Extension Factory Builder
19/10/2012 à 09:39
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le fondateur du parti islamiste Ennahda, Rached Ghannouchi, le 21 octobre 2011 à Tunis. Le fondateur du parti islamiste Ennahda, Rached Ghannouchi, le 21 octobre 2011 à Tunis. © AFP

Largement critiqué après la diffusion d'une vidéo dans laquelle il pactise avec des salafistes, le leader d'Ennahdha, Rached Ghannouchi, explique qu'il faut considérer les salafistes comme des "citoyens" et "éviter le discours de l'ennemi intérieur".

Après les vidéos polémiques de la semaine dernière, Rached Ghannouchi tente de rectifier le tir. Dans un entretien au Monde publié jeudi, le chef du parti islamiste au pouvoir Ennahdha essaie de se montrer rassurant, estimant que si les salafistes tunisiens sont « diabolisés », ils seront au pouvoir dans « dix ou quinze ans ».

« Il faut éviter le discours de l'ennemi de l'intérieur », estime Ghannouchi, très critiqué par l'opposition après la diffusion sur internet d'une vidéo où il tient des propos très conciliants à des jeunes salafistes. « Si nous voulons diaboliser les salafistes, dans dix ou quinze ans, ce sont eux qui seront au pouvoir », ajoute le leader islamiste tunisien. « C'est pour cela que nous leur parlons en tant que citoyens, et non comme des ennemis », se défend M. Ghannouchi.

Dans une des deux vidéos, Ghannouchi demandait aux salafistes de faire preuve de « sagesse » pour asseoir leur pouvoir face aux laïcs qui contrôlent encore médias et institutions et « qui peuvent rebondir après leur échec » aux élections d'octobre 2011.

Juste après la diffusion de cette vidéo, Ennahdha avait affirmé que la rencontre entre son chef et un groupe de jeunes salafistes remontait au mois de février et que ses déclarations avaient été l'objet d'un montage pour les sortir de leur contexte.

"Double discours d'Ennahdha"

Interrogé par le Monde, Rached Ghannouchi estime qu'« il n'y avait rien (dans la vidéo) contre les droits de l'homme, rien sur un prétendu appel à un coup d'État ou sur la régression en ce qui concerne l'égalité des sexes ». « L'opposition a voulu en faire un objet de scandale afin d'influencer l'opinion publique tunisienne et plus encore l'opinion publique occidentale, et détruire l'idée qu'il y aurait une distinction entre l'islam modéré et l'islam radical », accuse-t-il.

L'opposition avait qualifié de « très grave » le contenu de la vidéo illustrant « le double discours d'Ennahdha ». Et 75 députés de l'opposition avaient signé une pétition réclamant la dissolution d'Ennahdha.

Le gouvernement dirigé par les islamistes est accusé de laxisme envers les salafistes, alors que Ghannouchi avait qualifié les salafistes jihadistes de « danger » et prôné la fermeté dans la foulée de l'attaque de l'ambassade américaine à Tunis, le 14 septembre.

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Tunisie

Religion : le pape François reçoit le président tunisien Marzouki

Religion : le pape François reçoit le président tunisien Marzouki

Le pape François a reçu jeudi dans la matinée en audience privée au Vatican le président tunisien, Moncef Marzouki. Les deux hommes se sont engagés en faveur du dialogue interreligieux, [...]

En Tunisie, Syphax vote Blanc

La compagnie aérienne Syphax Airlines a choisi comme nouveau patron Christian Blanc, ancien PDG d'Air France de 1993 à 1997.[...]

Tunisie : Kamel Morjane, la force tranquille

Respecté, compétent, homme de consensus s'il en est, l'ex-ministre des Affaires étrangères de Ben Ali, Kamel Morjane, hésite pourtant à briguer la magistrature suprême.[...]

Diplomatie : l'axe Tunis-Riyad passe par Paris

Alors que les Saoudiens s'intéressent à de grands projets en Tunisie, un axe diplomatico-économique semble se dessiner de plus en plus nettement entre Rabat, Tunis, Riyad et Paris.[...]

Le jeune homme retrouvé mort démembré en septembre à Paris était tunisien

Plusieurs sources concordantes ont affirmé, mardi, que le corps démembré retrouvé début septembre dans des sacs poubelles déposés en pleine rue à Villepinte, en[...]

Tunisie : "entreprise d'avenir" cherche partenaires

Co-organisée avec la France, la conférence « Investir en Tunisie : start up democracy » a rassemblé le 8 septembre Etats, institutions internationales et investisseurs. 22 projets  pour une[...]

"Investir en Tunisie" : grand oral pour le gouvernement de Mehdi Jomâa

Devant les acteurs majeurs du monde de l'économie, le gouvernement tunisien a entamé lundi, à Tunis, son grand oral du colloque "Investir en Tunisie, une start-up démocratie".[...]

Législatives tunisiennes : et si Mohamed Abbou créait la surprise ?

Transfuge du Congrès pour la République (CPR), parti qu'il cofonda en 2001 avec l'actuel président Moncef Marzouki, Mohamed Abbou pourrait créer la surprise lors des législatives du[...]

Cinéma : pas de "Blessure" pour Kechiche

Le réalisateur français Abdellatif Kechiche a été contraint d'ajourner le tournage en Tunsie de son prochain film. [...]

Tunisie : Ennahdha ne présentera pas de candidat à la présidentielle

Le parti islamiste Ennahdha, majoritaire à la Constituante tunisienne, a décidé dimanche de ne pas présenter de candidat à la présidentielle prévue le 23 novembre, a[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex