement du moral des soldats, il va sans dire que tous ces achats n'ont qu'une valeur limitée. Aussi les autorités s'efforcent-elles d'apporter des aides financières aux familles des militaires, de verser des primes d'opérations, tout en instaurant un dispositif destiné à valoriser ceux qui seront engagés dans une éventuelle reconquête.

La formation, elle, passera de toute évidence par des instructeurs étrangers. Des nations alliées apporteront aussi un soutien en renseignement, ainsi que des systèmes de communication, indispensables à la réorganisation et au bon fonctionnement des unités et de la chaîne de commandement.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Mali

La course pour la direction du bureau Afrique de l'OMS est lancée...

La course pour la direction du bureau Afrique de l'OMS est lancée...

Qui, début novembre, succédera à l'Angolais Luís Gomes Sambo à la tête du bureau Afrique de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) ?[...]

Mali : ouverture du troisième round de négociations à Alger

Les pourparlers de paix entre le gouvernement malien et les groupes armés ont repris mardi à Alger. Le ministre malien des Affaires étrangères a appelé les différents mouvements à[...]

Mali : réouverture des négociations de paix à Alger

La reprise des pourparlers de paix entre le gouvernement malien et les groupes armés, samedi, à Alger s'inscrit dans un contexte sécuritaire particulièrement tendu dans le nord du pays.[...]

Mali : à Alger, la médiation face à deux plans de sortie de crise

Alors que la reprise des pourparlers de paix entre le gouvernement malien et les groupes armés a été reportée au 22 octobre à Alger, "Jeune Afrique" a pu se procurer en[...]

Mali : au moins 7 morts dans des combats entre le MNLA et le Gatia près de Gao

Au moins sept personnes ont été tuées lors d'affrontements jeudi après-midi, près de Gao, principale ville du nord du Mali, entre et le MNLA et le Gatia, deux groupes armés touaregs de[...]

Mali : discussions à Alger, combats vers Gao

Le MNLA et le Gatia, une milice progouvernementale, s’affrontent dans la région de Gao depuis jeudi matin. Des combats qui interviennent alors que devaient reprendre à Alger, la veille, des négociations[...]

Mali : Sultan Ould Bady et le Mujao, un jihadiste en rupture de ban

Le jihadiste Sultan Ould Bady serait en conflit avec le Mujao, au nom duquel il a pourtant récemment revendiqué plusieurs attaques contre les Casques bleus au nord du Mali.[...]

Mali : les contrats d'armement surfacturés, une bombe à retardement pour IBK

L'affaire des contrats d'armement surfacturés continue de faire des victimes... jusque dans le cercle rapproché du chef de l'État. Son conseiller spécial, Sidi Mohamed Kagnassi, a dû[...]

Mali - Seydou Keita : "Pourquoi ne pas terminer à l'AS Roma ?"

À 34 ans, Seydou Keita, le milieu de terrain malien, continue d’évoluer au plus haut niveau. Interview.[...]

Mali : quand Moussa Mara rencontre un rebelle

Moussa Mara, le Premier ministre malien, a rencontré discrètement Moussa Ag Acharatoumane, un représentant du Mouvement national de libération de l'Azawad (MNLA), le 7 octobre à[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers