Extension Factory Builder
26/10/2012 à 16:52
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Cheikh Hamad Bin Khalifa Al Thani nie avoir approté un quelconque soutien au groupe armés au Mali. Cheikh Hamad Bin Khalifa Al Thani nie avoir approté un quelconque soutien au groupe armés au Mali. © Mohammed Dabbous/Reuters

Au cours de sa visite au Qatar, du 21 au 24 octobre, Dioncounda Traoré s'est heurté à un mur. Si le président malien par intérim a fait passer son message au cheikh Hamad Bin Khalifa Al Thani, soupçonné de complicité au moins passive avec les groupes islamistes armés qui contrôle le Nord-Mali, celui-ci a nié toute influence dans la résolution de la crise malienne.

Le 22 octobre dernier, Dioncounda Traoré, a rencontré l’émir du Qatar, Cheikh Hamad Bin Khalifa Al Thani, à Doha. Le président par intérim du Mali n’avait qu’une mission : convaincre l’émir du Qatar d’être à son côté dans la crise malienne. « Le Qatar est un pays important qui a de plus en plus d’influence au Moyen-Orient. C’est un partenaire stratégique », glisse un membre de la délégation de Dioncounda Traoré.

Mais le Qatar est aussi soupçonné par des services de renseignements, notamment français, d’entretenir des rapports troubles avec plusieurs groupes armés qui contrôlent le Nord-Mali depuis mars dernier. Le président Dioncouda Traoré a donc tenu à faire comprendre à l’émir du Qatar la crise, telle qu’elle est perçue par le gouvernement malien.

« Je lui ai expliqué la situation qui prévaut au Nord. En faisant d’abord la genèse des crises récurrentes qui affectent cette partie du pays, et ensuite en l’informant de tous les efforts qui ont été faits pour un règlement définitif de la situation. Depuis le Pacte national jusqu’aux accords signés en 2006. Ces efforts ont concerné le financement de nombreux projets de développement qui ont mobilisé plus de 1 100 milliards de F CFA… » [1,68 milliard d’euros, NDLR], a déclaré Dioncounda Traoré à la presse nationale qui a effectué le voyage avec lui.

Fin de non recevoir

« Dioncounda Traoré voulait ainsi faire comprendre à l’émir du Qatar qu’il valait mieux être au côté d’un État plutôt qu’avec des groupes armés, si du moins ce sont des intérêts économiques ou géopolitiques qui poussent le Qatar à tisser des liens avec les groupes armés », nous confie un notable du Nord, membre de la coalition pour le Mali, un groupe très actif pour la résolution de la crise.

Selon cette source, membre de la délégation malienne, l’émir Bin Khalifa Al Thani a déclaré que son pays ne pouvait rien faire dans la crise malienne. Et qu’il n’avait à aucun moment apporté un soutien aux rebelles touaregs ou aux islamistes. Selon Doha, la crise malienne serait due à la pauvreté. Et l’émir a assuré au président malien qu’il apporterait une contribution exceptionnelle au développement du Mali, mais seulement après la crise.

________

Par Baba Ahmed, à Bamako
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Mali

Kabila, Ouattara, Bouteflika, Biya... Quels sont les diplômes de vos présidents ?

Kabila, Ouattara, Bouteflika, Biya... Quels sont les diplômes de vos présidents ?

Votre président a-t-il le baccalauréat ? Un master ? À-t-il étudié l’économie ou le droit ? En France ou en Chine ? Toutes les réponses avec notre jeu interactif.  [...]

Afrique francophone : chef de l'opposition, un statut à double tranchant

Plusieurs pays d'Afrique francophone ont adopté un statut officiel de "chef de file de l'opposition". D'autres ont voté des textes mais attendent toujours la désignation de leur opposant en chef.[...]

Mali : procès en vue pour Sanogo

Attendu depuis des mois, le procès d'Amadou Haya Sanogo et de plusieurs autres membres de l'ex-junte malienne pourrait se tenir prochainement. "Peut-être en juin", estime une source judiciaire[...]

L'Afrique a-t-elle l'alimentation la plus saine du monde ?

Selon une étude de l'université de Cambridge, qui casse les clichés sur l'Afrique, le continent africain abriterait neuf des dix pays qui mangent le plus sainement au monde. Parmi eux, certains[...]

Sexe, mensonge, pouvoir : la trilogie infernale

Du Français Dominique Strauss-Kahn au Malaisien Anwar Ibrahim, on ne compte plus les responsables politiques dont les moeurs débridées, ou supposées telles, ont brisé la carrière.[...]

Mali : l'avenir de l'Afrique au coeur du Forum de Bamako

Le 15e Forum de Bamako s’est déroulé du 19 au 21 février avec comme questionnement central l'avenir du continent à moyen terme.[...]

César 2015 : le film franco-mauritanien "Timbuktu" triomphe avec sept prix

Le film franco-mauritanien "Timbuktu" d'Abderrahmane Sissako, chronique de la vie quotidienne dans le nord du Mali sous la coupe des jihadistes, a triomphé vendredi à la 40e cérémonie des[...]

Mali : accord entre Bamako et les groupes armés pour une "cessation immédiate" des hostilités

Réunis à Alger pour un nouveau round des négociations de paix, le gouvernement malien et six groupes armés du nord du Mali ont signé jeudi, sous les auspices de l'Algérie et de l'ONU, un[...]

Mali : l'ombre d'Iyad Ag Ghali plane sur les négociations d'Alger

Soupçonné de manoeuvrer en coulisses en faisant régner la terreur parmi les Touaregs, le leader d'Ansar Eddine, Iyad Ag Ghali, demeure introuvable. Une ombre au tableau des négociations[...]

Nord du Mali : le Gatia, une milice loyaliste qui veut monter... jusqu'à Alger

En quelques mois, le Groupe autodéfense touareg imghad et alliés (Gatia) est devenu incontournable dans le nord du Mali. Au point que certains veulent l'inviter à la table des pourparlers d'Alger.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20121026161957 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20121026161957 from 172.16.0.100