Extension Factory Builder
17/10/2012 à 16:18
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Combattants du M23 sur la route de Rutshuru, le 28 juillet. Combattants du M23 sur la route de Rutshuru, le 28 juillet. © Sipa

L’agence de presse britannique Reuters s’est procuré le rapport final du groupe d’experts de l’ONU sur la République démocratique du Congo (RDC), dont la publication est prévue pour le mois de novembre. "Le Rwanda et l’Ouganda soutiennent la rébellion armée du M23", assure le texte malgré les démentis des intéressés.

L’Organisation des nations unies (ONU) est décidément bien peu étanche. Le très polémique rapport final du groupe d’experts de l’ONU sur la République démocratique du Congo (RDC), dont la publication est seulement prévue pour le mois novembre, a d’ores et déjà « fuité », comme on dit. Un procédé identique avait déjà accompagné le rapport préliminaire, rendu public le 21 juin.

Malgré le démenti catégorique des intéressés, les experts onusiens persistent et signent. « Le Rwanda et l’Ouganda soutiennent la rébellion armée du M23 », écrit le rapport, selon l’agence de presse britannique Reuters qui en pris connaissance. « Kigali a coordonné la création du M23 comme ses principales opérations militaires, alors que l'Ouganda a permis à la branche politique du mouvement d’opérer à Kampala et de développer ses liens avec l’extérieur », affirme le groupes d’experts.

D’après le rapport, les leaders du M23 auraient « reçu des ordres militaires directs du chef de l’armée rwandaise Charles Kayonga ». Comme dans sa version préliminaire, le rapport final affirme que Kigali fourni « armes lourdes, conseils militaires et politiques » aux rebelles. Selon les experts de l’ONU, les armées rwandaises et ougandaises auraient accompagné le M23 lors de ses principales opérations militaires dans le Rushuru et sur la base de l’armée congolaise (FARDC) de Kiwanja. Des éléments des Forces spéciales rwandaises auraient même engagé le combat contre les FARDC à cette occasion.

"Quelles sont leurs preuves ?"

De graves accusations, toujours aussi difficiles à vérifier, et que l’Ouganda et le Rwanda démentent avec vigueur. « Quelles sont leurs preuves ? Où sont les faits réels qui corroborent leurs accusations ? Ces fameux experts sont venus ici, mais ne nous ont pas contactés », a réagi Felix Kulayigye, porte-parole de l'armée ougandaise.

Le Rwanda a de son côté dénoncé « l’agenda politique poursuivi par les experts ». Un agenda « qui n’a rien à voir avec les vraies causes du conflit qui touche l’Est de la RDC ». Kigali a déjà mis en cause l’impartialité du groupe d’experts de l’ONU, accusant son coordinateur, Steve Hege, de sympathie avec les Forces démocratiques du Rwanda (FDRL). Dénonçant un rapport biaisé et contestant la méthodologie utilisée, les autorités rwandaises ont fait appel à un cabinet d’avocat américain basé à Washington, Akin Gump.

Ce cabinet, qui a présenté vendredi 12 octobre ses conclusions devant le Conseil de sécurité, estime que « le manque de transparence, le manque complet d’analyse des motivations et de l'impartialité des témoins, comme des contradictions du rapport, rendent les conclusions du rapport extrêmement peu fiables ».

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Rwanda

Une histoire du génocide rwandais (#4) : les écoutes bidons et le mythe de la guerre éclair du FPR

Une histoire du génocide rwandais (#4) : les écoutes bidons et le mythe de la guerre éclair du FPR

Dans ce quatrième billet consacré au déclenchement du génocide des Tutsis de 1994, Laurent Touchard* poursuit l'analyse des éléments brandis par les ex-partisans des Forces armées r[...]

Justice : après Simbikangwa, qui ?

Patrick Baudouin est président d'honneur de la Fédération internationale des ligues des droits de l'homme (FIDH).[...]

Rwanda : vingt ans après... Renaître à Kigali

6 avril 1994-6 avril 2014 : alors que la communauté internationale peine encore à examiner ses propres responsabilités dans le génocide des Tutsis, les Rwandais s'efforcent de[...]

Carte interactive : voyagez en Afrique sans visa !

En vertu d'accords bilatéraux ou dans le cadre d'organisations sous-régionales, plusieurs pays africains ont supprimé l'obligation de visa d'entrée sur leur territoire. Grâce à une carte[...]

Rwanda : le génocide, la France, Kagamé et sa conscience

Le 9 avril, lors d'un café littéraire à Kigali, le président rwandais, Paul Kagamé, a évoqué ses récentes déclarations sur le rôle de la France pendant le[...]

Rwanda - Centrafrique : à Bangui, le passé résonne dans l'esprit des soldats rwandais

Les violences intercommunautaires dans la capitale centrafricaine réveillent de douloureux souvenirs chez les soldats rwandais de la Misca. Qui tentent d'utiliser leur expérience pour apaiser les tensions.[...]

Une histoire du génocide (#3) : attentat du 6 avril 1994, la thèse de la culpabilité du FPR ne tient pas la route

Dans ce troisième billet sur le déclenchement du génocide rwandais de 1994, Laurent Touchard* examine les derniers éléments de la thèse accusant le Front patriotique rwandais (FPR) de Paul[...]

Paul Kagamé : "Je ne conseille à personne de se mêler des affaires intérieures du Rwanda"

Démocratie, justice, France, Afrique du Sud, RD Congo, présidentielle de 2017... Le chef de l'État rwandais Paul Kagamé répond sans ambages à toutes les questions, même[...]

Déjà, en 1963, à Gikongoro...

*Jean-Paul Kimonyo est politologue. "Qui est génocide ?" C'est par cette formule un peu étrange que le président Grégoire Kayibanda ponctue, en mars 1964, l'un des plus [...]

"Les faits sont têtus"

Buzz : terme anglais signifiant bourdonnement d'insecte et technique de marketing viral consistant à amplifier l'effet d'un événement ou d'un produit. En recevant J.A. le 27 mars au matin,[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces