Extension Factory Builder
25/10/2012 à 18:55
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Pour voir sa peine annulée, Gabriele (à dr.) peut uniquement compter sur la grâce de Benoît XVI. Pour voir sa peine annulée, Gabriele (à dr.) peut uniquement compter sur la grâce de Benoît XVI. © Vincenzo Pinto/AFP

Dans l’affaire "Vatileaks", le majordome du pape, coupable d’avoir divulgué des documents ultraconfidentiels, a vu ses derniers espoirs d’appel s’envoler. Paolo Gabriele se retrouve de facto incarcéré. Seule la grâce du pape est désormais à même de lui éviter la prison.

Suite de la désormais célèbre affaire dite « Vatileaks », dont le dénouement est proche. Le verdict n’est, pour l’instant, pas très clément pour le majordome du pape. Le Vatican vient en effet d’annoncer que le parquet renonçait à faire appel de la condamnation de Paolo Gabriele. Par conséquent, le majordome sera incarcéré dès ce 25 octobre dans une cellule de la gendarmerie du Saint-Siège.

Condamné à 18 mois de prison pour avoir subtilisé des documents confidentiels, le majordome du pape espérait que le parquet prononcerait un appel (ce que la défense avait déjà renoncé à faire). Gabriele possède cependant un dernier espoir : obtenir la grâce du souverain pontife. Dans le même temps, « une procédure de destitution de son emploi s'est ouverte à l'endroit du condamné », précise un long communiqué du Vatican.

"L’affaire est close"

Selon la secrétairerie d'État [le gouvernement du Vatican, NDLR], « l’affaire est close ». Dans le communiqué, elle soutient que « la sentence met un point final à une affaire triste qui a eu des conséquences très douloureuses ». Elle ajoute que « les diverses conjectures sur l'existence d'un complot et de l'implication d'autres personnes se sont révélées, à la lumière de la sentence, infondées ». « Gabriele a mis au point son projet criminel sans instigation ou incitation d'autrui, mais à partir de convictions personnelles qui ne sont en rien défendables », insiste la déclaration.

Alors que le Saint-Siège est soucieux de refermer au plus vite cette affaire embarrassante, la secrétairerie d'État laisse tout de même la porte ouverte à une annulation de la sentence par le pape, sous certaines conditions. La grâce représente « un acte souverain du Saint-Père, mais il présuppose de façon raisonnable le repentir pour le délit et une sincère demande de pardon au souverain pontife et à tous ceux qui ont été injustement offensés », précise le communiqué.

Un millier de documents ultraconfidentiels

Gabriele, le plus proche serviteur du pape, avait été arrêté en mai. L’enquête avait conduit à la découverte à son domicile de plus d'un millier de documents (principalement des photocopies mais aussi quelques originaux) provenant du bureau des secrétaires du pape. Parmi cette « saisie », on dénombrait certains documents ultraconfidentiels, directement paraphés par Benoît XVI. L’ancien majordome avait ensuite transmis ces textes au journaliste italien Gianluigi Nuzzi.

L'accusé de 46 ans, citoyen et résident du Vatican, marié et père de trois enfants, a répété au cours de son procès qu’il a voulu « aider le pape ». Le souverain était, selon lui, volontairement tenu au secret des scandales se déroulant dans le micro-État.

L’explication de Gabriele n’a apparemment pas convaincu le tribunal puisque le majordome a été reconnu coupable de vol aggravé. Le droit de l’État pontifical ne prévoit pas de possibilité de liberté conditionnelle pour ce délit.

Délit "très grave"

La Secrétairerie d'État a souligné dans les termes les plus durs, la gravité des faits qui sont reprochés à Gabriele: « offense personnelle contre le pape, violation du droit à la confidentialité de nombreuses personnes, préjudice à l'encontre du Saint-Siège et de ses institutions, scandale pour la communauté des fidèles, obstacle dans la communication entre les évêques et le Saint-Siège, perturbation pendant plusieurs mois de la sérénité dans la communauté de travail au Vatican ».

Le gouvernement du Saint-Siège se félicite que le procès Gabriele ait été « marqué par la transparence, l'équité, le plein respect des droits de la défense et la peine a été modérée et équitable ».

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

International

Une histoire du génocide rwandais (#4) : les écoutes bidons et le mythe de la guerre éclair du FPR

Une histoire du génocide rwandais (#4) : les écoutes bidons et le mythe de la guerre éclair du FPR

Dans ce quatrième billet consacré au déclenchement du génocide des Tutsis de 1994, Laurent Touchard* poursuit l'analyse des éléments brandis par les ex-partisans des Forces armées r[...]

Mali : le Mujao annonce la mort de l'otage français Gilberto Rodrigues Leal

Le Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest (Mujao) a annoncé mardi la mort du Français Gilberto Rodrigues Leal, enlevé en novembre 2012 dans l'ouest du Mali. [...]

Inde : qui brisera la vague safran ?

Personne, sans doute. Face à un parti du Congrès à bout de souffle, les nationalistes hindous du BJP, qui ont choisi cette couleur pour emblème, ont toutes les chances de remporter les[...]

Le propos raciste qui fait du bien

Peut-on utiliser les clichés pour mieux les dynamiter ? Des étudiants français répètent les saillies caractéristiques du racisme ordinaire pour en souligner[...]

Justice : après Simbikangwa, qui ?

Patrick Baudouin est président d'honneur de la Fédération internationale des ligues des droits de l'homme (FIDH).[...]

Birmanie: Win Tin, figure de la lutte pour la démocratie, est décédé

Win Tin, emprisonné pendant 19 ans pour son combat contre l'ancienne junte birmane, est décédé lundi à l'âge de 84 ans, a indiqué la Ligue nationale pour la démocratie[...]

Les quatre journalistes otages en Syrie sont de retour en France

Libérés le 19 avril, les quatre journalistes qui avaient été faits otages en Syrie dix mois auparavant ont regagné la France dimanche. Ils ont décrit des conditions de détention[...]

France : François Hollande accueille les quatre journalistes libérés en Syrie

Les quatre journalistes français libérés samedi après dix mois d'une éprouvante captivité en Syrie aux mains d'un groupe jihadiste lié à Al-Qaïda, sont arrivés en[...]

Les quatre journalistes français otages en Syrie sont libres, retour d'ici dimanche matin

Les quatre journalistes français otages en Syrie depuis 10 mois ont été libérés samedi et sont "en bonne santé", a annoncé le président François Hollande,[...]

Chine : le baiser du Dragon

De Taïwan à Hong Kong et de Bangkok à Jakarta, la République populaire de Chine étend les tentacules de son économie surpuissante. Beaucoup lui reprochent d'avoir l'affection un brin[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces