Extension Factory Builder
25/10/2012 à 09:21
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le commissaire de l'UA à la paix et à la sécurité Ramtane Lamamra, le 26 mai 2011 à Addis Adeba Le commissaire de l'UA à la paix et à la sécurité Ramtane Lamamra, le 26 mai 2011 à Addis Adeba © AFP

Le Mali avait été suspendu de toute activité au sein de l'Union africaine (UA) au lendemain du putsch du 22 mars. Mercredi 24 octobre, le Conseil de paix et de sécurité de l'organisation continentale a décidé de lever cette suspension.

Outre l'aggravation de la crise sans précédent que traverse actuellement le Mali, le putsch du 22 mars dernier, qui avait renversé le président Amadou Toumani Touré, avait aussi eu pour conséquence immédiate la suspension de l'État malien au sein de l'UA. Mercredi, soit sept mois après, l'organisation panafricaine a décidé de lever cette suspension.

« Le Conseil (de paix et de sécurité de l'Union africaine) décide de lever la suspension de la participation du Mali aux activités de l'UA », a déclaré à la presse le commissaire de l'UA à la paix et à la sécurité, Ramtane Lamamra, à l'issue d'une réunion à Addis Abeba, siège de l'organisation continentale.

Le putsch du 22 mars avait également précipité la chute du nord du Mali aux mains de groupes armés islamistes emmenés par Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi).

Les militaires auteurs du putsch, dirigés par le capitaine Amadou Haya Sanogo, ont rendu le pouvoir à des autorités de transition, dont le président par intérim est Dioncounda Traoré. Le capitaine Sanogo reste influent à Bamako et a lui-même été nommé à la tête d'une structure chargée de la réforme de l'armée par M. Traoré.

Des élections en 2013 ?

L'UA a par ailleurs approuvé un plan en vue de « la restauration de l'autorité de l'État dans le nord du pays », et a appelé à la convocation d'élections au Mali au premier trimestre 2013. Ce plan d'action, qui va être soumis au Conseil de sécurité de l'ONU, demande « l'organisation d'élections libres, équitables et transparentes au cours du premier trimestre de l'an prochain », a précisé M. Lamamra.

L'UA demande aussi aux autorités maliennes « de mettre en place aussi vite que possible la structure nationale envisagée afin de négocier avec ceux des groupes armés maliens du nord qui sont prêts au dialogue pour trouver une solution politique à la crise, sur la base d'un strict respect de l'unité nationale et de l'intégrité territoriale du Mali », a poursuivi M. Lamamra.

L'organisation continentale africaine réclame en outre « une finalisation rapide de la préparation conjointe d'une force internationale, menée par l'Afrique, pour répondre à la demande du Mali en vue de reprendre le contrôle des territoires occupés du nord ».

Reconquête du Nord

Une force armée de quelque 3 000 hommes, venant de pays de la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (Cedeao) est en préparation, avec l'aval de l'ONU, pour reconquérir le nord du Mali aux mains des milices islamistes.

Les participants à une rencontre internationale de haut niveau, vendredi dernier à Bamako, avaient déjà estimé dans une déclaration finale que leur réunion avait « symboliquement marqué la réintégration du Mali dans la diplomatie multilatérale » au sein de la communauté internationale.

Ces représentants, dont ceux de l'UA, avaient également appelé à des élections au Mali début 2013. Le Conseil de paix et de sécurité de l'UA, compétent pour les décisions de suspension d'État membre, avait pris une décision à l'encontre du Mali, dès le lendemain du coup d'État du 22 mars, en précisant alors qu'elle resterait valable « jusqu'au rétablissement effectif de l'ordre constitutionnel » dans ce pays.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Article suivant :
RDC : pauvres députés !

Article précédent :
Brésil : l'incorruptible de Rio

Réagir à cet article

Mali

Mali : les cinq humanitaires capturés en février ont été libérés par l'armée française

Mali : les cinq humanitaires capturés en février ont été libérés par l'armée française

Les cinq humanitaires maliens, dont quatre employés du Comité international de la Croix-Rouge au Mali, capturés le 8 février ont été libérés jeudi par l'armée fran&cce[...]

Mali : IBK au Sénégal, les raisons d'une visite

Le président malien, Ibrahim Boubacar Keïta, a fait une visite d'État au Sénégal, du 13 au 16 avril. Retour sur les raisons de cette visite.[...]

Mali - France : le ton monte

Les rapports entre le Mali et la France sont exécrables depuis plusieurs mois. Plus récemment, l'"affaire" Tomi et, surtout, la situation à Kidal n'arrangent rien.[...]

Terrorisme - Iyad Ag Ghaly : arrête-moi si tu l'oses !

Recherché pour terrorisme par le monde entier, le chef touareg Iyad Ag Ghaly semble pourtant poursuivi avec bien peu d'ardeur. Et pour cause : il reste un acteur essentiel dans la région.[...]

Le jihadiste algérien Mokhtar Belmokhtar retiré en Libye ?

Selon le président malien, Ibrahim Boubacar Keïta (IBK), la présence en Libye de Mokhtar Belmokhtar serait une menace pour la paix. Le jihadiste algérien et ses hommes avaient occupé pendant[...]

Jean-Yves Le Drian : "IBK doit négocier, Samba-Panza aussi"

Mali, Centrafrique, Libye... Le ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian, reconduit à son poste le 2 avril, est sur tous les fronts africains. Entretien avec un Breton sans états[...]

Mali : un nouveau gouvernement pour relancer la réconciliation

Le président malien Ibrahim Boubacar Keïta a nommé les membres du gouvernement dirigé par le nouveau Premier ministre Moussa Mara, une équipe resserrée dont l'une des principales[...]

Journalistes de RFI assassinés au Mali : des juges français vont enquêter

Des juges d'instruction parisiens vont enquêter sur l'assassinat au Mali fin 2013 des deux journalistes de RFI Ghislaine Dupont et Claude Verlon, a-t-on appris vendredi de source judiciaire.[...]

Mali : le nouveau gouvernement formé, le ministre de la Réconciliation remplacé

Le nouveau Premier ministre du Mali, Moussa Mara, a formé son gouvernement, dans lequel ne figure plus le ministre sortant de la Réconciliation, remplacé par l'ex-chef de la diplomatie, selon un[...]

Amadou Alpha Sall : "Aucun pays n'est suffisamment éloigné pour être protégé d'Ebola"

Le virus Ebola continue de se propager en Afrique de l'Ouest. Parti de Guinée, il a notamment atteint le Liberia et des cas sont suspectés en Sierra Leone et au Mali. Interview du docteur Amadou Alpha Sall, directeur[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers