Extension Factory Builder
19/10/2012 à 11:01
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Des manifestants contre la mise en place d'une intervention militaire internationale, le 18 octobre. Des manifestants contre la mise en place d'une intervention militaire internationale, le 18 octobre. © AFP

Une réunion internationale de haut niveau, consacrée à la préparation d'une éventuelle intervention militaire pour la reconquête du Nord-Mali, s'est ouverte vendredi 19 octobre à Bamako. Les membres de la Cedeao et les militaires maliens doivent peaufiner leur stratégie pour obtenir le soutien définitif du Conseil de sécurité de l'ONU. 

Une intervention militaire au Nord-Mali semble désormais acquise. Reste maintenant à préciser sa stratégie et ses modalités. C'est l'objectif d'une réunion internationale de haut niveau qui se tient vendredi 19 octobre à Bamako.

Nkosazana Dlamini-Zuma, nouvelle présidente de la Commission de l'Union africaine (UA), ainsi que Romano Prodi, envoyé spécial pour le Sahel du secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon, le président nigérian Goodluck Jonathan, ainsi que son homologue malien par intérim, Dioncounda Traoré, doivent y participer. Pierre Vimont, numéro deux de la diplomatie de l'Union européenne (UE) et Jean Felix-Paganon, envoyé spécial de la France au Sahel, devraient également être présents.

Cette réunion se tient une semaine après l'adoption, le 12 octobre au Conseil de sécurité de l'ONU, d'une résolution préparant le déploiement d'une force militaire étrangère de quelque 3 000 hommes au Mali. Elle donne 45 jours aux pays ouest-africains, qui en constitueront le noyau, pour préciser leurs plans d'intervention.

À Bamako, les pays de la Communauté économique des États d'Afrique de l'Ouest (Cedeao), seuls prévus pour envoyer des troupes au sol, devront commencer à détailler « leurs grandes lignes stratégiques ». L'intervention devrait être soutenue par l'ONU, l'UE et l'UA et, sur le plan logistique, par des pays comme la France et les États-Unis.

Le rôle de Sanogo

En clair, les pays participant à l'intervention doivent « avancer sur la définition des besoins » - c'est à dire exposer quelles sont les ressources en munitions et en armements qui manquent à l'armée malienne - et quelles troupes au sol les pays de la Cedeao vont pouvoir engager.

« Il faut que l'on sache où l'on va. Cela doit être très bien calé, sinon le Conseil de sécurité ne serait pas partant s'il juge que le dispositif est bancal », affirme une source diplomatique. Côté malien, Moussa Diakité, chargé de mission à la présidence, juge que « c'est une rencontre très importante ». « Il s'agira pour nous, Maliens, pour les partenaires de la communauté internationale, d'accorder nos violons pour bouter hors de chez nous les terroristes », a-t-il déclaré. Selon lui, outre le président Traoré, le Premier ministre Cheick Modibo Diarra devrait aussi être présent à la réunion.

Le capitaine Amadou Haya Sanogo, qui a rendu le pouvoir aux civils après avoir mené le coup d'État du 22 mars - précipitant la chute du Nord aux mains des islamistes - est aujourd'hui chargé d'une mission de réforme de l'armée malienne. Il devrait être associé à une intervention militaire « d'une manière ou d'une autre », selon son entourage.

"Qui veut la paix, prépare la guerre"

Parallèlement à la préparation d'une intervention militaire, les participants aborderont aussi la question des négociations. Certains des groupes armés qui occupent le Nord au côté d'Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) pourraient se dissocier du terrorisme et de la partition du Mali.

« Ce qu'on ne veut pas, c'est dialoguer avec des gens qui se sont rendus coupables d'amputations » et autres exactions commises au nom de la charia, dit-on côté français. Quant à la rébellion touarègue et laïque du Mouvement national de libération de l'Azawad (MNLA), qui avait lancé l'offensive dans le nord du Mali en janvier avant de s'en faire évincer par les islamistes, elle devra renoncer à l'indépendance de l'Azawad si elle veut repartir sur de nouvelles bases, ajoute-t-on.

« Des négociations sont en cours, mais qui veut la paix, prépare la guerre », résume un diplomate africain en poste à Bamako. Ces négociations se tiennent principalement avec Ansar Eddine (Défenseurs de l'islam), un groupe actuellement allié à Aqmi et dirigé par un ex-rebelle touareg devenu jihadiste, Iyad Ag Ghali. L'objectif est de regrouper dans un mouvement unifié tous les rebelles touaregs.

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Mali

Les pays du 'G5 du Sahel' appellent l'ONU à intervenir en Libye

Les pays du "G5 du Sahel" appellent l'ONU à intervenir en Libye

Les dirigeants des cinq pays du "G5 du Sahel" (Tchad, Niger, Burkina Faso, Mali, Mauritanie), réunis vendredi en sommet à Nouakchott, ont appelé l'ONU à mettre en place une force internationa[...]

Mali : retour en cinq dates sur la vie d'Intalla Ag Attaher, aménokal des Ifoghas

Intalla Ag Attaher, chef traditionnel de la tribu touarègue des Ifoghas, est mort dans la nuit de jeudi à vendredi à Kidal. Retour en cinq dates sur sa vie, intimement liée aux différentes[...]

Hervé Ladsous : "En Centrafrique, il faut des autorités nouvelles issues d'élections avant août 2015"

Présent au forum international de Dakar sur la paix et la sécurité en Afrique (15 et 16 décembre), Hervé Ladsous, secrétaire général adjoint aux opérations de[...]

Ebola : trois choses à savoir sur la tournée de Ban Ki-moon en Afrique de l'Ouest

Ban Ki-moon a annoncé mercredi à New York qu'il se rendra à partir du 18 décembre en Afrique de l'Ouest. Une tournée dans les pays qui ont été touchés par le virus Ebola.[...]

Mali : IBK assume la libération de quatre jihadistes

Très critiqué dans son pays pour avoir ordonné la libération de quatre jihadistes afin d’obtenir celle de l’otage français Serge Lazarevic le 9 décembre, Ibrahim Boubacar[...]

Mali - France : Lazarevic et Sofara

Un Français vaut-il plus qu'un Malien ? Certains jugeront la question déplacée. Elle mérite pourtant qu'on s'y arrête au vu des circonstances qui ont mené à la[...]

Jean-Yves Le Drian : "Au Mali comme en Centrafrique, l'heure de vérité approche"

Un an après le déclenchement de l'opération Sangaris, et deux ans après celui de l'opération Barkhane, le ministre français de la Défense affiche ses objectifs : des[...]

Paris veut un accord de paix au Mali en janvier

Paris souhaite que les négociations de paix maliennes entre Bamako et les groupes armés du Nord, sous médiation algérienne, aboutissent en janvier, a déclaré le ministre français de[...]

Sahel : Lazarevic pense avoir été capturé pour une rançon et nie être un mercenaire

L'ex-otage français Serge Lazarevic, libéré mardi après plus de trois ans de captivité au Sahel, a estimé dimanche, dans le journal de 20 heures de France 2, que ses ravisseurs l'avaient[...]

Mali : le Tunisien Mongi Hamdi nommé à la tête de la Minusma

Le ministre tunisien des Affaires étrangères, Mongi Hamdi, remplace le Néerlandais Bert Koenders à la tête de la Minusma, a annoncé vendredi un communiqué des Nations unies.  [...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers