Extension Factory Builder
17/10/2012 à 19:04
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
François Hollande doit se rendre au début de décembre en voyage officiel en Algérie. François Hollande doit se rendre au début de décembre en voyage officiel en Algérie. © AFP

À travers son président, François Hollande, la France a reconnu officiellement le massacre d'environ 200 Algériens lors de la répression d'une manifestation en pleine guerre d'Algérie, le 17 octobre 1961 à Paris. Une initiative saluée par Alger qui se dit "d’accord pour tourner la page sans oublier".

François Hollande l’avait promis, il a tenu parole. Le président français a reconnu officiellement, mercredi 17 octobre, le massacre (même s’il n’a pas employé le mot) du 17 octobre 1961 à Paris, qui a fait, selon les historiens les plus sérieux, environ 200 morts parmi les 30 000 à 50 000 Algériens qui manifestaient pacifiquement à Paris.

« Le 17 octobre 1961, des Algériens qui manifestaient pour le droit à l'indépendance ont été tués lors d'une sanglante répression », a déclaré Hollande dans un communiqué de l'Élysée. « La République reconnaît avec lucidité ces faits. Cinquante et un ans après cette tragédie, je rends hommage à la mémoire des victimes », a-t-il ajouté.

Le 17 octobre 1961, en pleine guerre d’Algérie, le FLN (Front de libération nationale) avait appelé à une manifestation nocturne à Paris pour protester contre le couvre-feu imposé uniquement aux Algériens (alors appelés « Français musulmans »). Des milliers de manifestants bravèrent l’interdiction édictée par le préfet de police de l’époque, Maurice Papon. Le défilé fut sévèrement réprimé par la police française, entraînant la mort de 50 à 200 participants, selon les estimations.

Commémoration

Dans l’après-midi de mercredi, le maire de Paris Bertrand Delanoë a déposé une gerbe de fleurs devant la plaque commémorative qu'il avait fait apposer en 2001 en hommage aux victimes de la répression. Il avait indiqué qu’il ne « doutait pas que François Hollande saurait dire les mots et poser les gestes qui permettront à la France d'être lucide vis-à-vis de ce moment d'histoire tragique ».

Il y a an, à l’occasion du 50e anniversaire du massacre, François Hollande avait fait part de sa solidarité avec les familles endeuillées. Le Corrézien, qui n’était alors que candidat à l'élection présidentielle, avait déclaré que « trop longtemps, cet événement (avait) été occulté des récits historiques et qu'il était important de rappeler ces faits ». Il s’était alors engagé à reconnaître le crime s’il était élu président de la République.

François Hollande doit se rendre au début de décembre en voyage officiel en Algérie. D’autres « gestes » de reconnaissance du passif colonial français sont attendus de sa part au cours de ce déplacement.

De l'autre côté de la mer Méditerranée, les déclarations du président français ont été saluées par le gouvernement algérien. « Nous savons qu’il y a des intentions de la part des autorités françaises pour apaiser les choses », a déclaré le Premier ministre algérien Abdelmalek Sellal, affirmant que « l’Algérie est d’accord pour tourner la page sans oublier. Sur ce point, nous agissons sans complexes ».

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Algérie

L'analyse des boîtes noires du vol AH 5017 pourrait prendre 'plusieurs semaines'

L'analyse des boîtes noires du vol AH 5017 pourrait prendre "plusieurs semaines"

Selon Frédéric Cuvillier, secrétaire d'État français aux transports, l'analyse des boîtes noires de l'avion d'Air Algérie qui s'est écrasé jeudi dernier au Mali "[...]

Ramadan 2014 : Aïd mabrouk !

Un peu partout dans le monde, les musulmans ont commencé à fêter l’Aïd el-Fitr, la fête de la fin du mois sacré de ramadan. Si certains ont débuté les festivités[...]

Algérie : valse de patrons à la tête du groupe pétrolier Sonatrach

Le groupe pétrolier algérien Sonatrach a un nouveau PDG, le 9e en 15 ans, signe d’une instabilité chronique à la tête du plus grand groupe africain par le chiffre d’affaires,[...]

Algérie : coup de balai à El-Mouradia

Si le mois de ramadan était jusqu'ici utilisé par Abdelaziz Bouteflika pour examiner les performances de ses ministres, cette année ce sont ses conseillers qui ont été passés au[...]

Mohamed Talbi : "L'islam est né laïc"

L'auteur tunisien de "Ma religion c'est la liberté" n'en démord pas : le Coran est porteur de modernité et de rationalité, mais son message a été altéré par[...]

Vol AH 5017 : les deux boîtes noires transférées à Paris

Les deux boîtes noires de l'avion d'Air Algérie qui s'est écrasé au Mali ont été transférées dimanche soir de Bamako à Paris, où elles doivent être[...]

Benjamin Stora : "La promesse de réouverture des synagogues algériennes est très importante"

L’historien spécialiste du Maghreb Benjamin Stora réagit à la promesse de réouverture des synagogues algériennes faite par le ministre des Affaires religieuses, Mohamed Aïssa,[...]

Crash du vol AH5017 : l'enquête associera plusieurs pays

Le détachement militaire français dépêché dans le nord du Mali sur le lieu du crash du vol Ouaga-Alger AH 5017 a retrouvé vendredi la boîte noire du DC-9 affrété par Air[...]

Mali : le gouvernement et six groupes armés signent à Alger une "feuille de route" pour la paix

Après d'âpres tractations et plusieurs mois de blocage, le gouvernement malien et six groupes armés ont signé jeudi à Alger un document sur la "cessation des hostilités". Une[...]

L'épave "désintégrée" du vol AH5017 localisée vers Gossi dans le nord du Mali

L'état-major de l'armée burkinabè a annoncé dans la nuit de jeudi à vendredi avoir localisé dans le nord du Mali l'épave "désintégrée" du DC9[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers