Extension Factory Builder
30/10/2012 à 09:22
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
La secrétaire d'État américaine Hilary Clinton (au centre) et Abdelaziz Bouteflika. La secrétaire d'État américaine Hilary Clinton (au centre) et Abdelaziz Bouteflika. © AFP

La secrétaire d'État américaine, Hillary Clinton, était à Alger lundi 29 octobre pour une visite éclair d'une dizaine d'heures. Elle a appelé l’Algérie à jouer un rôle "central" dans la résolution de la crise au Mali.  

Le message de la secrétaire d'État américaine Hillary Clinton, en visite à Alger le lundi 29 octobre, au président Abdelaziz Bouteflika a été clair : sa « puissance militaire » et « sa capacité en matière de collecte de renseignements » sont telles que l’Algérie ne peut que jouer un rôle « central » dans la résolution de la crise au Mali.

« J'ai beaucoup apprécié l'analyse du président, fondée sur sa longue expérience, quant aux nombreux facteurs complexes inhérents à la sécurité intérieure du Mali, ainsi que sur la menace que le terrorisme et le trafic de drogue font peser sur la région », a souligné la secrétaire d'État devant la presse au terme de cette visite d'une dizaine d'heures.

Les autorités algériennes n'ont fait aucun commentaire à l'issue de la visite. Des responsables américains ont, quant à eux, laissé entendre que le président Bouteflika n'avait pas donné son feu vert, mais ne s'était pas non plus opposé à l'idée d'une intervention militaire africaine. Selon un diplomate américain, Hillary Clinton et Abdelaziz Bouteflika sont « tombés d'accord pour continuer de travailler contre ces fléaux exportés depuis le Mali et d'aider Bamako et la Cedeao - avec l'appui de l'UA et de l'ONU - à répondre aux menaces sécuritaires au Mali ».

L'Algérie, "incontournable"

Des pourparlers vont continuer « de façon bilatérale et avec les partenaires de la région, en concertation avec l'Union africaine (UA), la Cedeao (Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest) et les Nations unies pour essayer de trouver des solutions » à la crise malienne, a déclaré Hillary Clinton.

L'Algérie, que Washington et Paris considèrent comme « incontournable » dans ce dossier, a toujours privilégié un règlement politique. Alger redoute une « déstabilisation » de son territoire, où vivent 50 000 Touaregs et souhaiterait associer le mouvement Ansar Eddine à un règlement politique avec le Mouvement national de Libération de l'Azawad (MNLA). Les autorités algériennes ont tout de même infléchi leur position et n'excluent plus depuis peu le principe d'une intervention armée, à condition qu'elle soit exclusivement africaine et que son armée n'y participe pas directement.

Parallèlement à la visite d’Hilary Clinton, le chef touareg algérien Mahmoud Guemama, député de Tamanrasset, région frontalière du nord malien, a prévenu qu'une intervention étrangère dans la région provoquerait « beaucoup de problèmes ».

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Algérie

Algérie : l'entraîneur du NAHD limogé après une altercation avec Anelka

Algérie : l'entraîneur du NAHD limogé après une altercation avec Anelka

L'entraîneur de l'équipe algérienne du NA Hussein Dey, Ighil Meziane, a été limogé après une "altercation" avec l'ancien international français Nicolas Anelka, direc[...]

Moi, Fathy le Fou, maître du "trait pourri"

Mon pays, l’Algérie, a été pionnier dans la zone minée de la caricature politique en Afrique du Nord. J’ai fait partie de ses éclaireurs, envoyé à l’ombre avec[...]

Algérie : la nouvelle Constitution, l'Arlésienne de Bouteflika

En avril 2011, le chef de l'État annonce son intention de faire réviser la loi fondamentale. Quatre ans et plusieurs consultations plus tard, le projet de réforme n'a toujours pas[...]

Football : retour sur près de 50 ans de violences dans les stades africains

Avec la condamnation à mort le 19 avril de onze supporters égyptiens lors d'un nouveau procès des émeutes de 2012 à Port-Saïd, la violence dans les stades s'est rappelée au (mauvais)[...]

Qui est Sid Ahmed Ghlam, l'Algérien qui planifiait un attentat en France ?

Sid Ahmed Ghlam a été arrêté dimanche en région parisienne alors qu’il projetait des attaques terroristes en banlieue parisienne, contre deux églises de Villejuif. Il est[...]

Algérie : l'embarrassante affaire Medjdoub

La plainte contre X pour torture déposée à Luxembourg, le 20 octobre 2012, par les avocats de Chani Medjdoub, un homme d'affaires algéro-luxembourgeois poursuivi pour corruption[...]

Algérie : Bouteflika les secrets du quatrième mandat

Pourquoi et comment, malgré un AVC qui l'a cloué dans un fauteuil roulant, le président de la République algérienne a décidé de rempiler en 2014. Enquête sur une[...]

Massacres de Sétif : la visite de Jean-Marc Todeschini diversement appréciée en Algérie

La presse algérienne n'a pas manqué de commenter la visite du secrétaire d'État français chargé des Anciens combattants, Jean-Marc Todeschini, à Sétif. La première[...]

Massacre de Sétif en Algérie : premier hommage d'un ministre français 70 ans après

Le secrétaire d'Etat français chargé des Anciens combattants, Jean-Marc Todeschini, a rendu dimanche un hommage aux victimes algériennes de Sétif, 70 ans après le massacre qui a fait[...]

Massacre de Sétif : un ministre français qualifie sa visite en Algérie de "geste fort"

Le secrétaire d'Etat français chargé des Anciens combattants, Jean-Marc Todeschini, a qualifié de "geste fort" sa visite dimanche en Algérie pour marquer le 70e anniversaire du[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20121030090243 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20121030090243 from 172.16.0.100