Extension Factory Builder
30/10/2012 à 16:41
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Lauryathe Céphyse Bikouta prévoit d'organiser la prochaine édition de Tuseo dès 2013. Lauryathe Céphyse Bikouta prévoit d'organiser la prochaine édition de Tuseo dès 2013. © DR

La 4e édition de Tuseo, le festival du rire de Brazzaville lancé en 2004, s’est achevée le 27 octobre dernier. Lauryathe Céphyse Bikouta, organisatrice du festival, revient sur cet événement. Interview.

Jeune Afrique : Quel bilan dressez-vous de l'édition 2012 du festival du rire Tuseo ?

Lauryathe Céphyse Bikouta : Positif, plus que positif. Je ne m’attendais pas à ça. C’était assez osé de tenir cette édition ; ça a été une aventure. À Brazzaville, il y a ceux qui ont oublié le festival parce que ça faisait quatre ans qu’il ne s’était pas tenu et ceux qui ne l’ont pas oublié. On n’a pas eu le temps de communiquer longtemps, deux semaines tout au plus. Il nous a fallu tout reprendre à zéro. Dans le public, qui est venu très nombreux, l’envie de retrouver le festival était saisissante. On a tenu le pari des « retrouvailles » qui était d’ailleurs le thème de cette édition.

Nous avons reçu des artistes comme Omar Defoundjou du Gabon, Titus Kosmas ou Riri Clos du Congo, qui ont présenté des textes originaux. Nous avions décidé de relancer le festival en biennale parce qu’il faut une préparation et des partenaires qui suivent. Mais vu la demande du public et l’engagement de quelques structures à nous soutenir, l’édition 2013 de Tuseo est obligée de se tenir.

Une longue absence et des retrouvailles… Comment cela s’est-il passé ?

Le festival a été créé en 2003 et la 1e édition s’est tenue en 2008. Notre objectif premier était de le faire connaître. Voilà pourquoi nous l’avions présenté annuellement. Après nous nous sommes mis en retrait pour préparer une version biennale. Notre objectif était avant tout de revenir. Pour ces retrouvailles, nous avons innové en initiant le Rire vert, une opération de plantation d’arbres. Parce que nous devons tous nous soucier de l’environnement, parce que les éclats de rire sont dans la nature et que si notre environnement se dégrade nous ne pourrons plus rire. Les artistes présents à cette édition ont donc marqué leur passage en plantant des arbres.

Peut-on dire – ou pas – qu’il y a un humour propre à l’Afrique ?

Un humour propre, je ne sais pas. Mais je sais que l’humour, c’est quelque chose de culturel. On retrouve souvent dans chaque texte humoristique l’identité de chaque pays. À la base de l’humour, il y a des textes qui s’inspirent généralement du quotidien qu’on a en commun. En Afrique, on retrouve à peu près le même discours humoristique, même s’il y a parfois des différences. Après, le festival a un énorme travail à faire afin de faire briller l’humour africain en général et congolais en particulier sur les scènes internationales.

________

Propos recueillis par Ifrikia Kengué

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Congo (Brazzaville)

Assassinat de deux Congolais en France : un procès au goût d'inachevé

Assassinat de deux Congolais en France : un procès au goût d'inachevé

Un accusé absent condamné à 20 ans de prison, l'autre acquitté. Quatorze ans après l'assassinat mystérieux de deux Congolais en France, de nombreuses questions restent sans répons[...]

Congo : la fausse une de J.A. qui affole le web

Une fausse une de "Jeune Afrique" circule depuis vendredi sur les réseaux sociaux. Une manipulation que nous dénonçons avec la plus grande fermeté.[...]

Kabila, Ouattara, Bouteflika, Biya... Quels sont les diplômes de vos présidents ?

Votre président a-t-il le baccalauréat ? Un master ? À-t-il étudié l’économie ou le droit ? En France ou en Chine ? Toutes les réponses avec notre jeu interactif.  [...]

Lutte contre Boko Haram : Sassou et Obiang en mission en Afrique de l'Ouest

Après le Ghana et le Nigeria mardi, les présidents congolais et équato-guinéen, Denis Sassou Nguesso et Teodoro Obiang Nguema Mbasogo, se sont rendus au Tchad mercredi. But de ces trois visites de[...]

Sexe, mensonge, pouvoir : la trilogie infernale

Du Français Dominique Strauss-Kahn au Malaisien Anwar Ibrahim, on ne compte plus les responsables politiques dont les moeurs débridées, ou supposées telles, ont brisé la carrière.[...]

TV 

Le Congolais Vérone Mankou est l'invité du magazine Réussite

Retrouvez le sommaire et la bande-annonce de l'émission Réussite, diffusée sur Canal + Ouest et Centre le 20 février. Une émission qui vous emmène du Tchad au Nigeria.[...]

L'Afrique centrale apporte son soutien à la lutte régionale contre Boko Haram

Les chefs d’État de la CEEAC se sont réunis lundi à Yaoundé, au Cameroun, pour élaborer une stratégie commune destinée à "éradiquer" Boko Haram. Ils[...]

Classement 2015 de RSF : Congo et Libye en baisse, Côte d'Ivoire et Tunisie en hausse

La liberté de la presse a connu une “régression brutale” en 2014 selon Reporters sans frontières (RSF) qui a publié jeudi son classement annuel 2015. La zone "Afrique du Nord -[...]

Théâtre : Sony Congo, pièce pour un mort bien vivant

Dans sa dernière création, le metteur en scène Hassane Kassi Kouyaté donne à réentendre un illustre méconnu, le Congolais Sony Labou Tansi.[...]

Standard & Poor's dégrade la note du Congo-Brazzaville

Standard & Poor’s a abaissé d'un cran la note de la République du Congo à "B", en raison de la chute des cours du pétrole dont les effets sur l’économie du pays[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20121030163259 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20121030163259 from 172.16.0.100