Extension Factory Builder
29/10/2012 à 13:15
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Wim Botha, une oeuvre troublante. Wim Botha, une oeuvre troublante. © Courtesy Setevenson Gallery

L'oeuvre de l'artiste sud-africain Wim Botha, 38 ans, est exposée jusqu'au 2 novembre à la galerie Stevenson de Johannesburg.

Que l'on ne s'y méprenne pas. Les grandes ailes blanches en polystyrene de l'installation Solipsis n'évoquent pas la douce quiétude des colombes. Pas d'angélisme chez l'artiste sud-africain Wim Botha. Bien au contraire. Ses œuvres constituent un univers fait de violence et de chaos. La vie et la mort sont dans une lutte incessante, les animaux toujours engagés dans un combat. Crocs dehors, babines retroussées, les félins dessinés au fusain ou esquissés à l'aquarelle sont sur la défensive ou prêts à attaquer.

Dans une installation que la galerie Stevenson présente jusqu'au 2 novembre à Johannesburg (Afrique du Sud) aux côtés de Solipsis ainsi que des croquis et tableaux de Wim Botha, un chat tue un oiseau, des lions s'affrontent. Reprenant le procédé de sa précédente œuvre Room Within a Room, l'artiste installé au Cap reconstitue dans l'une des pièces de la galerie un intérieur de maison grâce à une frise en bois noir qui serpente le long des murs. Sur les parois imaginaires, des bustes composés de planches de pin superposées, présentés soit sur un piédestal soit au bout d'une potence : têtes de mort traversées par un pieu, visages troués par l'impact d'une balle, corps empalé... Troublant.

________

Par Séverine Kodjo-Grandvaux, envoyée spéciale à Johannesburg (@SevKG)

« A Thousand Things », de Wim Botha, jusqu'au 2 novembre à la galerie Stevenson de Johannesburg, entrée libre.

© Courtesy Setevenson Gallery

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Afrique du sud

Nadine Gordimer l'Africaine

Nadine Gordimer l'Africaine

Décédée à l'âge de 90 ans le 13 juillet, la Prix Nobel de littérature aura été une militante antiapartheid de la première heure. Elle laisse une oeuvr[...]

Nadine Gordimer : disparition d'une voyante

Cette femme déterminée représentait une face de l'Afrique du Sud dont elle donnait une vision sans concession. Tout en défendant une conception exigeante de l'écrivain.[...]

Nadine Gordimer : un si long chemin

L'auteure du Conservateur, Booker Prize 1974, a porté jusqu'au bout un rêve : celui du premier jour après le racisme.[...]

Nadine Gordimer, celle qui tient tête

Frêle mais jamais fragile, l'écrivaine engagée aura affiché une volonté à toute épreuve, refusant les faux-fuyants. Portrait.[...]

Omedeto Fugard, l'Afrique et la Fondation Zinsou !

Ou "bravo", en japonais... Pour la première fois, un créateur du continent, Athol Fugard, reçoit le "prix Nobel des arts". La Fondation Zinsou, au Bénin, est elle aussi[...]

Quand Nadine Gordimer invitait Jeune Afrique à dénoncer la pauvreté

Prix Nobel de littérature en 1991, la romancière sud-africaine Nadine Gordimer est décédée le 13 juillet à l'âge de 90 ans. Une figure de l'engagement contre l'appartheid dont[...]

L'Afrique du Sud honore son premier Mandela Day depuis la mort de l'icône

L’Afrique du sud fêtait vendredi l’anniversaire de Nelson Mandela, qui aurait eu 96 ans. Comme c’est désormais la tradition depuis 2010, chaque citoyen était invité à donner 67[...]

Afrique du Sud : Nadine Gordimer et la transition postapartheid

Prix Nobel de littérature en 1991, la romancière sud-africaine Nadine Gordimer est décédée le 13 juillet à l'âge de 90 ans. "Jeune Afrique" réedite une interview de[...]

Afrique du Sud : premier "Mandela Day" sans Madiba

67 minutes. C’est le temps que chaque Sud-Africain, et de nombreux autres citoyens du monde, doit consacrer pour aider son prochain à l’occasion du "Mandela Day", une journée en l’honneur[...]

Praemium Imperiale : le Nobel des arts pour le Sud-Africain Athol Fugard et la Fondation Zinsou

Les lauréats 2014 du Praemium Imperiale - qui se veut le "Nobel des arts" -  ont été présentés le 16 juillet, à Paris. Pour la première fois un artiste du continent[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers