Extension Factory Builder
24/10/2012 à 16:58
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Ismaila Sy, chef d'entreprise sénégalais, en compagnie de sa brebis préférée. Ismaila Sy, chef d'entreprise sénégalais, en compagnie de sa brebis préférée. © Maud Jullien pour J.A.

Alors que la Tabaski est célébrée le 26 octobre, le prix des moutons flambe au Sénégal. Mais si le pays ne compte pas assez d'éleveurs, une nouvelle race de passionnés voit le jour. Urbains, possédant en général des revenus confortables, ils investissent des sommes considérables pour "chouchouter" leurs bêtes. Enquête sur un phénomène social.

Il est 17 heures. Petites lunettes, polo bleu marine, ses deux téléphones à écran tactile en main, Ismaila Sy vient de terminer sa journée de chef d'entreprise. Avant de rentrer chez lui, il fait un détour par son « écurie » urbaine pour vérifier que tout tourne rond. Sans oublier de caresser Farba, un bélier de 121 kilos, sa plus grande fierté. Farba est un géniteur « Ladoum » (la race la plus prisée au Sénégal), obtenu grâce à de savants croisements.

Tout comme les cinquante autres moutons d'Ismaila Sy, il bénéficie d'un accompagnement vétérinaire bi-mensuel, ne consomme que les aliments les plus sains, est choyé 24 heures sur 24 par du personnel dédié, et protégé par des chiens. Ismaila Sy semble satisfait. À l’exception du voisin d'à côté qui menace de porter plainte à cause des bêlements permanents - officiellement l'élevage de moutons en pleine ville est interdit -, tout est en ordre.

Animaux mystiques

« C'est dans le tréfonds du Sénégalais d'aimer les moutons », affirme Serigne Lamine Diop dans la cour de sa maison en banlieue de Dakar, transformée en écurie. Il y vivait avant, mais a finalement décidé de se rapprocher de son lieu de travail dans la capitale. Il est cadre commercial chez Samsung et propriétaire d'une trentaine de moutons. Animaux de compagnie auxquels on attribue des qualités mystiques de protection du foyer et associés à l'islam, les moutons sont aimés de tous les Sénégalais. Mais pour les cadres urbains, il y aurait une raison supplémentaire, pense Serigne Lamine Diop.

Banquiers, journalistes, médecins, ingénieurs… L'association pour l'amélioration de la race ovine est passée de 70 à 200 membres en deux ans.

« Il y a aussi cette projection que l'on fait, comme on a réussi on se projette sur quelque chose de majestueux, et de plus en plus de Dakarois qui réussissent dans la vie investissent dans des moutons de race », explique-t-il. De fait, l'association pour l'amélioration de la race ovine est passée de 70 à 200 membres en deux ans. Elle rassemble des banquiers, des journalistes, des médecins, des employés des télécoms, des ingénieurs… tous des passionnés qui gèrent leur cheptel avec sérieux et dévouement.

Ils consacrent souvent la moitié de leur salaire à leur passion. Ismaila Sy a investi plusieurs dizaines de millions de CFA pour se constituer un cheptel et se procurer des terrains. Aujourd'hui l'entretien de ses moutons lui coute environ 500 000 F CFA par mois, plus que le salaire moyen d'un cadre au Sénégal. S'il s'est lancé dans l'élevage par passion et non pour faire des bénéfices, l'homme d'affaire qu'il est souhaiterait quand même, à terme, mettre sur pied une écurie auto suffisante. « J'espère bientôt pouvoir au moins rentrer dans mes frais grâce à des ventes », explique Ismaila Sy. « Les futurs petits de Farba devraient rapporter des centaines de milliers de F CFA chacun. »

Serigne Lamine Diop flatte l'un de ses plus beaux béliers.

© Maud Jullien pour J.A.

Manque d'éleveurs

Il souhaiterait aussi faire bénéficier les éleveurs traditionnels peuls de son expertise en matière de croisements et contribuer à améliorer la qualité et la disponibilité de la viande de mouton au Sénégal. Le pays manque d'éleveurs, et il importe plus de la moitié de sa consommation de mouton chaque année pour la Tabaski (Aid-el-Kébir), notamment en provenance du Mali voisin.

Du coup, Ismaila Sy a pour projet d'ouvrir une école d'éleveurs dans sa région d'origine, le Fouta Toro. Mais quand on lui demande s'il souhaiterait pouvoir rendre son activité d'éleveur suffisamment rentable pour s'occuper de ses animaux à plein temps, il hésite. « Je crois que je m'ennuierais. Leur couper les pâtes, leur laver les oreilles… Je préfère payer quelqu'un pour ça. Je me vois plutôt comme un manager de l'élevage du mouton. »

___________

Par Maud Jullien, à Dakar

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Sénégal

Littérature : le Sénégalais Mohamed Mbougar Sarr remporte le prix Kourouma pour 'Terre Ceinte'

Littérature : le Sénégalais Mohamed Mbougar Sarr remporte le prix Kourouma pour "Terre Ceinte"

Déjà salué pour sa nouvelle "La Cale", le jeune Sénégalais Mohamed Mbougar Sarr a remporté vendredi le prix Kourouma avec son premier roman, "Terre Ceinte".[...]

Sénégal : Pefaco prépare une razzia sur les casinos

Le groupe espagnol Pefaco s'apprête à racheter au groupe sénégalais Anfa ses deux casinos à Dakar, a appris "Jeune Afrique".[...]

Prolifération des sacs plastiques en Afrique de l'Ouest : faut-il les interdire ?

Le Sénégal vient d'interdire les sacs plastiques fins sur son territoire. Le pays suit la voie de plusieurs de ses voisins en Afrique de l’Ouest qui ont déjà choisi, depuis quelques[...]

Everjobs veut doper le marché de l'emploi en Afrique

Everjobs a choisi le Cameroun pour lancer ses activités, le 23 avril. Opérationnel en Côte d’Ivoire, au Sénégal et en Ouganda, ce portail d'offres d'emploi développé par[...]

Souleymane Jules Diop : "L'Europe ne peut pas faire payer aux Africains les conséquences du chaos libyen !"

Depuis le début de l'année 2015, plus de 1 750 migrants ont trouvé la mort en Méditerranée, dont de nombreux ressortissants du Sénégal. Une tragédie dans laquelle l'Europe[...]

Méditerranée : des migrants musulmans accusés d'avoir jeté douze chrétiens à la mer

Un drame mêlant religion et immigration s’est produit mercredi en Méditerranée. Douze Chrétiens auraient été jetés par-dessus bord après une altercation avec des[...]

Rwanda, Côte d'Ivoire, RDC... : Stromae annonce une grande tournée africaine avec 8 dates de concert dans 8 pays

Stromae a annoncé vendredi les dates de sa première tournée africaine. Le chanteur de "Papaoutai" se rendra au Sénégal, en Côte d'Ivoire, au Cap-Vert au Cameroun, au Gabon, au[...]

Sénégal-Tchad : pour Hissène Habré, le compte à rebours a commencé

Les trois magistrats chargés de juger l'ancien président tchadien ont été nommés début avril, et le procès pourrait débuter en juin, à Dakar.[...]

Football : le Sénégalais Souleymane Diawara risque sept ans de prison

L’international sénégalais Souleymane Diawara est écroué depuis le 9 avril, avec un de ses frères, pour "extorsion de fonds en réunion" et "tentative[...]

Arachide : au Sénégal, Sifca lance la contre-offensive

Doublé par le groupe français Avril dans la reprise d'une partie des activités de Suneor, l'ivoirien Sifca envisage néanmoins un rapprochement stratégique avec le leader sénégalais[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20121024162219 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20121024162219 from 172.16.0.100