Extension Factory Builder
26/10/2012 à 16:52
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Cheikh Hamad Bin Khalifa Al Thani nie avoir approté un quelconque soutien au groupe armés au Mali. Cheikh Hamad Bin Khalifa Al Thani nie avoir approté un quelconque soutien au groupe armés au Mali. © Mohammed Dabbous/Reuters

Au cours de sa visite au Qatar, du 21 au 24 octobre, Dioncounda Traoré s'est heurté à un mur. Si le président malien par intérim a fait passer son message au cheikh Hamad Bin Khalifa Al Thani, soupçonné de complicité au moins passive avec les groupes islamistes armés qui contrôle le Nord-Mali, celui-ci a nié toute influence dans la résolution de la crise malienne.

Le 22 octobre dernier, Dioncounda Traoré, a rencontré l’émir du Qatar, Cheikh Hamad Bin Khalifa Al Thani, à Doha. Le président par intérim du Mali n’avait qu’une mission : convaincre l’émir du Qatar d’être à son côté dans la crise malienne. « Le Qatar est un pays important qui a de plus en plus d’influence au Moyen-Orient. C’est un partenaire stratégique », glisse un membre de la délégation de Dioncounda Traoré.

Mais le Qatar est aussi soupçonné par des services de renseignements, notamment français, d’entretenir des rapports troubles avec plusieurs groupes armés qui contrôlent le Nord-Mali depuis mars dernier. Le président Dioncouda Traoré a donc tenu à faire comprendre à l’émir du Qatar la crise, telle qu’elle est perçue par le gouvernement malien.

« Je lui ai expliqué la situation qui prévaut au Nord. En faisant d’abord la genèse des crises récurrentes qui affectent cette partie du pays, et ensuite en l’informant de tous les efforts qui ont été faits pour un règlement définitif de la situation. Depuis le Pacte national jusqu’aux accords signés en 2006. Ces efforts ont concerné le financement de nombreux projets de développement qui ont mobilisé plus de 1 100 milliards de F CFA… » [1,68 milliard d’euros, NDLR], a déclaré Dioncounda Traoré à la presse nationale qui a effectué le voyage avec lui.

Fin de non recevoir

« Dioncounda Traoré voulait ainsi faire comprendre à l’émir du Qatar qu’il valait mieux être au côté d’un État plutôt qu’avec des groupes armés, si du moins ce sont des intérêts économiques ou géopolitiques qui poussent le Qatar à tisser des liens avec les groupes armés », nous confie un notable du Nord, membre de la coalition pour le Mali, un groupe très actif pour la résolution de la crise.

Selon cette source, membre de la délégation malienne, l’émir Bin Khalifa Al Thani a déclaré que son pays ne pouvait rien faire dans la crise malienne. Et qu’il n’avait à aucun moment apporté un soutien aux rebelles touaregs ou aux islamistes. Selon Doha, la crise malienne serait due à la pauvreté. Et l’émir a assuré au président malien qu’il apporterait une contribution exceptionnelle au développement du Mali, mais seulement après la crise.

________

Par Baba Ahmed, à Bamako
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Mali

Tomi, IBK, Bongo : des écoutes embarrassantes

Tomi, IBK, Bongo : des écoutes embarrassantes

Des chefs d’Etat étrangers, qui plus est des amis de la France, écoutés dans le cadre d’investigations judiciaires ? Voilà qui, d’un point de vue diplomatique, et même si [...]

Crise malienne : pourquoi Ménaka cristallise les tensions

Alors que la rébellion du Nord-Mali réclame toujours des amendements à l'accord d'Alger pour le signer, la situation sécuritaire se détériore depuis la reprise de la ville de[...]

Mali : l'armée accusée d'avoir exécuté neuf personnes à Tin Hama

Des combats entre les rebelles de la CMA et l'armée malienne ont eu lieu jeudi matin à Tin Hama, près d'Ansongo, dans le nord-est du Mali. Dans un communiqué, les rebelles accusent les soldats maliens[...]

Les femmes africaines peinent à percer le plafond de verre

Éducation, travail, indépendance... Malgré de timides avancées, le statut des femmes n'a que peu progressé en Afrique, selon les participantes du 5e forum social d’Essaouira, au Maroc, du[...]

Deux importants chefs jihadistes tués dans le nord du Mali par l'armée française

Le ministère français de la Défense a affirmé mercredi dans un communiqué avoir neutralisé deux importantes figures du jihadisme dans le nord du Mali : Abdelkrim al-Targui et Ibrahim Ag[...]

Mali : le chef jihadiste Abdelkrim al-Targui tué par l'armée française

Abdelkrim al-Targui, l'un des principaux chefs d'Aqmi, a été tué dans la nuit de dimanche à lundi par l'armée française dans le nord-est du Mali. Plusieurs autres jihadistes ont[...]

Mali : un blessé dans une attaque contre la Minusma à Bamako

Un gardien d'une résidence de la Minusma à Bamako a été blessé par balle, mercredi, par un homme armé qui a réussi à prendre la fuite, abandonnant sur place deux grenades[...]

Le Mali parviendra-t-il à sceller son accord de paix ?

Officiellement signé le 15 mai à Bamako par le gouvernement, l'accord de paix n'est pas encore définitivement scellé au Mali. Les rebelles de la Coordination des mouvements de l'Azawad (CMA) souhaitent[...]

Mali : trois militaires maliens tués près de Tombouctou

Trois soldats maliens ont été tués lundi matin près de Tombouctou, lors d'une attaque menée par les rebelles de la Coordination des mouvements de l'Azawad. [...]

L'ONU accuse le Mali de manquer de reconnaissance pour ses "sacrifices"

Le chef des opérations de maintien de la paix de l'ONU, Hervé Ladsous, s'est insurgé samedi à Bamako contre un manque de reconnaissance des autorités maliennes envers la force internationale dans[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers