Extension Factory Builder
03/11/2012 à 10:13
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le docteur Mukwege, le 1er novembre à Stockholm, en Suède. Le docteur Mukwege, le 1er novembre à Stockholm, en Suède. © Capture d'écran

Agressé le 25 octobre à Bukavu, capitale de la province du Sud-Kivu en RDC, le docteur Mukwege a tenu une conférence de presse, jeudi 1er novembre, à Stockholm, en Suède, où il est réfugié.  

« Ma présence ici aujourd’hui est un miracle ». C’est à Stockholm, en Suède, que le Docteur Mukwege a tenu, jeudi 1er novembre, sa première conférence de presse depuis l’agression dont il a été victime le 25 octobre à Bukavu. Une conférence à l’initiative de l’ONG suédoise PMU-Interlife qui travaille régulièrement avec ce gynécologue de renom, et du mouvement pentecôtiste de Suède qui l’héberge actuellement. En bonne santé mais encore choqué, Denis Mukwege est revenu avec émotion, parfois les larmes aux yeux, sur l’attaque dont il a été victime, assurant vouloir rentrer bientôt en République démocratique du Congo (RDC). Récit.

Où en est l'enquête ?

Si les autorités congolaises assurent que l’enquête sur l’agression du gynécologue avance (« La police est sur les traces de ceux qui sont venus chez le docteur Mukwege », a assuré vendredi le gouverneur du Sud-Kivu, Marcellin Chissambo), le principale intéressé affirme n’avoir pas encore été interrogé. « À ce jour, ni mes enfants, ni les personnes témoins qui étaient dans la maison et dans la parcelle, ni moi-même n’avons été interrogés par la police ». Conclusion du docteur : « Il n’y a pas la volonté de faire une enquête. Comme l’envisager sans interroger ceux qui ont vécu le drame ». À bon entendeur. V.D.

Le 25 octobre, le gynécologue passe une soirée en famille après avoir assisté à une conférence à Genève, quand il doit quitter son domicile « quelques minutes pour accompagner une patiente ». C’est en son absence que ses assaillants s’introduisent chez lui. « Ils ont maîtrisé tout le monde, les sentinelles, les domestiques et mes enfants, menaçant de tuer toute personne qui essayerait de bouger », dit-il.

"Je comprends mieux"

À son retour, des « hommes lourdement armés » l’accueillent, le forcent à sortir de son véhicule « armes pointées sur la tempe ». C’est à ce moment que l’agent de sécurité posté devant sa demeure tente d’intervenir. Il « crie », se « jette » sur un des hommes armés qui lui assène « deux balles à bout portant ». « Il est tombé, moi aussi », poursuit-il, incapable de raconter la suite de son agression. « J’ai seulement constaté qu’il avait été touché mortellement et qu’ils se sont enfuis avec mon véhicule», conclu Denis Mukwege, ému.

Parler de lui n'a jamais été sa marque de fabrique. Alors le docteur est rapidement revenu à ses fondamentaux : les femmes du Sud-Kivu brisées par des années de guerre. « Je le dis avec regret, ma seule sécurité ne suffit pas. Mes pensées vont à ces milliers de femmes qui souffrent de façon journalière dans leur corps et dans leur esprit ». Et de poursuivre : « Aujourd’hui je les comprends mieux. Je comprends leur peine et leurs souffrances ».

Et parce qu’il ne manque aucune occasion de tirer la sonnette d'alarme au sujet de la dégradation de la situation dans l’Est de la RDC, il a profité de cette conférence de presse pour dénoncer le « grave problème d’impunité au Congo », le « manque volonté des responsables politiques de la région des Grands lacs », et a appelé « le gouvernement congolais à faire son devoir » :  protéger sa population. « On a essayé de construire la paix en sacrifiant la justice sur l’autel. Mais aujourd’hui on n’a ni paix ni justice. On a essayé de construire une armée sur la base de groupes qui ont violé, détruit, pillé et tué. Cette armée n’a jamais fonctionné », a-t-il déclaré.

Homme de paix, il ne pouvait pas finir son intervention autrement qu’en appelant « le personnel de l’hôpital de Panzi à Bukavu à répondre à la violence par l’amour ».

_________

Vincent Duhem (@vincentduhem)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

RD Congo

RDC : les rebelles hutus rwandais fuient l'offensive de l'armée dans les Kivus

RDC : les rebelles hutus rwandais fuient l'offensive de l'armée dans les Kivus

Les rebelles hutus rwandais des FDLR fuyaient samedi matin l'offensive de l'armée congolaise dans les provinces des Nord et Sud-Kivu, dans l'est de la République démocratique du Congo, mais des affrontements[...]

RDC : opérations contre les rebelles hutus rwandais au Nord-Kivu

L'armée congolaise a lancé une offensive contre des rebelles hutus rwandais dans la province du Nord-Kivu, dans l'est de la République démocratique du Congo, a-t-on appris vendredi d'un [...]

Léopards de RDC : Ibenge va convoquer Batshuayi et Mulumba

Actuellement en France, Florent Ibenge, le sélectionneur des Léopards, va convoquer Michy Batshuayi pour les matches amicaux face à l’Irak fin mars. L’attaquant de l’Olympique de Marseille,[...]

RDC : Benoît Chatel condamné à 20 ans de prison pour le meurtre d'opposants à Kabila père

Principal accusé meurtre, il y a 14 ans en France, de deux supposés opposants à Laurent-Désiré Kabila, l'homme d'affaires belge Benoît Chatel a été condamné à[...]

RDC : l'ancien milicien congolais Ngudjolo Chui acquitté par la CPI

Débuté en 2009, le procès de l’ex-chef de milice congolais, Mathieu Ngudjolo Chui, s’est soldé vendredi par la confirmation en appel de son acquittement par la Cour pénale[...]

Kabila, Ouattara, Bouteflika, Biya... Quels sont les diplômes de vos présidents ?

Votre président a-t-il le baccalauréat ? Un master ? À-t-il étudié l’économie ou le droit ? En France ou en Chine ? Toutes les réponses avec notre jeu interactif.  [...]

RDC : Kinshasa fustige les critiques du ministre belge De Croo envers le régime de Kabila

Le gouvernement congolais s'est dit "choqué" et  "fatigué des donneurs de leçons" après avoir essuyé les critiques frontales d'Alexander De Croo, le ministre belge de la[...]

Afrique francophone : chef de l'opposition, un statut à double tranchant

Plusieurs pays d'Afrique francophone ont adopté un statut officiel de "chef de file de l'opposition". D'autres ont voté des textes mais attendent toujours la désignation de leur opposant en chef.[...]

Canada : David Muipatayi alias ZPN, autoentrepreneur du hip-hop

Figure montante du hip-hop, ce jeune Congolais est installé dans la province canadienne de l'Ontario, où il produit ses propres disques. En attendant de percer à l'international.[...]

Sexe, mensonge, pouvoir : la trilogie infernale

Du Français Dominique Strauss-Kahn au Malaisien Anwar Ibrahim, on ne compte plus les responsables politiques dont les moeurs débridées, ou supposées telles, ont brisé la carrière.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20121102180917 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20121102180917 from 172.16.0.100