Extension Factory Builder
23/10/2012 à 11:45
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
La frégate argentine retenue au port de Tema, près d'Accra, le 9 octobre 2012. La frégate argentine retenue au port de Tema, près d'Accra, le 9 octobre 2012. © AFP

L’Argentine a décidé, lundi 22 octobre, de contester devant les Nations unies la décision du Ghana de saisir sa frégate Libertad, retenue au port de Tema, à la demande du fonds spéculatif NML.

Le différend entre le Ghana et l’Argentine, concernant le navire école argentin retenu depuis le 2 octobre au port de Tema, s’invite sur la scène internationale. L'Argentine a décidé de porter devant l'affaire l'ONU, estimant qu'elle met en cause la politique de désendettement et de réaffirmation de sa souveraineté suivie depuis près de dix ans par le pays.

La frégate Libertad a été saisie à la demande du fonds spéculatif NML, qui réclame plus de 370 millions de dollars (283 M EUR). « Tant que je serai présidente, ils pourront nous ravir notre frégate, mais aucun fonds vautour ne pourra nous prendre notre liberté, notre souveraineté, notre dignité », a déclaré lundi 22 octobre au soir la présidente argentine Cristina Kirchner.

Le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, s'est engagé dans la journée à « recourir aux bons offices de son bureau pour parler au gouvernement du Ghana et échanger des opinions sur les moyens de régler ce conflit », a déclaré à New York le chef de la diplomatie argentine Hector Timerman. Le président en exercice du Conseil de sécurité, l'ambassadeur du Guatemala Gert Rosenthal, a expliqué que « cette affaire ne menaçait pas la paix internationale », tout en rappelant que « le droit de la mer protège les navires militaires des gouvernements membres, leur donnant un statut diplomatique ».

Décision de justice

Selon l'Argentine, la décision du Ghana de retenir le navire viole les traités internationaux, alors que pour Accra il s'agit d'une décision de la justice, qui est indépendante, et invite l’Argentine à la respecter.

Si Bueno Aires prend l'affaire au sérieux c’est aussi parce que l’affaire pourrait avoir de graves conséquences sur un pays qui s'était déclarée le 23 décembre 2001 en défaut de paiement. Pour l'expert Rosendo Fraga, de l'Institut nouvelle majorité, « si les fonds vautours [qui rachètent de la dette émise par un État et affectée d'une forte décote, puis entament ensuite des démarches judiciaires pour obtenir son remboursement intégral] parvenaient à leurs fins avec la frégate, ils pourraient ensuite viser ailleurs d'autres biens de l'État argentin ».

Buenos Aires avait obtenu en 2005 que 76,15% des porteurs de titres acceptent son offre d'échange, avec une perte pour eux se situant entre 44 et 75% selon les titres. Une nouvelle offre avait permis au pays de solder 93% de sa dette, mais l'Argentine a toujours juré qu'elle ne céderait pas aux créanciers « récalcitrants ».

L’Argentine avait soldé 90% de sa dette à la suite de deux accords en 2005 et 2010, permettant aux créanciers de récupérer environ 30% de leurs biens. Certains d’entre eux, dont le fonds NML, ont pourtant décidé de poursuivre le gouvernement argentin.

(Avec AFP)
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Ghana

Ghana : El Anatsui, raccommoder le monde

Ghana : El Anatsui, raccommoder le monde

Un Lion d'or à Venise pour l'ensemble de sa carrière, une grande rétrospective organisée à New York, une oeuvre monumentale présentée en France, le sculpteur ghanéen [...]

Litige frontalier : pas d'accord entre le Ghana et la Côte d'Ivoire

Les présidents ivoirien et ghanéen, Alassane Ouatarra et John Dramani Mahama, se sont entretenus le lundi 11 mai à Genève au sujet du contentieux frontalier maritime qui oppose leurs deux pays. Dans un[...]

Litige frontalier : Alassane Ouattara et John Dramani Mahama se rencontrent en Suisse

Les présidents ivoirien et ghanéen doivent se rencontrer ce lundi 11 mai à Genève, en Suisse, pour s'entretenir du conflit qui oppose leurs deux pays au sujet du tracé de leur frontière[...]

Abidjan remporte le premier round dans son différend maritime avec le Ghana

En attendant de se prononcer définitivement, la chambre spéciale qui arbitre le désaccord entre la Côte d'Ivoire et le Ghana sur leur frontière maritime a rendu des mesures conservatoires, le 25[...]

Santé : le savon de virginité, plebiscité mais dangereux

Il ne coûte pas cher et promet de resserrer les muqueuses grâce à ses vertus astringentes. Mais les médecins contestent l'efficacité du "savon de virginité" et[...]

Le plasticien ghanéen El Anatsui remporte un Lion d'or à la Biennale de Venise

Avant chaque Biennale d’art à Venise, le jury attribue un Lion d’or à un artiste pour l’ensemble de sa carrière. Cette année, c'est vers El Anatsui, né au Ghana en 1944 et[...]

Football : retour sur près de 50 ans de violences dans les stades africains

Avec la condamnation à mort le 19 avril de onze supporters égyptiens lors d'un nouveau procès des émeutes de 2012 à Port-Saïd, la violence dans les stades s'est rappelée au (mauvais)[...]

Le russe Lukoil envisage de sortir du pétrole ivoirien

Selon les informations recueillies par "Jeune Afrique", le géant pétrolier russe Lukoil envisage de réduire la voilure dans le pétrole ivoirien et ghanéen en raison du faible potentiel[...]

Frontières maritimes : la Côte d'Ivoire et le Ghana croisent le fer à Hambourg

 La Côte d'Ivoire et le Ghana ont présenté leurs arguments devant le Tribunal du droit de la mer au sujet de la suspension des activités d'exploration pétrolière dans la zone maritime[...]

Afrique de l'Ouest : Mohamed Ibn Chambas a du pain sur la planche

Portrait de Mohamed Ibn Chambas, représentant spécial de Ban Ki-moon pour l'Afrique de l'Ouest.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers