Extension Factory Builder
05/11/2012 à 10:19
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le chanteur ivoirien Alpha Blondy sur scène à Abidjan le 3 novembre 2012. Le chanteur ivoirien Alpha Blondy sur scène à Abidjan le 3 novembre 2012. © AFP

Lancée il y a deux semaines, la "caravane de la réconciliation" emmenée par les chanteurs Alpha Blondy et Tiken Jah Fakoly, s'est terminée par un grand concert, à Abidjan, le 3 novembre. Bilan d'une opération symbolique.

C’est par un  concert au grand carrefour Solibra, que s’est achevée, le 3 novembre, la caravane pour la paix et la réconciliation. Deux semaines durant lesquelles 300 chanteurs et musiciens, 200 techniciens, menés par les stars du reggae Alpha Blondy et Tiken Jah Fakoly, et Asalfo, leader du groupe Magic System, ont sillonné la Côte d’Ivoire et donné des concerts dans les principales villes du pays.

La caravane est montée en puissance au fil des escales, San Pedro d’abord, puis Man, Gagnoa, Korhogo, Séguéla et Abengourou. Et si le public n’était pas au rendez-vous lors du premier concert, il s’est étoffé par la suite. Des dizaines de milliers de jeunes – et de moins jeunes – ont fait le déplacement, dans des stades municipaux ou sur les grandes places  pour assister à ces marathons musicaux qui duraient parfois jusqu’à six heures. 

Adoubée par la Commission dialogue vérité et réconciliation, la caravane repoussée à plusieurs reprises, devait être le premier pas symbolique de la réconciliation  entre Ivoiriens, après la présidentielle de novembre 2010 et la longue crise post-électorale qui a fait plus de 3000 morts. Et qui de mieux que les ex-frères ennemis du reggae pour mener la danse ? Tiken Jah Fakoly et Alpha Blondy ont, à tour de rôle, lancé des appels à la paix. « Laissez les politiciens trouver des solutions politiques aux problèmes politiques » a martelé Alpha Blondy, tandis que « Tiken Jah » a appelé les pro-Gbagbo, accusés de mener des attaques pour faire chuter le régime d'Alassane Ouattara, à laisser tomber les armes et encouragé les dirigeants du pays à faire « un pas en avant ».

Aussi sur scène, des artistes estampillés pro-Gbagbo. On a également aperçu le duo Yodé et Siro, rentrés d’exil quelques jours avant le lancement des concerts, ou encore les Galliets. Le groupe de zouglou avait apporté son soutien à Laurent Gbagbo durant la présidentielle, son tube « C’est comment comment » a même été sa chanson de campagne. 

Réconciliation de façade ?

Si un grand nombre d’Ivoiriens a apprécié la démarche des artistes, ils n’en demeurent pas moins critiques sur sa portée. « Ce n’est pas parce que les Galliets étaient là qu’il s’agissait d’une vraie caravane de réconciliation, fait remarquer Monica Irié, commerciale dans une entreprise de téléphonie. Bon nombre d’artistes estampillés pro-Gbagbo n’en ont pas fait partie. »

Espérés par le public, ni le rockeur John Yalley, ni Gadji Céli, président de l’Union des artistes de Côte d’Ivoire ne sont venus. Encore moins Serge Kassy ou Aïcha Koné (surnommée la Diva de la musique ivoirienne), qui vivent hors du pays en raison des menaces qui ont pesé (ou qui pèsent encore) sur eux. À cela s’ajoute le nombre d’artistes qui se sont sentis écartés au profit de « collègues » ayant une audience internationale et ayant vécu la crise ivoirienne depuis leur « exil doré ». «C’est bien d’appeler Blondy, Tiken Jah, A’salfo mais quand les fusils tonnaient nous avons tout perdu. Où étaient-ils ? s’interrogeait dans la presse ivoirienne le musicien Diabo Steck. Aujourd’hui, ils mangent à la table des rois. Ce n’est pas normal ! C’est une injustice qu’il faut réparer. »
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Côte d'Ivoire

Côte d'Ivoire : confirmation de l'interdiction du congrès du FPI, Affi N'Guessan renforcé

Côte d'Ivoire : confirmation de l'interdiction du congrès du FPI, Affi N'Guessan renforcé

En déclarant mercredi "nul et non avenu" le congrès du Front patriotique ivoirien (FPI), la justice ivoirienne a donné raison à Pascal Affi N’Guessan, qui souhaitait d'abord voir tranch&[...]

Alassane Ouattara inaugure le troisième pont d'Abidjan

Construit en un peu plus de deux ans par les équipes de Bouygues, le pont à péage Henri Konan Bédié doit fluidifier la circulation de la capitale économique ivoirienne. Son ouverture[...]

Olam acquiert l'activité cacao d'ADM pour 1,3 milliard de dollars

Après avoir cédé plusieurs de ses activités en Afrique, Olam poursuit sa stratégie de recentrage en faisant l'acquisition de l'activité cacao d'ADM. L'opération permet au[...]

Vidéo : Yaya Touré et Benzema dans la "dream team" de Zidane

Rédacteur en chef spécial de l'émission de Canal+ "L'Équipe de dimanche" du 14 décembre, Zinédine Zidane a dévoilé le nom des 11 joueurs et des remplaçants[...]

Côte d'Ivoire : le parti de Gbagbo appelle la CPI à renoncer à ses poursuites

Le parti de Laurent Gbagbo a appelé vendredi la Cour pénale internationale (CPI) à abandonner ses poursuites contre l'ex-président ivoirien, son épouse et son ancien ministre Charles Blé[...]

Justice et réconciliation en Côte d'Ivoire : le rapport très critique de la FIDH

Dans son dernier rapport, la FIDH reste très sévère à l’égard du régime ivoirien et juge largement incomplètes les actions menées pour solder les comptes de la crise[...]

Exclusif. Blaise Compaoré est de retour à Yamoussoukro, en Côte d'Ivoire

Parti du Maroc il y a quelques jours, l'ex-président burkinabè Blaise Compaoré a atterri vendredi matin à Yamoussoukro, en Côte d'Ivoire.[...]

La Côte d'Ivoire refuse toujours de livrer Simone Gbagbo à la CPI

LA CPI a sommé jeudi la Côte d'Ivoire de lui livrer Simone Gbagbo, l'épouse de l'ancien président. Elle a aussi confirmé quatre charges de crimes contre l'humanité contre Charles[...]

La CPI confirme les charges de crimes contre l'humanité pesant sur Charles Blé Goudé

Le procès de Charles Blé Goudé à la Cour pénale internationale (CPI) aura bien lieu. La chambre préliminaire de la Cour a confirmé jeudi quatre charges de crimes contre[...]

Côte d'Ivoire : la police empêche les pro-Gbagbo d'ouvrir leur congrès du FPI

Les forces de l'ordre étaient positionnées jeudi matin à Treichville pour empêcher les militants pro-Gbagbo de tenir un congrès du FPI reporté par décision judiciaire sur demande de[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers