Extension Factory Builder
19/10/2012 à 17:43
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
L'ex-premier ministre tunisien et chef du parti d'opposition Nidaa Tounès, Beji Caïd Essebsi. L'ex-premier ministre tunisien et chef du parti d'opposition Nidaa Tounès, Beji Caïd Essebsi. © AFP

Béji Caïd Essebsi, chef du parti d'opposition Nida Tounès, a dénoncé vendredi 19 octobre le "premier assassinat politique depuis la révolution" après la mort, jeudi, de Lotfi Naguedh, coordinateur du parti à Tataouine (sud de la Tunisie). 

Pour Béji Caïd Essebsi, la mort de Lotfi Naguedh est un « assassinat politique ». Vendredi 19 octobre, au micro de la radio Mosaïque FM, l'ex-Premier ministre tunisien a évoqué la responsabilité des islamistes dans le décès du représentant de son mouvement lors de violences survenues la veille à Tataouine, dans le sud de la Tunisie.

« C'est le premier assassinat politique depuis la révolution et il touche notre parti, Nida Tounès », a déclaré Beji Caïd Essebsi, adversaire juré des islamistes d'Ennahdha qui dirigent la coalition au pouvoir.

« BCE » a accusé Ennahdha et son allié de centre-gauche, le Congrès pour la République (CPR) du président Moncef Marzouki, d'être responsables de la manifestation qui a dégénéré en violences jeudi à Tataouine.

Il a ensuite répété ces déclarations lors d'une conférence de presse à Tunis et a parlé d'« un lynchage », montrant une vidéo où l'on voit une personne présentée comme la victime traînée au sol et frappée par une foule.

Autopsie

Le coordinateur de Nida Tounès à Tataouine, Lofti Naguedh, est mort jeudi en marge d'affrontements entre ses partisans et des manifestants considérés comme proches d'Ennahdha.

La date de son enterrement n'a pas été fixée, son corps ayant été transporté à Tunis vendredi où une autopsie doit avoir lieu, selon M. Essebsi. Le ministère de l'Intérieur a affirmé qu'il avait succombé à un infarctus, alors que les opposants disent qu'il est mort après avoir été battu par les manifestants de la Ligue de protection de la révolution, une organisation proche des islamistes au pouvoir. Le docteur Moncef Dorza de l'hôpital de Tataouine, interrogé sur l'antenne locale de la radio publique, n'a pas voulu trancher sur les causes du décès.

« Lorsqu'il est arrivé, il était dans un coma ou un pré-coma », a-t-il dit à Radio Tataouine, « il était près de la mort et nous n'avions pas le temps pour des examens approfondis et voir s'il y avait des blessures externes ».

Ennahdha vs. Nida Tounès

De son côté, Ennahdha a accusé, dans un communiqué diffusé jeudi soir, les partisans de Nida Tounès d'avoir provoqué les violences en jetant des cocktails molotov sur les manifestants. Les islamistes ont « présenté des condoléances » à la famille du défunt et demandé « une enquête judicaire pour déterminer les causes et circonstances » des violences et du décès.

M. Essebsi, deuxième Premier ministre de transition après la révolution de 2011 qui a renversé Zine el-Abidine Ben Ali, a fondé son parti cet été et connaît, selon des sondages, une popularité croissante. La coalition au pouvoir accuse le mouvement de rassembler des tenants du président déchu.

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Article suivant :
L'Unesco otage du Proche-Orient

Article précédent :
Japon : Sayonara, Tokyo !

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Tunisie

Stéphanie Pouessel : 'Beaucoup de Tunisiens reconnaissent l'existence d'un vrai problème de racisme'

Stéphanie Pouessel : "Beaucoup de Tunisiens reconnaissent l'existence d'un vrai problème de racisme"

Docteur en anthropologie, Stéphanie Pouessel a dirigé l’étude "Noirs au Maghreb. Enjeux identitaires", publié aux éditions Karthala en 2012. Résidente en Tunisie où[...]

Microsoft : Jamel Gafsi, numéro 8

Tunisien formé en Allemagne et en France, Jamel Gafsi dirige le Centre d'ingénierie de Microsoft, à Issy-les-Moulineaux. Portrait.[...]

Maghreb : Ô Rap ! Ô désespoir !

De Rabat à Tripoli, ils traduisent, avec des paroles parfois très crues, la colère et les frustrations de la jeunesse face à l'oppression et à l'injustice, mais aussi sa[...]

Street art : Zoo project en toute liberté

L'artiste franco-algérien qui avait rendu hommage aux martyrs de la révolution tunisienne a été retrouvé mort.[...]

Algérie - Tunisie : quand le business finance le terrorisme

En Tunisie, non loin de la frontière avec l'Algérie, le massif du Chaambi sert de repaire à des contrebandiers et à des groupes armés. Et souvent le business finance le terrorisme.[...]

Tunisie : avec Jomâa, la revanche des diplomates

Mis à rude épreuve par les errements de l'ex-troïka au pouvoir, ils forment désormais l'ossature du gouvernement de Mehdi Jomâa, qui a fait de la restauration de l'image de la Tunisie l'une[...]

Leekens en Tunisie : "Il faut regagner la confiance des supporteurs"

Nommé sélectionneur de la Tunisie pour les deux prochaines années, le Belge Georges Leekens s’est installé à Tunis afin de préparer les qualifications pour la CAN 2015 au Maroc.[...]

Tunisie : à Ben Guerdane, un vent de colère souffle sur la route de la contrebande

La fermeture prolongée du poste-frontière de Ras el-Jdir, entre la Tunisie et la Libye, nuit gravement à l'économie de la région de Ben Guerdane, fondée sur la contrebande d'armes et[...]

Tunisie : Hamadi Jebali, un repli très tactique

L'ancien Premier ministre tunisien quitte la direction d'Ennahdha mais reste membre de la formation islamiste. Il pourrait se présenter comme "indépendant" à la prochaine élection[...]

Littérature : Wahiba Khiari, ou l'assourdissant silence de la guerre

Premier ouvrage des éditions Elyzad à être traduit aux États-Unis, "Nos silences", de Wahiba Khiari, témoigne du dynamisme de la maison tunisienne.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers