Extension Factory Builder
17/10/2012 à 11:10
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Capture d'écran d'une vidéo montrant Mouammar Kaddafi au moment de sa capture, le 20 octobre 2011. Capture d'écran d'une vidéo montrant Mouammar Kaddafi au moment de sa capture, le 20 octobre 2011. © Reuters

Un rapport de Human Rights Watch (HRW), publié mercredi 17 octobre, apporte de nouveaux éléments sur les circonstances de la mort de Mouammar Kadhafi et de ses partisans, le 20 octobre 2011 à Syrte. L'ONG privilégie l'hypothèse du meurtre et réclame une enquête "sérieuse" pour faire la lumière sur cette affaire.

Un an après, la mort de Mouammar Kadhafi est encore entourée de nombreuses zones d'ombres. Dans un rapport, publié le 17 octobre et intitulé « Mort d'un dictateur : Vengeance sanglante à Syrte », l'organisation Human Rights Watch (HRW) apporte de nouvelles preuves renforçant l'hypothèse selon laquelle le dictateur libyen déchu, ainsi que des dizaines de partisans, aurait été tué, délibérément, par des miliciens rebelles.

Selon la version des autorités de transition libyennes, Kadhafi a été tué dans un échange de tirs au moment de sa capture, le 20 octobre 2011, dans sa région natale de Syrte (Nord-Ouest). Mais des témoins et des médias avaient affirmé qu'il avait été tué après sa capture par les rebelles.

Le rapport de 50 pages détaille les dernières heures de Mouammar Kadhafi et les circonstances de sa mort, de celle de son fils et de celle de membres de son convoi, sur la base de témoignages et d'images prises par téléphones portables.

« Les résultats de notre enquête soulèvent des questions autour des affirmations des autorités que Mouammar Kadhafi a été tué dans des échanges de tirs et non après sa capture », affirme Peter Bouckaert, directeur des urgences à HRW. « Les preuves suggèrent aussi que des miliciens de l'opposition ont exécuté sommairement au moins 66 membres du convoi de Kadhafi capturés à Syrte », selon lui.

Vidéo de la capture de Mouammar Kadhafi à Syrte, le 20 octobre 2011. Attention, certaines images sont choquantes.

Balles dans la tête

Ces miliciens de la ville de Misrata auraient capturé et désarmé les membres du convoi de Kadhafi, puis les auraient violemment battus. « Ils ont ensuite exécuté au moins 66 d'entre eux près de l'hôtel Mahari », ajoute-t-il, en soulignant que certains avaient leurs mains liés derrière leur dos.

Ces résultats convergent avec des informations d'un correspondant de l'AFP qui s'était rendu à Syrte en octobre. Il avait recueilli des informations et preuves sur la découverte de 65 à 70 corps dans l'enceinte du Mahari, dont plusieurs avec une balle dans la tête.

L'organisation de défense des droits de l'homme, basée à New York, a récupéré des vidéos clips de téléphones portables filmés par des combattants anti-Kadhafi. Ces films montrent des combattants abusant et insultant un large groupe de membres du convoi capturés.

Elle dit avoir utilisé des photos de la morgue dans les hôpitaux « pour confirmer qu'au moins 17 des détenus visibles sur les vidéos avaient été ensuite exécutés à l'hôtel ». HRW souligne avoir également interviewé des officiers au sein des milices rebelles qui étaient sur place et des survivants de l'attaque du convoi en détention ou chez eux.

Demande d'enquête

Sur la mort de Kadhafi, l'ONG fait état d'images vidéo montrant que la dictateur a été capturé vivant mais saignant d'une blessure à la tête. Selon elle, on y voit les rebelles le battre violemment et il semble avoir été blessé à la baïonnette sur les fesses avec de forts saignements. « Il apparaît sans vie » au moment où il est filmé, à moitié nu, pendant son transport dans une ambulance, selon l'ONG.

Sur la base d'autres images, elle affirme que Moatassem a été capturé vivant puis transporté à Misrata où on l'a vu fumant et tenant une « conversation hostile » avec des combattants. Quelques heures plus tard, « son corps est retrouvé avec une nouvelle blessure au cou qui n'était pas visible dans les premières images ».

HRW affirme avoir remis les résultats de l'enquête aux autorités de transition libyennes immédiatement après les meurtres et a ensuite demandé aux nouvelles autorités de mener une enquête complète sur ces crimes qui s'assimilent à des crimes de guerre.

M. Bouckaert a de nouveau appelé à une enquête « sérieuse » sur « ces exécutions de masse le 20 octobre 2011, les plus graves abus commis par les forces de l'opposition » durant les huit mois de conflit en Libye (février-octobre 2011).

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Libye

Terrorisme : qui sont les groupes jihadistes attirés par l'État islamique en Afrique ?

Terrorisme : qui sont les groupes jihadistes attirés par l'État islamique en Afrique ?

Alors que 30 personnes, en majorité des militaires, sont mortes aujourd'hui dans des attaques de la branche égyptienne de l'État islamique (EI) dans le Sinaï, tour d'horizon des groupes jihadsites attir&e[...]

ONU : vers la délocalisation des négociations interlibyennes... en Libye ?

Les négociations interlibyennes, qui se déroulent actuellement à Genève, pourraient se délocaliser en Libye, du moins si les conditions de sécurité y sont "suffisantes",[...]

Sommet de l'UA : les pays africains écartent l'idée d'une intervention en Libye

Réunis ce mercredi à Addis-Abeba à l'occasion du sommet de l'UA, les pays membres du groupe international de contact sur la Libye se sont prononcés en faveur d'une solution politique au détriment[...]

Libye : trois questions autour de l'attaque terroriste de l'hôtel Corinthia à Tripoli

L'hôtel Corinthia à Tripoli a été la cible mardi d'une attaque revendiquée par la branche libyenne de l'État islamique. Neuf personnes, dont cinq étrangers, ont été[...]

La branche libyenne de l'État islamique revendique un attentat qui a fait au moins 12 morts à Tripoli

L'hôtel Corinthia, qui accueille régulièrement diplomates et journalistes à Tripoli, a été la cible mardi d'une attaque terroriste. Des hommes armés ont fait au moins douze morts[...]

Mohamed al-Zehawi est mort, confirme le groupe terroriste libyen Ansar al-Charia qu'il dirigeait

Le groupe libyen Ansar al-Charia, classé comme "terroriste" par les Etats-Unis et l'ONU, a confirmé samedi soir dans un communiqué la mort de son chef Mohamed al-Zehawi, annoncée plus[...]

Annonces de cessez-le-feu en Libye, le début d'une sortie de crise ?

Emboîtant le pas à la coalition de milices Fajr Libya, l'armée libyenne a annoncé dimanche 18 janvier un cessez-le-feu dans le pays. Objectif : donner une petite chance à des négociations[...]

Libye : l'armée annonce à son tour un cessez-le-feu

L'armée libyenne a annoncé dimanche un cessez-le-feu, comme l'a fait il y a deux jours la milice Fajr Libya, pour soutenir les négociations de Genève en faveur d'un règlement du conflit qui[...]

Libye : le Conseil de sécurité salue l'annonce d'un cessez-le-feu

Le Conseil de sécurité de l'ONU a salué samedi l'annonce par une coalition de milices, notamment islamistes, d'un cessez-le-feu en Libye et a menacé de sanctions ceux qui feraient obstacle aux efforts[...]

Libye : des barils et des balles

Principale source de revenus de l'État libyen, l'or noir est plus que jamais au coeur de la guerre sans merci que se livrent les différentes factions qui se disputent le pouvoir.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20121017095041 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20121017095041 from 172.16.0.100