Extension Factory Builder
27/10/2012 à 11:07
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Wen Jiabao porte un toast à l'occasion de la fête nationale, le 29 septembre 2012 à Pékin. Wen Jiabao porte un toast à l'occasion de la fête nationale, le 29 septembre 2012 à Pékin. © AFP/Archives - Ed Jones

Dans une enquête, le "New York Times" détaille l'ampleur de l'enrichissement du Premier ministre Wen Jiabao et de ses proches : environ 2,7 milliards de dollars. Embourbé dans des scandales à répétition, le parti communiste chinois doit renouveler sa direction dans deux semaines.

Quinze jours à peine avant d’élire de nouveaux dirigeants à l’occasion de son congrès quinquennal, la haute hiérarchie du Parti communiste chinois doit faire face à des révélations embarrassantes. Le scandale a été lancé par une enquête du New York Times qui met directement en cause les fortunes colossales qu’aurait amassées l’entourage du Premier ministre Wen Jiabao. D’après ces révélations, lui et ses proches détiendraient rien de moins que quelque 2,7 milliards de dollars.

Pékin a réagi, le 26 octobre, en qualifiant l’investigation menée par le journal américain de « diffamatoire » tout en dénonçant les « arrière-pensées » qui auraient présidé à sa publication. Le long article, détaillé, a d’ailleurs été immédiatement censuré en Chine. Pékin a fait bannir toute recherche avec les mots clés « Wen Jiabao » ou « New York Times » de Sina Weibo, la déclinaison chinoise de Twitter. L'accès au site du quotidien américain a également été neutralisé.

Origines modestes

L’article pointe du doigt l’incroyable réussite des proches de M. Wen, qui baignent en permanence dans l’univers du luxe international. Les montants colossaux évoqués contrastent avec les origines modestes et l’image d’ « homme du peuple » que le Premier ministre, parfois surnommé affectueusement « grand-père Wen », aime à montrer.

La famille du chef du gouvernement possède des intérêts dans des banques, des joailleries, des stations touristiques, des compagnies de télécommunication et des projets d'infrastructure, en recourant parfois à des entités offshore assure le quotidien.

Yang Zhiyun, la mère du Premier ministre était une simple institutrice du nord du pays. De même, son défunt père a élevé des porcs au moment du mouvement de retour à la campagne prôné par Mao. Aujourd'hui âgée de 90 ans, sa mère « n'est pas seulement sortie de la pauvreté, elle est de façon incontestable devenue riche », affirme le New York Times. Pour étayer ses dires, le quotidien  cite notamment un investissement de 120 millions de dollars réalisé il y a cinq ans au nom de Mme Yang dans une société chinoise de services financiers.

Le journal américain détaille les subterfuges qui ont permis cet enrichissement et indique que « dans de nombreux cas, les noms des proches [de Wen, NDLR] se dissimulent derrière plusieurs paravents et des vecteurs d'investissement impliquant des amis, des collègues de travail et des associés ».

« La famille du chef du gouvernement possède des intérêts dans des banques, des joailleries, des stations touristiques, des compagnies de télécommunication et des projets d'infrastructure, en recourant parfois à des entités offshore » assure le quotidien. Dans la majorité des investissements, il apparaît que certaines des puissantes sociétés d'État chinoises jouent un rôle de premier plan. Or, les décisions de ces entreprises dépendent généralement des agences gouvernementales, directement supervisées par le Premier ministre.

Reine des diamants

De son côté, Zhang Beili, l'épouse de M. Wen, a fait fortune dans les pierres précieuses, un secteur strictement régulé par l'État. L'ascension de la « reine des diamants », comme l’a surnommée le New York Times, s'est étrangement accélérée après que son mari ait atteint les marches les plus élevées du pouvoir.

Et la photo de famille ne s’arrête pas là. Le fils unique du couple, Wen Yunsong, a connu une réussite fulgurante en revendant son entreprise de technologie à la famille d'un magnat de Hong Kong puis en fondant une société de capital-investissement devenue l'une des premières de Chine. Elle compte le gouvernement de Singapour parmi ses associés.

Le quotidien américain clôt ses révélations en indiquant que le frère cadet du Premier ministre, qui est à la tête d’une entreprise de retraitement des déchets, a bénéficié de plus de 30 millions de dollars de contrats attribués par l'État.

Le New York Times confronte également la réussite de l’entourage de Wen Jiabao avec les déclarations passées du Premier ministre. En 2007, il avait rappelé à la haute hiérarchie du parti que les dirigeants « doivent veiller strictement à ce que les membres de leur famille, leurs amis et leurs proches subordonnés n'abusent pas de leur influence ».

Affaires à répétition

Avant ces révélations, l’année 2012 avait déjà été difficile pour le Parti communiste, ébranlé par des affaires à répétition. Tout a commencé par la chute de Bo Xilai, en mars. L'ex-étoile montante de la politique chinoise s’est trouvée au centre d’un scandale de corruption.

Le fils d'un proche du président Hu Jintao s’est tué au volant d'une Ferrari, voiture dont la valeur est estimée à 600 000 euros.

En juin dernier, c’est l’entourage du président Xi Jinping qui a été mis en cause par Bloomberg. Dans une enquête, l'agence financière soutenait que les proches du vice-président possédaient une fortune cumulée de plusieurs centaines de millions de dollars. Le document avait, lui aussi, été immédiatement censuré.

Le mois prochain, M. Xi doit prendre les rênes du Parti et succéder au président Hu Jintao. Ce dernier a récemment été embarrassé par les polémiques provoquées par la mort du fils d’un de ses proches. Le jeune homme s’est tué au volant d'une Ferrari, voiture dont la valeur est estimée à 600 000 euros.
L’ensemble de ces affaires vient conforter une grande partie de la population chinoise qui pense que la nomenklatura communiste bénéficie d'une vie dorée et de nombreux privilèges, dans un climat de totale impunité. Dans ce contexte, le parti ne ménage pas ses efforts pour tenter de projeter une image de désintéressement avant l'ouverture de son congrès quinquennal. C’est visiblement raté…

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

AUTRES

Armée tunisienne : la grande désillusion

Armée tunisienne : la grande désillusion

Incapable de venir à bout des maquis jihadistes, minée par des querelles au sommet, gangrenée par la politique, la grande muette a beaucoup perdu de sa superbe. Enquête exclusive sur une[...]

François Durpaire : "La commémoration de la fin de l'esclavage est l'affaire de tous"

François Durpaire est historien, membre du Comité national pour la mémoire et l'histoire de l'esclavage.[...]

Birmanie : les nouveaux boat people

Plus d'un million de Rohingyas, musulmans, sont privés de tout droit et confinés dans des camps de déplacés dans des conditions déplorables. Leur seul espoir ? Fuir par la mer. Au p&eacut[...]

Rap camerounais : "Mboko God", de Jovi, album incontournable !

Si, comme nous, vous attendiez l'album du rappeur camerounais Jovi avec impatience, vous ne serez pas déçus. Disponible depuis le 20 mai, "Mboko God" est une réussite incontestable.[...]

Gouvernement marocain : Mohand Laenser, l'insubmersible

Le 20 mai, Mohammed VI a nommé cinq nouveaux ministres à la place de ceux qui ont démissionné. Parmi eux, Mohand Laenser, l'indéboulonnable secrétaire général du Mouvement [...]

Arabie saoudite : attentat suicide dans une mosquée chiite à l'est du pays

Un kamikaze s'est fait exploser dans une mosquée chiite de Koudeih, à l'est de l'Arabie saoudite, au cours de la prière du vendredi, faisant de nombreuses victimes.    [...]

Burundi : la galaxie Nkurunziza, ces hommes qui ont fait échec au coup d'État

Alors qu'il séjournait à Dar es-Salaam, Pierre Nkurunziza a été "destitué", le 13 mai, par une frange de l'armée burundaise, avant de reprendre le contrôle de la situation [...]

Niger - Putsch de Seyni Kountché : et si la France n'y était pour rien ?

On croyait tout savoir de la chute du président Diori, en 1974. Mais des archives encore confidentielles suggèrent que le putschiste Seyni Kountché a pris tout le monde de court. Y compris Paris.[...]

Barack Obama à Béji Caïd Essebsi : "Les États-Unis croient en la Tunisie"

À l'ocassion de la réception de Béji Caïd Essebsi à la Maison blanche jeudi, le président amréicain Barack Obama a annoncé son intention d'accorder à la Tunisie le sta[...]

CPI : le procès de Jean-Pierre Bemba s'ouvrira le 29 septembre

La Cour pénale internationale a annoncé vendredi que le procès du Congolais Jean-Pierre Bemba s'ouvrirait le 29 septembre.[...]

RDC : l'UDPS favorable au dialogue proposé par Kabila

L'UDPS, formation d'opposition très affaiblie, estime que le dialogue avec l'administration Kabila "doit mener à de bonnes élections".[...]

Burkina : quel avenir pour le RSP ?

Au lendemain du coup de sang du régiment de sécurité présidentielle (RSP) contre Isaac Zida, le Premier ministre de transition, le 4 février, Michel Kafando avait annoncé la c[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers