Extension Factory Builder
19/10/2012 à 09:39
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le fondateur du parti islamiste Ennahda, Rached Ghannouchi, le 21 octobre 2011 à Tunis. Le fondateur du parti islamiste Ennahda, Rached Ghannouchi, le 21 octobre 2011 à Tunis. © AFP

Largement critiqué après la diffusion d'une vidéo dans laquelle il pactise avec des salafistes, le leader d'Ennahdha, Rached Ghannouchi, explique qu'il faut considérer les salafistes comme des "citoyens" et "éviter le discours de l'ennemi intérieur".

Après les vidéos polémiques de la semaine dernière, Rached Ghannouchi tente de rectifier le tir. Dans un entretien au Monde publié jeudi, le chef du parti islamiste au pouvoir Ennahdha essaie de se montrer rassurant, estimant que si les salafistes tunisiens sont « diabolisés », ils seront au pouvoir dans « dix ou quinze ans ».

« Il faut éviter le discours de l'ennemi de l'intérieur », estime Ghannouchi, très critiqué par l'opposition après la diffusion sur internet d'une vidéo où il tient des propos très conciliants à des jeunes salafistes. « Si nous voulons diaboliser les salafistes, dans dix ou quinze ans, ce sont eux qui seront au pouvoir », ajoute le leader islamiste tunisien. « C'est pour cela que nous leur parlons en tant que citoyens, et non comme des ennemis », se défend M. Ghannouchi.

Dans une des deux vidéos, Ghannouchi demandait aux salafistes de faire preuve de « sagesse » pour asseoir leur pouvoir face aux laïcs qui contrôlent encore médias et institutions et « qui peuvent rebondir après leur échec » aux élections d'octobre 2011.

Juste après la diffusion de cette vidéo, Ennahdha avait affirmé que la rencontre entre son chef et un groupe de jeunes salafistes remontait au mois de février et que ses déclarations avaient été l'objet d'un montage pour les sortir de leur contexte.

"Double discours d'Ennahdha"

Interrogé par le Monde, Rached Ghannouchi estime qu'« il n'y avait rien (dans la vidéo) contre les droits de l'homme, rien sur un prétendu appel à un coup d'État ou sur la régression en ce qui concerne l'égalité des sexes ». « L'opposition a voulu en faire un objet de scandale afin d'influencer l'opinion publique tunisienne et plus encore l'opinion publique occidentale, et détruire l'idée qu'il y aurait une distinction entre l'islam modéré et l'islam radical », accuse-t-il.

L'opposition avait qualifié de « très grave » le contenu de la vidéo illustrant « le double discours d'Ennahdha ». Et 75 députés de l'opposition avaient signé une pétition réclamant la dissolution d'Ennahdha.

Le gouvernement dirigé par les islamistes est accusé de laxisme envers les salafistes, alors que Ghannouchi avait qualifié les salafistes jihadistes de « danger » et prôné la fermeté dans la foulée de l'attaque de l'ambassade américaine à Tunis, le 14 septembre.

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Tunisie

Tunisie : 26 candidats en lice face à Marzouki pour la présidentielle du 23 novembre

Tunisie : 26 candidats en lice face à Marzouki pour la présidentielle du 23 novembre

L'Instance supérieure indépendante pour les élections (Isie) a dévoilé mardi les noms de 27 candidats retenus pour la présidentielle du 23 novembre en Tunisie.[...]

Tunisie - Troussier : "Il fallait que je quitte Sfax"

À peine trois mois après son arrivée à Sfax, Philippe Troussier (59 ans) quitte la Tunisie, après l’élimination samedi soir en demi-finale de la Ligue des champions face aux[...]

Tunisie : le procès en appel de deux policiers tunisiens reconnus coupables de viol reporté au 6 novembre

Le procès en appel de deux policiers tunisiens reconnus coupables d'avoir violé une jeune femme a été reporté au 6 novembre à la demande des avocats de la jeune femme.[...]

Démographie : si la Tunisie m'était comptée

Exode rural massif, baisse de la natalité, réduction de la taille des familles, boom de l'immobilier... Le recensement va-t-il orienter l'action du prochain gouvernement tunisien ?[...]

Maghreb : une lueur au bout du couloir de la mort

Au Maghreb, des centaines de détenus croupissent dans les prisons, attendant une hypothétique exécution. À moins que le parti des abolitionnistes ne l'emporte. Rendez-vous à Tunis les 25[...]

Amina Sboui : son "agression" par des salafistes à Paris était bien "un mensonge"

L’ancienne Femen, Amina Sboui a inventé son agression de juillet dernier par des salafistes à Paris. Un mensonge qui était avant tout un "appel au secours", avoue-t-elle au quotidien[...]

Immigration : mort à crédit en Méditerranée

Ils paient des passeurs sans scrupule à prix d'or pour traverser la Méditerranée. Cette année, trois mille migrants ont perdu la vie dans ce voyage. Un commerce lucratif et un drame humain face[...]

Élections tunisiennes : guerre d'influence dans les médias

Profitant d'un flou juridique, plusieurs hommes d'affaires tunisiens ont investi dans les médias pour servir leur camp politique. Voire défendre leur propre candidature aux prochaines élections.[...]

Tunisie : à Gabès, le gouvernement bloque un projet de 25 millions d'euros et 300 emplois

Avec une relance en panne, la Tunisie multiplie les appels aux investisseurs étrangers. Mais le gouvernement ne donne pas toujours une suite positive aux projets, sans pour autant motiver son refus de manière[...]

Divergences jihadistes en Tunisie

Les dirigeants du mouvement jihadiste tunisien Ansar al-Charia se divisent sur l'opportunité d'une lutte armée en période pré-électorale. La base, elle, rêverait d'en découdre.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers