Extension Factory Builder
19/10/2012 à 09:39
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le fondateur du parti islamiste Ennahda, Rached Ghannouchi, le 21 octobre 2011 à Tunis. Le fondateur du parti islamiste Ennahda, Rached Ghannouchi, le 21 octobre 2011 à Tunis. © AFP

Largement critiqué après la diffusion d'une vidéo dans laquelle il pactise avec des salafistes, le leader d'Ennahdha, Rached Ghannouchi, explique qu'il faut considérer les salafistes comme des "citoyens" et "éviter le discours de l'ennemi intérieur".

Après les vidéos polémiques de la semaine dernière, Rached Ghannouchi tente de rectifier le tir. Dans un entretien au Monde publié jeudi, le chef du parti islamiste au pouvoir Ennahdha essaie de se montrer rassurant, estimant que si les salafistes tunisiens sont « diabolisés », ils seront au pouvoir dans « dix ou quinze ans ».

« Il faut éviter le discours de l'ennemi de l'intérieur », estime Ghannouchi, très critiqué par l'opposition après la diffusion sur internet d'une vidéo où il tient des propos très conciliants à des jeunes salafistes. « Si nous voulons diaboliser les salafistes, dans dix ou quinze ans, ce sont eux qui seront au pouvoir », ajoute le leader islamiste tunisien. « C'est pour cela que nous leur parlons en tant que citoyens, et non comme des ennemis », se défend M. Ghannouchi.

Dans une des deux vidéos, Ghannouchi demandait aux salafistes de faire preuve de « sagesse » pour asseoir leur pouvoir face aux laïcs qui contrôlent encore médias et institutions et « qui peuvent rebondir après leur échec » aux élections d'octobre 2011.

Juste après la diffusion de cette vidéo, Ennahdha avait affirmé que la rencontre entre son chef et un groupe de jeunes salafistes remontait au mois de février et que ses déclarations avaient été l'objet d'un montage pour les sortir de leur contexte.

"Double discours d'Ennahdha"

Interrogé par le Monde, Rached Ghannouchi estime qu'« il n'y avait rien (dans la vidéo) contre les droits de l'homme, rien sur un prétendu appel à un coup d'État ou sur la régression en ce qui concerne l'égalité des sexes ». « L'opposition a voulu en faire un objet de scandale afin d'influencer l'opinion publique tunisienne et plus encore l'opinion publique occidentale, et détruire l'idée qu'il y aurait une distinction entre l'islam modéré et l'islam radical », accuse-t-il.

L'opposition avait qualifié de « très grave » le contenu de la vidéo illustrant « le double discours d'Ennahdha ». Et 75 députés de l'opposition avaient signé une pétition réclamant la dissolution d'Ennahdha.

Le gouvernement dirigé par les islamistes est accusé de laxisme envers les salafistes, alors que Ghannouchi avait qualifié les salafistes jihadistes de « danger » et prôné la fermeté dans la foulée de l'attaque de l'ambassade américaine à Tunis, le 14 septembre.

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Tunisie

Armée tunisienne : la grande désillusion

Armée tunisienne : la grande désillusion

Incapable de venir à bout des maquis jihadistes, minée par des querelles au sommet, gangrenée par la politique, la grande muette a beaucoup perdu de sa superbe. Enquête exclusive sur une institut[...]

Barack Obama à Béji Caïd Essebsi : "Les États-Unis croient en la Tunisie"

À l'ocassion de la réception de Béji Caïd Essebsi à la Maison blanche jeudi, le président amréicain Barack Obama a annoncé son intention d'accorder à la Tunisie le[...]

Attentat du Bardo en Tunisie : doutes sur l'implication du suspect marocain arrêté en Italie

Un nouveau suspect a été appréhendé mercredi à Gaggiano, en Italie, dans le cadre de l'affaire de l’attentat du Bardo. Mais les premiers éléments laissent à penser[...]

Tunisie : contre la contrebande, l'électronique !

Habib Essid, le Premier ministre tunisien, et Slim Chaker, son ministre des Finances, ont donné carte blanche à Adel Ben Hassine, le directeur général des douanes fraîchement nommé,[...]

Les femmes africaines peinent à percer le plafond de verre

Éducation, travail, indépendance... Malgré de timides avancées, le statut des femmes n'a que peu progressé en Afrique, selon les participantes du 5e forum social d’Essaouira, au Maroc, du[...]

Le président tunisien Béji Caïd Essebsi reçu par Barack Obama à la Maison blanche

Le président tunisien Béji Caïd Essebsi sera reçu jeudi à Washington par son homologue américain Barack Obama. Cette deuxième rencontre entre les deux hommes à la Maison[...]

Comment Samir Tarhouni, l'ancien chef de la BAT, a empêché les Trabelsi de quitter la Tunisie en 2011

Samir Tarhouni, l'ancien patron de la brigade antiterrorisme (BAT) a été l'un des principaux protagonistes du départ de Ben Ali. Retour sur un épisode clé de l'histoire tunisienne[...]

Tunisie : voyage au coeur de la BAT, la brigade antiterrorisme

Devenue un symbole national depuis l'arrestation des Trabelsi, en 2011, la brigade antiterrorisme nous ouvre pour la première fois ses portes.[...]

Attentat du Bardo en Tunisie : un suspect marocain arrêté en Italie

Un suspect marocain a été appréhendé mercredi dans le nord de l'Italie, pour complicité présumée dans l'attentat du Bardo. Le résultat d'une coopération avancée[...]

Libye : 172 Tunisiens pris en otages par une milice islamiste du groupe Fajr Libya

Les autorités tunisiennes ont annoncé lundi l’existence de négociations en vue de la libération de 172 ressortissants détenus en Libye par un groupe de la coalition de milices islamistes[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers