Extension Factory Builder
17/10/2012 à 11:10
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Capture d'écran d'une vidéo montrant Mouammar Kaddafi au moment de sa capture, le 20 octobre 2011. Capture d'écran d'une vidéo montrant Mouammar Kaddafi au moment de sa capture, le 20 octobre 2011. © Reuters

Un rapport de Human Rights Watch (HRW), publié mercredi 17 octobre, apporte de nouveaux éléments sur les circonstances de la mort de Mouammar Kadhafi et de ses partisans, le 20 octobre 2011 à Syrte. L'ONG privilégie l'hypothèse du meurtre et réclame une enquête "sérieuse" pour faire la lumière sur cette affaire.

Un an après, la mort de Mouammar Kadhafi est encore entourée de nombreuses zones d'ombres. Dans un rapport, publié le 17 octobre et intitulé « Mort d'un dictateur : Vengeance sanglante à Syrte », l'organisation Human Rights Watch (HRW) apporte de nouvelles preuves renforçant l'hypothèse selon laquelle le dictateur libyen déchu, ainsi que des dizaines de partisans, aurait été tué, délibérément, par des miliciens rebelles.

Selon la version des autorités de transition libyennes, Kadhafi a été tué dans un échange de tirs au moment de sa capture, le 20 octobre 2011, dans sa région natale de Syrte (Nord-Ouest). Mais des témoins et des médias avaient affirmé qu'il avait été tué après sa capture par les rebelles.

Le rapport de 50 pages détaille les dernières heures de Mouammar Kadhafi et les circonstances de sa mort, de celle de son fils et de celle de membres de son convoi, sur la base de témoignages et d'images prises par téléphones portables.

« Les résultats de notre enquête soulèvent des questions autour des affirmations des autorités que Mouammar Kadhafi a été tué dans des échanges de tirs et non après sa capture », affirme Peter Bouckaert, directeur des urgences à HRW. « Les preuves suggèrent aussi que des miliciens de l'opposition ont exécuté sommairement au moins 66 membres du convoi de Kadhafi capturés à Syrte », selon lui.

Vidéo de la capture de Mouammar Kadhafi à Syrte, le 20 octobre 2011. Attention, certaines images sont choquantes.

Balles dans la tête

Ces miliciens de la ville de Misrata auraient capturé et désarmé les membres du convoi de Kadhafi, puis les auraient violemment battus. « Ils ont ensuite exécuté au moins 66 d'entre eux près de l'hôtel Mahari », ajoute-t-il, en soulignant que certains avaient leurs mains liés derrière leur dos.

Ces résultats convergent avec des informations d'un correspondant de l'AFP qui s'était rendu à Syrte en octobre. Il avait recueilli des informations et preuves sur la découverte de 65 à 70 corps dans l'enceinte du Mahari, dont plusieurs avec une balle dans la tête.

L'organisation de défense des droits de l'homme, basée à New York, a récupéré des vidéos clips de téléphones portables filmés par des combattants anti-Kadhafi. Ces films montrent des combattants abusant et insultant un large groupe de membres du convoi capturés.

Elle dit avoir utilisé des photos de la morgue dans les hôpitaux « pour confirmer qu'au moins 17 des détenus visibles sur les vidéos avaient été ensuite exécutés à l'hôtel ». HRW souligne avoir également interviewé des officiers au sein des milices rebelles qui étaient sur place et des survivants de l'attaque du convoi en détention ou chez eux.

Demande d'enquête

Sur la mort de Kadhafi, l'ONG fait état d'images vidéo montrant que la dictateur a été capturé vivant mais saignant d'une blessure à la tête. Selon elle, on y voit les rebelles le battre violemment et il semble avoir été blessé à la baïonnette sur les fesses avec de forts saignements. « Il apparaît sans vie » au moment où il est filmé, à moitié nu, pendant son transport dans une ambulance, selon l'ONG.

Sur la base d'autres images, elle affirme que Moatassem a été capturé vivant puis transporté à Misrata où on l'a vu fumant et tenant une « conversation hostile » avec des combattants. Quelques heures plus tard, « son corps est retrouvé avec une nouvelle blessure au cou qui n'était pas visible dans les premières images ».

HRW affirme avoir remis les résultats de l'enquête aux autorités de transition libyennes immédiatement après les meurtres et a ensuite demandé aux nouvelles autorités de mener une enquête complète sur ces crimes qui s'assimilent à des crimes de guerre.

M. Bouckaert a de nouveau appelé à une enquête « sérieuse » sur « ces exécutions de masse le 20 octobre 2011, les plus graves abus commis par les forces de l'opposition » durant les huit mois de conflit en Libye (février-octobre 2011).

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Libye

Attention : dangers

J'ai la curieuse et désagréable impression que notre pauvre monde ressemble en ce moment à un avion sans pilote, alors qu'il est entré dans une zone de turbulences. Comment ne pas en être [...]

Libye : qui arrêtera Daesh ?

D'un côté, un pays déchiré par les milices, squatté par l'État islamique et sur lequel prétendent régner deux gouvernements. De l'autre, des voisins africains et des[...]

Libye : suspension du dialogue pour une sortie de crise

Le Parlement libyen siégeant à Tobrouk (Est), reconnu par la communauté internationale, a décidé lundi de suspendre sa participation au dialogue sur une sortie de crise parrainé par[...]

Libye : attentat de l'EI contre la résidence de l'ambassadeur iranien, pas de victimes

La résidence de l'ambassadeur iranien à Tripoli, la capitale libyenne désertée par la majorité des diplomates étrangers, a été visée dimanche par un double attentat,[...]

Libye : un nouveau foyer jihadiste qui inquiète l'Europe et les pays voisins

Aux portes de l'Europe, le nouveau foyer jihadiste qui se développe en Libye alimente les pires craintes du Vieux continent mais inquiète aussi les voisins immédiats du pays, qui craignent un renforcement de[...]

Libye : 195 égyptiens évacués via la Tunisie

195 ressortissants égyptiens ont fui lundi la Libye en direction de la Tunisie après l’assassinat de 21 chrétiens coptes par le groupe État islamique (EI). Le gouvernement tunisien craint[...]

La Libye demande la levée de l'embargo sur les armes aux Nations unies

Mohammed al-Dairi, le ministre libyen des Affaires étrangères, a demandé mercredi à l'ONU de lever l'embargo sur les armes imposé à son pays afin de mieux lutter contre les groupes[...]

ONU : Égyptiens et Occidentaux divisés sur la stratégie à suivre contre le terrorisme en Libye

Pendant que le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi réclame publiquement une intervention militaire internationale en Libye, les pays occidentaux défendent l'option d'une solution politique et la[...]

ONU 

Égypte : Sissi réclame une résolution de l'ONU pour l'intervention d'une coalition en Libye

Le président égyptien, Abdel Fattah al-Sissi, a réclamé mardi l'adoption d'une résolution du Conseil de sécurité de l'ONU afin d'aller vers l'intervention d'une coalition contre[...]

Méditerranée : afflux sans précédent de migrants en provenance de Libye

Le record de migrants secourus en Méditerranée a été franchi dimanche avec plus de 2 000 personnes en une seule journée selon les services de secours italiens. Une situation largement[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20121017095041 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20121017095041 from 172.16.0.100