Extension Factory Builder
17/10/2012 à 10:51
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Houcine Abassi, secrétaire général de l’UGTT, lit le communiqué final du congrès. Houcine Abassi, secrétaire général de l’UGTT, lit le communiqué final du congrès. © DR

Le "dialogue national", regroupant en congrès des partis de la coalition au pouvoir et de l’opposition ainsi que des ONG, a rejeté le calendrier électoral proposé par la troïka au pouvoir. L’opposition souhaite notamment que l’élection présidentielle se tienne avant les législatives.

Quelque 70 organisations dont une quarantaine de partis politiques tunisiens, réunis en congrès le 16 octobre, ont rejeté la date du 23 juin 2013 pour la tenue des élections législatives et présidentielle, qui avait été fixée par la coalition au pouvoir.

« Nous considérons que le 23 juin proposé pour la tenue des élections n'est pas adéquat pour la société tunisienne en raison de plusieurs inconvénients parmi lesquels la tenue des examens nationaux universitaires et du baccalauréat », indique le communiqué publié à l'issue de ce dialogue national.

Répartition des pouvoirs

Le document, lu par le secrétaire général de l'Union générale des travailleurs tunisiens (UGTT), Houcine Abassi, à l’origine de la réunion, réclame aussi que la présidentielle ait lieu avant les législatives. Néanmoins, le congrès n’a pas fixé de calendrier alternatif.

La coalition au pouvoir, composé des islamistes d'Ennahdha et des partis de centre gauche du Congrès pour la République (CPR) et Ettakatol, était parvenu, le 13 octobre, à s’entendre sur la nature du futur régime politique et sur un calendrier électoral. Les élections législatives et le premier tour de l’élection présidentielle doit avoir lieu le 23 juin alors que le second tour de la présidentielle est prévu pour le 7 juillet prochain.

Les participants au dialogue national ont néanmoins salué quelques points positifs dans le compromis scellé par la troïka. Le communiqué publié s’est ainsi félicité du choix de la coalition gouvernementale d’instaurer un régime politique mixte, avec un chef de l'État élu au suffrage universel.

Les islamistes d’Ennahdha ont, pour leur part, longtemps défendu un système parlementaire pur, avec des pouvoirs concentrés dans les mains du chef du gouvernement, avant de lâcher un peu de lest. Le document encourage toutefois la troïka à dialoguer davantage avec l’opposition au sujet du partage des pouvoirs entre le président et le Premier ministre.

Aucune date limite concernant l'adoption de la Constitution par l'Assemblée nationale constituante (ANC) n’a été établie par les organisations participantes, qui se sont contentées d’évoquer le début de l'année 2013. La nouvelle Loi fondamentale devra recueillir les deux tiers des suffrages de l’ANC pour être adoptée. Les principales forces politiques s’étaient initialement engagées à rédiger la Constitution tunisienne avant le 23 octobre 2012, soit un an jour pour jour après l'élection de l'ANC.

Classe politique divisée

Le congrès du 16 octobre a également exhorté l'Assemblée et le gouvernement à mettre en place d'ici à décembre prochain des instances indépendantes chargées des élections, des médias et de la justice. Aucun consensus à ce sujet n'a pour l'heure été établi au sein de la troïka.

Signe des profonds tiraillements au sein de la classe politique, Ennahdha et le CPR ont boycotté le dialogue national du 16 octobre en raison de la participation du principal parti d’opposition, Nida Tounès (L'appel de la Tunisie), fondé par Béji Caïd Essebsi en juin. Le congrès s’annonçait pourtant décisif puisqu’il visait à mettre un terme aux désaccords sur la Constitution et le calendrier électoral.

Le Premier ministre, Hamadi Jebali, issu du parti islamiste, et le président Moncef Marzouki, qui appartient au CPR, ont néanmoins fait une brève apparition lors du rassemblement, qu'ils ont qualifié d'« initiative positive ».

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Tunisie

Tunisie : craintes de 'benalisation' de l'État qui durcit la lutte contre le terrorisme

Tunisie : craintes de "benalisation" de l'État qui durcit la lutte contre le terrorisme

La sanglante attaque qui a tué 15 militaire tunisiens mi-juillet a poussé l'État à prendre des mesures fortes contre les appels au jihad, comme la fermeture de mosquées et de médias. Entre[...]

Défense : quelles capacités militaires pour la Tunisie en 2014 ?

Adoptées au dernier trimestre de l'année 2013, les premières mesures pour pallier les carences des armées de terre et de l'air ont été mises en oeuvre par le nouveau gouvernement tunisien[...]

Tunisie : Mehdi Jomâa, en Algérie pour tenter de renforcer la coopération sécuritaire

Mehdi Jomâa, le chef du gouvernement tunisien, se trouvait mardi en Algérie pour tenter de renforcer la coopération sécuritaire face aux groupes terroristes, quelques jours après une attaque qui[...]

Tunisie : Mehdi Jomâa et les leçons de Henchir Talla

L'attaque terroriste de Henchir Talla, qui a fait au moins 15 morts dans la région du mont Chaambi le 16 juillet, a laissé des traces. Le Premier ministre assure en avoir tiré toutes les conséquences.[...]

Mohamed Talbi, l'homme qui éclaire l'islam

Nous avons pourtant essayé... De vous proposer cette semaine des sujets sympas pour les vacances, ceux que l'on aime lire au bord d'une plage de sable fin ou tranquillement assis dans son jardin en sirotant un [...]

Tunisie : fermeture de mosquées et de médias après la mort d'au moins 15 soldats

Le gouvernement tunisien a annoncé une série de mesures, dont la fermeture de mosquées et celle de médias "appelant au jihad", suite à la mort d'au moins 15 soldats dans une attaque[...]

Mohamed Talbi : "L'islam est né laïc"

À 93 ans, le doyen de la pensée critique musulmane s'est livré à "Jeune Afrique" dans une grande interview où il dévoile la face avant-gardiste de l'islam et dénonce le[...]

Tunisie : le bilan de Mehdi Jomâa en six mois de lutte anti-jihadiste #2

Laurent Touchard* revient sur les événements qui ont jalonné les six derniers mois de lutte anti-terroriste en Tunisie depuis l'arrivée de Mehdi Jomâa à la tête du gouvernement[...]

Tunisie : la métamorphose du Festival international de Carthage

Après des années de déclin, le plus ancien des festivals encore opérationnels du monde arabe entend renouer avec la qualité et l'expertise de ses débuts. Et fêtera en grande[...]

Lionel Messi au secours des élections tunisiennes

Désabusés, les Tunisiens ne se bousculent pas pour s’inscrire sur les listes électorales. Qui permettra à l’Instance supérieure indépendante des élections de[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers