Extension Factory Builder
30/10/2012 à 16:41
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Lauryathe Céphyse Bikouta prévoit d'organiser la prochaine édition de Tuseo dès 2013. Lauryathe Céphyse Bikouta prévoit d'organiser la prochaine édition de Tuseo dès 2013. © DR

La 4e édition de Tuseo, le festival du rire de Brazzaville lancé en 2004, s’est achevée le 27 octobre dernier. Lauryathe Céphyse Bikouta, organisatrice du festival, revient sur cet événement. Interview.

Jeune Afrique : Quel bilan dressez-vous de l'édition 2012 du festival du rire Tuseo ?

Lauryathe Céphyse Bikouta : Positif, plus que positif. Je ne m’attendais pas à ça. C’était assez osé de tenir cette édition ; ça a été une aventure. À Brazzaville, il y a ceux qui ont oublié le festival parce que ça faisait quatre ans qu’il ne s’était pas tenu et ceux qui ne l’ont pas oublié. On n’a pas eu le temps de communiquer longtemps, deux semaines tout au plus. Il nous a fallu tout reprendre à zéro. Dans le public, qui est venu très nombreux, l’envie de retrouver le festival était saisissante. On a tenu le pari des « retrouvailles » qui était d’ailleurs le thème de cette édition.

Nous avons reçu des artistes comme Omar Defoundjou du Gabon, Titus Kosmas ou Riri Clos du Congo, qui ont présenté des textes originaux. Nous avions décidé de relancer le festival en biennale parce qu’il faut une préparation et des partenaires qui suivent. Mais vu la demande du public et l’engagement de quelques structures à nous soutenir, l’édition 2013 de Tuseo est obligée de se tenir.

Une longue absence et des retrouvailles… Comment cela s’est-il passé ?

Le festival a été créé en 2003 et la 1e édition s’est tenue en 2008. Notre objectif premier était de le faire connaître. Voilà pourquoi nous l’avions présenté annuellement. Après nous nous sommes mis en retrait pour préparer une version biennale. Notre objectif était avant tout de revenir. Pour ces retrouvailles, nous avons innové en initiant le Rire vert, une opération de plantation d’arbres. Parce que nous devons tous nous soucier de l’environnement, parce que les éclats de rire sont dans la nature et que si notre environnement se dégrade nous ne pourrons plus rire. Les artistes présents à cette édition ont donc marqué leur passage en plantant des arbres.

Peut-on dire – ou pas – qu’il y a un humour propre à l’Afrique ?

Un humour propre, je ne sais pas. Mais je sais que l’humour, c’est quelque chose de culturel. On retrouve souvent dans chaque texte humoristique l’identité de chaque pays. À la base de l’humour, il y a des textes qui s’inspirent généralement du quotidien qu’on a en commun. En Afrique, on retrouve à peu près le même discours humoristique, même s’il y a parfois des différences. Après, le festival a un énorme travail à faire afin de faire briller l’humour africain en général et congolais en particulier sur les scènes internationales.

________

Propos recueillis par Ifrikia Kengué

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Congo (Brazzaville)

Carte interactive : voyagez en Afrique sans visa !

Carte interactive : voyagez en Afrique sans visa !

En vertu d'accords bilatéraux ou dans le cadre d'organisations sous-régionales, plusieurs pays africains ont supprimé l'obligation de visa d'entrée sur leurs territoires. Grâce à une carte [...]

Éric Jennings : "L'Afrique a financé la résistance française"

Sans l'engagement d'une partie du continent, de Gaulle aurait-il pu vaincre l'Allemagne nazie ? Pas sûr. C'est ce que démontre l'historien dans un ouvrage fort documenté, fruit d'une large enquête[...]

Françafrique : Sassou, Déby, Issoufou... Ils plébiscitent Le Drian !

Le maintien de Jean-Yves Le Drian à son poste de ministre français de la Défense était particulièrement souhaité par les présidents Denis Sassou Nguesso (Congo), Idriss[...]

RDC, Gabon, Maroc, Togo : short-list des sélectionneurs potentiels

De nombreuses sélections africaines, dont celles de RDC, du Gabon, du Maroc et du Togo, cherchent un nouveau coach. Tour d’horizon des candidats les plus sérieux.[...]

Papas présidents !

C'est reparti. La plupart de nos dirigeants, bien ou mal élus, malgré de longues années de pouvoir, se sont illustrés par leur impéritie. Ils n'ont pas réussi à nous faire[...]

Détournements, disparitions, crashs... Les dix faits marquants de l'aviation africaine

Le mystère du vol MH370 de la Malaysia Airlines, disparu depuis plus de dix jours, passionne, autant qu'il inquiète. Ce n'est pourtant pas la première que l'aviation se retrouve sous les projecteurs, y compris[...]

Afrique centrale : la Cemac malade de la Centrafrique

Alors qu'elle fête son vingtième anniversaire, la Communauté économique et monétaire de l'Afrique centrale (Cemac), relocalisée de Bangui à Libreville, au Gabon, subit de plein[...]

Congo-Brazzaville : pour Le Roy, le calendrier de la CAF "manque totalement de cohérence"

Alors que le Congo-Brazaville va affronter la Libye mercredi en match amical à Tunis, Claude Le Roy, le sélectionneur des Diables rouges, s’étonne que la Confédération africaine de[...]

L'Afrique Centrale à l'heure des partenariats gagnant-gagnant

Le professeur Gaston Mandata N'Guérékata est ancien minsitre de la Recherche scientifique et Technique et porte-parole du président André Kolingba, doyen associé de la "Morgan State[...]

Vidéo : dans "Nkembo", Fredy Massamba met en scène une battle de sapeurs congolais

Dans le clip "Nkembo" de son nouvel album "Makasi", l'artiste musicien congolais Fredy Massamba rend hommage à la sape sur un ring de boxe. Avec des battles des sapeurs qui exhibent les marques de leurs[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers