Extension Factory Builder
23/10/2012 à 11:45
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
La frégate argentine retenue au port de Tema, près d'Accra, le 9 octobre 2012. La frégate argentine retenue au port de Tema, près d'Accra, le 9 octobre 2012. © AFP

L’Argentine a décidé, lundi 22 octobre, de contester devant les Nations unies la décision du Ghana de saisir sa frégate Libertad, retenue au port de Tema, à la demande du fonds spéculatif NML.

Le différend entre le Ghana et l’Argentine, concernant le navire école argentin retenu depuis le 2 octobre au port de Tema, s’invite sur la scène internationale. L'Argentine a décidé de porter devant l'affaire l'ONU, estimant qu'elle met en cause la politique de désendettement et de réaffirmation de sa souveraineté suivie depuis près de dix ans par le pays.

La frégate Libertad a été saisie à la demande du fonds spéculatif NML, qui réclame plus de 370 millions de dollars (283 M EUR). « Tant que je serai présidente, ils pourront nous ravir notre frégate, mais aucun fonds vautour ne pourra nous prendre notre liberté, notre souveraineté, notre dignité », a déclaré lundi 22 octobre au soir la présidente argentine Cristina Kirchner.

Le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, s'est engagé dans la journée à « recourir aux bons offices de son bureau pour parler au gouvernement du Ghana et échanger des opinions sur les moyens de régler ce conflit », a déclaré à New York le chef de la diplomatie argentine Hector Timerman. Le président en exercice du Conseil de sécurité, l'ambassadeur du Guatemala Gert Rosenthal, a expliqué que « cette affaire ne menaçait pas la paix internationale », tout en rappelant que « le droit de la mer protège les navires militaires des gouvernements membres, leur donnant un statut diplomatique ».

Décision de justice

Selon l'Argentine, la décision du Ghana de retenir le navire viole les traités internationaux, alors que pour Accra il s'agit d'une décision de la justice, qui est indépendante, et invite l’Argentine à la respecter.

Si Bueno Aires prend l'affaire au sérieux c’est aussi parce que l’affaire pourrait avoir de graves conséquences sur un pays qui s'était déclarée le 23 décembre 2001 en défaut de paiement. Pour l'expert Rosendo Fraga, de l'Institut nouvelle majorité, « si les fonds vautours [qui rachètent de la dette émise par un État et affectée d'une forte décote, puis entament ensuite des démarches judiciaires pour obtenir son remboursement intégral] parvenaient à leurs fins avec la frégate, ils pourraient ensuite viser ailleurs d'autres biens de l'État argentin ».

Buenos Aires avait obtenu en 2005 que 76,15% des porteurs de titres acceptent son offre d'échange, avec une perte pour eux se situant entre 44 et 75% selon les titres. Une nouvelle offre avait permis au pays de solder 93% de sa dette, mais l'Argentine a toujours juré qu'elle ne céderait pas aux créanciers « récalcitrants ».

L’Argentine avait soldé 90% de sa dette à la suite de deux accords en 2005 et 2010, permettant aux créanciers de récupérer environ 30% de leurs biens. Certains d’entre eux, dont le fonds NML, ont pourtant décidé de poursuivre le gouvernement argentin.

(Avec AFP)
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Ghana

Wikipédia : le classement des chefs d'État africains les plus populaires

Wikipédia : le classement des chefs d'État africains les plus populaires

Créé en 2001, Wikipédia s'est imposée depuis comme l'encyclopédie numérique la plus consultée au monde. Participative, elle rassemble des informations collectées par les util[...]

Le cacao grimpe à son plus haut niveau en trois ans

Le cacao a atteint son plus haut niveau en trois ans (2000 livres la tonne à la Bourse de Londres et 3 234 dollars à celle de New York) grâce à une bonne demande mais aussi en raison d'un regain[...]

Drague : le bal des faux-culs

Ils sont discrets, rembourrés et très à la mode en Afrique de l'Ouest... Zoom sur ces collants qui permettent aux femmes d'afficher de jolies fesses rebondies à moindre prix.[...]

Mondial 2014 : la demande d'asile de Ghanéens au Brésil "sans fondement" selon Accra

Environ 200 Ghanéens ayant assisté à la Coupe du monde au Brésil ont fait une demande d'asile auprès des autorités brésiliennes, invoquant des violences religieuses dans leur[...]

Mondial 2014 : 193 Ghanéens demandent l'asile au Brésil

À chaque compétition internationale, le phénomène se répète. Cette fois, ce sont 193 supporteurs ghanéens qui ont demandé l'asile politique au Brésil après[...]

Ebola : l'Afrique de l'Ouest réunie à Accra pour riposter à l'épidémie

L'Afrique de l'Ouest, dont onze pays sont réunis à Accra en compagnie d'experts internationaux mercredi et jeudi, tente de riposter à l'épidémie d'Ebola qui a déjà fait 467 morts[...]

Football : les Africains ont-ils raté leur Coupe du monde ?

Après les éliminations lundi du Nigeria et de l'Algérie, il n'y a plus aucune sélection africaine au Brésil. Que retenir du parcours des cinqs représentants du continent qui ont[...]

Adel Amrouche : "Le Ghana ne méritait pas de se qualifier"

Le Ghana, quart de finaliste de la Coupe du Monde 2010, n’a pas dépassé le stade du premier tour, après sa défaite face au Portugal jeudi (1-2). Une élimination logique aux yeux[...]

Mondial 2014 : les stars africaines marquent aussi sur Twitter !

Le match le plus populaire, le joueur le plus suivi, le joueur le plus interactif pendant le Mondial 2014... La Coupe du monde des Africains se joue aussi sur Twitter. "Jeune Afrique" a fait le bilan de la[...]

Ghana : Boateng et Muntari exclus des Black Stars en plein Mondial

Kevin Prince Boateng et Sulley Muntari ont été exclus jeudi du Mondial par leur fédération. Les Black Stars se tirent ainsi une balle dans le pied, à quelques heures du match contre le Portugal[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers