Extension Factory Builder
25/10/2012 à 18:55
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Pour voir sa peine annulée, Gabriele (à dr.) peut uniquement compter sur la grâce de Benoît XVI. Pour voir sa peine annulée, Gabriele (à dr.) peut uniquement compter sur la grâce de Benoît XVI. © Vincenzo Pinto/AFP

Dans l’affaire "Vatileaks", le majordome du pape, coupable d’avoir divulgué des documents ultraconfidentiels, a vu ses derniers espoirs d’appel s’envoler. Paolo Gabriele se retrouve de facto incarcéré. Seule la grâce du pape est désormais à même de lui éviter la prison.

Suite de la désormais célèbre affaire dite « Vatileaks », dont le dénouement est proche. Le verdict n’est, pour l’instant, pas très clément pour le majordome du pape. Le Vatican vient en effet d’annoncer que le parquet renonçait à faire appel de la condamnation de Paolo Gabriele. Par conséquent, le majordome sera incarcéré dès ce 25 octobre dans une cellule de la gendarmerie du Saint-Siège.

Condamné à 18 mois de prison pour avoir subtilisé des documents confidentiels, le majordome du pape espérait que le parquet prononcerait un appel (ce que la défense avait déjà renoncé à faire). Gabriele possède cependant un dernier espoir : obtenir la grâce du souverain pontife. Dans le même temps, « une procédure de destitution de son emploi s'est ouverte à l'endroit du condamné », précise un long communiqué du Vatican.

"L’affaire est close"

Selon la secrétairerie d'État [le gouvernement du Vatican, NDLR], « l’affaire est close ». Dans le communiqué, elle soutient que « la sentence met un point final à une affaire triste qui a eu des conséquences très douloureuses ». Elle ajoute que « les diverses conjectures sur l'existence d'un complot et de l'implication d'autres personnes se sont révélées, à la lumière de la sentence, infondées ». « Gabriele a mis au point son projet criminel sans instigation ou incitation d'autrui, mais à partir de convictions personnelles qui ne sont en rien défendables », insiste la déclaration.

Alors que le Saint-Siège est soucieux de refermer au plus vite cette affaire embarrassante, la secrétairerie d'État laisse tout de même la porte ouverte à une annulation de la sentence par le pape, sous certaines conditions. La grâce représente « un acte souverain du Saint-Père, mais il présuppose de façon raisonnable le repentir pour le délit et une sincère demande de pardon au souverain pontife et à tous ceux qui ont été injustement offensés », précise le communiqué.

Un millier de documents ultraconfidentiels

Gabriele, le plus proche serviteur du pape, avait été arrêté en mai. L’enquête avait conduit à la découverte à son domicile de plus d'un millier de documents (principalement des photocopies mais aussi quelques originaux) provenant du bureau des secrétaires du pape. Parmi cette « saisie », on dénombrait certains documents ultraconfidentiels, directement paraphés par Benoît XVI. L’ancien majordome avait ensuite transmis ces textes au journaliste italien Gianluigi Nuzzi.

L'accusé de 46 ans, citoyen et résident du Vatican, marié et père de trois enfants, a répété au cours de son procès qu’il a voulu « aider le pape ». Le souverain était, selon lui, volontairement tenu au secret des scandales se déroulant dans le micro-État.

L’explication de Gabriele n’a apparemment pas convaincu le tribunal puisque le majordome a été reconnu coupable de vol aggravé. Le droit de l’État pontifical ne prévoit pas de possibilité de liberté conditionnelle pour ce délit.

Délit "très grave"

La Secrétairerie d'État a souligné dans les termes les plus durs, la gravité des faits qui sont reprochés à Gabriele: « offense personnelle contre le pape, violation du droit à la confidentialité de nombreuses personnes, préjudice à l'encontre du Saint-Siège et de ses institutions, scandale pour la communauté des fidèles, obstacle dans la communication entre les évêques et le Saint-Siège, perturbation pendant plusieurs mois de la sérénité dans la communauté de travail au Vatican ».

Le gouvernement du Saint-Siège se félicite que le procès Gabriele ait été « marqué par la transparence, l'équité, le plein respect des droits de la défense et la peine a été modérée et équitable ».

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

International

RDC : le docteur Mukwege lauréat du prix Sakharov du Parlement européen

RDC : le docteur Mukwege lauréat du prix Sakharov du Parlement européen

Le docteur congolais Denis Mukwege s'est vu décerner mardi le Prix Sakharov 2014 pour son travail auprès des femmes victimes de violences sexuelles dans les conflits armés de l'est de la RDC.[...]

La course pour la direction du Bureau Afrique de l'OMS est lancée...

Qui, début novembre, succédera à l'Angolais Luís Gomes Sambo à la tête du bureau Afrique de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) ?[...]

Cinéma : "Bande de filles", quatre ado dans le vent

Porté par des actrices non professionnelles, le film de Céline Sciamma "Bande de filles" pose un regard plein de fraîcheur sur les banlieues françaises.[...]

France : Christophe de Margerie l'Africain

Surnommé "Big moustache", le dirigeant de Total Christophe Margerie, mort dans le crash de son jet à l'aéroport de Moscou, a su faire fructifier l'héritage africain du groupe français.[...]

"Les Nègres" : farce noire de Jean Genet à l'Odéon

Le metteur en scène américain Robert Wilson créé la pièce de Jean Genet "Les Nègres" au théâtre parisien l'Odéon. Une oeuvre qui parle de racisme, de[...]

Christophe de Margerie, PDG de Total, meurt dans un accident d'avion en Russie

Christophe de Margerie, 63 ans, patron du groupe pétrolier français Total, est décédé dans la nuit de lundi à mardi en Russie dans le crash d'un avion privé à[...]

Ebola : l'UE va débloquer 500 millions d'euros pour "endiguer" l'épidémie en Afrique

L'Union européenne a annoncé lundi son engagement à débloquer 500 millions d'euros d'aide pour "endiguer" Ebola dans les pays africains touchés.[...]

L'OIF aux Africains !

Moins de six semaines nous séparent de l'élection du nouveau secrétaire général de l'Organisation internationale de la francophonie (OIF). Les 57 chefs d'État ou de gouvernement[...]

Terrorisme : les autorités françaises ont-elles encore commis une bourde ?

Après l'affaire des trois présumés jihadistes français de retour de Turquie attendus par la police à l'aéroport d'Orly et finalement descendus sans être[...]

Vatican : le débat continue sur le divorce et l'homosexualité avec le pape François

Le synode de la famille s'est achevé dimanche au Vatican. Deux semaines de travaux à huis clos pendant lesquelles les évêques ont largement évoqué les thèmes du divorce et de[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers