Extension Factory Builder
27/10/2012 à 11:07
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Wen Jiabao porte un toast à l'occasion de la fête nationale, le 29 septembre 2012 à Pékin. Wen Jiabao porte un toast à l'occasion de la fête nationale, le 29 septembre 2012 à Pékin. © AFP/Archives - Ed Jones

Dans une enquête, le "New York Times" détaille l'ampleur de l'enrichissement du Premier ministre Wen Jiabao et de ses proches : environ 2,7 milliards de dollars. Embourbé dans des scandales à répétition, le parti communiste chinois doit renouveler sa direction dans deux semaines.

Quinze jours à peine avant d’élire de nouveaux dirigeants à l’occasion de son congrès quinquennal, la haute hiérarchie du Parti communiste chinois doit faire face à des révélations embarrassantes. Le scandale a été lancé par une enquête du New York Times qui met directement en cause les fortunes colossales qu’aurait amassées l’entourage du Premier ministre Wen Jiabao. D’après ces révélations, lui et ses proches détiendraient rien de moins que quelque 2,7 milliards de dollars.

Pékin a réagi, le 26 octobre, en qualifiant l’investigation menée par le journal américain de « diffamatoire » tout en dénonçant les « arrière-pensées » qui auraient présidé à sa publication. Le long article, détaillé, a d’ailleurs été immédiatement censuré en Chine. Pékin a fait bannir toute recherche avec les mots clés « Wen Jiabao » ou « New York Times » de Sina Weibo, la déclinaison chinoise de Twitter. L'accès au site du quotidien américain a également été neutralisé.

Origines modestes

L’article pointe du doigt l’incroyable réussite des proches de M. Wen, qui baignent en permanence dans l’univers du luxe international. Les montants colossaux évoqués contrastent avec les origines modestes et l’image d’ « homme du peuple » que le Premier ministre, parfois surnommé affectueusement « grand-père Wen », aime à montrer.

La famille du chef du gouvernement possède des intérêts dans des banques, des joailleries, des stations touristiques, des compagnies de télécommunication et des projets d'infrastructure, en recourant parfois à des entités offshore assure le quotidien.

Yang Zhiyun, la mère du Premier ministre était une simple institutrice du nord du pays. De même, son défunt père a élevé des porcs au moment du mouvement de retour à la campagne prôné par Mao. Aujourd'hui âgée de 90 ans, sa mère « n'est pas seulement sortie de la pauvreté, elle est de façon incontestable devenue riche », affirme le New York Times. Pour étayer ses dires, le quotidien  cite notamment un investissement de 120 millions de dollars réalisé il y a cinq ans au nom de Mme Yang dans une société chinoise de services financiers.

Le journal américain détaille les subterfuges qui ont permis cet enrichissement et indique que « dans de nombreux cas, les noms des proches [de Wen, NDLR] se dissimulent derrière plusieurs paravents et des vecteurs d'investissement impliquant des amis, des collègues de travail et des associés ».

« La famille du chef du gouvernement possède des intérêts dans des banques, des joailleries, des stations touristiques, des compagnies de télécommunication et des projets d'infrastructure, en recourant parfois à des entités offshore » assure le quotidien. Dans la majorité des investissements, il apparaît que certaines des puissantes sociétés d'État chinoises jouent un rôle de premier plan. Or, les décisions de ces entreprises dépendent généralement des agences gouvernementales, directement supervisées par le Premier ministre.

Reine des diamants

De son côté, Zhang Beili, l'épouse de M. Wen, a fait fortune dans les pierres précieuses, un secteur strictement régulé par l'État. L'ascension de la « reine des diamants », comme l’a surnommée le New York Times, s'est étrangement accélérée après que son mari ait atteint les marches les plus élevées du pouvoir.

Et la photo de famille ne s’arrête pas là. Le fils unique du couple, Wen Yunsong, a connu une réussite fulgurante en revendant son entreprise de technologie à la famille d'un magnat de Hong Kong puis en fondant une société de capital-investissement devenue l'une des premières de Chine. Elle compte le gouvernement de Singapour parmi ses associés.

Le quotidien américain clôt ses révélations en indiquant que le frère cadet du Premier ministre, qui est à la tête d’une entreprise de retraitement des déchets, a bénéficié de plus de 30 millions de dollars de contrats attribués par l'État.

Le New York Times confronte également la réussite de l’entourage de Wen Jiabao avec les déclarations passées du Premier ministre. En 2007, il avait rappelé à la haute hiérarchie du parti que les dirigeants « doivent veiller strictement à ce que les membres de leur famille, leurs amis et leurs proches subordonnés n'abusent pas de leur influence ».

Affaires à répétition

Avant ces révélations, l’année 2012 avait déjà été difficile pour le Parti communiste, ébranlé par des affaires à répétition. Tout a commencé par la chute de Bo Xilai, en mars. L'ex-étoile montante de la politique chinoise s’est trouvée au centre d’un scandale de corruption.

Le fils d'un proche du président Hu Jintao s’est tué au volant d'une Ferrari, voiture dont la valeur est estimée à 600 000 euros.

En juin dernier, c’est l’entourage du président Xi Jinping qui a été mis en cause par Bloomberg. Dans une enquête, l'agence financière soutenait que les proches du vice-président possédaient une fortune cumulée de plusieurs centaines de millions de dollars. Le document avait, lui aussi, été immédiatement censuré.

Le mois prochain, M. Xi doit prendre les rênes du Parti et succéder au président Hu Jintao. Ce dernier a récemment été embarrassé par les polémiques provoquées par la mort du fils d’un de ses proches. Le jeune homme s’est tué au volant d'une Ferrari, voiture dont la valeur est estimée à 600 000 euros.
L’ensemble de ces affaires vient conforter une grande partie de la population chinoise qui pense que la nomenklatura communiste bénéficie d'une vie dorée et de nombreux privilèges, dans un climat de totale impunité. Dans ce contexte, le parti ne ménage pas ses efforts pour tenter de projeter une image de désintéressement avant l'ouverture de son congrès quinquennal. C’est visiblement raté…

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

AUTRES

Armée tunisienne : la grande désillusion

Armée tunisienne : la grande désillusion

Incapable de venir à bout des maquis jihadistes, minée par des querelles au sommet, gangrenée par la politique, la grande muette a beaucoup perdu de sa superbe. Enquête exclusive sur une[...]

RDC : l'ONU souhaite la reprise de la coopération avec l'armée pour combattre les FDLR

En froid avec Kinshasa, les Nations unies souhaitent relancer la coopération "le plus vite possible" avec l'armée afin de neutraliser les rebelles des Forces démocratiques de libération du Rwa[...]

Jacques Sayagh, culturiste des pavés

Ce quinquagénaire parisien né à Alger a choisi de vivre dans la rue, mais n'a pas renoncé au sport. Une vidéo montrant ses performances a enflammé le web.[...]

Yémen : des troupes de la coalition arabe bientôt au sol ?

Y aura-t-il bientôt des troupes de la coalition arabe au sol au Yémen ? C'est ce que suggère le chef de la diplomatie yéménite, Ryad Yassine, réfugié à Ryad, selon lui pour [...]

Mercenaires sud-africains, les soldats perdus de l'apartheid

Ils ont appris à se faire discrets : officiellement, Pretoria interdit le mercenariat. Mais d'anciens militaires formés du temps du régime ségrégationniste vendent encore leurs services a[...]

Côte d'Ivoire : Abidjan se rêve en capitale africaine du reggae

Abidjan, nouvelle "Zion City" ? C'est ce que souhaite le ministre d'État Moussa Dosso, qui lance en avril un festival de musique doublé d'un colloque international entièrement dédiés au[...]

Une "fille-de" à la tête du Zimbabwe ?

Dans sa stratégie de monarchisation du pouvoir zimbabwéen, Robert Mugabe change son fusil d’épaule. À mots couverts et visages découverts, il met en lumière l’alternative co[...]

Afrique du Sud : le patron de la Cosatu, Zwelinzima Vavi, démis de ses fonctions

Après des années de luttes internes, le patron de la Cosatu a été démis de ses fonctions lundi. L'expulsion de Zwelinzima Vavi, à la tête de la plus puissante centrale syndicale depu[...]

Bénin, qu'as-tu fait de ta démocratie ?

Le Bénin fait figure de modèle en Afrique de l'Ouest. Pourtant, entre la versatilité de la classe politique, un affairisme endémique et des grèves à répétition, le ma[...]

Nigeria : les armées du Niger et du Tchad reprennent Malam Fatori, stratégique pour Boko Haram

Les armées du Tchad et du Niger ont repris mardi aux islamistes de Boko Haram la localité stratégique de Malam Fatori, dernier bastion de la secte islamiste dans le nord-est du Nigeria.[...]

Nigeria : retour en images sur la victoire de Muhammadu Buhari à la présidentielle

Les résultats officiels de la présidentielle nigériane ont été proclamés mardi par la commission électorale. Pour la première fois dans le pays, le candidat de l’opposi[...]

Jovi, rappeur camerounais : "L'Afrique a le potentiel pour prolonger l'ère du hip-hop"

Il travaille avec Akon, lance sa musique dans les écouteurs de Youssoupha, mais rien, chez Jovi, ne trahit un penchant pour le bling-bling. Le rappeur basé à Yaoundé prêche l’avènem[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20121026190205 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20121026190205 from 172.16.0.100