Extension Factory Builder
01/11/2012 à 16:30
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Samuel Eto'o finance entièrement sa fondation Fundesport. Samuel Eto'o finance entièrement sa fondation Fundesport. © AFP

Fondée en 2005 au Cameroun, la Fondation Eto’o Samuel Sport (Fundesport) vient de donner un premier footballeur aux Lions indomptables. Et certains de ses joueurs commencent à briller dans les championnats européens.

Ce sont les performances internationales de ses joueurs qui ont révélé la Fondation Eto’o Samuel Sport (Fundesport) au grand public. En  2005, les jeunes de son centre de formation de Douala ont disputé leur première compétition en Espagne. Depuis, Fundesport multiplie les victoires dans les catégories de benjamins, minimes, cadets et juniors. Elle a ainsi remporté neuf tournois internationaux organisés par les clubs de Lanzarotte, Costa Blanca, Palma de Mallorca, Girona, Bilbao Irùn (Espagne), Gandjin (Corée du Sud), Paris SG (France) et Vilareal San Antonio (Portugal).

Au niveau national aussi, les jeunes talents de la Fundesport brillent. Ils ont remporté trois compétitions (deux championnats cadets en 2010 et 2011, et un championnat minimes en 2011). Ces résultats positifs lui permettent aujourd’hui d’avoir des joueurs dans toutes les sélections du Cameroun à limite d’âge. Et pour la première fois, le 14 octobre 2012 à Yaoundé, elle a vu un footballeur formé dans son centre sélectionné chez les Lions indomptables, à l’occasion du match comptant pour les éliminatoires de la CAN 2013 contre les Requins bleus du Cap-Vert.

De la Fundesport aux clubs européens

Il s’agit de Fabrice Essono Olinga, sociétaire de Malaga, en première division espagnole. Un attaquant qui est entré dans l’histoire cette saison, en devenant le plus jeune buteur du championnat d’Espagne à seulement 16 ans et 98 jours. Comme lui, Gaël Etock, 19 ans, prêté au Sporting Portugal par Chelsea, est l’autre joueur formé à Fundesport qui évolue en équipe première dans un club européen. D'autres viendront bientôt.

Certains deviendront certainement des médecins, d’autres auront des très belles carrières sportives, mais le plus important, c’est qu’ils deviennent des hommes.

Samuel Eto'o

Une vingtaine d’anciens pensionnaires de la Fundesport jouent actuellement dans des centres de formation des clubs espagnols... Depuis 2005, ce sont pas moins de 200 jeunes qui sont passés par la fondation. « Certains deviendront certainement des médecins, d’autres auront des très belles carrières sportives, mais le plus important, c’est qu’ils deviennent des hommes », estime Samuel Eto’o. Et pour cela, la fondation finance aussi la scolarité de ses 80 joueurs actuels.

Financé à 100% par Eto'o

Fundesport est entièrement financée par Samuel Eto’o et est géré par sa coordinatrice, Hermine Isson. Elle dispose d'un budget annuel s'élèvant à quelque 300 000 euros (196 500 000 FCFA). Le directeur du centre de Douala, Joseph Siewe, fait quant à lui quotidiennement la navette entre le quartier administratif Bonanjo où Fundesport a son siège et l’arrondissement de Douala 3e où est situé le 21e bataillon blindé de reconnaissance (BBR) qui abrite le terrain d’entraînement.

« Chaque matin, je prépare le programme d’entraînement du jour, explique-t-il. Le soir, après l’école, nous nous entraînons sur le terrain. Les séances des cadets et juniors se déroulent du lundi au vendredi avec un match le samedi. Les minimes et les benjamins s’entraînent trois fois par semaine et jouent un match le week-end ».

Depuis le 18 novembre 2008, le président de la République du Cameroun, Paul Biya a signé un décret portant reconnaissance d’utilité publique à la fondation. « Pour autant, nous ne sommes pas subventionnés par l’État. Samuel Eto’o finance ce projet à 100%, mais lorsque nous gagnons des tournois, nous présentons les trophées aux ministres des Sports », explique Joseph Siewe. Qui promet encore plus de réussite pour ses joueurs. Et confie que Samuel Eto’o doit prochainement implanter un nouveau complexe sportif pour la fondation près de Kribi, dans le Sud.

________

Par Jacques Eric Andjick, à Douala

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Cameroun

Boko Haram : intervention tchadienne, présence française et métastases

Boko Haram : intervention tchadienne, présence française et métastases

La lutte contre Boko Haram est LE sujet du sommet des chefs d'État et de gouvernement de l'Union africaine qui se tient du 30 au 31 janvier à Addis-Abeba. Dernières nouvelles du front.[...]

Goodluck, IBK, Kabila... Les grands absents du sommet de l'UA

Ils sont restés chez eux, trop occupés par leurs affaires internes. Plusieurs poids lourds du continent ne seront pas sur la photo de famille du 24e sommet des chefs d'État et de gouvernement de l'Union[...]

L'UA souhaite une force multinationale de 7500 hommes contre Boko Haram

Le conseil de paix et de sécurité de l'Union africaine s'est fermement engagé jeudi soir en faveur de la création d'une force multinationale contre Boko Haram. Les dirigeants africains plaident aussi[...]

CAN 2015 : la Côte d'Ivoire qualifiée, tirage au sort entre la Guinée et le Mali !

La Côte d'Ivoire s'est qualifiée pour les quarts de finale en battant le Cameroun mercredi (1-0), mais dans l'autre match du groupe D la Guinée et le Mali ont encore fait un nul (1-1) et seront[...]

Cameroun-Côte d'Ivoire : Hervé Renard et Volker Finker, deux entraîneurs sous pression

Avant le choc décisif pour la qualification en quarts de finale entre le Cameroun et la Côte d'Ivoire à 19 heures ce mercredi, Hervé Renard et Volker Finke sont dos au mur. Zoom sur leur[...]

ONU - Hiroute Guebre Sellassie : "Boko Haram nous concerne tous"

Pour Hiroute Guebre Sellassie, l’envoyée spéciale de Ban Ki-moon au Sahel, Boko Haram n’est pas que le problème du Nigeria et la communauté internationale doit se mobiliser avant[...]

Jusqu'où ira Boko Haram ?

Le monstre grandit aux confins du Nigeria. Villes et villages tombent les uns après les autres, toujours dans le sang, et personne ne paraît en mesure d'arrêter les islamistes armés. Ni le[...]

CAN 2015 : Et si la qualification se jouait sur tirage au sort ?

En cas d'égalité parfaite à l'issue de la phase de poule entre deux équipes, la qualification pour les quarts de finale se jouera au tirage au sort. Une situation très improbable, mais qui[...]

CAN 2015 : L'égalité parfaite entre le Cameroun, la Guinée et les autres

Après le match nul entre le Cameroun et la Guinée dimanche 24 janvier à Malabo (1-1), toutes les équipes du groupe D sont à égalité parfaite. Il n'y a plus de favori avant la[...]

Cameroun : Reportage sur la route de la mort

Les caméras de Réussite, émission économique mensuelle diffusée sur Canal+ Ouest et Centre, vous font découvrir la route Douala-Yaoundé, essentielle pour l'économie du pays[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20121101125451 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20121101125451 from 172.16.0.100