Extension Factory Builder
24/10/2012 à 09:35
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Des jeunes Libyennes en costume national le 23 octobre 2012 à Benghazi. Des jeunes Libyennes en costume national le 23 octobre 2012 à Benghazi. © AFP

Les Libyens ont célébré, mardi 23 octobre, le premier anniversaire de la libération nationale proclamée il y a un an à Benghazi, berceau de la révolution contre le régime de Kadhafi. Mais à Bani Walid, les combats se poursuivent toujours entre anciens rebelles et pro-Kadhafistes.

Il y a un an, le 23 octobre 2011, les autorités de transition libyennes proclamaient « la libération totale » du pays depuis Benghazi (est), trois jours après la capture et la mort de Mouammar Kadhafi. Mardi, la Libye a timidement célébré le premier anniversaire de l'annonce de cette libération. Car, notamment à Bani Walid - ville accusée de protéger des milices Kadhafistes - les violences sont toujours d'actualité.

Les autorités n'avaient prévu aucun programme pour fêter cette journée, désormais fériée en Libye. Dès la matinée, des dizaines de voitures décorées du drapeau national, rouge, vert et noir, circulaient toutefois dans les rues de la capitale, chansons patriotiques ou hymne national à plein volume. Beaucoup de personnes se sont rassemblées en début de soirée sur la place des martyrs au centre ville, provoquant des embouteillages monstres.

À Benghazi, des centaines de personnes se sont massées devant l'hôtel Tibesti pour marquer le premier anniversaire de l'annonce de la libération du pays. Elles réclamaient aussi que Benghazi, longtemps marginalisée sous Mouammar Kadhafi, devienne la « capitale économique » du pays.

La fête a été gâchée par des combats meurtriers à Bani Walid, un des derniers bastions de Mouammar Kadhafi au cours du conflit de 2011. La ville est accusée de toujours abriter des partisans de l'ex-dirigeant recherchés par la justice. Des combats ont fait des dizaines de morts et de blessés durant les derniers jours et provoqué l'exode de centaines de familles.

"Réconciliation nationale"

Tout en regrettant les victimes des affrontements de Bani Walid, le président de l'Assemblée nationale Mohamed al-Megaryef a promis une fin « très proche » des opérations militaires visant à asseoir l'autorité de l'État sur cette ville.

Dans un discours diffusé mardi soir par la télévision d'État, Megaryef a affirmé que ces opérations ne visaient pas la ville ou sa population « mais des criminels qui ont tenu la ville et ses habitants en otages », soulignant la nécessité d'une « réconciliation nationale générale » et l'activation de la justice transitionnelle.

Mardi, des colonnes de fumée s'élevaient au dessus de la ville de Bani Walid sur fond de tirs et d'explosions. Selon un journaliste de l'AFP présent sur place, des dizaines de travailleurs étrangers, africains et asiatiques continuaient à fuir la ville à pieds. L'agence officielle Lana a indiqué que des forces pro-gouvernementales étaient entrées à Bani Walid et avaient pu libérer 22 personnes qui étaient détenus dans la ville.

Certains rebelles ayant combattu les forces de l'ancien régime estiment que Bani Walid, ville de 100 000 habitants située à 185 km au sud-est de Tripoli, « n'a pas été libérée », appelant même à la « purger » des criminels qui y ont trouvé refuge.

Les autorités ont tenté à plusieurs reprises de calmer ces « révolutionnaires ». Après la multiplication des incidents, elles ont dû céder aux pressions des ex-rebelles organisés en milices lourdement armées. Une offensive sur Bani Walid a ainsi été « légitimée » par une décision des autorités de transition après la mort d'un ex-rebelle de Misrata enlevé à Bani Walid.

"Conflits intercommunautaires"

Depuis fin septembre, la ville est assiégée et bombardée par des milices d'ex-rebelles notamment de Misrata, sous la bannière de l'armée nationale en cours de formation. « Depuis la déclaration officielle de la fin des hostilités, la Libye est devenue un pays en proie à des conflits intercommunautaires », estime Claudia Gazzini, analyste pour la Libye de l'International Crisis Group.

Selon elle, « les autorités centrales ont agi principalement comme des spectateurs, en confiant la sécurité à des groupes armés (d'ex-rebelles) largement autonomes qui ne sont 'sous l'autorité de l'Etat' que par le nom », a-t-elle dit.

De son côté, le Comité International de la Croix Rouge (CICR) a annoncé mardi avoir commencé à distribuer de l'aide aux milliers de personnes ayant fui Bani Walid en raison des combats intenses qui s'y déroulent, affirmant que ceux qui y étaient restés couraient toujours des risques. « Nous sommes très inquiets des retombées de la violence sur l'ensemble de la population civile se trouvant encore à Bani Walid », a ainsi déclaré Ishfaq Muhammad Khan, qui dirige la délégation de la Croix Rouge en Libye.

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Libye

Libye : Mahmoudi sous haute protection

Libye : Mahmoudi sous haute protection

Abdelhakim Belhaj, l'ex-jihadiste libyen réfugié en Turquie, assure que l'ancien Premier ministre de Kadhafi, Baghdadi Mahmoudi, peut compter sur sa protection. Celui-ci est détenu depuis juin 2012 à Tr[...]

Crise libyenne : première réunion de dialogue sous l'égide de l'ONU à Tripoli

Des députés rivaux du nouveau parlement libyen se sont retrouvés lundi 29 septembre en début d’après-midi pour amorcer des négociations de sortie de crise sous l’égide[...]

Libye : l'autre jihadistan

Alors que le monde entier a les yeux rivés sur l'État islamique, la Libye est progressivement devenue une sorte de hub où les groupes terroristes de la région viennent s'approvisionner en armes et[...]

Libye : faut-il intervenir militairement ?

Si une opération militaire n'est pas du tout d'actualité, certains, notamment la France, s'y préparent déjà.[...]

Libye : Haftar ? "Une déception"

Le général libyen Khalifa Haftar est dans la ligne de mire de Paris et du Caire. Les deux pays sont d'accord sur un point : l'écarter pour espérer mettre un terme à la crise.[...]

Soudan, Qatar, Turquie... : qui arme les islamistes libyens ?

Le gouvernement libyen soupçonne le Soudan de faciliter le transport des armes fournies par le Qatar aux milices islamistes. La Turquie serait aussi un allié de poids de ces dernières.[...]

Immigration : mort à crédit en Méditerranée

Ils paient des passeurs sans scrupule à prix d'or pour traverser la Méditerranée. Cette année, trois mille migrants ont perdu la vie dans ce voyage. Un commerce lucratif et un drame humain face[...]

Libye : rencontre entre les différents protagonistes sous l'égide de l'ONU fin septembre ?

Pour tenter de mettre fin à la crise sécuritaire et institutionnelle qui règne dans le pays, la mission de l'ONU en Libye (UNSMIL) a proposé lundi la tenue d'une réunion de dialogue le 29[...]

Libye : le Parlement rejette le nouveau cabinet du Premier ministre Abdallah al-Theni

La crise se poursuit en Libye. Jeudi, le Parlement a rejeté le nouveau gouvernement formé par le Premier ministre, Abdallah al-Theni. Il lui a demandé de composer un cabinet de crise plus restreint.[...]

Libye : Le Drian sonne le tocsin contre les jihadistes...

Le ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian, tente de convaincre François Hollande et certains des alliés régionaux de la France de la nécessité d'une intervention[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers