Extension Factory Builder
23/10/2012 à 18:38
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
El Hadj Ould H'moudi lors de son interview sur la télévision nationale mauritanienne. El Hadj Ould H'moudi lors de son interview sur la télévision nationale mauritanienne. © Capture d'écran/YouTube

Il s'appelle El Hadj Ould H'moudi. Il a 28 ans et est lieutenant de l’armée de l’air mauritanienne. Dans une interview à la télévision nationale, le 21 octobre, il a précisé les circonstances qui l'ont amené à tirer "par erreur" sur le président mauritanien, Mohamed Ould Abdelaziz. Voici sa version.

Il s’est enfin dévoilé. Pendant 17 minutes, dans la soirée du 21 octobre, le lieutenant de l’armée de l’air El Hadj Ould H'moudi a raconté à la télévision nationale comment il a tiré « par erreur » sur le président mauritanien Mohamed Ould Abdelaziz, toujours hospitalisé en France. Le visage grêle, mal rasé, il est intervenu en tenue militaire aux côtés du porte-parole de l’état-major, le colonel Teyib, lors d'une interview qui n’était pas en direct, comme en attestent les nombreuses coupes.

D’emblée, Teyib a précisé que le lieutenant a commis plusieurs infractions, en patrouillant en tenue civile et en roulant dans sa voiture personnelle, immatriculée à l’étranger. Il est alors normal, selon lui, que le président Aziz ne se soit pas arrêté. « Personne ne l’aurait fait. »

El Hadj Ould H'moudi, 28 ans, a expliqué en hassaniya - l’arabe dialectal de Mauritanie - que le soir du 13 octobre, son unité était en entraînement au Nord de Nouakchott. Aussi, il était « en situation de quasi-repos », simplement vêtu d’un treillis et d’une chemise. « Il était un peu plus de 20 heures lorsque j’ai aperçu deux voitures qui roulaient très vite sur la piste, à quelques mètres de notre base, a-t-il raconté, visiblement mal à l’aise. Les passagers étaient enturbannés, je me suis inquiété. J’ai alors demandé à un sergent de monter avec moi dans ma voiture personnelle, immatriculée à l’étranger, afin de les poursuivre. » Là, ils parviennent à couper la route au premier véhicule, un Toyota V8. Afin de leur faire signe de s’arrêter, il dégaine son arme et tire plusieurs fois en l’air, en vain. La voiture fait mine de s’arrêter mais contre toute attente, redémarre très vite et commence à s’éloigner. Ni une ni deux, Ould H'moudi mitraille le V8 « en visant les pneus. »

"C'est peut-être une attaque"

Soudain, un autre Toyota arrive en trombe, manquant de peu, dit-il, de l’écraser. Le jeune lieutenant tire à nouveau. Il revient alors tranquillement à sa base, afin de rendre compte à son commandement de ce qu’il vient de vivre. « Attention, c’est peut-être une attaque », les prévient-il. Quelques instants après, un autre 4X4 arrive et s’arrête : plusieurs hommes en descendent. Ils l’informent qu’ils appartiennent à la garde présidentielle, mais aussi que le conducteur du premier véhicule n’est autre que Mohamed Ould Abdelaziz et qu’il est « légèrement » blessé.

"Je ne savais pas que j’avais affaire à un cortège présidentiel", a assuré Ould H'moudi, en pleurs.

Une équipe, mise sur pieds dans la foulée, est chargée de reconstituer les faits avec Ould H'moudi. « Je ne savais pas que j’avais affaire à un cortège présidentiel », leur assure-t-il, en pleurs. Contre toute attente, le commandement de l’armée aurait fait preuve de compréhension à son égard. « As-tu été interrogé ou arrêté ? » lui demande alors le journaliste de la télévision nationale. « On m’a simplement demandé de raconter ce qu’il s’est passé et je n’ai été ni arrêté, ni inquiété », lui répond Ould H'moudi.

Le colonel Teyib confirme alors qu’il avait de bonnes intentions, mais qu’au vu de son jeune âge et de son inexpérience, il a manqué de professionnalisme. Aussi, aucune sanction ne sera prise contre lui. Une version qui ne convainc toujours pas les leaders de l’opposition mauritanienne. En partie réunie au sein de la Coordination de l’Opposition Démocratique (COD), elle demande toujours l’ouverture d’une enquête.

Voir l'interview télévisée de El Hadj Ould H'moudi :

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Mauritanie

Mauritanie : Dah Ould Abeid et 2 autres militants anti-esclavagistes condamnés à 2 ans de prison

Mauritanie : Dah Ould Abeid et 2 autres militants anti-esclavagistes condamnés à 2 ans de prison

Trois militants anti-esclavagistes de Mauritanie, dont l'ex-candidat à la présidentielle Biram Ould Dah Ould Abeid, ont été condamnés jeudi à deux ans de prison ferme.[...]

Mauritanie : Fatimata Mbaye, indestructible

Les femmes puissantes sont de plus en plus nombreuses sur le continent. Voici notre sélection - forcément subjective - des 50 Africaines les plus influentes au monde.[...]

Mohamed Talbi : "L'islam est né laïc"

L'auteur tunisien de "Ma religion c'est la liberté" n'en démord pas : le Coran est porteur de modernité et de rationalité, mais son message a été altéré par[...]

Décryptage : que signifie la condamnation à mort du jeune Mauritanien coupable d'apostasie ?

Le 24 décembre, un jeune Mauritanien a été condamné à mort pour apostasie, à Nouadhibou, dans le nord-ouest du pays, avant de faire appel deux jours plus tard. Cette décision[...]

Mauritanie : la défense fait appel de la condamnation à mort pour apostasie

Les avocats d'un jeune Mauritanien incarcéré depuis près d'un an pour un écrit considéré comme blasphématoire envers le prophète Mahomet et condamné à mort[...]

Mauritanie : un homme condamné à mort pour apostasie

Une organisation anti-esclavagiste de Mauritanie a appelé vendredi à gracier un jeune condamné à mort pour apostasie dans ce pays, regrettant "un procès expéditif mené sous[...]

Première condamnation à mort pour apostasie en Mauritanie

La première condamnation à mort pour apostasie de l'histoire de la Mauritanie depuis son indépendance en 1960 a été prononcée mercredi soir à Nouadhibou (Nord-Ouest) à[...]

Sahel : ces chefs jihadistes éliminés par les Français... et ceux qui courent toujours

Plusieurs chefs jihadistes de premier plan ont été tués par les forces françaises depuis le déclenchement de l'opération Serval au Mali, en janvier 2013. D'autres sont toujours en vie,[...]

Les pays du "G5 du Sahel" appellent l'ONU à intervenir en Libye

Les dirigeants des cinq pays du "G5 du Sahel" (Tchad, Niger, Burkina Faso, Mali, Mauritanie), réunis vendredi en sommet à Nouakchott, ont appelé l'ONU à mettre en place une force[...]

"Timbuktu" : Abel Jafri, un jihadiste amoureux

Fils d'un Algérien et d'une Tunisienne, le comédien Abel Jafri incarne un fondamentaliste complexe dans "Timbuktu", le film d'Abderrahmane Sissako remarqué lors du Festival de Cannes.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20121023182210 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20121023182210 from 172.16.0.100