Extension Factory Builder
01/11/2012 à 16:30
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Samuel Eto'o finance entièrement sa fondation Fundesport. Samuel Eto'o finance entièrement sa fondation Fundesport. © AFP

Fondée en 2005 au Cameroun, la Fondation Eto’o Samuel Sport (Fundesport) vient de donner un premier footballeur aux Lions indomptables. Et certains de ses joueurs commencent à briller dans les championnats européens.

Ce sont les performances internationales de ses joueurs qui ont révélé la Fondation Eto’o Samuel Sport (Fundesport) au grand public. En  2005, les jeunes de son centre de formation de Douala ont disputé leur première compétition en Espagne. Depuis, Fundesport multiplie les victoires dans les catégories de benjamins, minimes, cadets et juniors. Elle a ainsi remporté neuf tournois internationaux organisés par les clubs de Lanzarotte, Costa Blanca, Palma de Mallorca, Girona, Bilbao Irùn (Espagne), Gandjin (Corée du Sud), Paris SG (France) et Vilareal San Antonio (Portugal).

Au niveau national aussi, les jeunes talents de la Fundesport brillent. Ils ont remporté trois compétitions (deux championnats cadets en 2010 et 2011, et un championnat minimes en 2011). Ces résultats positifs lui permettent aujourd’hui d’avoir des joueurs dans toutes les sélections du Cameroun à limite d’âge. Et pour la première fois, le 14 octobre 2012 à Yaoundé, elle a vu un footballeur formé dans son centre sélectionné chez les Lions indomptables, à l’occasion du match comptant pour les éliminatoires de la CAN 2013 contre les Requins bleus du Cap-Vert.

De la Fundesport aux clubs européens

Il s’agit de Fabrice Essono Olinga, sociétaire de Malaga, en première division espagnole. Un attaquant qui est entré dans l’histoire cette saison, en devenant le plus jeune buteur du championnat d’Espagne à seulement 16 ans et 98 jours. Comme lui, Gaël Etock, 19 ans, prêté au Sporting Portugal par Chelsea, est l’autre joueur formé à Fundesport qui évolue en équipe première dans un club européen. D'autres viendront bientôt.

Certains deviendront certainement des médecins, d’autres auront des très belles carrières sportives, mais le plus important, c’est qu’ils deviennent des hommes.

Samuel Eto'o

Une vingtaine d’anciens pensionnaires de la Fundesport jouent actuellement dans des centres de formation des clubs espagnols... Depuis 2005, ce sont pas moins de 200 jeunes qui sont passés par la fondation. « Certains deviendront certainement des médecins, d’autres auront des très belles carrières sportives, mais le plus important, c’est qu’ils deviennent des hommes », estime Samuel Eto’o. Et pour cela, la fondation finance aussi la scolarité de ses 80 joueurs actuels.

Financé à 100% par Eto'o

Fundesport est entièrement financée par Samuel Eto’o et est géré par sa coordinatrice, Hermine Isson. Elle dispose d'un budget annuel s'élèvant à quelque 300 000 euros (196 500 000 FCFA). Le directeur du centre de Douala, Joseph Siewe, fait quant à lui quotidiennement la navette entre le quartier administratif Bonanjo où Fundesport a son siège et l’arrondissement de Douala 3e où est situé le 21e bataillon blindé de reconnaissance (BBR) qui abrite le terrain d’entraînement.

« Chaque matin, je prépare le programme d’entraînement du jour, explique-t-il. Le soir, après l’école, nous nous entraînons sur le terrain. Les séances des cadets et juniors se déroulent du lundi au vendredi avec un match le samedi. Les minimes et les benjamins s’entraînent trois fois par semaine et jouent un match le week-end ».

Depuis le 18 novembre 2008, le président de la République du Cameroun, Paul Biya a signé un décret portant reconnaissance d’utilité publique à la fondation. « Pour autant, nous ne sommes pas subventionnés par l’État. Samuel Eto’o finance ce projet à 100%, mais lorsque nous gagnons des tournois, nous présentons les trophées aux ministres des Sports », explique Joseph Siewe. Qui promet encore plus de réussite pour ses joueurs. Et confie que Samuel Eto’o doit prochainement implanter un nouveau complexe sportif pour la fondation près de Kribi, dans le Sud.

________

Par Jacques Eric Andjick, à Douala

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Cameroun

Qui dirige vraiment le Cameroun ?

Qui dirige vraiment le Cameroun ?

Le président règne de loin et supervise de haut, chargeant une poignée de fidèles d'appliquer - voire de déchiffrer - ses directives. Et depuis trente-trois ans ça marche[...]

Un Boeing d'Air France évite de justesse une collision avec le mont Cameroun

Le crash d'un avion d'Air France a été évité de justesse au Cameroun, au début du mois de mai. C'est une alarme d'urgence qui a incité les pilotes à redresser l'appareil. Le Bureau[...]

Cameroun : sur le port de Kribi, Paul Biya joue la montre

 L'impatience grandit chez les candidats ayant postulé pour les deux terminaux, l'un à conteneurs et l'autre polyvalent, du port de Kribi, au Cameroun. Le dossier a été repris en main par la[...]

Rap camerounais : "Mboko God", de Jovi, album incontournable !

Si, comme nous, vous attendiez l'album du rappeur camerounais Jovi avec impatience, vous ne serez pas déçus. Disponible depuis le 20 mai, "Mboko God" est une réussite incontestable.[...]

C'est du vent !

Les voyages forment tout le monde, quel que soit l'âge de chacun. Il n'y a guère longtemps, je me suis retrouvé dans la capitale - que je préfère ne pas nommer - d'un pays[...]

Football camerounais : les "stats" d'une crise historique

Trois CAN ratées, une Coupe du monde au goût amer, d'anciennes gloires qui se déchirent... Le football camerounais traverse actuellement l'une des pires périodes de son histoire. Où en est-il [...]

Stromae, griot sarcastique malgré lui

Le chanteur belge Stromae est en tournée africaine. Ecoutées au premier degré ou pastichées, les chansons de son album "Racine carrée" illustrent la politique du continent.[...]

Rap camerounais : Tilla "La Marraine"

Impossible de passer à côté d'eux, ils illuminent la scène hip-hop camerounaise. L'un a créé son propre label, les deux autres connaissent des débuts fulgurants.[...]

Mondial 2022 au Qatar : trois hauts dirigeants du football africain nommément accusés de corruption

Au mois de juin 2014, le "Sunday Times" publiait une enquête dénonçant l'existence d'un système de pots-de-vin ayant conduit à l’attribution de la Coupe du monde de football au[...]

Rap camerounais : hip hip-hop hourra !

Les rappeurs camerounais vivent une véritable success-story. Leur recette ? Ils utilisent les langues du pays, évoquent le quotidien de leurs compatriotes et s'adressent directement à la jeunesse.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers