Extension Factory Builder
25/10/2012 à 12:28
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le contrat de Denis Lavagne court théoriquement jusqu'au 31 octobre. Le contrat de Denis Lavagne court théoriquement jusqu'au 31 octobre. © AFP

Exclusif. Denis Lavagne a décidé de saisir la Fifa pour contester sa "suspension" de son poste de sélectionneur des Lions indomptables du Cameroun, annoncée le 14 septembre dernier. Raison invoquée : "une rupture anticipée de contrat sans motif".

L’histoire entre Denis Lavagne et son futur ex-employeur, le Cameroun, est loin d’être terminée. Suspendu le 14 septembre, quelques jours après une défaite au Cap Vert (0-2) en qualifications pour la CAN 2013, le contrat du technicien français s’achèvera officiellement le 31 octobre prochain. Mais Lavagne est bien décidé à ne pas en rester là. Par l’intermédiaire de son avocat, il a en effet décidé de saisir la Fifa pour rupture anticipée de son contrat, aux torts de la partie adverse.

« Une rupture sans motif », a expliqué l'avocat. L’ancien entraîneur du Cotonsport Garoua va également demander des dommages et intérêts. Le courrier devrait arriver à Zurich à la fin de la semaine. Lavagne réclame aussi la prime de victoire face au Cap-Vert lors du match retour, le 14 octobre dernier (2-1).

Contacté par Jeune Afrique, Denis Lavagne a expliqué les raisons de son action. « Je devais au départ signer, le 27 octobre 2011, pour un contrat de deux ans. Les choses ont traîné pendant plusieurs mois et, au final, sous la pression, je n’ai signé un contrat que d’un an devant s’achever le 31 octobre 2012. Dans ce contrat, on me demandait par exemple de qualifier le Cameroun pour la phase finale de la Coupe du Monde 2014 au Brésil, sachant que les qualifications se terminent en 2013. Allez comprendre », ironise Lavagne, remplacé depuis par Jean-Paul Akono.

Aucune notification

Le nouveau sélectionneur a également exigé la prime de victoire promise en cas de succès face au Cap-Vert. Soit, selon nos informations, quelque 12 000 euros. « Puisque je suis sous contrat jusqu’au 31 octobre, j’estime y avoir droit. Et à ce jour, je n’ai reçu aucune notification concernant la suspension de mon contrat. J’ai tout appris par la presse. J’ai simplement pu constater que c’est Akono qui avait fait l’équipe, dirigé les entraînements et la sélection lors du match retour contre les Capverdiens. » L’interview accordée par Lavagne à Jeune Afrique, le 15 octobre dernier, avait déjà beaucoup fait réagir au Cameroun. Affaire à suivre…

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Cameroun

Cameroun : coup d'accélérateur pour le barrage de Nachtigal

Cameroun : coup d'accélérateur pour le barrage de Nachtigal

Le mégabarrage camerounais de Nachtigal, au coût estimé à 1 milliard de dollars, avance. Selon les informations recueillies par "Jeune Afrique", les principaux termes du contrat de réali[...]

Kabila, Ouattara, Bouteflika, Biya... Quels sont les diplômes de vos présidents ?

Votre président a-t-il le baccalauréat ? Un master ? À-t-il étudié l’économie ou le droit ? En France ou en Chine ? Toutes les réponses avec notre jeu interactif.  [...]

Afrique du Sud : que nous apprend le scandale des "Spy Cables" ?

Des documents révélant les échanges entre les services secrets sud-africains et leurs homologues étrangers et publiés depuis lundi par la chaîne Al-Jazeera et le quotidien britannique The[...]

Cameroun : le marocain Cosumar choisi pour développer un nouveau complexe sucrier

Cosumar plantera de la canne à sucre et construira une raffinerie entre Batouri et Bertoua, à l’est du pays. Le leader marocain du sucre bat lors de l'appel d'offres le groupe français Somdiaa qui[...]

"Plus jamais Ebola..." : ce sera sans Manu Dibango

Manu Dibango s'est retiré d'un projet musical de sensibilisation à la lutte contre Ebola. Il n'aurait pas supporté que des personnes soient rétribuées pour ce projet censé être[...]

Boko Haram, une guerre qui coûte cher au Cameroun

Le nerf de la guerre contre Boko Haram est un souci de première importance au Cameroun.[...]

Sexe, mensonge, pouvoir : la trilogie infernale

Du Français Dominique Strauss-Kahn au Malaisien Anwar Ibrahim, on ne compte plus les responsables politiques dont les moeurs débridées, ou supposées telles, ont brisé la carrière.[...]

Boko Haram : la sale guerre a commencé

Composée des troupes du Cameroun, du Niger, du Nigeria et du Tchad, la force régionale s'est lancée dans la bataille pour enrayer l'avancée de la secte jihadiste Boko Haram. Une course contre la[...]

Cameroun : Afriland First Bank ouvre une agence dédiée à la finance islamique

Le groupe bancaire camerounais vient d'ouvrir à Yaoundé sa première agence spécialisée dans la finance islamique et envisage une extension du réseau au reste du pays. Une première[...]

Boko Haram, la tactique du boucher

Le groupe islamiste agit-il en ordre dispersé ou suivant une véritable stratégie militaire ? De batailles en massacres, son organisation se dévoile peu à peu.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20121025121115 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20121025121115 from 172.16.0.100