Extension Factory Builder
23/10/2012 à 09:29
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Barack Obama (à g.) et Mitt Romney, le 23 octobre à Boca Raton en Floride. Barack Obama (à g.) et Mitt Romney, le 23 octobre à Boca Raton en Floride. © AFP

Le président américain Barack Obama est sorti vainqueur du dernier débat, consacré à la politique internationale, qui l’opposait au candidat républicain Mitt Romney, lundi 22 octobre.

Le discours offensif de Barack Obama lors du dernier débat consacré à la politique étrangère, point faible de Mitt Romney, a semble-t-il porté ses fruits. Les deux hommes ont débattu lundi 22 octobre au soir pour la dernière fois de ce cycle électoral à l'université Lynn de Boca Raton à 75 km au nord de Miami en Floride (sud-est). Pour 53% des personnes « indécises » interrogées par CBS, le président sortant est le vainqueur de l'affrontement (23% à Mitt Romney). L'institut Public policy polling (PPP) a relevé 52% en faveur de Barack Obama chez les indécis (42% au républicain), tandis que les électeurs sondés par CNN donnaient une légère avance au sortant (48%-40%).

Après sa mauvaise prestation à Denver, le 3 octobre, le président américain a fait le pari de pousser son adversaire dans ses retranchements, rappelant au candidat républicain ses nombreuses sorties diplomatiques hasardeuses, ses déclarations sur la Russie (plus grand ennemi des États-Unis, selon Romney), et ses changements de position sur l'Afghanistan. « À chaque fois que vous avez exprimé une opinion, vous avez eu tort », a lancé le président sortant, accusant son adversaire de vouloir « importer les politiques des années 1980 ».

"Moins de chevaux et de baïonnettes"

« Vous avez dit que nous aurions dû aller en Irak bien qu'il n'y ait pas d'armes de destruction massive. Vous avez dit que nous devrions toujours avoir des soldats en Irak », a ajouté M. Obama, qui vante, lors de sa campagne, sa promesse tenue d'un retrait de ce pays fin 2011.

Adepte de l’humour, Barack Obama a gagné le prix de la vanne la plus réussie. « Nous avons également moins de chevaux et de baïonnettes », répond-t-il quand Romney s’élève contre les pertes d'effectifs de la marine de guerre américaine, dont les rangs sont désormais aussi réduits qu'en 1917

De son côté, M. Romney a émis des doutes sur la stratégie de Obama. « Je le félicite pour avoir éliminé Oussama ben Laden et avoir combattu la direction d'Al-Qaïda. Mais ce n'est pas seulement en tuant qu'on s'en sortira », a-t-il affirmé. Il a aussi repris sa diatribe sur la « faiblesse » de M. Obama à l'étranger, en particulier face à l'Iran. « Nous devons soutenir nos alliés. Je pense que les tensions entre Israël et les États-Unis sont très regrettables », a-t-il lancé. « Tant que je serai président, l'Iran n'aura pas l'arme nucléaire », a répliqué M. Obama, en assurant aussi que si Israël était attaqué, les États-Unis seraient à ses côtés.

Le candidat républicain  a également évoqué la situation au Mali, lors d’un des rares moments consacrés à la situation sur le continent. « Le Mali a été conquis, la partie nord du Mali, s'est-il repris, par des individus de type Al-Qaida », a-t-il déclaré laissant transparaitre sa faible maîtrise du sujet. En effet, c’est en énumérant les zones de conflit du Moyen-Orient, que Mitt Romney a fait allusion à la crise malienne. « C’est une région en plein tumulte »

Toutefois, selon Christopher Arterton, spécialiste de politique à l'université George-Washington, M. Romney « a été capable de montrer qu'il n'était pas le conservateur dangereux et déchaîné qu'Obama essayait de dépeindre ». Cette image pourrait l'aider « particulièrement dans les États qu'il doit gagner, la Floride et l'Ohio ».

Points d'accord

Et les deux candidats ont trouvé des points d'accord comme lorsqu'ils se sont érigés en défenseurs d'Israël et ont mis en garde l'Iran au sujet de son programme nucléaire. Romney n'a pas remis en question le bilan du Président américain. Au contraire, il a affirmé à plusieurs reprises « être d'accord » avec son adversaire. Il a notamment affirmé soutenir à 100% l'usage de drones de Barack Obama. 

Surtout, ce dernier débat a confirmé que la politique internationale n’était pas au centre de la campagne et que l’élection de novembre ne se jouerait pas sur ce thème, alors que les deux candidats sont au coude-à-coude dans la plupart des sondages nationaux. Profitant de toutes les occasions, Obama et Romney ont cherché à lier les questions globales à l'économie et aux questions propres aux États-Unis.

« En tombant d'accord (avec Obama) sur des points importants de politique étrangère, Romney a joué la prudence ce soir et a essayé de déplacer la conversation vers des sujets économiques sur lesquels il pense être plus fort », a estimé Dotty Lynch, professeur de communication à l'American University (Washington DC).

(Avec AFP)
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

International

Justice : soupçons de corruption, arrestations au sein de la Fifa en Suisse

Justice : soupçons de corruption, arrestations au sein de la Fifa en Suisse

Des fonctionnaires de la Fifa ont été interpellés par la police suisse mercredi matin à Zurich à la demande de la justice américaine. Ces hauts responsables du monde du football sont soup&[...]

Un Kényan offre 50 vaches pour épouser Malia, la fille aînée de Barack Obama

Un avocat kényan veut épouser Malia, la fille aînée de Barack Obama. Pour appuyer sa demande, Felix Kiprono offre à la famille de l'élue de son cœur 50 vaches, des moutons et des[...]

France : Sarko et sa batterie de cuisine

À deux ans de l'échéance, l'ancien chef de l'État paraît bien placé pour prendre sa revanche. Son principal handicap ? Les multiples casseroles judiciaires qu'il traîne[...]

Mehdi Benatia : "Fier et heureux, avec le Bayern et avec le Maroc"

Recruté à l’été 2014 par le Bayern Munich pour 30 millions d’euros, Mehdi Benatia a remporté avec le championnat d’Allemagne le premier titre de sa carrière. À[...]

Foot : Hervé Renard sera le nouvel entraîneur de Lille

Comme prévu, l'ancien entraîneur de la Côte d'Ivoire, Hervé Renard, a signé au LOSC.[...]

Washington apaise les tensions avec Bagdad, après des critiques sur son armée

La Maison Blanche a tenté d'apaiser lundi les tensions avec Bagdad, après les critiques portées par le secrétaire à la Défense sur l'armée irakienne, accusée d'un[...]

Le prix de la différence

Malgré tous nos efforts pour retarder l'échéance, voire l'éviter, nous avons dû nous résoudre à l'inéluctable : augmenter le prix de Jeune Afrique. La[...]

Football : l'Ivoirien Copa Barry passé du rôle de bouc émissaire à celui de héros de la CAN

Héros d’une finale qu’il ne devait pas jouer, Boubacar Copa Barry a inscrit le tir au but qui a offert la Coupe d’Afrique des nations 2015 (CAN) à la Côte d’Ivoire face au Ghana en[...]

Naufrages de migrants en Méditerranée : le silence des dirigeants africains

  Les dirigeants africains se montrent remarquablement silencieux sur les naufrages de migrants en Méditerranée, qui concernent pourtant nombre de leurs citoyens, en particulier dans l'ouest du continent, une[...]

Tomi, IBK, Bongo : des écoutes embarrassantes

Des chefs d’Etat étrangers, qui plus est des amis de la France, écoutés dans le cadre d’investigations judiciaires ? Voilà qui, d’un point de vue diplomatique, et même si[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers