Extension Factory Builder
30/10/2012 à 09:22
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
La secrétaire d'État américaine Hilary Clinton (au centre) et Abdelaziz Bouteflika. La secrétaire d'État américaine Hilary Clinton (au centre) et Abdelaziz Bouteflika. © AFP

La secrétaire d'État américaine, Hillary Clinton, était à Alger lundi 29 octobre pour une visite éclair d'une dizaine d'heures. Elle a appelé l’Algérie à jouer un rôle "central" dans la résolution de la crise au Mali.  

Le message de la secrétaire d'État américaine Hillary Clinton, en visite à Alger le lundi 29 octobre, au président Abdelaziz Bouteflika a été clair : sa « puissance militaire » et « sa capacité en matière de collecte de renseignements » sont telles que l’Algérie ne peut que jouer un rôle « central » dans la résolution de la crise au Mali.

« J'ai beaucoup apprécié l'analyse du président, fondée sur sa longue expérience, quant aux nombreux facteurs complexes inhérents à la sécurité intérieure du Mali, ainsi que sur la menace que le terrorisme et le trafic de drogue font peser sur la région », a souligné la secrétaire d'État devant la presse au terme de cette visite d'une dizaine d'heures.

Les autorités algériennes n'ont fait aucun commentaire à l'issue de la visite. Des responsables américains ont, quant à eux, laissé entendre que le président Bouteflika n'avait pas donné son feu vert, mais ne s'était pas non plus opposé à l'idée d'une intervention militaire africaine. Selon un diplomate américain, Hillary Clinton et Abdelaziz Bouteflika sont « tombés d'accord pour continuer de travailler contre ces fléaux exportés depuis le Mali et d'aider Bamako et la Cedeao - avec l'appui de l'UA et de l'ONU - à répondre aux menaces sécuritaires au Mali ».

L'Algérie, "incontournable"

Des pourparlers vont continuer « de façon bilatérale et avec les partenaires de la région, en concertation avec l'Union africaine (UA), la Cedeao (Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest) et les Nations unies pour essayer de trouver des solutions » à la crise malienne, a déclaré Hillary Clinton.

L'Algérie, que Washington et Paris considèrent comme « incontournable » dans ce dossier, a toujours privilégié un règlement politique. Alger redoute une « déstabilisation » de son territoire, où vivent 50 000 Touaregs et souhaiterait associer le mouvement Ansar Eddine à un règlement politique avec le Mouvement national de Libération de l'Azawad (MNLA). Les autorités algériennes ont tout de même infléchi leur position et n'excluent plus depuis peu le principe d'une intervention armée, à condition qu'elle soit exclusivement africaine et que son armée n'y participe pas directement.

Parallèlement à la visite d’Hilary Clinton, le chef touareg algérien Mahmoud Guemama, député de Tamanrasset, région frontalière du nord malien, a prévenu qu'une intervention étrangère dans la région provoquerait « beaucoup de problèmes ».

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Algérie

Mali : réouverture des négociations d'Alger, à la recherche d'une 'solution définitive' à la crise

Mali : réouverture des négociations d'Alger, à la recherche d'une "solution définitive" à la crise

Le gouvernement et des groupes armés maliens ont repris lundi les pourparlers d'Alger en vue de ramener la paix dans le nord du pays. Un deuxième round de discussions après la signature fin juillet d'une "[...]

Le complexe gazier d'In Amenas redémarre, 18 mois après l'attaque terroriste

Un an et demi après une attaque terroriste qui a entraîné la mort de 40 salariés et la destruction d'une partie de ses infrastructures, le complexe gazier d'In Amenas, en Algérie, redémarre[...]

Amara Benyounes : "Bouteflika, la Constitution algérienne et nous"

Leader de la troisième force politique du pays, le ministre du Commerce revient sur le processus de révision du texte fondamental. Et détaille les amendements proposés par son mouvement.[...]

Mali : deux diplomates algériens libérés plus de 2 ans après leur rapt

Deux diplomates algériens enlevés en avril 2012 par un groupe islamiste armé au Mali ont été libérés samedi, ont annoncé les autorités algériennes en confirmant[...]

Algérie - Maroc : la déchirure

Tranchées d’un côté, clôture de l’autre. Alors que le fossé entre les deux voisins ne cesse de se creuser, "Jeune Afrique" a enquêté, vingt ans après la[...]

Mali : IBK ne veut plus de la médiation du Burkinabè Compaoré

Le président malien Ibrahim Boubacar Keïta soupçonne Blaise Compaoré de vouloir réintroduire dans le jeu Iyad Ag Ghaly, le chef d'Ansar Eddine.[...]

Mort d'Ebossé : ce que l'Algérie doit faire pour en finir avec les "supportueurs"

Le décès d’Albert Ebossé (24 ans), l’attaquant camerounais de la JS Kabylie, atteint mortellement par un projectile lancé par un supporteur samedi à l’issue de la rencontre[...]

Algérie : ma fortune pour un yacht !

Dernière tendance algéroise : se procurer un bateau et s'échapper en mer le week-end. Médecins, avocats... Pour quelques dizaines de milliers d'euros, ils sont de plus en plus nombreux à[...]

Algérie - Cameroun : la dépouille d'Albert Ebossé transférée vendredi à Douala

Le corps du footballauer camerounais Albert Ebossé sera transféré vendredi à Douala, au Cameroun, où il devrait arriver dans l'après-midi. Le joueur est décédé[...]

L'Algérie prépare un programme d'investissements de 260 milliards de dollars

 L'Algérie prépare le lancement d'un nouveau programme d'investissements quinquennal. D'un montant de 260 milliards de dollars, ce plan, qui court jusqu'à 2019, vise à faire de l'Algérie une[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex