Extension Factory Builder
17/10/2012 à 19:04
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
François Hollande doit se rendre au début de décembre en voyage officiel en Algérie. François Hollande doit se rendre au début de décembre en voyage officiel en Algérie. © AFP

À travers son président, François Hollande, la France a reconnu officiellement le massacre d'environ 200 Algériens lors de la répression d'une manifestation en pleine guerre d'Algérie, le 17 octobre 1961 à Paris. Une initiative saluée par Alger qui se dit "d’accord pour tourner la page sans oublier".

François Hollande l’avait promis, il a tenu parole. Le président français a reconnu officiellement, mercredi 17 octobre, le massacre (même s’il n’a pas employé le mot) du 17 octobre 1961 à Paris, qui a fait, selon les historiens les plus sérieux, environ 200 morts parmi les 30 000 à 50 000 Algériens qui manifestaient pacifiquement à Paris.

« Le 17 octobre 1961, des Algériens qui manifestaient pour le droit à l'indépendance ont été tués lors d'une sanglante répression », a déclaré Hollande dans un communiqué de l'Élysée. « La République reconnaît avec lucidité ces faits. Cinquante et un ans après cette tragédie, je rends hommage à la mémoire des victimes », a-t-il ajouté.

Le 17 octobre 1961, en pleine guerre d’Algérie, le FLN (Front de libération nationale) avait appelé à une manifestation nocturne à Paris pour protester contre le couvre-feu imposé uniquement aux Algériens (alors appelés « Français musulmans »). Des milliers de manifestants bravèrent l’interdiction édictée par le préfet de police de l’époque, Maurice Papon. Le défilé fut sévèrement réprimé par la police française, entraînant la mort de 50 à 200 participants, selon les estimations.

Commémoration

Dans l’après-midi de mercredi, le maire de Paris Bertrand Delanoë a déposé une gerbe de fleurs devant la plaque commémorative qu'il avait fait apposer en 2001 en hommage aux victimes de la répression. Il avait indiqué qu’il ne « doutait pas que François Hollande saurait dire les mots et poser les gestes qui permettront à la France d'être lucide vis-à-vis de ce moment d'histoire tragique ».

Il y a an, à l’occasion du 50e anniversaire du massacre, François Hollande avait fait part de sa solidarité avec les familles endeuillées. Le Corrézien, qui n’était alors que candidat à l'élection présidentielle, avait déclaré que « trop longtemps, cet événement (avait) été occulté des récits historiques et qu'il était important de rappeler ces faits ». Il s’était alors engagé à reconnaître le crime s’il était élu président de la République.

François Hollande doit se rendre au début de décembre en voyage officiel en Algérie. D’autres « gestes » de reconnaissance du passif colonial français sont attendus de sa part au cours de ce déplacement.

De l'autre côté de la mer Méditerranée, les déclarations du président français ont été saluées par le gouvernement algérien. « Nous savons qu’il y a des intentions de la part des autorités françaises pour apaiser les choses », a déclaré le Premier ministre algérien Abdelmalek Sellal, affirmant que « l’Algérie est d’accord pour tourner la page sans oublier. Sur ce point, nous agissons sans complexes ».

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Algérie

L'Algérie maintient ses recettes malgré la chute du cours du pétrole

L'Algérie maintient ses recettes malgré la chute du cours du pétrole

Malgré la chute des cours du pétrole depuis plus d'un trimestre (-26 %), les recettes algériennes provenant de la ventes d'hydrocarbures se sont maintenues. Entre janvier et fin septembre, elles ont rapport&ea[...]

Le FMI met en garde l'Algérie au sujet de ses dépenses publiques

Après la visite en Algérie (17 septembre-1er octobre) d'une délégation du Fonds monétaire international, une sévère mise en garde a été[...]

Algérie-Maroc : Rabat accuse l'armée algérienne d'avoir ouvert le feu sur des civils marocains

Le Maroc a dénoncé un "acte irresponsable" et sommé l'Algérie de s'expliquer après des coups de feu tirés, samedi, à la frontière entre les deux pays.[...]

Mali : à Alger, la médiation face à deux plans de sortie de crise

Alors que la reprise des pourparlers de paix entre le gouvernement malien et les groupes armés a été reportée au 22 octobre à Alger, "Jeune Afrique" a pu se procurer en[...]

Algérie : Rafik Khalifa, après la gloire, les déboires

Pour l'ex-golden boy, déjà condamné à la réclusion à perpétuité en Algérie, les ennuis continuent. Il vient d'écoper de cinq ans de prison en France.[...]

Infographie : l'assassinat des moines de Tibhirine vu selon les différents protagonistes

Deux juges d'instruction français sont actuellement en Algérie pour autopsier les têtes des moines de Tibhirine. En attendant les résultats de leur enquête, "Jeune Afrique" vous propose[...]

Algérie : Abdelmalek Sellal annonce une réunion interministérielle sur les revendications policières

Après un bras-de-fer de plusieurs heures mercredi, le premier ministre Abdelmalek Sellal a finalement reçu une délégation de policiers protestataires. Il a annoncé la tenue d'une réunion[...]

CAN 2015: l'Algérie et le Cap-Vert ont leur billet pour le Maroc

La quatrième journée des éliminatoires de la Coupe d'Afrique des nations 2015 a eu lieu mercredi. En voici les résultats.[...]

Algérie : les crânes des moines de Tibhirine exhumés en présence du juge Trévidic

Le juge antiterroriste français Marc Trévidic a assisté mardi au sud d'Alger à l'exhumation des restes des crânes des sept moines de Tibhirine assassinés en 1996.[...]

Algérie : des centaines de policiers manifestent devant El-Mouradia, à Alger

Des centaines de policiers ont organisé mardi 14 octobre une marche le long de l’autoroute menant du quartier de Bab-Ezzouar, à Alger centre, après un mouvement similaire de leurs collègues la[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers