Extension Factory Builder
22/10/2012 à 12:54
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Mo Ibrahim, président de la fondation. Mo Ibrahim, président de la fondation. © AFP

En progrès mais peut, incontestablement, mieux faire. Telle est la mention qui accompagnerait l’indice Mo Ibrahim, s’il n’était qu’un simple bulletin de notes pour le continent. Avec de bons résultats en termes d’économie, l’Afrique avance. Mais de gros "bémols" demeurent, notamment dans la participation citoyenne et les droits de l’Homme.

Le continent est décidément un élève capricieux. Si la Fondation Mo Ibrahim, qui fournit chaque année un classement de la gouvernance salue une « tendance à l’amélioration », elle regrette également des résultats contrastés - en dépit de la finesse de son indice, basé sur 88 critères allant de l’économie à la santé, en passant par l’éducation et les droits de l’Homme.

« Le plus grand défi pour l’Afrique, c’est d’arriver à rétablir l’équilibre entre les progrès incontestables effectués au niveau économique et le retard qui est accumulé dans les sujets politiques », explique Nathalie Delapalme, directrice de la Recherche et des Politiques publiques de la Fondation Mo Ibrahim. « Les chiffres de la croissance sont bons. Le vrai sujet sur le continent, c’est l’accroissement des inégalités », ajoute l’ancienne conseillère Afrique du ministère français des Affaires étrangères (2002-2007).

Un manque d’équilibre

Le classement 2012

1- Maurice
2- Cap Vert
3- Botswana
4- Seychelles
5- Afrique du Sud
6- Namibie
7- Ghana
8- Tunisie
9- Lesotho
10- Tanzanie

Retrouvez la totalité du classement de la gouvernance en Afrique en  téléchargeant ici l'indice Mo Ibrahim 2012 : toutes les informations, tous les secteurs, pays par pays.

Si le développement économique est globalement satisfaisant, d’autres secteurs inquiètent. Le cas de la Tunisie est révélateur. Second du classement pour le développement économique durable, le pays ne se classe qu’à la 27e place de deux autres palmarès : « la participation citoyenne et les droits de l’Homme » et « la sécurité et la souveraineté du droit ». Reste à mesurer l’impact du Printemps arabe, qui, au vu de l’actualité politique tunisienne, pourrait aussi décevoir.

L’Afrique du Sud pourrait également devenir rapidement très problématique, comme le laissent présager les tensions sociales croissantes dans le pays, dont l’épisode de Marikana n’aura été qu'un exemple dramatiquement révélateur. « On commence à voir des fissures apparaître dans les indicateurs », confie ainsi Nathalie Delapalme. Pour le moment, le pays reste cependant ancré dans le haut du classement. Mais pour combien de temps ?

Locomotives à la peine

« L’affaissement » des grandes locomotives, que sont l’Afrique du Sud, l’Égypte, le Kenya et le Nigeria, est un réel sujet d’inquiétude. Le Nigeria, adepte du peloton de tête voici dix ans, se retrouve cette année installé dans le wagon de queue. La raison de cette dégringolade ? « Au niveau de l’économie, il y a des retards dans les infrastructures », explique Nathalie Delapalme, qui évoque également « les questions de sécurité au Nord qui commencent à avoir un impact ».

L’Afrique de l’Ouest est pourtant la zone qui progresse le plus, rattrapant l’Afrique de l’Est pour ce qui est des opportunités économiques. Regain en Côte d’Ivoire, qui se remet de la crise de 2010, bonne performance du Ghana et surtout relèvement impressionnant du Liberia… La sous-région est porteuse d’espoir.

 

Score du Nigeria en termes de gouvernance (source : Fondation Mo Ibrahim)

 

Score du Libéria en termes de gouvernance (source : Fondation Mo Ibrahim)

 

Vers un marché unique africain ?

Mais il faut nuancer les perspectives positives. « Pris chacun séparément, aucun des pays du continent n’est viable économiquement quand on les compare aux concurrents », explique Nathalie Delapalme : « La totalité du PIB africain est à peine égal à celui du Brésil ». D’où l’idée fixe de Mo Ibrahim : un « marché unique africain ». Ce que confirme la directrice des recherches de la Fondation : « Si on arrive à conforter les zones sous régionales actuelles, on pourra construire un ensemble plus fort basé sur des ressources considérables ».

La totalité du PIB africain est à peine égal à celui du Brésil.

Nathalie Delapalme, directrice de la Recherche et des politiques publiques de la Fondation Mo Ibrahim

Un « ensemble plus fort » et des gouvernances plus performantes qui n’iront pas sans de meilleurs dirigeants. La Fondation Mo Ibrahim, qui, pour la troisième fois en six ans, n’a pas décerné son prix pour un leadership d’excellence en 2012, a ainsi décidé de développer sa relation avec les responsables africains. « Ce n’est pas du conseil politique », précise la Fondation, « nous expliquons simplement à quoi peut servir l’indice, on ne critique pas les gouvernements ». Pas de critiques mais un avertissement : « Si vous avez une bonne gouvernance mais un mauvais leadership, vous continuerez à patiner ». À bon entendeur.

________

Par Mathieu Olivier (@MathieuOlivier)

Le classement de la gouvernance africaine et les classements par thème (source : Fondation Mo Ibrahim)
(En absence de données, le Soudan et le Soudan du Sud ne figurent pas dans l'indice)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Continental

Vidéos - Football : les stades les plus chauds du continent

Vidéos - Football : les stades les plus chauds du continent

De Casablanca à Johanesburg en passant par Kumasi au Ghana, "Jeune Afrique" vous présente quelque-uns des stades de football les plus chauds du continent. Frissons garantis.[...]

Carte interactive : voyagez en Afrique sans visa !

En vertu d'accords bilatéraux ou dans le cadre d'organisations sous-régionales, plusieurs pays africains ont supprimé l'obligation de visa d'entrée sur leurs territoires. Grâce à une carte[...]

France : quand François Hollande oublie les "tirailleurs"

À la Grande Mosquée de Paris, sur la plaque gravée en hommage aux soldats musulmans mort pour la France, l'Élysée va devoir réparer son omission.[...]

La diversité religieuse ? Une richesse inéquitablement répartie

Chrétiens, juifs, musulmans, animistes, athées... Sur Terre, ce n'est pas la diversité qui manque. Une enquête recense les pays où elle est le plus forte. Première en Afrique, la[...]

Japon - Yoshifumi Okamura : en Afrique, "c'est maintenant qu'il faut y aller !"

De passage à Paris, l'ancien ambassadeur du Japon en Côte d'Ivoire - et désormais représentant personnel du Premier ministre pour l'Afrique-, Yoshifumi Okamura, évoque l'avancée des[...]

Risque-pays : les bons et les mauvais élèves africains

Aon Risk Solutions vient de publier la 16e édition de la carte de risque pays. Si l'Afrique australe reste (à l'exception du Zimbabwe) la zone la moins risquée du continent, le Maroc, le Ghana et l'Ouganda[...]

Terrorisme - Iyad Ag Ghaly : arrête-moi si tu l'oses !

Recherché pour terrorisme par le monde entier, le chef touareg Iyad Ag Ghaly semble pourtant poursuivi avec bien peu d'ardeur. Et pour cause : il reste un acteur essentiel dans la région.[...]

Veni vidi... Vinci ?

Après des années de suprématie chinoise, les français Bouygues, Eiffage et Vinci repartent à l'assaut du continent. Leurs atouts ? Qualité, respect des délais et recours[...]

Olivier Stintzy : "Investir dans les hôpitaux, les écoles, le logement"

Pour ce gestionnaire de fonds, les partenariats public-privé permettent de prolonger la durée de vie des équipements à vocation sociale tout en garantissant leur rentabilité.[...]

Casa África, aux Canaries, une fenêtre espagnole sur le continent

Créée en 2006 comme un consortium entre le ministère espagnol des Affaires étrangères, le gouvernement des Canaries et la municipalité de Las Palmas où elle a son siège,[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers