Extension Factory Builder
02/11/2012 à 17:29
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Gérard Longuet s'est lancé en politique en 1965 aux côtés de l'extrême droite. Gérard Longuet s'est lancé en politique en 1965 aux côtés de l'extrême droite. © AFP

Les réactions algériennes au bras d’honneur de l’ancien ministre français de la Défense et des anciens combattants (UMP), Gerard Longuet, sont d’une virulence extrême. D'autant que l'Algérie célèbre cette année le cinquantenaire de son indépendance et qu'elle attend une visite de François Hollande dans un mois.

Avec son bras d’honneur, Gérard Longuet pourrait-il annihiler les efforts fournis par François Hollande pour aplanir les relations entre la France et l’Algérie ? À entendre la teneur des réactions au geste de l’ancien ministre français de la Défense et des anciens combattants (UMP) pendant le générique de fin de l'émission "La Preuve par 3", mardi, vendredi 2 novembre, le président français a de quoi être inquiet.

« La France a intérêt à accepter de faire acte de repentance avant qu'il ne soit trop tard », sinon elle ne pourra pas « avoir de relations apaisées avec l'Algérie », a ainsi prévenu le président de la Fondation du 8 Mai 1945 (date du massacre d'Algériens à Sétif), Abdelhamid Salakdji. Pour le Front de libération nationale (FLN, parti présidentiel), la réaction de Gérard Longuet « illustre parfaitement les actions de ce courant [français, NDLR] durant la colonisation, qui avait dans sa grande majorité soutenu les thèses développées par l'OAS », l'Organisation de l'armée secrète, mouvement armé d'extrême droite pour l'Algérie française.

« On a toujours dit que cette droite française était bête et méchante. Elle est colonialiste dans l'âme », déclare le porte-parole du FLN, Aïssa Kassa, à El-Watan Week-End (francophone). Lakhdar Benkhellaf, porte-parole du Front pour la justice et la démocratie (FJD, micro-parti islamiste radical), estime que « ces réactions sont honteuses et sont une véritable insulte jetée à la face du peuple algérien. (...) Les Français doivent savoir que nous ne nous contenterons pas de la reconnaissance partielle des massacres d'Octobre 1961 faite par le président Hollande », menace-t-il.

"Mépris" français

« J'ai toujours affirmé que la France coloniale était ce qu'il y avait de plus hideux », affirme quant à elle Zohra Drif, combattante de la Libération et vice-présidente du Sénat, qui dénonce le « mépris » français. Même indignation dans les éditoriaux de la presse algérienne arabophone, où les critiques vont bon train. « Les responsables politiques voyous de la droite française ont répondu de manière humiliante » à une demande de repentance, s'est insurgé en Une le quotidien populaire Echorouk, évoquant un « geste abominable, inhumain » et un acte « irresponsable ».

El-Khabar insiste de son côté sur le contexte délicat dans lequel intervient le geste de Gerard Longuet. De fait, l’ancien ministre a brandi son bras d'honneur, jeudi 1er novembre, à la date du 58e anniversaire du déclenchement de la guerre de libération, alors que l'Algérie célèbre cette année le cinquantenaire de son indépendance. Et attend une visite de François Hollande dans un mois. Ambiance...

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Algérie

Algérie : Valls, Taubira et les moines de Tibhirine

Algérie : Valls, Taubira et les moines de Tibhirine

Manuel Valls, le Premier ministre français, et Christiane Taubira, la garde des Sceaux, seraient attendus en visite officielle à Alger avant la fin de l'année.L'occasion pour les familles des moines [...]

Algérie : 1er novembre 1954, retour sur la "Toussaint rouge" de l'indépendance

Il y a soixante ans éclatait officiellement la guerre d'Algérie. Restée dans les mémoires comme la "Toussaint rouge", le 1er novembre 1954 est gravé dans les mémoires comme le [...]

1er novembre 1954 : le texte intégral de la déclaration du Secrétariat général du FLN

Dans la nuit du 31 octobre au 1er novembre 1954, le Front de libération nationale algérien diffusait une déclaration portant sur l'insurrection face à l'occupation française. En voici le texte[...]

L'Algérie, diplomate au long cours

Principal artisan du dialogue intermalien, Alger a été mandaté pour piloter la médiation entre les belligérants libyens. Un rôle de facilitateur dans lequel le pays a toujours[...]

Ligue des champions : Lusadisu (AS Vita Club) et Zerara (ES Sétif), l'interview croisée

Les milieux de terrain Guy Lusadisu - qui a remporté deux fois le trophée avec le TP Mazembe - et Toufik Zerara sont deux des hommes forts de l’AS Vita Club et de l’ES Sétif, qui[...]

Algérie : des juges d'instruction français vont enquêter sur l'assassinat d'Hervé Gourdel

Des juges d'instruction français vont enquêter sur l'enlèvement et l'assassinat d'Hervé Gourdel, a-t-on appris vendredi de source judiciaire.[...]

Algérie - France : où en est l'enquête sur la mort des moines de Tibhirine ?

Au lendemain de l'opération d'exhumation des restes des crânes des sept moines de Tibhirine, assassinés en 1996 en Algérie, où en est l'enquête ? Décryptage avec notre journaliste[...]

Algérie : l'intouchable Abdelghani Hamel

Ses propres troupes se sont retournées contre lui. Mais le chef de la police nationale Abdelghani Hamel peut compter sur le soutien du président Bouteflika.[...]

Algérie : nouveau blocage dans l'enquête sur la mort des moines de Tibhirine ?

Les magistrats français qui se sont rendus en Algérie la semaine dernière n'ont pas pu emporter les prélèvements effectués sur les restes des crânes des sept moines[...]

Algérie : l'autoroute sans fin

Censée relier le pays à ses voisins - le Maroc à l'ouest et la Tunisie à l'est -, elle devait être livrée intégralement à la fin de 2009. Mais un scandale de[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers