Extension Factory Builder
18/10/2012 à 18:53
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
La candidature rwandaise était la seule présentée par le groupe africain. La candidature rwandaise était la seule présentée par le groupe africain. © AFP

Seul pays africain à avoir postulé pour cette session, le Rwanda occupera l’un des cinq sièges du Conseil de sécurité de l'ONU dévolus aux membres non permanents pour la période allant du 1er janvier 2013 au 31 décembre 2014. La candidature de Kigali a recueilli 148 voix favorables, lors de l'Assemblée générale, jeudi 18 octobre.

Mis à jour le 19/10 à 10h17.

Le Rwanda a été élu, jeudi 18 octobre, membres non permanents du Conseil de sécurité pour deux ans lors de l’Assemblée générale des Nations unies, jeudi 18 octobre. Ce malgré l'opposition de certains membres permanents qui suspectent Kigali de soutenir les rebelles du M23 en RDC.

La candidature rwandaise, la seule présentée par le groupe africain - lequel détient un siège réservé -, a recueilli la majorité des deux tiers requise pour être déclaré élu lors de l'Assemblée générale. Sur les 193 pays membres de l'ONU, 148 ont voté pour, 44 se sont opposés ou abstenus. 

« C’était la bonne chose à faire, un symbole des progrès que nous avons faits et de notre engagement pour la paix internationale », a immédiatement réagi sur Twitter la ministre rwandaise des Affaires étrangères, Louise Mushikiwabo (voir ci-dessus).

Avec le Rwanda, c’est aussi l'Argentine, l'Australie, le Luxembourg et la Corée du Sud qui ont été élus membres non permanents du Conseil de sécurité pour les années 2013 et 2014. L'Argentine, qui a obtenu 182 voix, était également le seul candidat pour le fauteuil réservé à l'Amérique latine. Le Conseil de sécurité compte cinq membres permanents - Chine, États-Unis, France, Grande-Bretagne et Russie dotés du droit de veto - et dix membres non permanents élus pour deux ans.


 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Rwanda

Une histoire du génocide rwandais (#4) : les écoutes bidons et le mythe de la guerre éclair du FPR

Une histoire du génocide rwandais (#4) : les écoutes bidons et le mythe de la guerre éclair du FPR

Dans ce quatrième billet consacré au déclenchement du génocide des Tutsis de 1994, Laurent Touchard* poursuit l'analyse des éléments brandis par les ex-partisans des Forces armées r[...]

Justice : après Simbikangwa, qui ?

Patrick Baudouin est président d'honneur de la Fédération internationale des ligues des droits de l'homme (FIDH).[...]

Rwanda : vingt ans après... Renaître à Kigali

6 avril 1994-6 avril 2014 : alors que la communauté internationale peine encore à examiner ses propres responsabilités dans le génocide des Tutsis, les Rwandais s'efforcent de[...]

Carte interactive : voyagez en Afrique sans visa !

En vertu d'accords bilatéraux ou dans le cadre d'organisations sous-régionales, plusieurs pays africains ont supprimé l'obligation de visa d'entrée sur leur territoire. Grâce à une carte[...]

Rwanda : le génocide, la France, Kagamé et sa conscience

Le 9 avril, lors d'un café littéraire à Kigali, le président rwandais, Paul Kagamé, a évoqué ses récentes déclarations sur le rôle de la France pendant le[...]

Rwanda - Centrafrique : à Bangui, le passé résonne dans l'esprit des soldats rwandais

Les violences intercommunautaires dans la capitale centrafricaine réveillent de douloureux souvenirs chez les soldats rwandais de la Misca. Qui tentent d'utiliser leur expérience pour apaiser les tensions.[...]

Une histoire du génocide (#3) : attentat du 6 avril 1994, la thèse de la culpabilité du FPR ne tient pas la route

Dans ce troisième billet sur le déclenchement du génocide rwandais de 1994, Laurent Touchard* examine les derniers éléments de la thèse accusant le Front patriotique rwandais (FPR) de Paul[...]

Paul Kagamé : "Je ne conseille à personne de se mêler des affaires intérieures du Rwanda"

Démocratie, justice, France, Afrique du Sud, RD Congo, présidentielle de 2017... Le chef de l'État rwandais Paul Kagamé répond sans ambages à toutes les questions, même[...]

Déjà, en 1963, à Gikongoro...

*Jean-Paul Kimonyo est politologue. "Qui est génocide ?" C'est par cette formule un peu étrange que le président Grégoire Kayibanda ponctue, en mars 1964, l'un des plus [...]

"Les faits sont têtus"

Buzz : terme anglais signifiant bourdonnement d'insecte et technique de marketing viral consistant à amplifier l'effet d'un événement ou d'un produit. En recevant J.A. le 27 mars au matin,[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces