Extension Factory Builder
24/10/2012 à 16:58
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Ismaila Sy, chef d'entreprise sénégalais, en compagnie de sa brebis préférée. Ismaila Sy, chef d'entreprise sénégalais, en compagnie de sa brebis préférée. © Maud Jullien pour J.A.

Alors que la Tabaski est célébrée le 26 octobre, le prix des moutons flambe au Sénégal. Mais si le pays ne compte pas assez d'éleveurs, une nouvelle race de passionnés voit le jour. Urbains, possédant en général des revenus confortables, ils investissent des sommes considérables pour "chouchouter" leurs bêtes. Enquête sur un phénomène social.

Il est 17 heures. Petites lunettes, polo bleu marine, ses deux téléphones à écran tactile en main, Ismaila Sy vient de terminer sa journée de chef d'entreprise. Avant de rentrer chez lui, il fait un détour par son « écurie » urbaine pour vérifier que tout tourne rond. Sans oublier de caresser Farba, un bélier de 121 kilos, sa plus grande fierté. Farba est un géniteur « Ladoum » (la race la plus prisée au Sénégal), obtenu grâce à de savants croisements.

Tout comme les cinquante autres moutons d'Ismaila Sy, il bénéficie d'un accompagnement vétérinaire bi-mensuel, ne consomme que les aliments les plus sains, est choyé 24 heures sur 24 par du personnel dédié, et protégé par des chiens. Ismaila Sy semble satisfait. À l’exception du voisin d'à côté qui menace de porter plainte à cause des bêlements permanents - officiellement l'élevage de moutons en pleine ville est interdit -, tout est en ordre.

Animaux mystiques

« C'est dans le tréfonds du Sénégalais d'aimer les moutons », affirme Serigne Lamine Diop dans la cour de sa maison en banlieue de Dakar, transformée en écurie. Il y vivait avant, mais a finalement décidé de se rapprocher de son lieu de travail dans la capitale. Il est cadre commercial chez Samsung et propriétaire d'une trentaine de moutons. Animaux de compagnie auxquels on attribue des qualités mystiques de protection du foyer et associés à l'islam, les moutons sont aimés de tous les Sénégalais. Mais pour les cadres urbains, il y aurait une raison supplémentaire, pense Serigne Lamine Diop.

Banquiers, journalistes, médecins, ingénieurs… L'association pour l'amélioration de la race ovine est passée de 70 à 200 membres en deux ans.

« Il y a aussi cette projection que l'on fait, comme on a réussi on se projette sur quelque chose de majestueux, et de plus en plus de Dakarois qui réussissent dans la vie investissent dans des moutons de race », explique-t-il. De fait, l'association pour l'amélioration de la race ovine est passée de 70 à 200 membres en deux ans. Elle rassemble des banquiers, des journalistes, des médecins, des employés des télécoms, des ingénieurs… tous des passionnés qui gèrent leur cheptel avec sérieux et dévouement.

Ils consacrent souvent la moitié de leur salaire à leur passion. Ismaila Sy a investi plusieurs dizaines de millions de CFA pour se constituer un cheptel et se procurer des terrains. Aujourd'hui l'entretien de ses moutons lui coute environ 500 000 F CFA par mois, plus que le salaire moyen d'un cadre au Sénégal. S'il s'est lancé dans l'élevage par passion et non pour faire des bénéfices, l'homme d'affaire qu'il est souhaiterait quand même, à terme, mettre sur pied une écurie auto suffisante. « J'espère bientôt pouvoir au moins rentrer dans mes frais grâce à des ventes », explique Ismaila Sy. « Les futurs petits de Farba devraient rapporter des centaines de milliers de F CFA chacun. »

Serigne Lamine Diop flatte l'un de ses plus beaux béliers.

© Maud Jullien pour J.A.

Manque d'éleveurs

Il souhaiterait aussi faire bénéficier les éleveurs traditionnels peuls de son expertise en matière de croisements et contribuer à améliorer la qualité et la disponibilité de la viande de mouton au Sénégal. Le pays manque d'éleveurs, et il importe plus de la moitié de sa consommation de mouton chaque année pour la Tabaski (Aid-el-Kébir), notamment en provenance du Mali voisin.

Du coup, Ismaila Sy a pour projet d'ouvrir une école d'éleveurs dans sa région d'origine, le Fouta Toro. Mais quand on lui demande s'il souhaiterait pouvoir rendre son activité d'éleveur suffisamment rentable pour s'occuper de ses animaux à plein temps, il hésite. « Je crois que je m'ennuierais. Leur couper les pâtes, leur laver les oreilles… Je préfère payer quelqu'un pour ça. Je me vois plutôt comme un manager de l'élevage du mouton. »

___________

Par Maud Jullien, à Dakar

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Sénégal

Sénégal : Macky Sall, Karim Wade et Idrissa Seck... récit d'une guerre fratricide

Sénégal : Macky Sall, Karim Wade et Idrissa Seck... récit d'une guerre fratricide

Bien sûr, Macky Sall, Karim Wade et Idrissa Seck n'ont pas une goutte de sang en commun. Mais tous ont grandi dans l'ombre du "Vieux", rêvant de lui succéder. Abdoulaye Wade les a façonn[...]

Giresse : "Pourquoi le Sénégal n'a-t-il jamais rien gagné ?"

Alain Giresse, l’ancien sélectionneur du Sénégal, n’a pas été épargné par une partie de la presse locale. S’estimant victime d’attaques excessivement[...]

Kabila, Ouattara, Bouteflika, Biya... Quels sont les diplômes de vos présidents ?

Votre président a-t-il le baccalauréat ? Un master ? À-t-il étudié l’économie ou le droit ? En France ou en Chine ? Toutes les réponses avec notre jeu interactif.  [...]

Après les délestages, la Senelec voit enfin le bout du tunnel

Avec le redressement de la Senelec, le pays sort de sa crise énergétique. Et mise désormais sur le privé pour augmenter sa production.[...]

Sénégal : Abdoulaye Wade, égaré entre "esclaves" et "anthropophages"

Abdoulaye Wade a publiquement taxé Macky Sall, mardi, de "descendant d'esclaves" et d'"anthropophages" dont les parents "mangeaient les bébés". Une sortie unanimement[...]

Afrique francophone : chef de l'opposition, un statut à double tranchant

Plusieurs pays d'Afrique francophone ont adopté un statut officiel de "chef de file de l'opposition". D'autres ont voté des textes mais attendent toujours la désignation de leur opposant en chef.[...]

L'Afrique a-t-elle l'alimentation la plus saine du monde ?

Selon une étude de l'université de Cambridge, qui casse les clichés sur l'Afrique, le continent africain abriterait neuf des dix pays qui mangent le plus sainement au monde. Parmi eux, certains[...]

Sexe, mensonge, pouvoir : la trilogie infernale

Du Français Dominique Strauss-Kahn au Malaisien Anwar Ibrahim, on ne compte plus les responsables politiques dont les moeurs débridées, ou supposées telles, ont brisé la carrière.[...]

Sénégal : Suneor va céder son activité trituration au français Avril

Exclusif : Selon les informations de Jeune Afrique, Advens, actionnaire majoritaire de l'huilier sénégalais Suneor, et le Groupe Avril (ex Sofiproteol) ont signé le 13 février dernier un protocole[...]

Sénégal : l'affaire Wade

Le procès Karim Wade, véritable marathon judiciaire entamé le 31 juillet 2014 à Dakar, s'est achevé ce 19 février. Jugement attendu le 23 mars. L'enjeu est[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20121024162219 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20121024162219 from 172.16.0.100