Extension Factory Builder
18/10/2012 à 17:55
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le capitaine Amadou Haya Sanogo. Le capitaine Amadou Haya Sanogo. © AFP

Le 16 octobre, le ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian, déclarait qu'une intervention militaire dans le Nord-Mali aurait lieu dans "quelques semaines". Des propos qui suscitent autant d'engouement que de scepticisme du côté des responsables sécuritaires maliens.

L’intervention militaire qui doit libérer le nord du Mali des groupes rebelles armés serait « une question de quelques semaines » selon le ministre de la Défense français, Jean-Yves Le Drian. « Alors vivement d’ici quelques semaines ! s’exclame un haut gradé de l’armée malienne. Entre les exactions qui se poursuivent au Nord et les menaces que font peser les jihadistes sur la sous-région, il ne faut pas traîner. »

De son côté, interrogé sur les délais d’une intervention, le ministère de la Défense botte en touche. « Nous ne maîtrisons pas le calendrier de la communauté internationale », explique-t-on avec prudence. Si la nécessité d’une intervention militaire rapide fait l’unanimité au sein des forces de sécurité maliennes, le débat porte sur les modalités de l’opération – et les acteurs qui doivent s’y atteler.

Déficit de confiance

« Il faut admettre quelques lacunes dans l’organisation et la gestion de nos forces, confie un responsable de la direction générale de la gendarmerie nationale. Mais ce dont nous avons surtout besoin, c’est de la confiance de la communauté internationale. Ce n’est pas le cas aujourd’hui… » Parmi les causes de la méfiance : les divisions et affrontements qui persistent, en interne, entre pro et anti-putsch.

À Kati, le capitaine Sanogo, ex-putschiste, devenu président du récent comité militaire de suivi de la réforme des forces de défense et de sécurité, dit travailler de concert avec l’état-major de l’armée et le gouvernement de transition pour « réformer l’armée et réarmer moralement les troupes. » Il admet désormais la nécessité d’utiliser « toute aide ou compétence extérieure pouvant mener à l’accomplissement de la mission régalienne de l’armée. » Entendre : l’appui logistique et financier de la communauté internationale, voire même l’intégration des milices civiles « si elles sont utilisées dans un cadre bien défini », précise le capitaine.
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Mali

Tomi, IBK, Bongo : des écoutes embarrassantes

Tomi, IBK, Bongo : des écoutes embarrassantes

Des chefs d’Etat étrangers, qui plus est des amis de la France, écoutés dans le cadre d’investigations judiciaires ? Voilà qui, d’un point de vue diplomatique, et même si [...]

Crise malienne : pourquoi Ménaka cristallise les tensions

Alors que la rébellion du Nord-Mali réclame toujours des amendements à l'accord d'Alger pour le signer, la situation sécuritaire se détériore depuis la reprise de la ville de[...]

Mali : l'armée accusée d'avoir exécuté neuf personnes à Tin Hama

Des combats entre les rebelles de la CMA et l'armée malienne ont eu lieu jeudi matin à Tin Hama, près d'Ansongo, dans le nord-est du Mali. Dans un communiqué, les rebelles accusent les soldats maliens[...]

Les femmes africaines peinent à percer le plafond de verre

Éducation, travail, indépendance... Malgré de timides avancées, le statut des femmes n'a que peu progressé en Afrique, selon les participantes du 5e forum social d’Essaouira, au Maroc, du[...]

Deux importants chefs jihadistes tués dans le nord du Mali par l'armée française

Le ministère français de la Défense a affirmé mercredi dans un communiqué avoir neutralisé deux importantes figures du jihadisme dans le nord du Mali : Abdelkrim al-Targui et Ibrahim Ag[...]

Mali : le chef jihadiste Abdelkrim al-Targui tué par l'armée française

Abdelkrim al-Targui, l'un des principaux chefs d'Aqmi, a été tué dans la nuit de dimanche à lundi par l'armée française dans le nord-est du Mali. Plusieurs autres jihadistes ont[...]

Mali : un blessé dans une attaque contre la Minusma à Bamako

Un gardien d'une résidence de la Minusma à Bamako a été blessé par balle, mercredi, par un homme armé qui a réussi à prendre la fuite, abandonnant sur place deux grenades[...]

Le Mali parviendra-t-il à sceller son accord de paix ?

Officiellement signé le 15 mai à Bamako par le gouvernement, l'accord de paix n'est pas encore définitivement scellé au Mali. Les rebelles de la Coordination des mouvements de l'Azawad (CMA) souhaitent[...]

Mali : trois militaires maliens tués près de Tombouctou

Trois soldats maliens ont été tués lundi matin près de Tombouctou, lors d'une attaque menée par les rebelles de la Coordination des mouvements de l'Azawad. [...]

L'ONU accuse le Mali de manquer de reconnaissance pour ses "sacrifices"

Le chef des opérations de maintien de la paix de l'ONU, Hervé Ladsous, s'est insurgé samedi à Bamako contre un manque de reconnaissance des autorités maliennes envers la force internationale dans[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers