Extension Factory Builder
24/10/2012 à 15:29
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
le président béninois, le 1er septembre 2012 à Addis-Abeba en Éthiopie. le président béninois, le 1er septembre 2012 à Addis-Abeba en Éthiopie. © AFP

L’homme d’affaires Patrice Talon et son proche collaborateur Olivier Boko sont visés depuis mardi 23 octobre par un mandat d’arrêt international. Selon les déclarations du procureur de la République, Justin Gbenameto, les deux hommes son recherchés pour leur responsabilité présumée dans la tentative d'empoisonnement du président béninois Thomas Boni Yayi.

L’homme d’affaires béninois Patrice Talon est visé depuis mardi soir par un mandat d’arrêt international pour sa responsabilité présumé dans la tentative d'empoisonnement du chef de l'État Thomas Boni Yayi, a déclaré le procureur de la République Justin Gbenameto mercredi 24 octobre. Le mandat a été délivré par « le juge du 6e cabinet », a précisé le parquet. Plus surprenant, la justice a également délivré un mandat d’arrêt contre Olivier Boko, un proche collaborateur dans le secteur du coton, dont le nom n'a pas été cité pour l'instant dans cette affaire.

Ancien proche de Yayi en bisbille avec le régime depuis quelques mois, Patrice Talon est, selon le Parquet, l'instigateur présumé du complot criminel incluant 3 proches du président béninois visant à l'éliminer à l'aide de médicaments empoisonnés. Les trois hommes visés sont Ibrahim Mama Cisse, le médecin personnel du président, de Zoubérath Kora-Séké, une nièce de Boni Yayi employée à la présidence du Bénin, et de Mudjaidou Soumanou, l'ancien ministre du Commerce et de l'Industrie. Arrêtés dimanche, ils ont été inculpés, lundi soir,  pour association de malfaiteurs et tentative d'assassinat, puis écroués à la prison civile de Cotonou.

Rencontre à Bruxelles

Selon le procès verbal dressé par le parquet, Patrice Talon auraient approché Zoubérath Kora-Séké et Ibrahim Mama Cissé lors d'un voyage du chef de l'État béninois à Bruxelles en tant que président en exercice de l'Union africaine, les 16 et 17 octobre. C'est là, que l’homme d’affaires leur aurait promis à chacun la somme d'un milliard de francs CFA (1,5 million d'euros) s'ils réussissaient à faire ingérer au président des médicaments mortels à la place des anti-douleurs qu'il prend habituellement.

Selon le commissaire central de Cotonou, Louis Philippe Houndegnon, le docteur Cissé aurait aussi rencontré Patrice Talon à New York, avant l'épisode de Bruxelles, pour lui remettre la liste des médicaments qu'il avait l'habitude de prescrire à Boni Yayi. Mudjaidou Soumanou aurait quant à lui récupéré un colis contenant les pilules empoisonnées arrivé par avion à Cotonou vendredi dernier et les aurait remis au docteur.

Louis Philippe Houndegnon affirme qu’un commando aurait été chargé d'exécuter le médecin et la nièce après l'assassinat du président. Prévu dans la nuit de samedi à dimanche, l’empoisonnement n'a finalement pas eu lieu, Mme Kora-Séké ayant ébruité l'affaire auprès de ses proches qui ont averti le président.

(Avec AFP)
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Bénin

Boko Haram : pourquoi la coopération régionale patine

Boko Haram : pourquoi la coopération régionale patine

L'Assemblée nationale tchadienne a autorisé vendredi à l'unanimité l'envoi de soldats tchadiens au Cameroun et au Nigeria pour lutter contre le groupe islamiste Boko Haram. De quoi redynamiser la coop[...]

Marche "Je suis Charlie" : les couacs des présidents africains

Absents ou présents, les dirigeants africains ont, à leur manière, fait l’actualité de la manifestation parisienne en mémoire des victimes de "Charlie Hebdo"…[...]

Bénin : Reckya Madougou, pasionaria de l'économie sociale

Les femmes puissantes sont de plus en plus nombreuses sur le continent. Voici notre sélection - forcément subjective - des 50 Africaines les plus influentes au monde.[...]

France : la "marche républicaine" des dirigeants africains à Paris

Plusieurs présidents et ministres du continent ont défilé dimanche à Paris aux côtés de dirigeants du monde entier pour la "marche républicaine" contre le terrorisme. De la[...]

Bénin : Angélique Kidjo, diva engagée

Les femmes puissantes sont de plus en plus nombreuses sur le continent. Voici notre sélection - forcément subjective - des 50 Africaines les plus influentes au monde.[...]

Élections au Bénin : très chère Lepi

À quatre mois des législatives et à quinze mois de la présidentielle - sans parler des élections locales censées se tenir depuis près de deux ans mais qui ne sont[...]

Bénin : Patrice Talon contre Boni Yayi, c'est reparti !

On croyait le contentieux apuré entre l'homme d'affaires Patrice Talon et le président béninois Thomas Boni Yayi depuis que le second avait accordé son pardon au premier, en mai 2014. Il[...]

Bénin : le procès du trafic de bébés s'ouvrira le 2 janvier à Niamey

Le procès de l'ex-président du Parlement du Niger et opposant, Hama Amadou, et d'une vingtaine de personnes dont son épouse, impliquées dans un présumé trafic international de[...]

Bénin : un réfugié burkinabè nommé François Compaoré

Disparu de la circulation depuis la démission de son frère Blaise, le 31 octobre dernier, François Compaoré a refait surface. "Jeune Afrique" a retrouvé sa trace... près de[...]

Abdoulaye Bio-Tchané : "Le chômage des jeunes est un enjeu de sécurité nationale"

L’économiste béninois, président du Fonds africain de garantie, pose un regard lucide sur les défis économiques et sociaux que son pays doit relever.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20121024150211 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20121024150211 from 172.16.0.100