Extension Factory Builder
05/11/2012 à 10:19
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le chanteur ivoirien Alpha Blondy sur scène à Abidjan le 3 novembre 2012. Le chanteur ivoirien Alpha Blondy sur scène à Abidjan le 3 novembre 2012. © AFP

Lancée il y a deux semaines, la "caravane de la réconciliation" emmenée par les chanteurs Alpha Blondy et Tiken Jah Fakoly, s'est terminée par un grand concert, à Abidjan, le 3 novembre. Bilan d'une opération symbolique.

C’est par un  concert au grand carrefour Solibra, que s’est achevée, le 3 novembre, la caravane pour la paix et la réconciliation. Deux semaines durant lesquelles 300 chanteurs et musiciens, 200 techniciens, menés par les stars du reggae Alpha Blondy et Tiken Jah Fakoly, et Asalfo, leader du groupe Magic System, ont sillonné la Côte d’Ivoire et donné des concerts dans les principales villes du pays.

La caravane est montée en puissance au fil des escales, San Pedro d’abord, puis Man, Gagnoa, Korhogo, Séguéla et Abengourou. Et si le public n’était pas au rendez-vous lors du premier concert, il s’est étoffé par la suite. Des dizaines de milliers de jeunes – et de moins jeunes – ont fait le déplacement, dans des stades municipaux ou sur les grandes places  pour assister à ces marathons musicaux qui duraient parfois jusqu’à six heures. 

Adoubée par la Commission dialogue vérité et réconciliation, la caravane repoussée à plusieurs reprises, devait être le premier pas symbolique de la réconciliation  entre Ivoiriens, après la présidentielle de novembre 2010 et la longue crise post-électorale qui a fait plus de 3000 morts. Et qui de mieux que les ex-frères ennemis du reggae pour mener la danse ? Tiken Jah Fakoly et Alpha Blondy ont, à tour de rôle, lancé des appels à la paix. « Laissez les politiciens trouver des solutions politiques aux problèmes politiques » a martelé Alpha Blondy, tandis que « Tiken Jah » a appelé les pro-Gbagbo, accusés de mener des attaques pour faire chuter le régime d'Alassane Ouattara, à laisser tomber les armes et encouragé les dirigeants du pays à faire « un pas en avant ».

Aussi sur scène, des artistes estampillés pro-Gbagbo. On a également aperçu le duo Yodé et Siro, rentrés d’exil quelques jours avant le lancement des concerts, ou encore les Galliets. Le groupe de zouglou avait apporté son soutien à Laurent Gbagbo durant la présidentielle, son tube « C’est comment comment » a même été sa chanson de campagne. 

Réconciliation de façade ?

Si un grand nombre d’Ivoiriens a apprécié la démarche des artistes, ils n’en demeurent pas moins critiques sur sa portée. « Ce n’est pas parce que les Galliets étaient là qu’il s’agissait d’une vraie caravane de réconciliation, fait remarquer Monica Irié, commerciale dans une entreprise de téléphonie. Bon nombre d’artistes estampillés pro-Gbagbo n’en ont pas fait partie. »

Espérés par le public, ni le rockeur John Yalley, ni Gadji Céli, président de l’Union des artistes de Côte d’Ivoire ne sont venus. Encore moins Serge Kassy ou Aïcha Koné (surnommée la Diva de la musique ivoirienne), qui vivent hors du pays en raison des menaces qui ont pesé (ou qui pèsent encore) sur eux. À cela s’ajoute le nombre d’artistes qui se sont sentis écartés au profit de « collègues » ayant une audience internationale et ayant vécu la crise ivoirienne depuis leur « exil doré ». «C’est bien d’appeler Blondy, Tiken Jah, A’salfo mais quand les fusils tonnaient nous avons tout perdu. Où étaient-ils ? s’interrogeait dans la presse ivoirienne le musicien Diabo Steck. Aujourd’hui, ils mangent à la table des rois. Ce n’est pas normal ! C’est une injustice qu’il faut réparer. »
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Côte d'Ivoire

Mouvements citoyens africains : qui sont ces jeunes leaders qui font du bruit ?

Mouvements citoyens africains : qui sont ces jeunes leaders qui font du bruit ?

Citoyens avant tout, ils se sont pourtant imposés comme des acteurs politiques à part entière. Smockey le Burkinabè, Fadel Barro le Sénégalais, Fred Bauma le Congolais... Voici notre gal[...]

Côte d'Ivoire : Bernard Kieffer, à la recherche du frère perdu

Dans le "Frère perdu", le frère de Guy-André Kieffer, disparu en Côte d'Ivoire en 2004, relate sa quête de vérité au coeur de la Françafrique.[...]

Côte d'Ivoire - Kolo Touré : "Gagner un titre avec son pays, il n'y a rien de plus fort"

À 34 ans, Kolo Touré est un jeune retraité international heureux. Pour "Jeune Afrique" il revient sur sa carrière en Premier League, parle de son avenir et de sa joie d'avoir remporté[...]

Une nouvelle carte diplomatique pour la Côte d'Ivoire

D'ici à 2018, la Côte d'Ivoire devrait s'être dotée de 175 représentations diplomatiques. Résultat d'une réforme de la diplomatie à la fois ambitieuse et... économe.[...]

Livres : Houphouët par son docteur

Le médecin Edmond Bertrand publie ses carnets de souvenirs avec l'ancien président ivoirien Félix Houphouët-Boigny.[...]

NSIA-Banque nationale du Canada, "une alliance de long terme"

La Banque Nationale du Canada a confirmé le 25 mars l'information publiée une dizaine de jours plus tôt par Jeune Afrique. Elle entre au capital de l'ivoirien NSIA, prenant 20,9% des parts.[...]

Msgr Paul Siméon Ahouanan : "Les Ivoiriens doivent apprendre à se pardonner pour avancer"

Le chef de l'État ivoirien, Alassane Ouattara, a nommé le 24 mars l'archevêque métropolitain de Bouaké à la présidence de la nouvelle Commission nationale de réconciliation[...]

Côte d'Ivoire : investi par le RDR, Alassane Ouattara est officiellement candidat à sa réélection

Le président ivoirien Alassane Ouattara a été officiellement désigné dimanche candidat du Rassemblement des républicains (RDR) à l'élection présidentielle d'octobre[...]

Côte d'Ivoire : le président Ouattara désigné dimanche candidat à sa succession

Le président ivoirien Alassane Ouattara sera investi dimanche par son parti comme candidat à la présidentielle d'octobre, une élection cruciale pour ce pays qui sort d'une décennie de crise [...]

La Guinée équatoriale doit-elle craindre la menace terroriste ?

Le chef de l'État de la Guinée équatoriale, Teodoro Obiang Nguema, a affirmé jeudi disposer d'informations suffisantes pour craindre une attaque terroriste sur son sol.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20121105101043 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20121105101043 from 172.16.0.100