Extension Factory Builder
26/10/2012 à 12:45
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le logo de la compagnie française Areva. Le logo de la compagnie française Areva. © AFP

Dans un communiqué, Niamey juge le partenariat entre Areva et le Niger "très déséquilibré". Va-t-on vers le début de nouvelles négociations sur la rente de l'uranium ou est-ce une simple annonce vouée à accroître la popularité du gouvernement en période de troubles ?

En proie à de graves problèmes de sécurité intérieure, Mahamadou Issoufou a besoin du soutien de tout son peuple, dont il a récemment appelé à l’unité derrière lui dans la lutte contre les terroristes d’Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi). C’est sans doute l’une des raisons qui ont poussé le gouvernement à publier, jeudi 26 octobre, un communiqué appelant à renégocier les accords dans l'exploitation de l’uranium entre le Niger et la société française Areva.

« Le partenariat dans l'exploitation de l'uranium est très déséquilibré en défaveur du Niger, et ce depuis 41 ans d'exploitation de ce minerai », fustige le texte validé par le conseil des ministres. « Ce déséquilibre est corroboré par le fait que les recettes tirées de l'uranium représentent 5% des recettes du budget national » explique le gouvernement, qui regrette que le Niger n’en tire pas « des ressources importantes ».

Le gouvernement du président Mahamadou Issoufou, élu en mars 2011, conclut en exprimant « sa volonté d'accroître les retombées du secteur minier pour le peuple nigérien, à travers notamment le renforcement de sa participation à la gouvernance du secteur ».

« Nous saluons et encourageons cette décision du gouvernement », a réagi Salissou Oubandoma, ex-coordonnateur du Groupe de réflexion sur les industries extractives au Niger (Gren), une ONG locale. « Nous produisons d'énormes quantités de ce minerai stratégique, on ne peut comprendre que les Nigériens végètent encore dans la misère ».

Dans le secteur pétrolier aussi

Dans le même communiqué, Niamey indique avoir une volonté de changement identique pour l’exploitation de l’uranium et le secteur pétrolier, où « la même démarche est en cours ». De fait, en novembre 2011, le Niger est devenu producteur d’or noir et a ouvert à Zinder (Centre-Est) sa première raffinerie, pour une modeste production de 20 000 barils par jour. Le contrat de production et de raffinage attribue 40% de la production au Niger et 60% à la China national petroleum corp. (CNPC), une compagnie publique chinoise. Les prix à la pompe de l'essence produite et raffinée sur place sont jugés trop élevés dans la population et suscitent depuis un an de vives protestations.

Rencontre avec Luc Oursel

Est-ce le début d’un nouveau bras-de-fer entre Niamey et Areva ? Il est en réalité difficile de déterminer quelle est la part d’annonce (forcément populaire) et celle de réelle volonté de confrontation dans la position exprimée par le gouvernement. Une seule certitude : selon les médias officiels nigériens, Luc Oursel, le président d'Areva et Mahamadou Issoufou ont eu une rencontre cette semaine à Niamey.

Lors de leurs dernières négociations, en février, Niamey avait annoncé que le prix du kilogramme d'uranium nigérien avait été fixé à 73 000 F CFA (environ 111 euros), et évoqué « une avancée notable dans l'histoire des négociations des prix des matières premières au Niger ». Il s'agit d'un « prix plancher » généralement fixé lors de discussions annuelles avec Areva et censé mettre le Niger à l'abri des fluctuations sur le marché international.

Mine géante d'Imouraren

Le groupe nucléaire français, qui n’a pas souhaité commenté le communiqué du gouvernement, est le plus grand employeur privé du pays. Il exploite pour l’instant deux gisements d'uranium dans le Nord, à Arlit et à Akokan. Mais en 2013-2014, la mine géante d'Imouraren, présentée comme « la deuxième du monde », doit rentrer en exploitation, avec une production espérée de 5 000 tonnes d'uranium par an pour un investissement de plus de 1,2 milliard d'euros.

Les revenus de cette activité stratégique pour l’indépendance énergétique de la France sont l’objet de polémiques depuis des décennies au Niger. Et l’influence présumée d’Areva et de Paris sur les régimes nigériens successifs font l’objet de tous les soupçons. Pour contrebalancer la dépendance à l’égard d’Areva, Niamey commence à peine à diversifier ses partenaires. Depuis quelques années, deux compagnies chinoises, dont la China national nuclear corporation (CNNC), extraient aussi de l'uranium à Azelik, également dans le Nord.

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Niger

Wikipédia : le classement des chefs d'État africains les plus populaires

Wikipédia : le classement des chefs d'État africains les plus populaires

Créé en 2001, Wikipédia s'est imposée depuis comme l'encyclopédie numérique la plus consultée au monde. Participative, elle rassemble des informations collectées par les util[...]

Ramadan 2014 : Aïd mabrouk !

Un peu partout dans le monde, les musulmans ont commencé à fêter l’Aïd el-Fitr, la fête de la fin du mois sacré de ramadan. Si certains ont débuté les festivités[...]

Mohamed Talbi : "L'islam est né laïc"

L'auteur tunisien de "Ma religion c'est la liberté" n'en démord pas : le Coran est porteur de modernité et de rationalité, mais son message a été altéré par[...]

Niger, Bénin, Nigeria... : usines à bébés, le trafic de la honte

On a d'abord cru que le scandale, révélé fin juin, n'éclabousserait que Niamey. Mais l'enquête a mis au jour un vaste réseau présumé de commerce de nouveau-nés[...]

Drague : le bal des faux-culs

Ils sont discrets, rembourrés et très à la mode en Afrique de l'Ouest... Zoom sur ces collants qui permettent aux femmes d'afficher de jolies fesses rebondies à moindre prix.[...]

Hollande prépare le lancement de l'opération Barkhane à N'Djamena

L’opération "Barkhane", du nom de la nouvelle configuration stratégique de l’armée française dans le Sahel qui devrait mobiliser 3 000 soldats environ, sera officiellement[...]

Niger : les dirigeants d'ONG interpellés avant la venue de Hollande ont été libérés

Les dix dirigeants d'un collectif d'ONG interpellés vendredi matin à Niamey avant l'arrivée au Niger du président français François Hollande, qui a depuis lors quitté le pays, ont[...]

Niger : des figures de la société civile arrêtées en marge de la visite de François Hollande

Des manifestants et des figures de la société civiles, dont Ali Idrissa, coordinateur du Rotab, ont été arrêtés à l'occasion de la visite de François Hollande au Niger,[...]

Après la Côte d'Ivoire, Hollande au Niger et au Tchad en mode treillis

François Hollande poursuit sa minitournée africaine par des visites à Niamey et à N'Djamena, vendredi et samedi. Après avoir esssentiellement parlé économie avec Alassane Ouattara,[...]

France - Niger : petits cadeaux entre amis

Dans le cadre de sa minitournée africaine, François Hollande se rend au Niger vendredi. Et il ne vient pas les mains vides.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers